Entités multiples, gestion, relations et anonymat

On peut raisonnablement penser que chaque personne, sauf problème, a une personnalité unique. Et donc qu’une personne a un comportement unique et un réseau sociale unique.

Mais la réalité n’est malheureusement pas aussi simple.
Ne prenons que l’exemple de l’individu employé dans une société. Cet environnement est à considéré comme différent de l’environnement de vie normal, c’est à dire chez soi, dans la vie privée. Au travail, nous avons des « amis imposés par l’employeur » qui forment un réseau social souvent fortement découplé du réseau social privé. Nous avons aussi des attitudes différentes, en phase avec les attitudes que l’entreprise attend de nous. Nous sommes en short à la maison, avachi devant la télévision alors que l’on est en costume 3 pièces au travail, bien assit devant son ordinateur. Les réseaux sociaux ainsi que les échanges avec les autres individus évoluent avec l’environnement dans lequel on se situe. Chacun de nous est unique mais chacun de nous adopte une pseudo-identité variable dans l’espace et le temps. Enfin, on mélange rarement les informations de ces différentes pseudo-identités. On parle rarement en détail de sa journée de travail avec des amis le weekend autour du barbecue.
Sur un réseau social numérique, comme Facebook ou Google+, imposer une identité unique est donc une vision réductrice de l’individu humain. En cherchant à n’avoir que des identités réelles des individus, on se coupe de toutes leurs identités annexes. Et une relation de travail fait typiquement d’une identité annexe.

On ne s’attardera pas ici plus longtemps sur la justification des entités multiples mais plutôt sur la technique et les possibilités que cela ouvre.

Les premières expériences avec les identités dans nebule montrent qu’un individu peut, bien évidemment, avoir plusieurs entités différentes. Chaque entité peut avoir une « vie » propre, c’est à dire un réseau social à part. Une entité peut mettre en place des entités esclaves, elles sont dans ce cas parfaitement autonomes. Elles restent autonomes même si elles sont tenues par une entité maitresse.
L’entité puppetmaster est le premier exemple d’entité maitresse. Il y a dans ce cas une idée de validation forte. On peut avoir d’autres types de relations entre entité maitresse et entités esclaves. On peut avoir des cas où la validation serait au contraire réduite voir dissimulée, dans les cas où l’anonymat est recherché.

Vis-à-vis de l’interface homme-machine, la notion même d’entités multiples n’est pas triviale. Sur nos systèmes d’information actuels, sur nos ordinateurs, téléphones, tablettes, etc… il est courant de disposer de plusieurs comptes utilisateurs. Mais on ne peut utiliser simultanément qu’un seul compte à la fois. Tout au plus peut-on changer temporairement d’identité (élévation de privilèges par exemple). Chaque action se fait sous une et une seule identité.
Si on utilise plusieurs comptes de messagerie ou comptes de réseaux sociaux numériques, il faut quitter un compte pour pouvoir accéder à un autre.

Dans une interface exploitant nebule, il est cependant possible de travailler de la même façon ou différemment.
On peut disposer de plusieurs entités et se connecter à une et une seule entité à un instant donné.
On peut aussi se connecter à une entité maitresse et basculer, immédiatement après, vers une des entités esclaves. C’est déjà fonctionnel dans sylabe. Il est même possible de revenir facilement vers l’entité maitresse pour éventuellement repartir sur une autre entité esclave. Ainsi on évolue dans des environnements isolés via des entités autonomes. De plus, la relation entre l’entité maitresse et les entités esclaves peut être masqué (offusqué).
Mais il est possible d’aller plus loin. On peut tout à fait imaginer exploiter simultanément plusieurs entités. Cela permet d’avoir une vue synthétique de plusieurs réseaux sociaux ainsi que des échanges associés. Le cloisonnement dans ce cas est invisible pour la consultation tout en restant potentiellement très fort entre chaque entités. En pratique, on pourrait voir les activités de tous les « amis » de toutes les entités esclaves que l’on contrôle même si chaque entité esclave n’a strictement aucun rapport ou aucun lien avec les autres entités esclaves. Il faut par contre définir une entité avec laquelle on agit par défaut, au risque de casser le cloisonnement des entités par des liens inappropriés. On peut même imaginer que des interactions avec un réseau social particulier se fassent avec l’entité esclave attaché au réseau en question, on conserve ainsi le cloisonnement des entités mais pas celui de l’information. En somme, c’est un peu ce que l’on fait déjà avec un logiciel client messagerie et plusieurs comptes de messagerie…

Tags: ,

Comments are closed.