Archive for janvier, 2016

Définition des groupes

Jeudi, janvier 14th, 2016

Dans le cadre de la recherche sur l’implémentation des groupes dans nebule, voir 1 2 3 4 5, deux nouveaux objets réservés ont été ajoutés :

  • nebule/objet/groupe
  • nebule/objet/groupe/ferme

Le groupe

Il a été décidé de rattacher explicitement le groupe aux objets, et donc aussi aux entités notamment. Mais la notion de groupe peut être vu comme plus globale.

Si on reprend par exemple l’objet réservé nebule/danger, les objets qui lui sont liés deviennent de fait un groupe des objets à éviter. Il suffit donc de lier un objet à un autre objet pour créer un groupe. Cependant cela n’est pas très pratique puisque l’on ne peut rechercher que des groupes pré-définis à l’avance et communément acceptés. Cela marche bien pour quelques groupes avec des fonctions biens précises et universellement reconnues, et pas plus.

Fondamentalement, le groupe est la définition d’un ensemble de plusieurs objets. C’est à dire, c’est le regroupement d’au moins deux objets. Le lien peut donc à ce titre être vu comme la matérialisation d’un groupe. Le groupe met en relation des objets vis-à-vis d’une référence. C’est la référence qui identifie le groupe. Dans le cas de notre objet réservé nebule/danger, c’est cet objet réservé qui est la référence du groupe. Par simplification, l’objet de référence peut être assimilé comme étant le groupe.

Tout objet peut ainsi devenir la référence d’un groupe. Cela n’est pas sans poser un gros problème pratique. Puisque tout objet peut être un groupe, comment fait-on pour s’y retrouver dans l’immensité des groupes disponibles ?
Pour simplifier le problème, nous allons considérer les liens comme étant des groupes directs ou explicites. Et nous allons considérer les relations de deux liens ou plus comme étant des groupes indirectes ou implicites. Ces groupes indirectes sont centrés sur un et un seul objet de référence. Si nous prenons par exemple comme référence l’objet réservé nebule/objet/type, nous avons un groupe indirecte qui va contenir tous les objets de même type mime.

Nous allons à partir de maintenant considérer comme groupe uniquement les groupes indirectes.

Mais cela fait encore beaucoup trop de possibilités en pratique pour que la notion de groupe n’ai un intérêt pour gérer les objets. Nous allons en plus restreindre la notion du groupe, et donc son exploitation dans nebule, à l’objet vers lequel un lien explicite est créé avec les objets. Ce lien explicite est un lien de type l avec comme objet meta l’objet réservé nebule/objet/groupe ou nebule/objet/groupe/ferme.

Groupe ouvert ou fermé

L’exploitation des objets d’un groupe nécessite de pouvoir lire et vérifier les liens qui unissent les objets au groupe. Ces liens peuvent être générés par différentes entités, le traitement social des liens déterminera pour une entité donnée quels sont les objets reconnus dans le groupe ou pas. Ce processus est avant tout un traitement pour reconnaitre ou non les objets d’un groupe ouvert.

Pour un groupe fermé, la reconnaissance des objets du groupe n’est plus déterminée par le traitement social des liens. Ne sont reconnus les objets comme appartenant au groupe fermé que ceux dont le lien est signé par l’entité qui a créé le groupe. Dans le cas d’un groupe fermé, les liens générés par une autre entité pour ajouter des objets au groupe ne sont pas pris en compte.

Si il est possible de créer un groupe ouvert avec un objet de référence donné, le même objet de référence peut aussi servir pour un groupe fermé. Dans ce cas, lors du traitement, le groupe ouvert et le groupe fermé apparaissent comme deux groupes distincts. Si plusieurs entités créent des groupes ouverts avec le même objet de référence, un seul groupe est affiché et regroupe tous les groupes ouverts. Si plusieurs entités créent des groupes fermés avec le même objet de référence, il faut exploiter et afficher tous les groupes fermés comme des groupes indépendants.

Un groupe fermé doit toujours être accompagné son l’entité créatrice lors de l’affichage.

Groupe public ou privé

La distinction entre un groupe public et un groupe privé, c’est la visibilité de celui-ci pour les entités tierces. Si tous les liens qui relient les objets au groupe sont dissimulés, alors le groupe est privé et seuls les entités qui peuvent voir ces liens ont accès au groupe.

Cependant, si une partie des liens ne sont pas dissimulés ou si ils sont rendus publics, alors le groupe devient partiellement public.
Les liens, même dissimulés, sont complètement manipulables par toute entité qui y a accès, ainsi en terme de sécurité on peut dire qu’un groupe privé est un groupe public qui s’ignore. Mais ce n’est pas forcément un problème, si une entité A crée un groupe fermé et privé, alors le fait qu’une autre entité B crée un même groupe (même référence) ouvert et public ne rend pas pour autant public le groupe de l’entité A.

Groupe actif ou passif

Un groupe est par défaut passif. Il devient actif lorsqu’il devient capable de réaliser des actions, c’est à dire de signer des liens. Le seul objet capable de signer un lien est une entité, ainsi un groupe actif est un groupe dont l’objet de référence est une entité.

Si le secret de cette entité de référence du groupe n’est connu que d’une seule autre entité (entité maitresse) alors c’est un groupe actif fermé. Si cette entité de référence du groupe a plusieurs entités maitresses alors c’est un groupe actif ouvert.

Un groupe actif ouvert peut aussi être privé si tous ses liens sont dissimulés. Il devient semi-public ou public si une des entités maitresse dévoile tout ou partie des liens du groupe. De la même façon, une entité peut ajouter d’autres entités au groupe, c’est à dire partager le secret de l’entité de référence du groupe. En terme de sécurité, un groupe actif ouvert privé est souvent un groupe actif ouvert public qui s’ignore.

De fait, toute entité piratée devient un groupe actif ouvert, même si le secret de l’entité n’est pas rendu public.

Groupe d’entités

Un groupe d’entité est un groupe dans lequel on ne considère que les objets qui sont des entités. Les autres objets sont ignorés. Lorsque ce groupe n’est plus vu comme un groupe d’entités, tous les objets sont pris en compte et les entités sont gérés comme des objets. La distinction se fait donc uniquement sur le type d’objet que l’on attend du groupe au moment de l’exploiter.

Graphe de groupes

Lorsque l’on a un groupe qui est lié à un autre groupe, comme doit-on l’interpréter ?
Cela crée un graphe de groupes. Il est possible soit d’ignorer les sous-groupes dans un groupe ou au contraire de résoudre le graphe pour en exploiter tous les objets. Dans le cas de la résolution du graphe, on retombe sur les problèmes classiques de la résolution d’un graphe.

Le graphe de groupe peut aussi dans certains cas avoir un traitement convenu. Cela peut être appliqué à la gestion des options ou des droits dans une application. On va ainsi lier des groupes d’entités avec des groupes d’options et/ou des groupes de droits. Dans ce cas on ne parcours le graphe que de façon simple et non ambigüe.

Nœud

La notion de nœud est concurrente de la notion de groupe. Sauf usage nouveau et différencié, le nœud va disparaitre de nebule.

Liens de propriétés d’un objet

Lundi, janvier 11th, 2016

Rien de vraiment nouveau pour ce début d’année 2016.

Via la librairie php, on pouvait récupérer une ou des propriétés d’un objet avec le contenu de ces propriétés, on peut maintenant récupérer juste le ou les liens correspondants. Ainsi il est possible d’extraire facilement d’autres informations sur ces propriétés comme la date ou l’entité créatrice…