Archive for the ‘traitement’ Category

Gestion temporelle partielle

Jeudi, septembre 11th, 2014

Il y a deux façons de gérer le temps et deux façons pour le prendre en compte.

C’est la suite des articles Horodatage, ISO 8601, suite et Marque de temps.

La référence de temps, ou pas

On peut gérer le temps comme étant un prérequis commun à tous les acteurs. Dans ce cas, toutes les machines doivent synchroniser leurs horloges internes sur une source commune. Tout le monde travaille avec la même heure, le même espace temps et la même référence. Ici on ne tient pas compte du fuseau horaire qui est un bricolage de décalage non pas temporel mais sur l’affichage uniquement. Aujourd’hui, l’orientation de tous les systèmes d’informations, c’est la synchronisation globale, c’est à dire la même partout sur la planète.
On pourrait aussi simplement considérer que chaque machine, chaque utilisateur, a un espace temps qui lui est propre. Pas de synchronisations à faire mais se pose alors l’interprétation d’une date donnée par une autre machine. Il faut prévoir un mécanisme de correction du temps des autres machines, par rapport à une référence. On retrouve cette référence commune mais elle peut dans certains cas être soi-même, c’est à dire je suis à la bonne heure et je compense l’heure des autres. En cas d’absence de référence externe, il faut retenir le décalage de chacune des machines avec lesquelles on communique.
Avoir une référence commune implique une communication régulière avec cette référence. Il faut donc une connexion réseau, même partielle. Plus la précision attendue dans la synchronisation est forte, plus les moyens tant en réseau qu’en relais doivent être importants, rapides et fiables. Sur des réseaux isolés ou fortement fragmentés, la synchronisation du temps devient illusoire. Et cela peut arriver partout sur la planète : catastrophe naturelle, guerre, dictature, repli sur elles-même des nations, etc…

Le problème sur la référence de temps n’est pas que théorique. Ce ne serait pas « juste un problème d’affichage ». Beaucoup de protocoles de sécurisation s’appuient aujourd’hui sur le temps et exigent un horodatage assez précis. Lorsque l’on se connecte au site web de sa banque, lorsque l’on renvoie un message signé, lorsque l’on se connecte à un réseau d’entreprise, les jetons de session et autres certificats électroniques ont une durée de vie limitée ou une date d’expiration. Tous ces services impliquent d’avoir un réseau pour fonctionner et peuvent délivrer une référence de temps en même temps que ces services. Par contre, des documents comme les passeports sont aussi émis avec une date d’expiration et il serait difficile de vérifier leur validité sans une référence de temps commune.

Le système de gestion du temps dans nebule est encore aujourd’hui basé sur l’horloge interne de la machine qui exploite les liens. Il utilisera aussi l’entité kronos comme référence. Mais il est prévu de calculer et mémoriser les décalages de temps entre machines. Cette capacité à mémoriser les variations de temps rend l’ensemble plus résilient en cas de catastrophe ou tout simplement de fragmentation volontaire des réseaux. A faire…

Sur un réseau maillé comme sur Internet, la structure globale ressemble à un fractal dans lequel on peut zoomer et retrouver les mêmes formes de connexions entre nœuds de réseau. Un réseau Internet fragmenté serait sûrement toujours maillé et toujours interconnecté, mais la structure globale ressemblerait plutôt à une nébuleuse, c’est à dire sans structure marquée. Dans ce deuxième cas, les synchronisations de temps seraient souvent conflictuelles.
Le postulat que l’on peut simplement synchroniser tout le monde sur une seule et unique référence de temps est une facilité de notre époque. Mais c’est une facilité qui n’est ni évidente ni définitivement acquise.

Prise en compte des événements futurs, ou pas

Avec synchronisation du temps entre les machines ou pas, il peut arriver d’une marque de temps soit dans le futur ou interprétée comme telle. Que fait-on dans ce cas ? Est-ce une erreur de l’émetteur ? Est-ce une erreur de synchronisation ? Est-ce une erreur de zone de temps ? Est-ce un acte malveillant ?
Et c’est pareil pour une date du passé qui ne correspond manifestement pas à l’ère informatique. Est-ce une erreur de référence de temps ?

On peut tenir compte d’une marque de temps problématique et l’interpréter telle quelle vis-à-vis des autres date. Dans le cas d’une suppression de lien marqué dans le futur, cette suppression est valable. Mais, parce qu’elle est dans un futur un peu lointain, il va devenir impossible de réhabiliter ce lien avant cette date puisque sa suppression sera toujours valide temporellement. Il faudrait un nouveau lien plus loin dans le futur qui, lui, empêcherait la suppression avant cette nouvelle date dans le futur… On ne s’en sort pas.

On peut ne pas tenir compte d’une marque de temps invalide et l’écarter du traitement comme étant incohérente. Dans ce cas un lien de suppression dans le futur ne serait plus utilisé avant que notre espace temps ne soit arrivé effectivement à cette date.
Mais dans ce cas la synchronisation de temps ou l’utilisation d’une référence de temps a beaucoup plus d’importance puisque des dates du calendrier arabe, hébraïque, indien, chinois ou copte n’ont pas la même signification. Des événements interprétés comme étant dans le futur seront automatiquement ignorés alors qu’ils sont peut-être valides.

La non prise en compte de liens avec une date dans le futur semble la meilleur solution, mais elle n’est pas encore implémentée dans nebule. A faire…
L’implémentation doit aussi permettre de gérer sereinement les décalages, prévisibles, du temps entre différentes machines même si elles ont la même référence de temps. En dessous de la seconde, une synchronisation globale est illusoire. Avec une connexion à Internet intermittente, une précision de l’ordre de la minute est plausible. Il faut donc prévoir un paramètre afin de définir le décalage maximal de temps que l’on accepte pour des liens dans le futur.

L’utilisation de la norme ISO8601 est indispensable mais pas suffisante. Tous les calendriers n’utilisent pas cette forme et bien sûr n’ont pas la même référence de temps. De plus, si il permet une grande précision, il ne permet pas de manipuler le temps sur ce que l’on appelle le temps long. Il serait intéressant de pouvoir manipuler d’autres calendriers, peut-être avec un préfixe spécifique.

Lien juste à temps

Les liens de nebule n’ont pas vocation à permettre un traitement complexe des données, juste à permettre leur transmission et faciliter le traitement.

Manipuler des données avec des échéances n’est possible qu’en associant un objet contenant une date avec un objet méta spécifique. Le traitement à échéance est réalisé par le programme qui interprète cette forme de lien. Il est facile de réaliser au niveau des liens d’une prise en compte « à retardement » d’un lien. Le modèle pourrait être l’encapsulation d’un lien dans un autre lien d’un type particulier, sur le modèle du lien offusqué. Au lien d’une clé de chiffrement, ce pourrait être une date de prise en compte.
Ce nouveau type de lien est de fait en concurrence avec un lien avec une date dans le futur. Mais cela présenterait quand même quelques avantages. Le premier, c’est que la date pourrait être aussi une période de prise en compte. Mais surtout, là où un lien dans le futur pourrait être supprimé parce que considéré invalide, un lien dédié à cet usage serait beaucoup plus légitime.

Cette idée est encore à réfléchir…

Modes de traitement

Jeudi, juin 19th, 2014

Le projet nebule en lui-même donne un cadre stricte dans la forme des objets et des liens. Mais il ne donne que des orientations sur le traitement, c’est à dire l’interprétation, de ces objets et surtout de leurs liens.

Il existe aujourd’hui trois stratégies dans le traitement des objets et des liens.

Le mode ouvert

C’est la façon la plus simple d’utiliser les objets et les liens puis qu’aucune vérification n’est réalisée.

Cela implique pour commencer que les empreintes des objets ne sont pas vérifiées. Ces empreintes sont donc de pures URI avec un faible attachement au contenu des objets qu’elles référencent. Cette considération entre en conflit avec l’un des fondements du projet nebule puisque l’empreinte est strictement attaché à un objet, son contenu en fait, et que toute modification de cet objet entraîne implicitement la création d’un nouvel objet avec une empreinte propre.

Les liens ne sont pas vérifiés, ce qui veut dire que leur provenance, n’étant pas assurée, ne peut pas être non plus utilisée. Ainsi, les liens sont vus sont leur forme la plus réduite, c’est à dire la forme équivalente RDF avec la date et l’action.

Le traitement s’en trouve extrêmement accéléré. Il est pas contre impossible d’établir un échange digne de ce nom ne serait-ce qu’entre deux entités. Les notions de propriétés public et privée n’ont pas de fondement dans ce cas. On ne peut envisager ce fonctionnement que sur un périmètre restreint d’un centre de calcul et dédié à une tâche unique. On peut tout au plus envisager une passerelle vers le monde extérieur qui vérifierait scrupuleusement les entrées et signerait les sorties.

Ce mode de traitement n’est pas recommandé dans le cadre du projet nebule.

Le mode social

La prise en compte du côté social implique que l’on tienne compte de l’émetteur des liens, et donc de la validité de ceux-ci. A l’opposé du mode ouvert, cette façon de procéder est la plus complexe et la plus lente. Mais c’est aussi la plus intéressante.

Chaque objet et chaque lien utilisé est scrupuleusement vérifié. Comme nous sommes dans un environnement social, c’est à dire avec de multiples entités, nous devons procéder à un tri des liens en fonction de leur provenance. Les objets sont vérifiés mais leur usage dépend exclusivement de leurs liens, et donc notamment des émetteurs de ces liens.

Lorsque deux actions sont contradictoires, il faut tenir compte de l’environnement sociale et plus seulement du facteur temporel. Il y a des différences dans la confiance que l’on accorde aux autres entités, et donc dans les liens quelles génèrent. Le tri des liens est réalisé suivant une pondération qui reflète la relation avec les entités émettrices. C’est une pondération en tout point sociale et est attachée aux entités.

L’offuscation de liens permet de cacher ou de tromper une entité sur la vraie pondération qu’on lui accorde. Mais il fait garder à l’esprit que plus elle est discordante plus elle a de chance d’être découverte ou au minimum de provoquer de la confusion.

Une pondération peut aussi être envisageable sur les objets. Cela permet en augmentant la pondération de réduire proportionnellement l’influence des autres entités sur un objet précis.

Enfin, une pondération peut être réalisée sur le type de lien et éventuellement en fonction d’un des objets référencés par un lien.

Ici, pour le projet nebule, clairement tout est quasiment à faire. La pondération des entités n’est pas encore formalisée. La pondération des objets et théorique. Et la pondération sur le type de lien n’est qu’une prévision par rapport aux modèles actuels.

Le traitement des objets et des liens, déjà ralentis par les vérifications de base, est encore plus complexe du faire des calculs de pondérations, et donc plus lent encore.

Ce mode de traitement est celui adopté par la librairie nebule de référence en php. Par extension, c’est aussi le mode de traitement utilisé dans le projet sylabe.

Le mode strict

La prise en compte du côté social est partielle, elle a même une forme exclusive. On se situe à mi chemin entre le mode ouvert et le mode social en terme de complexité.

Chaque objet et chaque lien utilisé est scrupuleusement vérifié. Contrairement au mode social, la prise en compte des entités n’est pas globale mais au contraire exclusive. On ne reconnaît que les liens de certaines entités précises. Afin de simplifier encore plus le traitement, il n’y a pas de priorisation ou de pondération dans l’exploitation des liens. Si plus d’une entité est reconnu, toutes ont le même poids et donc le même pouvoir de décision dans l’utilisation des objets. On attend ici des décisions rapides, fiables et reproductibles dans un environnement large mais avec un groupe très restreint d’objets et de liens à prendre en compte. Tout le reste est ignoré.

C’est un fonctionnement de type paranoïaque. Les notions de propriétés publique et privé sont assurées mais les échanges avec d’autres entités sont très limités et potentiellement conflictuels parce que non pondérés, non régulés. Ce fonctionnement est tout indiqué pour gérer la sécurisation de certains outils informatiques comme le déploiement de code.

Le cas le plus représentatif est par exemple la reconnaissance des entités puppetmaster, bachue et cerberus dans la validation de la librairie nebule de référence en php mais aussi du code du projet sylabe.

Ce mode de traitement est utilisé par le bootstrap en php et la librairie nebule de référence en bash. Le bootstrap ne reconnaît que les objets de bachue ou de l’autorité locale moyennant un bannissement de cerberus et sous la supervision de puppetmaster.

Le weblog et la relation d’objets – 2

Jeudi, juillet 11th, 2013

Suite de la réflexion sur le weblog et la relation d’objets.

La première expérience avec sylabe sur une arborescence d’objets liés montre qu’il faut privilégier les liens de type dérivation f dans cet usage. Le lien de type l permet avec un objet méta de déterminer la relation entre deux objets dans l’arborescence. Mais c’est déjà ce que fait le lien de type dérivation f sans objet méta. Et si l’emplacement de l’objet méta est utilisé, il n’est du coup pas possible de définir ce que l’on peut appeler un contexte. C’est à dire de définir que les deux objets sont dans une arborescence bien délimitée et non tout le temps liés.

Ensuite, des liens de type dérivation f peuvent être utilisés sans objet méta afin de définir un objet dérivé d’un autre de façon générale. La différence, c’est que sans objet méta, le lien n’est pas utilisé dans l’affichage d’une arborescence d’objets. Mais cela n’empêche pas qu’ils soient utilisés pour améliorer l’affichage de certains objets spécifiques dans la représentation de l’arborescence. Ainsi, une arborescence d’images de grandes tailles gagnera à voir chaque image remplacée une à une par une versions réduite. C’est plus adaptée à l’affichage d’un navigateur web par exemple. La version réduite de chaque image étant liée à l’image originale par un lien de dérivation f.

Cette façon de faire résout les cas de gestion d’un article dans plusieurs nœuds et de gestion d’un article à plusieurs endroits dans le même nœud.

Reste à définir le cas de la gestion d’un nœud sous un autre nœud.

Le weblog et la relation d’objets

Jeudi, juillet 4th, 2013

La mise en application des objets et liens nebule dans sylabe montre qu’un aspect important de la relation entre les objets a été sous-estimé.

Prenons l’exemple d’un blog ou d’un fil de discussion sur FB (en autres). Un utilisateur publie un article, un texte en fait. A cet article, tous les utilisateurs (ou presque) peuvent répondre, c’est à dire attacher à l’article un nouvel article. Ce nouvel article est aussi un texte, mais il est subordonné à l’article initial.
On peut ainsi ajouter une infinité d’articles subordonnés à l’article initial ou subordonnés les uns aux autres.

Première remarque à priori. L’article initial, celui de plus haut niveau, a tout intérêt à être déclaré comme étant un nœud. Mais ça n’est pas obligatoire en fait.

Ensuite, le lien entre l’article initial et les articles qui lui répondent est un lien créant une hiérarchie. Les liens nebule de type l ou f peuvent répondre à ce besoin.

La réflexion est cependant incomplète. Il faut tenir compte de :
– la gestion d’un article dans plusieurs nœuds ;
– la gestion d’un article à plusieurs endroits dans le même nœud ;
– la gestion d’un nœud sous un autre nœud.

A suivre…

Diagramme des fonctions

Vendredi, novembre 23rd, 2012

Voici le diagramme des fonctions génériques à créer, première version :

(suite…)

Objet différencié ou indifférencié

Dimanche, mars 25th, 2012

Si un lien vers un objet ne contient pas de méta-données, il n’apporte pas d’informations sur le traitement, l’utilisation de cet objet. L’objet doit donc contenir le nécessaire pour que l’on puisse identifier son type, et par extension sa façon de l’utiliser. Il doit être différencié. Si le lien contient des métas, l’objet peut être indifférencié, ce sont les métas du lien qui détermineront le traitement de l’objet.

L’important, c’est qu’au moment du traitement, les données de l’objet aient été différenciées.

(suite…)

Big data et concept des 4 V

Jeudi, mars 15th, 2012

L’approche Big data est intéressante en plusieurs points, dont notamment le concept des 4 V.

L’expression Big data désigne des ensembles de données qui deviennent tellement gros qu’ils en deviennent difficiles à travailler avec des outils classiques de gestion de base de données. (suite…)