Graphe des entités autorités

Afin d’organiser une certaine intendance autour de la diffusion du code des applications, un certain nombre d’entités sont nécessaires.

Le modèle utilisé est assez classique est simple, c’est un schéma de parenté. Il peut être amené à évoluer dans le futur.

La structure du graphe reconnue est la suivant :

  • Le maître du tout (puppetmaster)
    • Les autorités de la sécurité
    • Les autorités du code
    • Les autorités du temps
    • Les autorités de l’annuaire

Une évolution est en cours d’intégration avec la nouvelle version des liens. Si l’entité qui chapeaute toutes les autres est unique, chaque groupe d’autorités n’est plus seulement une entité mais devient un groupe d’entités à pouvoir identique.

Il est à prévoir que le maître du tout deviendra aussi, un jour, des autorités globales. Mais la forme n’est pas encore défini.

Chaque entité ici considérée doit être un objet entité EID (Entity ID) valide avec lien de type, un lien de nommage et un lien de localisation (URL web).

D’un point de vue sémantique, on quitte progressivement la notion de maître historique pour aller vers la notion d’autorité. Outre le rapport à l’esclavage, on est soumis au maître, on se soumet à l’autorité.

Le puppetmaster est un EID qui peut être remplacé. Il va faire référence par des liens dédiés vers les différents d’autorités au moyen de RID dédiés :

  • Autorités de la sécurité
    • a4b210d4fb820a5b715509e501e36873eb9e27dca1dd591a98a5fc264fd2238adf4b489d.none.288
  • Autorités du code
    • 2b9dd679451eaca14a50e7a65352f959fc3ad55efc572dcd009c526bc01ab3fe304d8e69.none.288
  • Autorités du temps
    • bab7966fd5b483f9556ac34e4fac9f778d0014149f196236064931378785d81cae5e7a6e.none.288
  • Autorités de l’annuaire
    • 50e1d0348892e7b8a555301983bccdb8a07871843ed8f392d539d3d90f37ea8c2a54d72a.none.288

C’est à dire que tout EID désigné par un de ces RID (l>RID>EID), et signé par le puppetmaster, devient une autorité dans le groupe considéré.

Nœuds et références

Entre le nœud et la référence, peu de différence à voir. C’est surtout un usage dans le code.

La référence RID (Reference ID) est un nœud NID que l’on utilise explicitement comme point de départ d’une recherche d’objets.

Là o`u un NID différent va être utilisé pour désigner chaque groupes, un RID va être unique pour retrouver une propriété.

Par exemple une conversation est un groupe de messages. Mais chaque conversation est unique, chacune dispose d’un NID propre.

Le suivi d’un code d’une application se fait en récupérant le dernier lien depuis un RID. Mais on peut aussi voir ce RID comme un groupe des versions successives de cette application.

Le nommage d’un RID n’a pas de raison d’être même si ce n’est pas interdit.

Nœud – nouvel identifiant

La notion de nœuds dans nebule a évoluée avec le temps.

Le nœud servait avant pour désigner un point d’entrée afin de chercher certaines informations. C’était un objet, donc un contenu, et donc un identifiant (OID), défini à l’avance et que l’on pouvait retrouver facilement. Il était marqué en tant que tel. Puis il est devenu progressivement un objet virtuel, c’est à dire avec comme identifiant une empreinte aléatoire et donc sans contenu connu.

Maintenant, le nœud devient un objet virtuel clairement identifié en tant que tel, c’est à dire que si son identifiant (NID) est toujours aléatoire, le suffixe d’algorithme de prise d’empreinte démontre tout de suite que ce n’est pas une empreinte.

Un objet a pour identifiant OID (Object ID) :

88848d09edc416e443ce1491753c75d75d7d8790c1253becf9a2191ac369f4ea.sha2.256

Ici, le contenu est bien connu, c’est une entité connu. On voit que l’empreinte est faite avec l’algorithme sha256, c’est à dire de la famille sha2 avec une taille de 256bits.

L’identifiant NID (Node ID) d’un nœud va ressembler mais avec une taille et un suffixe différent :

a4b210d4fb820a5b715509e501e36873eb9e27dca1dd591a98a5fc264fd2238adf4b489d.none.288

Le suffixe est de la famille none et la taille est plus… variable. Ici la taille est de 288bits, soit 72octets. Cette forme est maintenant normalisée.

Attention cependant, il y a une taille minimum de la valeur des NID que le code va accepter. La course aux NID les plus petits n’est pas forcément une bonne idée.

Le nœud n’ayant pas de contenu, sont nom doit être au besoin explicitement définit par un lien de nommage vers un objet contenant le nom attendu.

Autour des NID, on va retrouver un graphe de OID ou autres NID. Ce graphe va dépendre de ce que l’on attend du NID mais celui-ci reste bien un point d’entrée privilégié dans le graphe global des données.

Enfin, il faut comprendre que c’est ici une façon de marquer explicitement un nœud dans son identifiant mais que tout objet est en soi un nœud et peut être utilisé comme tel. Un OID peut être considéré comme un NID avec un contenu.

Oubli, nettoyage et suppression des liens

Suite des articles Nettoyage des liens et suite, et Suppression et oubli. Le sujet est déjà ancien et il y a eu quelques réflexions sur les objets mais rien de concert n’a été mis en place. Cette absence d’implémentation s’explique parce que la gestion des relations sociales dans les liens n’est pas assez avancée. Le but est double, gérer le stockage et améliorer les performances.

Cependant il est possible de continuer la réflexion notamment sur les liens qui n’ont pas les mêmes contraintes que les objets. La gestion des liens dissimulés dans des fichiers de liens spécifiquement nommés a créé une brèche dans le nommage strict des fichiers de liens. Une première tentative avait commencée avec le stockages de liens anciens dans des fichiers de liens avec un chaînage au fichier d’origine mais n’avait pas abouti du fait de plusieurs problèmes.

Aujourd’hui il est possible de gérer les liens suivant deux méthodes, l’ancienneté et/ou le surnombre. Et cela va trouver une solution dans deux type d’actions, la suppression ou la mise à l’écart dans des fichiers d’archivage datés dédiés. Il faut une option d’activation de l’oubli des liens, une option de sélection de la méthode et option de sélection de l’action. On peut envisager d’utiliser les deux méthodes simultanément.

Pour la méthode de l’ancienneté, il faut distinguer quel type de lien on doit garder disponible immédiatement. Cela veut dire des options par types de liens pour dire l’ancienneté maximale attendue. La notion de sociabilité des liens et intéressante aussi parce qu’il suffit de garder un seul lien signé par l’entité ayant le plus gros score social.

Pour la méthode du surnombre, il faut aussi distinguer le type de lien parce que certains liens sont indispensables au bon fonctionnement d’un objet. Pour chaque type de liens, on garde les liens les plus récents à concurrence du nombre autorisé. Il faut une option par type de liens de définition du nombre à garder pour chaque types. Peut-être faut-il prévoir une gestion sociale afin de pondérer l’ordre des liens et de garder les liens les plus pertinents.

Certains objets ont des rôles importants comme les codes des applications. Ils sont assez facile à gérer parce que les liens sont signés d’une autorité maîtresse du code. Cela va peut-être nécessiter la création d’un nouveau type social mixant strict et réputation pour les gérer encore plus facilement.

Pour l’action de suppression c’est facile, il suffit de ré-écrire le fichier des liens d’un objet en ne gardant que ceux désirés. Les autres liens sont oubliés et perdus localement. Il n’y a pas de mécanisme de corbeille, si besoin il faut basculer sur l’action de mise à l’écart.

Pour l’action de mise à l’écart, on ré-écrit les liens désirés dans le fichiers des liens de l’objet et on écrit les autres liens dans un autre fichier avec un nommage spécial. Ce nommage commence par l’identifiant de l’objet et se voit ajouter une marque de temps et une valeur aléatoire. L’identifiant permet de relier les liens contenus à l’objet concerné. La marque de temps permet de remonter dans le temps progressivement en cas de besoin. La valeur aléatoire empêche la récupération à distance des liens anciens. Le datage se fait à la journée, reste à choisir la base de temps utilisée.

La mise à l’écart de liens avec un horodatage permet un nettoyage facile à posteriori des liens anciens. Et cela permet aussi localement d’activer une utilisation des liens plus anciens sur la sélection d’une date de départ mais au prix de performances dégradées. Ce paramètre de recherche temporelle doit être un argument de l’URL des applications et doit être contrôlé par une option d’autorisation pour une entité déverrouillée ou non.

Ensuite il y a deux stratégies pour rechercher et traiter les fichiers de liens trop gros et/ou avec des liens trop anciens. Soit on fait une recherche globale systématique à intervalle régulier ou lorsque que les performances baissent. Soit on met en place lors de la lecture des fichiers de liens des détecteurs à seuils afin de détecter à l’usage les fichiers de liens nécessitant un nettoyage, et on les traitent immédiatement ou à intervalle régulier.

Entité multi-rôles – compromission et divergence

Suite des articles Entité multi-rôles et suite, Nommage d’entité – préfix, Entités multiples, Changement d’identifiant d’entité et Entités multiples, gestion, relations et anonymat.

La segmentation d’une entité en plusieurs entités avec des rôles différents va nécessiter un peu de travail. La notification du rôle dans le préfixe de nommage des entités ne semble pas opportune.

Lors du changement de mot de passe d’une entité, la clé publique ne changeant pas, l’entité reste référencée par le même identifiant, c’est à dire l’empreinte de l’objet de la clé publique. Par contre l’objet de la clé privée va changer, il faut donc un lien pour retrouver cette nouvelle clé privée. Ce n’est pas encore implémenté mais ici rien de compliqué.
Ça va se compliquer avec le problème de diffusion de l’objet de la nouvelle clé privée afin que l’utilisateur puisse l’utilisé pour s’authentifier sur une autre instance serveur. Là on a l’utilité de permettre facilement la synchronisation d’une entité en préalable à une authentification.

Il y a cependant un problème majeure de sécurité des entités. en effet les anciennes clés privées restent toujours présentes et permettent toujours de déverrouille l’entité. Il ne suffit pas de faire une suppression de l’objet concerné, cela n’a que peu de chance de fonctionner face à un attaquant.
Il est possible de générer une nouvelle entité avec sa propre clé publique, ou de tout le cortège d’entités dans le cas du multi-entités. On peut même imaginer ne changer que l’entité d’authentification. Puis on fait des liens pour dire à tout le monde que l’entité a été mise à jour et marquer le lien de parenté. Cela veut malheureusement dire qu’il faut refaire tous les liens avec la nouvelle entité. Peut-être est-ce l’occasion de faire du ménage et oublier des choses…

Quelque soit le mécanisme, il ne protège pas de la compromission d’une entité par un attaquant. Celui-ci peut réaliser une mise à jours de l’entité qui sera vu comme légitime par les autres entités. La récupération de l’entité est possible puisqu’elle existe toujours mais comment vont se comporter les autres entités lorsque l’on va faire une deuxième mise à jours d’entité… en concurrence avec la première. Il y a peut-être un moyen de faire jouer le côté social des relations entre entités et de volontairement créer un challenge entre les deux mises à jours de l’entité et toutes les entités tierces.
Ou alors on accepte la survivance simultané de ces deux entités qui vont progressivement diverger avec le temps. Là aussi un tri social pourra se faire mais plus naturellement.

La solution à ce problème peut être l’usage d’une entité faisant autorité et capable d’imposer une mise à jour d’entité en particulier. Mais on essaie de se débarrasser des autorités encombrantes ce n’est pas pour les réintroduire au premier coup de froid.
Il existe une autre forme d’autorité, ce peut être une entité à soi mais que l’on n’utilise pas au jours le jour et stockée à la maison au chaud. Les cambriolages étant encore un risque contemporain cette entité de recouvrement peut être dupliquée en d’autres lieux. Évidement son vol ne doit pas permettre de prendre le contrôle de l’ensemble.

Il restera toujours le vol sous contrainte. Mais ça on ne peut rien y faire de toute façon.

L’hégémonie d’un mécanisme unique de gestion des identités est un problème puisque une fois ce mécanisme corrompu il n’existe plus de recours pour récupérer son identité.

Ce problème n’a pas vraiment de solution complète et pas encore d’orientation précise pour gérer les conflits. Il reste encore du travail de réflexion…

Échange ou téléchargement d’objet et lien de mise à jour

Dans l’article Échange ou téléchargement d’objet, on a vu qu’il y avait deux façons de récupérer le contenu d’un objet. Il y a une deuxième différence qui peut apparaître dans certains cas, c’est la transmission du contenu d’origine ou de celui d’un autre objet si il a été créé un lien de mise à jour de l’objet demandé.

  1. Via un lien web avec comme argument /o/id on télécharge le contenu de l’objet avec comme nom son identifiant id. Les liens de mise à jour ne sont pas utilisés parce que l’empreinte de l’objet est vérifié après téléchargement et que si le serveur envoie un autre objet, fut-il une mise à jour, l’objet sera rejeté.
  2. Via un lien web avec comme argument ?o=id on télécharge le contenu de l’objet avec comme nom le nom déclaré par les liens nebule. Mais dans ce cas les liens de mise à jour sont exploités et le contenu renvoyé par le serveur peut ne pas avoir l’empreinte de l’objet demandé.

La prise en compte des liens de mise à jour est toujours délicate parce que cela peut permettre de substituer un objet par un autre. Cette manœuvre est complètement visible dans les liens et nécessite un bon échantillonnage des liens par rapport à leurs poids sociaux.

Échange ou téléchargement d’objet

Un objet peut être récupéré de deux façons.

  1. Via un lien web avec comme argument /o/id on télécharge le contenu de l’objet avec comme nom son identifiant id. L’empreinte est ensuite vérifié pour voir si elle correspond à l’identifiant.
  2. Via un lien web avec comme argument ?o=id on télécharge le contenu de l’objet avec comme nom le nom déclaré par les liens nebule. cela permet de télécharger l’objet sous une forme de fichier classique. On fait ainsi une dé-nébulisation de l’objet. C’est aussi le seul moyen d’avoir accès au contenu protégé hors nebule.

Mais pour un utilisateur, ces deux méthodes ne se valent pas. La première méthode sert à la synchronisation et l’échange d’objets entre programmes et n’a pas pas d’intérêt direct pour l’utilisateur. La seconde lui permet au contraire de reprendre un objet sous une forme classique de fichier.

Actuellement un problème existe dans klicty puisque un objet non protégé peut être téléchargé, c’est le but de l’application, mais c’est fait avec la mauvaise méthode. Donc le fichier téléchargé n’a pas le bon nom. Alors que pour un objet protégé ce problème n’existe pas puisqu’il faut impérativement passer par la deuxième méthode pour avoir accès au contenu non protégé.

La première méthode doit être exclusivement réservée à la synchronisation d’objets.

CF : bootstrap – Arguments en ligne et accès directs

Nommage d’entité – préfix

Le nommage des objets permet d’inclure un préfixe et un suffixe.

Pour les fichiers nébulisés, le suffixe correspond à l’extension du nom de fichier. Cette extension ne fait pas partie du nom.

Pour une entité, le préfixe peut être utilisé pour contenir le titre d’une personne ou un grade. Mais le suffixe n’a pas d’utilité au premier abord. Mais une entité peut disposer de plusieurs entités qui lui sont rattachées. Afin de distinguer l’entité maîtresse des autres entités, le suffixe peut les différencier en leur donnant une distinction ou un rôle précis.

Arborescence virtuelle

Dans nos systèmes d’information actuels, le rangement des fichiers dans une arborescence est non seulement classique mais fondamentale et souvent incontournable. L’autre forme de rangement est d’utiliser une base de données.

Il est possible avec nebule de simuler une arborescence mais virtuelle et uniquement constituée d’objets et de liens.
CF Wiki – Réflexion – analyse des applications – Système de fichiers

Un arborescence commence par une racine, par exemple ‘/‘. Dans cette racine on va trouver des fichiers, des sous-dossiers et des fichiers dans les sous-dossiers.
Chaque fichier a nativement un nom ou au pire un identifiant unique. Les fichiers vont avoir en plus un ou des liens pour les positionner dans l’arborescence à un ou plusieurs endroits.
Chaque dossier est constitué de l’objet contenant son nom. Cet objet de nommage est lié au dossier parent par un lien, lui-même relié à son dossier parent… jusqu’à la racine.

Le nom des objets ne pose pas de problème, il risque juste de changer d’une entité à l’autre. Le nom d’un dossier peut par contre avoir deux formes, mais on ne doit en gérer qu’une seule.
Soit le nom d’un dossier ne contient que sont nom et pas l’ensemble de l’arborescence. Dans ce cason peut avoir n’importe quel nom, y compris des noms avec le caractère séparateur de dossiers ‘/’. Mais si on souhaite mettre deux dossiers avec le même nom dans deux branches différentes de l’arborescence, il y a conflit sur le nom et donc mélange des fichiers enfants.
Soit le nom d’un dossier contient l’ensemble de l’arborescence. On résoud les problèmes de conflit. Et on n’accepte pas des noms de dossiers avec le caractère séparateur de dossiers. C’est la meilleur solution.

Comme il est possible que plusieurs entités créent plusieurs arborescences différentes ou en reconnaîssent plusieurs, il faut un objet unique de référence de cette arborescence. L’objet contenant ‘/’ doit dans ce cas être lié à l’objet de référence, et il en est de même pour tous les objets de l’aborescence.
Ainsi, comme pour l’émulation de commentaires dans le blog, les objets on des liens entre eux avec comme contexte un objet de référence. Les mêmes liens peuvent tout à fait être reproduire intégralement ou partiellement avec un autre objet de référence et ne pas entrer en conflit.

On obtient, du fait même de la base nebulisée, des comportements spécifiques sur l’arborescence.
Par exemple dans une arborescence de fichiers d’une société, le chef pose un nouveau fichier dans un sous-dossier. Tout le monde dans la société va voir ce nouveau fichier. Un des employé ‘copie’ le fichier ailleurs dans l’arborescence, tout le monde voit le nouveau fichier. Si il le modifie, il crée un objet de mise à jour et les deux fichiers sont mis à jours. Cela est intéressant puisque tous les emplacements sont tenus à jours mais cela peut déjà poser problème puisque l’on ne voulait peut-être pas tout mettre à jour. Il faut donc bien distinguer la mise à jour et le dérivé.
Prenons un autre cas. Un des employé modifie le nom du fichier créé par le chef. tout le monde voit la modification. Le chef décide d’annuler le nouveau nom, de redonner le nom d’origine au fichier. Tout le monde va voir le fichier revenir à son nom d’origine… sauf peut-être celui qui avait renommé le fichier puisque la gestion sociale des liens va peut-être décider que personne ne peut annuler son opération, même si le chef est son supérieur hiérarchique dans la société.

Cette arborescence virtuelle sera ajoutée pour expérimentation à sylabe. Comme ce n’est pas quelque chose de vraiment natif dans la philosophie de nebule, l’implémentation se fera sous forme d’un module.

On peut ensuite, sur cette base, aller plus loin avec par exemple inotify. Pour un dossier spécifié et ses sous dossiers, tout changement sur un dossier ou un fichier serait immédiatement nébulisé et synchronisé vers un serveur local ou distant.

Nommage d’objets et d’entités

Dans la vraie vie, le nommage des personnes a une forme conventionnelle. Il en est de même de fait pour les fichiers puisqu’ils sont tous gérés de la même façon.

Dans nebule, chacun des objets disposent d’un identifiant unique mais aussi d’un nom, même si ce dernier n’est pas obligatoire. Le nom est cependant nécessaire à l’être humain pour classer et retrouver ses données. Pour les entités, qui sont gérées comme des objets, elles ont aussi un nom mais la forme est un peu différente même si le but est similaire au nom de l’objet.

Dans nebule, tous les objets peuvent avoir ces propriétés :

  1. nom
  2. prénom
  3. surnom
  4. préfixe
  5. suffixe

Ces propriétés sont matérialisées par des liens de type l avec comme objets méta, respectivement :

  1. nebule/objet/nom
  2. nebule/objet/prenom
  3. nebule/objet/surnom
  4. nebule/objet/prefix
  5. nebule/objet/suffix

Par convention, voici le nommage des objets pour l’affichage :

prénom préfixe/nom.suffixe surnom

Le prénom et le surnom n’ont que peu d’intérêt.

Les entités disposent naturellement des mêmes propriétés, mais leur nommage pour l’affichage est un peu différent.
Par convention, voici le nommage des entités :

préfixe prénom "surnom" nom suffixe

Ici, c’est le suffixe qui a peu d’intérêt.

Une dernière remarque. Bien que certaines propriétés n’aient pas aujourd’hui de grand intérêt pour l’affichage, le fait de le proposer aux utilisateurs les rend automatiquement inamovibles. Il y aura toujours quelqu’un qui leur trouvera une utilité et les utilisera… d’où l’intérêt dès maintenant d’une convention d’affichage.

La documentation est mise à jour en conséquence : wiki.nebule.org – nebule_v1.2 – Objet

Nommage multiple et protéiforme

Dans nebule, les objets ont forcément un identifiant. Ils ont aussi parfois un nom. Typiquement, c’est le cas lorsque l’objet a pour source un fichier nébulisé.

shot-2014-07-18_20-07-59

Le nom est un texte de caractères compréhensible par les humains. Déjà, en fonction des langues, il se peux que ce texte ne soit pas compréhensible pas tout le monde. Mais on exclut déjà par principe les caractères non imprimables, même si en réalité ça n’a pas beaucoup d’importance. Il vaut mieux que le texte n’ai pas de retour à la ligne, mais ça peut être interprété, traduit et pris en compte à l’affichage.

Pour un fichier, le nom (qui inclus le chemin) a deux rôles :

  1. le classement sommaire par sujets en fonction du chemin et parfois du nom ;
  2. la description sommaire du contenu, un peu comme un titre.

Dans nebule, le nom que l’on peut donner à un objet a le même rôle que le nom pour un fichier. Il donne un titre à l’objet. Par contre, le classement des objets intervient peu avec le nom que ceux-ci pourraient avoir. Ce serait plutôt le rôle de groupes et de nœuds, concept encore en cours d’affinement. Pour un objet, lui donner un nom c’est le lier à un autre objet qui contient le nom avec un lien de type l.

Si un fichier ne peut avoir qu’un seul nom, un objet peut en avoir plus. Il est possible de créer plusieurs liens vers différents objets à utiliser comme noms. Les propriétés de liens multiples et concurrents sont valables aussi pour le nommage.
Lors de l’affichage, comme dans l’exemple ci-dessus, il faut faire un choix. Soit on affiche tous les noms, ce qui peut rapidement devenir problématique et difficilement compréhensible par l’utilisateur. Soit on affiche qu’un seul nom, celui affiché étant celui qui a le plus grand score dans le calcul des relations sociales. C’est cette dernière solution qui est adoptée aujourd’hui.

Mais on peut faire encore mieux. Rien n’interdit un lien pour un titre de renvoyer vers une image. D’ailleurs, ce peut être tout objet sans distinction. C’est l’interprétation du titre qui ici prend son importance. Si on n’interprète que du texte alphanumérique sur une seule ligne, les autres objets seront ignorés comme titre.
Si on décide de prendre en compte aussi les images, il ne sera peut-être pas opportun d’utiliser une image de grande résolution, lourde. On peut utiliser à la place les miniatures, des images dérivées, pour l’affichage comme titre. Les miniatures d’images seront d’ailleurs très régulièrement utilisées lors de l’affichage.
Pour un film, on va peut-être utiliser soit une image fixe soit une petite séquence animée, l’une comme l’autre extraite du film.

L’affichage final peut dans certains cas prendre en compte simultanément plusieurs objets titres mais de types différents. Par exemple accepter une image et un texte, ou un morceau de film, un son et un texte…
Protéiforme ne veut pas dire en forme de protéine mais bien de formes multiples.
Tout est question d’interprétation et de stratégie d’affichage. Tout est possible, aussi.

Dans sylabe, comme dans nebule, une entité a un nom constitué d’un petit texte, un prénom et même un préfixe sur le même principe. Mais elle peut aussi depuis peu avoir une image, typiquement une photo d’identité. Le nommage multiple et protéiforme existe donc déjà.