Archive for the ‘graphe’ Category

Objet de référence contre suivi du graphe des mises à jours

Vendredi, octobre 21st, 2016

Le bootstrap retrouve l’application et la librairie nebule à utiliser en suivant des liens. Actuellement, il suit le graphe des mises à jours de l’application sélectionnée et celui de la librairie nebule.

Mais il est possible dans ce cas d’utiliser une autre méthode de suivi des liens pour retrouver la dernière version des applications et de la librairie.

La recherche par les graphes permet de suivre les liens de type u d’objets en objets jusqu’à arriver en bout de branche de l’arborescence des mises à jours. Évidement, il faut tenir compte des liens de type x de suppression de liens. Et il faut aussi que l’objet en bout de branche soit disponible sinon on remonte la branche en sens inverse…
La méthode est efficace mais elle est très longue a jouer.

Il est possible de faire plus simple pour un résultat identique dans notre cas.

La structure de recherche de la dernière version d’un objet a dans notre cas un cheminement complètement sous contrôle. Il n’est pas nécessaire de gérer une profondeur de recherche de plus de un niveau, même avec des liens de mise à jour. En ne fonctionnant plus que sur un seul niveau il est tout à fait possible de n’utiliser que des liens de type f depuis un objet de référence.
Et en plus il est possible de ne plus à devoir gérer les liens de suppression de liens. Un nouveau lien remplace automatiquement le précédent lien. Si il faut supprimer le lien de la dernière mise à jour, il suffit de rejouer à une date plus récente le lien de la version précédente.

Et ainsi il y a gain du nombre d’objets parcourus et gain de temps de traitement sur les quelques liens qui restent.

Cette méthode va être mis en place dès que possible dans le bootstrap.

Définition des groupes

Jeudi, janvier 14th, 2016

Dans le cadre de la recherche sur l’implémentation des groupes dans nebule, voir 1 2 3 4 5, deux nouveaux objets réservés ont été ajoutés :

  • nebule/objet/groupe
  • nebule/objet/groupe/ferme

Le groupe

Il a été décidé de rattacher explicitement le groupe aux objets, et donc aussi aux entités notamment. Mais la notion de groupe peut être vu comme plus globale.

Si on reprend par exemple l’objet réservé nebule/danger, les objets qui lui sont liés deviennent de fait un groupe des objets à éviter. Il suffit donc de lier un objet à un autre objet pour créer un groupe. Cependant cela n’est pas très pratique puisque l’on ne peut rechercher que des groupes pré-définis à l’avance et communément acceptés. Cela marche bien pour quelques groupes avec des fonctions biens précises et universellement reconnues, et pas plus.

Fondamentalement, le groupe est la définition d’un ensemble de plusieurs objets. C’est à dire, c’est le regroupement d’au moins deux objets. Le lien peut donc à ce titre être vu comme la matérialisation d’un groupe. Le groupe met en relation des objets vis-à-vis d’une référence. C’est la référence qui identifie le groupe. Dans le cas de notre objet réservé nebule/danger, c’est cet objet réservé qui est la référence du groupe. Par simplification, l’objet de référence peut être assimilé comme étant le groupe.

Tout objet peut ainsi devenir la référence d’un groupe. Cela n’est pas sans poser un gros problème pratique. Puisque tout objet peut être un groupe, comment fait-on pour s’y retrouver dans l’immensité des groupes disponibles ?
Pour simplifier le problème, nous allons considérer les liens comme étant des groupes directs ou explicites. Et nous allons considérer les relations de deux liens ou plus comme étant des groupes indirectes ou implicites. Ces groupes indirectes sont centrés sur un et un seul objet de référence. Si nous prenons par exemple comme référence l’objet réservé nebule/objet/type, nous avons un groupe indirecte qui va contenir tous les objets de même type mime.

Nous allons à partir de maintenant considérer comme groupe uniquement les groupes indirectes.

Mais cela fait encore beaucoup trop de possibilités en pratique pour que la notion de groupe n’ai un intérêt pour gérer les objets. Nous allons en plus restreindre la notion du groupe, et donc son exploitation dans nebule, à l’objet vers lequel un lien explicite est créé avec les objets. Ce lien explicite est un lien de type l avec comme objet meta l’objet réservé nebule/objet/groupe ou nebule/objet/groupe/ferme.

Groupe ouvert ou fermé

L’exploitation des objets d’un groupe nécessite de pouvoir lire et vérifier les liens qui unissent les objets au groupe. Ces liens peuvent être générés par différentes entités, le traitement social des liens déterminera pour une entité donnée quels sont les objets reconnus dans le groupe ou pas. Ce processus est avant tout un traitement pour reconnaitre ou non les objets d’un groupe ouvert.

Pour un groupe fermé, la reconnaissance des objets du groupe n’est plus déterminée par le traitement social des liens. Ne sont reconnus les objets comme appartenant au groupe fermé que ceux dont le lien est signé par l’entité qui a créé le groupe. Dans le cas d’un groupe fermé, les liens générés par une autre entité pour ajouter des objets au groupe ne sont pas pris en compte.

Si il est possible de créer un groupe ouvert avec un objet de référence donné, le même objet de référence peut aussi servir pour un groupe fermé. Dans ce cas, lors du traitement, le groupe ouvert et le groupe fermé apparaissent comme deux groupes distincts. Si plusieurs entités créent des groupes ouverts avec le même objet de référence, un seul groupe est affiché et regroupe tous les groupes ouverts. Si plusieurs entités créent des groupes fermés avec le même objet de référence, il faut exploiter et afficher tous les groupes fermés comme des groupes indépendants.

Un groupe fermé doit toujours être accompagné son l’entité créatrice lors de l’affichage.

Groupe public ou privé

La distinction entre un groupe public et un groupe privé, c’est la visibilité de celui-ci pour les entités tierces. Si tous les liens qui relient les objets au groupe sont dissimulés, alors le groupe est privé et seuls les entités qui peuvent voir ces liens ont accès au groupe.

Cependant, si une partie des liens ne sont pas dissimulés ou si ils sont rendus publics, alors le groupe devient partiellement public.
Les liens, même dissimulés, sont complètement manipulables par toute entité qui y a accès, ainsi en terme de sécurité on peut dire qu’un groupe privé est un groupe public qui s’ignore. Mais ce n’est pas forcément un problème, si une entité A crée un groupe fermé et privé, alors le fait qu’une autre entité B crée un même groupe (même référence) ouvert et public ne rend pas pour autant public le groupe de l’entité A.

Groupe actif ou passif

Un groupe est par défaut passif. Il devient actif lorsqu’il devient capable de réaliser des actions, c’est à dire de signer des liens. Le seul objet capable de signer un lien est une entité, ainsi un groupe actif est un groupe dont l’objet de référence est une entité.

Si le secret de cette entité de référence du groupe n’est connu que d’une seule autre entité (entité maitresse) alors c’est un groupe actif fermé. Si cette entité de référence du groupe a plusieurs entités maitresses alors c’est un groupe actif ouvert.

Un groupe actif ouvert peut aussi être privé si tous ses liens sont dissimulés. Il devient semi-public ou public si une des entités maitresse dévoile tout ou partie des liens du groupe. De la même façon, une entité peut ajouter d’autres entités au groupe, c’est à dire partager le secret de l’entité de référence du groupe. En terme de sécurité, un groupe actif ouvert privé est souvent un groupe actif ouvert public qui s’ignore.

De fait, toute entité piratée devient un groupe actif ouvert, même si le secret de l’entité n’est pas rendu public.

Groupe d’entités

Un groupe d’entité est un groupe dans lequel on ne considère que les objets qui sont des entités. Les autres objets sont ignorés. Lorsque ce groupe n’est plus vu comme un groupe d’entités, tous les objets sont pris en compte et les entités sont gérés comme des objets. La distinction se fait donc uniquement sur le type d’objet que l’on attend du groupe au moment de l’exploiter.

Graphe de groupes

Lorsque l’on a un groupe qui est lié à un autre groupe, comme doit-on l’interpréter ?
Cela crée un graphe de groupes. Il est possible soit d’ignorer les sous-groupes dans un groupe ou au contraire de résoudre le graphe pour en exploiter tous les objets. Dans le cas de la résolution du graphe, on retombe sur les problèmes classiques de la résolution d’un graphe.

Le graphe de groupe peut aussi dans certains cas avoir un traitement convenu. Cela peut être appliqué à la gestion des options ou des droits dans une application. On va ainsi lier des groupes d’entités avec des groupes d’options et/ou des groupes de droits. Dans ce cas on ne parcours le graphe que de façon simple et non ambigüe.

Nœud

La notion de nœud est concurrente de la notion de groupe. Sauf usage nouveau et différencié, le nœud va disparaitre de nebule.

Arborescence virtuelle

Samedi, novembre 29th, 2014

Dans nos systèmes d’information actuels, le rangement des fichiers dans une arborescence est non seulement classique mais fondamentale et souvent incontournable. L’autre forme de rangement est d’utiliser une base de données.

Il est possible avec nebule de simuler une arborescence mais virtuelle et uniquement constituée d’objets et de liens.
CF Wiki – Réflexion – analyse des applications – Système de fichiers

Un arborescence commence par une racine, par exemple ‘/‘. Dans cette racine on va trouver des fichiers, des sous-dossiers et des fichiers dans les sous-dossiers.
Chaque fichier a nativement un nom ou au pire un identifiant unique. Les fichiers vont avoir en plus un ou des liens pour les positionner dans l’arborescence à un ou plusieurs endroits.
Chaque dossier est constitué de l’objet contenant son nom. Cet objet de nommage est lié au dossier parent par un lien, lui-même relié à son dossier parent… jusqu’à la racine.

Le nom des objets ne pose pas de problème, il risque juste de changer d’une entité à l’autre. Le nom d’un dossier peut par contre avoir deux formes, mais on ne doit en gérer qu’une seule.
Soit le nom d’un dossier ne contient que sont nom et pas l’ensemble de l’arborescence. Dans ce cason peut avoir n’importe quel nom, y compris des noms avec le caractère séparateur de dossiers ‘/’. Mais si on souhaite mettre deux dossiers avec le même nom dans deux branches différentes de l’arborescence, il y a conflit sur le nom et donc mélange des fichiers enfants.
Soit le nom d’un dossier contient l’ensemble de l’arborescence. On résoud les problèmes de conflit. Et on n’accepte pas des noms de dossiers avec le caractère séparateur de dossiers. C’est la meilleur solution.

Comme il est possible que plusieurs entités créent plusieurs arborescences différentes ou en reconnaîssent plusieurs, il faut un objet unique de référence de cette arborescence. L’objet contenant ‘/’ doit dans ce cas être lié à l’objet de référence, et il en est de même pour tous les objets de l’aborescence.
Ainsi, comme pour l’émulation de commentaires dans le blog, les objets on des liens entre eux avec comme contexte un objet de référence. Les mêmes liens peuvent tout à fait être reproduire intégralement ou partiellement avec un autre objet de référence et ne pas entrer en conflit.

On obtient, du fait même de la base nebulisée, des comportements spécifiques sur l’arborescence.
Par exemple dans une arborescence de fichiers d’une société, le chef pose un nouveau fichier dans un sous-dossier. Tout le monde dans la société va voir ce nouveau fichier. Un des employé ‘copie’ le fichier ailleurs dans l’arborescence, tout le monde voit le nouveau fichier. Si il le modifie, il crée un objet de mise à jour et les deux fichiers sont mis à jours. Cela est intéressant puisque tous les emplacements sont tenus à jours mais cela peut déjà poser problème puisque l’on ne voulait peut-être pas tout mettre à jour. Il faut donc bien distinguer la mise à jour et le dérivé.
Prenons un autre cas. Un des employé modifie le nom du fichier créé par le chef. tout le monde voit la modification. Le chef décide d’annuler le nouveau nom, de redonner le nom d’origine au fichier. Tout le monde va voir le fichier revenir à son nom d’origine… sauf peut-être celui qui avait renommé le fichier puisque la gestion sociale des liens va peut-être décider que personne ne peut annuler son opération, même si le chef est son supérieur hiérarchique dans la société.

Cette arborescence virtuelle sera ajoutée pour expérimentation à sylabe. Comme ce n’est pas quelque chose de vraiment natif dans la philosophie de nebule, l’implémentation se fera sous forme d’un module.

On peut ensuite, sur cette base, aller plus loin avec par exemple inotify. Pour un dossier spécifié et ses sous dossiers, tout changement sur un dossier ou un fichier serait immédiatement nébulisé et synchronisé vers un serveur local ou distant.

Parcours restreint de graph de mise à jour

Lundi, mai 19th, 2014

Dans sylabe, la mise en place de la traduction sous forme de modules a apporté son lot de problèmes de sécurité. Les modules peuvent contenir tout un tas de code qui ne sont pas en rapport avec la traduction. Il faut interdire par tous les moyens l’ajout de code malveillant inconnu. Il est très difficile de filtrer finement ces codes pour ne garder au mieux que ce qui concerne les traduction ou au pire rejeter l’objet qui le contient. La solution retenu est de ne reconnaître que les modules signés soit par bachue, soit par l’entité locale.

Les fonctions _l_grx et _l_gr1 de la librairie en php prennent maintenant en compte un paramètre pour restreindre la recherche des liens de mise à jours (résolution du graphe des mises à jours) aux deux entités citées ci-dessus.

Mais, si fonctionnellement c’est suffisant, on va maintenant plus loin. Au lieu de ne reconnaître que deux entités, il est maintenant possible d’en ajouter plus de façon statique. On crée en quelque sorte une liste d’autorités locales. Cette liste n’est valable que sur un serveur et pour une seule instance de sylabe ou tout autre programme similaire.

Ainsi, la variable $nebule_local_authority contient une liste des entités faisant office d’autorité locale. Elle est pré-remplie par défaut avec l’entité bachue. Elle peut être complétée.

Une autre variable $nebule_curentnotauthority permet d’interdire à l’entité courante d’être elle aussi autorité locale. A false par défaut, l’entité locale peut ajouter des modules. C’est notamment pratique pour le développement puisque l’on peut faire soi-même des évolutions de ces modules. A true, l’entité locale ne peut qu’utiliser les modules par défaut présents localement.

Il est bien sûr possible de positionner ces deux variables dans les fichiers de configuration env_nebule.php et env_sylabe.php. Cependant, leur comportement est un tout petit peu différent dans le bootstrap et dans la librairie (via une application comme sylabe).

Quelques explications s’imposent pour comprendre les différences. Schéma de fonctionnement global d’une instance :

1 – Appel du bootstrap (index.php) par le serveur web.
V
2 – Exécution du script php.
3 – Lecture du fichier de configuration env_nebule.php.
4 – Recherche de la librairie nebule valide à charger.
5 – Chargement de la librairie nebule (fonctions et variables).
6 – Recherche de l’application par défaut et valide.
(actuellement, c’est sylabe)
7 – Le bootstrap charge l’application et passe la main.
V
8 – Exécution du script php de l’application.
9 – Lecture du fichier de configuration env_sylabe.php.
10 – Déroulement du script de l’application…

Lors de l’exécution du bootstrap, celui-ci n’utilise pas la session utilisateur gérée par php. Il va cherche si le fichier e existe et si c’est une entité. Il prend cette entité comme étant l’entité propriétaire de l’instance. Si avec la variable $nebule_curentnotauthority on empêche de reconnaître cette entité comme autorité, seule bachue sera autorité et donc seuls ses mises à jours seront prises en compte. Ainsi, il n’est pas possible pour l’entité locale de modifier la librairie ou le programme (sylabe) sauf si ils sont signés par bachue. Une mise à jour régulière est possible.

Lors de l’exécution de l’application, ici sylabe, l’entité locale n’est pas forcément l’entité courante. Et l’entité courante n’est donc pas forcément propriétaire de l’instance mais juste utilisatrice. Si avec la variable $nebule_curentnotauthority on empêche de reconnaître cette entité comme autorité, seule bachue sera autorité et donc seuls ses modules seront pris en compte. Ainsi, il n’est pas possible pour l’entité courante de modifier les modules. Une mise à jour régulière est possible.

En clair, l’entité locale choisit la librairie nebule et le programme à charger, l’entité courante dans le programme choisit les modules. Si cela ne leur est pas interdit.

Pour ajouter d’autres autorités, il suffit de les ajouter à la variable $nebule_local_authority dans les fichiers de configuration :
$nebule_local_authority[]='88848d09edc416e443ce1491753c75d75d7d8790c1253becf9a2191ac369f4ea';

shot-2014-05-19_12-24-40

Auto déploiement répliqué d’un code

Mercredi, février 5th, 2014

La librairie nebule de référence en php gère maintenant les liens de mise à jour d’objets conformément à la méthode décrite dans l’article sur la Résolution d’un graphe de relations de mise à jour.

Cette fonctionnalité qui paraît au premier abord peu utile tous les jours est en fait primordiale pour diffuser de façon sécurisée les mises à jours de logiciels. Le premier programme à en bénéficier est sylabe. La diffusion du code sous forme d’objet a déjà commencé : Gestion des versions de sylabe – mise en ligne

Ainsi, le code de sylabe va pouvoir être très facilement tenu à jour avec la toute dernière version. Mais cela va aussi grandement simplifier l’installation puisque le code de bootstrap va être capable d’aller automatiquement récupérer immédiatement la dernière version de sylabe avant de permettre son utilisation.

Nous arrivons dans le projet nebule à un point de singularité. Alors que jusque là, les fichiers mais aussi les entités (les utilisateurs) avaient été intégrés à nebule sous forme d’objets, le code de nebule restait lui en dehors des objets. Maintenant, le code de gestion des liens et objets devient lui aussi un objet géré par des liens comme tout objet.

Le code sera initialement signé et diffusé par l’entité bachue. Tout entité à jour deviendra à son tour point de redistribution du code.

Résolution d’un graphe de relations de mise à jour

Jeudi, janvier 16th, 2014

L’utilisation des liens de mise à jour d’objets est utilisé dans des cas biens spécifiques mais revêt une grande importance par exemple dans la mise à jour de programmes. Cela a notamment des implications sur la sécurité des programmes gérés sous forme d’objets.

Les liens de mise à jour n’ont pas de contraintes et peuvent donc créer des graphes de liens entre objets de forme quelconque. Cependant, l’usage de ces liens dans nebule nécessite que pour un objet donné on obtienne un unique autre objet. Cet objet doit être disponible puisque l’on est dans le cas d’un usage, c’est à dire de son utilisation immédiate.

La résolution d’un graphe de liens permet d’obtenir l’identifiant un objet dérivé unique et disponible pour un objet de départ en tenant compte de la validité des liens. Cette résolution est spécifique à nebule et se fait sous forme arborescente en ne tenant compte de des liens descendants et non bouclés.

Table des matières :

  1. Lien de mise à jour
  2. Remplacement de lien de mise à jour
  3. Mise à jour arborescente
  4. Gestion des objets manquants
  5. Résolution des boucles

Cette méthode de résolution va maintenant être expérimentée grandeur nature dans sylabe pour la gestion des versions des programmes. (suite…)