Archive for mars, 2019

Anonymisation/dissimulation des liens – ségrégation et temporalité

Vendredi, mars 22nd, 2019

Dans l’article sur l’Anonymisation/dissimulation des liens, on a vu que le stockage et le partage des liens dissimulés, de type c, était difficile si on voulait respecter le fonctionnement nominal des liens tels que définis depuis longtemps dans nebule.

Les seuls identifiants objets réels en clair dans le lien sont l’entité signataire et l’entité destinataire. Ce peut être d’ailleurs la même entité qui dissimule ses propres liens. Il n’est donc pas possible de diffuser les liens dissimulés autre part que sur l’entité destinataire.

Cependant les liens dissimulés ne jouent pas le même jeux que les liens en clair. Il faut peut-être les sortir du circuit normal des liens et mettre en place un circuit dédié.

Par exemple on peut dédier un nouveau dossier pour leur stockage, un dossier nommé c par exemple.
On peut aussi imaginer que ce dossier dédié ne serait pas structuré de la même façon. Il doit être fait référence aux entités qui dissimulent des liens, mais il est possible de segmenter encore un tout petit peu. On peut avoir des noms de fichiers de stockage des liens dissimulés faisant référence à l’entité signataire et l’entité destinataire. Ainsi il serait possible de retrouver les liens qui nous concerne et uniquement ceux-là sans avoir besoin d’un tri coûteux.

Il faut penser aussi que les liens dissimulés ne seront pas forcément horodatés correctement. Seul le champ temporel dissimulé sera exploitable pour l’entité destinataire. Les liens ne peuvent donc pas raisonnablement être pré-classés par ancienneté.

Le problème résiduel de performance tien dans le fait que lorsque l’on ouvre une session avec une entité, il faut relire et déchiffrer tous les liens même si l’on en cherche qu’un seul. Il est peut-être possible de stocker les liens dissimulés lus, et donc déjà vérifiés, dans un objet protégé. La vérification pourrait ne plus être faite systématiquement. Cet objet particulier pourrait être lui aussi dans le dossier dédié c, et donc ne pas respecter les contraintes de vérification de son empreinte, et donc de pouvoir être agrandi régulièrement. Dans ce cas la lecture des liens dissimulés se ferait beaucoup plus rapidement.
Reste à savoir quand et comment on alimente ce gros fichier tampon des liens dissimulés…

Protection des objets – les origines

Mercredi, mars 20th, 2019

Le problème de protection des objets de faible taille, tel que décrit dans l’article Protection et faible entropie, n’a pas de solution simple ou élégante. Peut-être qu’il est temps de se questionner sur la pertinence de la façon dont est assurée la protection des objets, de revoir les réflexions à l’origine de la protection des objets.

D’ailleurs, dans le même ordre d’idée, il faudra peut-être aussi se poser des questions par rapport à la dissimulation des liens qui crée un problème différent mais sans solution simple, performante et élégante.

A l’origine, l’usage de la protection des objets n’avait pas été vu avec autant de cas d’usages. L’idée était de pouvoir dissimuler le contenu d’une objet tout en continuant de le tracer, c’est à dire de l’identifier par son empreinte. Il semblait peu utile de dissimuler des choses aussi simple que « oui » ou « non ».
La capacité de pouvoir tracer devait aussi permettre de pouvoir bannir un objet en se basant sur son empreinte en claire. Une fois protégé un objet a une infinité d’empreintes possibles, donc il devient non traçable en pratique.
L’idée était aussi de pouvoir vérifier que le contenu protégé que l’on recevait d’une autre entité correspondait bien au contenu en clair attendu. Ceci avait pour but de ne pas ce retrouver avec un code offensif une fois déprotégé en lieu et place d’un objet anodin. Dans ce cas un contenu offensif peut être écarté rapidement par un simple lien de mise en liste d’exclusion.

Le problème vient du fait que le lien de protection de type k, en particulier le lien de chiffrement symétrique, fait l’association entre la valeur claire et la valeur chiffrée de l’information. En disposant de l’empreinte de l’information en claire on peut, si la valeur totale de son entropie est faible (ou si, déduit des parties prévisibles, la valeur totale résiduelle de l’entropie de l’information est faible), on peut dans ce cas recalculer l’information.
Il est théoriquement possible que le recalcule de l’information en claire donne une autre information ayant la même empreinte. Mais l’espace des valeurs calculables étant inférieur à la taille de l’empreinte des objets, càd la valeur totale de l’entropie de l’information recalculée en rapport avec la valeur totale de l’entropie d’une empreinte, et en considérant l’algorithme de prise d’empreinte cryptographique suffisamment robuste, il est très peu probable (de l’ordre de l’inverse de la taille des empreintes) de trouver une autre information de même empreinte. Ce serait même très inquiétant pour l’algorithme de prise d’empreinte cryptographique.

En parcourant le code et les cas d’usages actuels, il apparaît que l’on fait déjà indistinctement référence à un objet en clair ou protégé en utilisant son empreinte pour son contenu en clair ou protégé. Le code se charge de remettre dans le bon sens les deux identifiants.
Ne faire référence que à la partie protégée ne pose pas plus de problème que ça dans les usages actuels puisque l’on a juste besoin d’un identifiant.
Il est alors possible de recalculer l’empreinte, donc l’identifiant, du contenu en clair, et donc de pouvoir potentiellement le confronter à lien de mise en liste d’exclusion.

Le temps est encore à la réflexion mais la solution est peut-être là…

Protection des objets – faible entropie

Mardi, mars 19th, 2019

Les messages que l’on protège peuvent être courts ou peuvent être dans certains cas facilement recalculés lorsque la seule partie variable du contenu a une faible entropie. C’est un problème général qui prend tout son sens dans la messagerie.
Le lien de chiffrement relie le hash de l’objet en clair avec le hash de l’objet chiffré. c’est indispensable si on veut pouvoir retrouver le contenu d’un objet en clair sans avoir à parcourir l’intégralité des hashs des objets protégés. C’est pour éviter le problème que l’on a avec l’implémentation des liens dissimulés.

Nous sommes dans le cas d’un modèle MAC-then-encrypt-then-MAC. Il faut trouver un moyen de renforcer l’entropie des objets protégés. Jouer sur le salage ou l’IV du chiffrement ne résout pas le problème puisque le problème vient du MAC avant chiffrement.
Et ce problème ne concerne pas des objets dont le contenu a une entropie supérieure à 128 bits et qui ne sont pas prédictibles. Il n’est pas utile, voire contre productif, de systématiser une solution de renforcement de l’entropie des objets protégés.

Il y a peut-être deux solutions. La première serait d’ajouter au contenu un aléa que l’on serait capable de retirer lors de l’exploitation de l’objet, comme du bourrage (padding). La seconde serait d’opérer sur l’objet une valeur d’un autre objet et de ne pas lié l’objet initial mais uniquement l’objet opéré. Cependant cette seconde méthode parait assez fragile en l’état.

La suite au prochain épisode…

Liens de classification des objets

Mardi, mars 19th, 2019

Les objets que l’on affiche dans les applications sont déjà affublés de certains marquages, même si ils ne sont pas encore tous fonctionnels.

Par exemple, un objet peut être marqué comme dangereux et donc son contenu masqué par défaut. Cependant, les enfers n’ayant toujours pas ouverts, ce marquage n’est pas utilisé.

D’un autre côté, un objet protégé se verra affublé d’un message d’avertissement pour prévenir que son contenu ne doit pas être affiché en public. Ou dans certains cas comme sur les messages, c’est un indicateur qui donne l’état de protection d’un message.

Mais il est un autre type de message qu’il peut être utile de délivrer à un utilisateur. Au delà du fait qu’un objet est protégé, cette protection se justifie sûrement par rapport à la sensibilité du contenu de l’objet. Il est alors légitime de préciser une classification du contenu de l’objet dans certaines circonstances.

Cela permet d’avoir aussi une liste des informations importantes et de les tracer plus facilement.

C’est ce que font les militaires pour marquer les documents sensibles et classifiés. C’est ce que font les industriels pour marquer leurs secrets industriels.

La difficulté ici c’est qu’il n’y a pas de marquage type. Chacun emploie ses propres références de marquages. Il faut donc permettre cette souplesse. De plus, les marques doivent s’additionner et non se remplacer.

On peut imaginer un nouvel objet réservé destiné à gérer les marquages et qui servirait comme champ méta dans les liens de marquage. Les liens de marquages, type l, feront le lien entre l’objet à marquer et un objet de marquage via l’objet de référence.
Peut-être que l’objet de marquage sera lui-même aussi un objet de référence de ce marquage en particulier. Ceci permet de gérer des attributs liés au marquage comme un nom long, un nom court, une couleur, etc…

L’étape suivante sera ensuite de faire apparaître les marquages autours des objets. Est-ce géré comme les messages d’information actuels ? Est-ce géré différemment pour être clairement différencié ? Comme sera géré le multi-marquage ?

Enfin, comme ce système de marquage aura un impact sur les performances, il sera activable au besoin mais pas par défaut.

Pour l’instant c’est une idée non encore implémentée…

Relais d’authentification sans partage de secret

Lundi, mars 4th, 2019

Dans l’article sur les relais d’authentification, on a vu qu’il était possible très simplement de déverrouiller une entité sur un serveur distant en rejouant l’authentification. Mais cela implique de transmettre le mot de passe de cette entité. Et cela veut dire aussi que la clé privée est déverrouillée sur le serveur distant.

Il est théoriquement possible de réaliser un mécanisme d’authentification sans partage de secret. Dans ce cas une instance déverrouillée sur un serveur distant ne disposerait ni du mot de passe ni de la clé privée de l’entité. Il faut donc implémenter un mécanisme qui permette au serveur distant de venir interroger le serveur local avec la session de l’entité en cours. Le mot de passe de l’entité étant stocké dans le cache de la session PHP, il serait impossible au serveur distant de l’obtenir. Mais il peut dans ce cas accéder aux objets protégés et notamment aux secrets de chiffrement des objets. Pour les liens dissimulés c’est par contre plus complexe.

Avec un tel relai il est possible de se connecter sur un serveur distant sans divulguer son mot de passe tout en disposant de l’accès aux objets protégés et à la possibilité de signer des liens.

Un serveur distant compromis pourrait le temps de la session accéder aux objets protégés. Mais une fois la session fermée, dans la fenêtre du navigateur sur le serveur local, aucun autre objet protégé ne pourrait plus être ouvert. Au minimum, tous les nouveaux objets protégés ne seraient pas accessibles. Pour les plus anciens… ça dépend du temps d’ouverture de la session…

Relais d’authentification

Lundi, mars 4th, 2019

Il est théoriquement possible depuis une instance d’une entité déverrouillée sur un serveur, local, de demander à ouvrir une nouvelle instance sur un autre serveur, distant. Cette authentification peut simplement être faite en rejouant le mot de passe de l’entité du serveur local. Il faut que le serveur distant connaisse l’entité et dispose de l’objet de la clé privée accessible avec le mot de passe. La nouvelle instance serait alors ouverte dans un nouvel onglet du navigateur.

Cela implique la transmission du mot de passe. Il faut impérativement passer par une connexion chiffrée (TLS) avec authentification (certificat) du serveur distant afin de protéger le transit du mot de passe.

Cela implique aussi que le serveur distant va connaître le mot de passe de l’entité, au moins le temps de la session. Il faut donc avoir autant confiance dans le serveur distant qu’en le serveur local.

Il est cependant possible aussi de transmettre le mot de passe d’une sous-entité vers le serveur distant. Ainsi on peut penser centraliser sur un serveur/périphérique local une entité maîtresse et ses sous-entité, et utiliser certaines sous-entités exclusivement sur des serveurs distants, y compris des serveurs de faible confiance.

Cela veut dire que l’on doit pouvoir associer une localisation avec une entité.

En fait, cela est très simple à réaliser. Il suffit de générer un lien HTTP vers le serveur distant avec en argument l’application, l’entité et le mot de passe… le tout dans un nouvel onglet.

Et en ajoutant dans le lien HTTP un mode et une vue il est même possible de chaîner l’authentification vers un troisième serveur. On a dans ce cas un niveau de relai d’authentification et un peu de dissimulation.

Ceci n’est pas implémenté. Suite au prochain épisode…

Éviter un projet de blockchain mort-né

Vendredi, mars 1st, 2019

L’article du blog de MultiChain.com intitulé « Avoiding the pointless blockchain project » fait le tour des points à respecter pour justifier la mise en place d’une blockchain dans un projet.

Il se trouve que les différents points sont concordants avec le projet nebule qui lui n’est pas une chaîne de blocs.

La lecture est intéressante. La blockchain peut être aussi privée, et donc pouvoir être localisée et non nécessiter d’être unique et synchronisée au niveau mondial. Mais dans ce cas se pose la question de la quantité suffisante de nœuds pour calculer et valider les blocs. Et si on revient vers des nœuds privés pour une blockchain privée, alors on perd l’intérêt d’une chaîne de blocs de transactions… et on revient sur un système avec un tiers de confiance.