Messagerie social

Les objets que l’on échange, y compris les textes, sont perdus dans l’océan des objets dont nous disposons.

Que devient un message ou un objet transmit comme message?

Il est naturellement ajouté aux autres objets. Mais en plus, il a un lien signé par une autre entité, donc on peut considérer que cet objet est aussi lié à cette entité.

Ce lien implicite à une entité fait que cet objet a une visibilité par cette entité, en l’analysant on verra cet objet.

Poussons encore plus loin, et si on analyse tous les liens vers des objets que publie cette entité, que voit-on ?
On va voir dans l’ordre chronologique tout ce qu’elle a jugé intéressant à garder, les objets qu’elle a créé, tous les objets sur lesquelles elle est intervenu, les messages que l’on a échangé avec elle, etc…
Les messages (objets échangés) ne sont visibles que si ils sont publics, ou si ils sont chiffrés et que l’on est destinataire.

Cette vue, ce comportement, c’est presque celui des réseaux sociaux!

Relais et liens

Comment mettre à jour le contenu d’un relais?

Par principe, le relais (ou proxy) se contente de copier des objets. Mais aussi, de fait en tant qu’entité, en les copiant, il propose ces objets en diffusion (au téléchargement).

Quel est l’intérêt?
Cela permet à une entité source, par exemple un humain, de générer des objets et de les faire diffuser par des entités relais qu’il contrôle. Ainsi, il peut ne pas être en permanence accessible (volontairement ou pas). Ses objets restent accessibles si les relais le sont. Plusieurs relais peuvent diffuser les mêmes objets, on ajoute de la redondance et on cumule la bande passante de téléchargement pour quelqu’un qui télécharge un de ces objets, à la manière du P2P (peer to peer).

Continue reading Relais et liens

Environnement coopératif

Revenons un peu en arrière, un peu…

En septembre 1987 est apparut le protocole X. Celui-ci, dans sa version majeur X11, permet le dialogue entre un serveur X et un client X (on n’est pas en science naturelle mais en informatique), typiquement sous UNIX et affiliés, mais pas exclusivement.

Un de ses avantages, c’est la transparence réseau. Mais, étant finalement peu employée, c’est aussi un inconvénient.

A quoi sert donc cette transparence réseau?
Que gagne-t-on à la garder?
Quel aurait pu être son avenir? Continue reading Environnement coopératif