Archive for the ‘Implémentation’ Category

Non vérification crypto et lecture seule – Centre de données et répartition

Samedi, septembre 15th, 2018

Suite de l’article sur la Non vérification crypto et lecture seule.

Le problème des très gros objets peut être résolu avec un fonctionnement segmenté de l’application. D’un côté on a l’application principale qui structure et délivre des informations aux utilisateurs, par exemple la page de diffusion des vidéos. Et de l’autre un serveur uniquement dédié au stockage des objets volumineux.

L’application principale peut fonctionner classiquement sur une ou plusieurs instances et faire référence à du contenu, y compris volumineux, hébergé sur un autre serveur. Le contenu est constitué d’objets parfaitement référencés par leurs empreintes et dont l’usage est définit par des liens. On ne fait là qu’exporter le problème des gros objets.

Un serveur uniquement dédié au stockage des objets volumineux va devoir résoudre le problème de la vérification des objets volumineux sans avoir à se poser de question sur leurs pertinences. La pertinence des données, ce sont les applications qui la gère avec les liens. Ce serveur devient ainsi un centre de distribution de données (CDN) dont la stratégie de vérification peut être adaptée. Et là, l’usage des instances sur ces serveurs étant très restreint en fonctionnalité, il est possible d’alléger la vérification des objets. La vérification peut ne plus être systématique avant un téléchargement par un client mais peut être préprogrammée périodiquement lors de faibles sollicitations. Cela veut dire qu’il faut faire confiance à un serveur qui, peut-être, n’est pas entièrement sous contrôle. Il reste possible bien sûr de vérifier la validité des objets après téléchargement.

Reste un petit engrenage à ajouter là dedans. Il faut que la ou les applications, dans des instances différentes, soient capable non seulement de manipuler la référence d’un objet volumineux sans l’avoir effectivement à portée, mais soient aussi capable de faire pointer l’utilisateur sur le bon point de stockage de l’objet volumineux. C’est à dire qu’elles soient capable de désigner le bon centre de données au bon moment.
Pour cela, soit chaque application dispose d’une configuration définissant quel (unique) centre de données utiliser pour les objets dont la taille (défini par un lien de propriété) est supérieure à une limite de vérification. Soit l’application crée un lien (de propriété) définissant pour chaque objet volumineux sur quel centre de données il est disponible. La première solution est la plus simple, la seconde est la plus souple, et les deux peuvent cohabiter.

L’air de rien, le lien définissant sur quel centre de données est disponible un objet volumineux, la deuxième solution, existe déjà. Pour une entité il est possible de définir un lien avec pour objet méta ‘nebule/objet/entite/localisation‘ afin de donner des points de présences d’une entité. Cet objet méta réservé, non utilisé aujourd’hui, pourrait être abandonné et directement remplacé par l’objet méta ‘nebule/objet/localisation‘ plus générique. Ça tombe bien, ce dernier existe déjà… ne reste maintenant qu’à l’implémenter dans le code…

Non vérification crypto et lecture seule

Dimanche, août 12th, 2018

Dans la réflexion de créer une application dédiée à la manipulation de photos et de vidéos se pose invariablement la question des vidéos HD, FHD et UHD. La taille de ce genre de vidéo, pour conserver une qualité de restitution optimale, est assez conséquente.

Le problème ici dans nebule c’est la vérification systématique de la validité du contenu d’un objet manipulé, c’est à dire le re-calcul de son empreinte cryptographique. Si la librairie nebule mémorise le temps d’une session un objet vérifié, dans un cache, ce qui peut déjà présenter un problème de sécurité, il faut cependant toujours faire cette prise d’empreinte au moins une fois.
Par exemple l’empreinte SHA256 d’un fichier de 1,6Go va nécessiter environ 30s sur un disque dur à plateaux normal. La consommation de temps vient principalement de la lecture du support et non du calcul cryptographique. Et la prise d’empreinte cryptographique est un calcul relativement simple…

Il peut en être de même avec les liens qui nécessitent une vérification de signature de type RSA ou équivalent. Ce calcul en cryptographie asymétrique est beaucoup plus long rapporté à la quantité de données. Si un lien ne faire que quelques kilo-octets tout au plus, le nombre de liens à vérifier pour un seul objet peut être potentiellement gigantesque. Au cours du développement des applications de nebule il n’est pas rare de devoir nettoyer à la main les liens de la bibliothèque parce qu’il y en a plus de 80.000 … soit systématiquement 80.000 lien à lire et à vérifier. Là aussi un cache des liens déjà validés dans la session est en place pour accélérer le travail mais ce n’est pas toujours suffisant.

Une possible résolution de ce problème peut être de changer de disque et de passer sur SSD, ou de nettoyer sévèrement les liens utilisés. Mais ces deux cas sont extrêmes et pas toujours réalisables.

Une autre solution peut être envisageable dans le cas de machines de relais ou de partage d’informations en particulier. Comme on l’a vu dans l’article Frontal et relai d’information verrouillé en écriture, il est possible d’avoir des serveurs en lecture seule en activant l’option de lecture seule ou en figeant le système de fichiers. Cela pose des contraintes particulières sur la synchronisation des objets et des liens et sur le fait qu’ils doivent être vérifiés à un moment ou à un autre. Dans ce cas on peut coupler une option de non vérification des objets et des liens avec une option de lecture seule.
Avec cet exemple une entité peut toujours d’authentifier afin d’accéder à du contenu protégé mais ne pourra réaliser aucune action.

On peut imaginer aussi que l’application de mise à jour (upload) peut être autorisée à mettre à jours des liens et des objets en les vérifiant et ainsi avoir un serveur partiellement en lecture seule.

Donc il serait possible d’avoir un serveur de relai d’information en lecture seule uniquement mais avec un fonctionnement accéléré.
Ceci n’est pas implémenté actuellement.

Le message et le messager

Samedi, juin 30th, 2018

Dans sylabe, il y a une implémentation de la messagerie.

Mais la messagerie tel que l’on a l’habitude de l’utiliser est un peu réductrice dans sa forme. L’article d’un blog comme le commentaire sur un réseau social sont aussi des formes de messages. Dans nebule, il est fort probable que ce soit la même information mais avec une présentation différente.

Dans un système de gestion de l’information dans lequel chaque information est intégrée dans un fichier avec ses usages, c’est à dire ses méta-données, une information transmise pour un nouvel usage devient un nouveau fichier. C’est le cas par exemple de la messagerie dans lequel un message retransmit à une nouvelle adresse devient un nouveau message alors qu’il contient la même information à la base. La différence, c’est que les destinataires du premier message ne sont pas forcément au courant du nouveau message et donc du partage de l’information. Ce non partage de certaines informations de diffusions (méta-données) est géré dans nebule par la mise en place de l’offuscation des liens.

La transmission d’un message c’est simplement la transmission d’une information. Ce qui permet au destinataire de savoir qu’une information lui est destiné c’est le fait de l’inclure dans un lien entre cette information et un objet dédié qu’il scrute. L’objet dédié est de fait un groupe d’objets lui étant destinés, ce qui s’apparente à un salon de discussion d’une messagerie. Ce salon de discussion est désigné par le terme de conversation contenant des messages.

Le mécanisme des conversations mis en place étant un retour à la sources des informations et de leurs usages, cela offre beaucoup de possibilités et de nouvelles perspectives. Une conversation peut être fermée et publique, elle est ainsi visible de tout le monde mais seules certaines personnes vont pouvoir légitimement et publiquement dialoguer dans cette conversation. Toute entité qui ne fait pas partie de la conversation fermée peut émettre des messages dans cette conversation mais ceux-ci ne seront pas vus pas les autres entités à part peut-être ses amis. Un groupe d’amis peut donc commenter en directe une conversation fermée sans perturber le déroulement de celle-ci pour les autres écouteurs de la conversation. Le statut d’une conversation peut être changé par un participant, cela n’impacte pas les autres participants, ce dernier peut ainsi décider de passer la conversation en ouverte et voir maintenant la contribution de tout le monde et non plus seulement les participants… sans plus gêner pour autant les participants.

Un nouveau problème arrive, comment présenter dans une interface ces fonctionnements à l’utilisateur, et de façon intuitive ?…

Définition des groupes

Dimanche, mai 20th, 2018

La gestion des groupes est entièrement revue et corrigée dans la bibliothèque nebule en PHP orienté objet et dans les applications (sylabe, klicty, messae).
Une fois les applications mises à jour, les groupes existants disparaîtront.

Cet article invalide la définition de groupe telle que définit dans l’article Définition des groupes du 14/01/2016.

Cette implémentation des groupes sera aussi utilisée pour les conversations contenant des messages.

OG / Groupe

Le groupe est un objet définit comme tel, c’est à dire qu’il doit avoir un type mime nebule/objet/groupe.

Fondamentalement, le groupe est un ensemble de plusieurs objets. C’est à dire, c’est le regroupement d’au moins deux objets. Le lien peut donc à ce titre être vu comme la matérialisation d’un groupe. Mais la définition du groupe doit être plus restrictive afin que celui-ci soit utilisable. Pour cela, dans nebule, le groupe n’est reconnu comme tel uniquement si il est marqué de son type mime. Il est cependant possible d’instancier explicitement un objet comme groupe et de l’utiliser comme tel en cas de besoin.

Le groupe va permettre de regrouper, et donc d’associer et de retrouver, des objets. L’objet du groupe va avoir des liens vers d’autres objets afin de les définir comme membres du groupe.

Un groupe peut avoir des liens de membres vers des objets définis aussi comme groupes. Ces objets peuvent être vus comme des sous-groupes. La bibliothèque nebule ne prend en compte qu’un seul niveau de groupe, c’est à dire que les sous-groupes sont gérés simplement comme des objets.

(suite…)

Frontal et relai d’information verrouillé en écriture

Vendredi, avril 20th, 2018

Le mécanisme de transmission d’objets et de liens dans nebule permet de distribuer de façon sûr l’information.

Mais le serveur qui héberge des informations et l’application qui manipule ces informations peuvent tous deux être attaqués afin de corrompre ou supprimer ces informations.

Cette capacité de relais fiable de l’information peut être exploité pour maintenir ‘au chaud’ la source de certaines information et n’exposer publiquement que des relais. On peut même avoir plusieurs couches concentriques de relais, ce qui se rapproche beaucoup du chaînage de proxys web. Mais si le cheminement de l’information s’apparente à des sauts entre relais, chaque relai peut être vu individuellement comme un serveur frontal de partage de l’information. Le rôle de frontal l’empêche de relayer automatiquement une attaque, celle-ci doit d’abord compromettre le serveur frontal avant de pouvoir espérer continuer vers la source de l’information.

Enfin, il est possible de faire transiter de 3 façons différents l’information entre source et relais :

  1. le serveur relai va chercher régulièrement de l’information à synchroniser sur la source (ou un autre relai) ;
  2. le serveur source va synchroniser via une connexion montante, et l’application upload, l’information ;
  3. le serveur source va synchroniser l’information en synchronisant le système de fichier, c’est à dire l’intégralité de l’instance nebule.

Afin de renforcer la robustesse d’une instance de serveur nebule, il est possible d’utiliser l’option de verrouillage globale en écriture. Si cette option est forcée dans le fichier de configuration de l’instance, elle ne peut être modifiée via nebule. Mais si cette option interdit au moteur de la bibliothèque nebule d’écrire quoi que ce soit, cela n’empêche pas le serveur web lui même, une application ou un module compromis, d’écrire. Il est aussi possible de rendre impossible l’écriture des objets et liens en changeant les droits sur le système de fichier contenant la page web. Dans ce cas, seule la synchronisation complète via le système de fichier permet de transmettre l’information.

Ainsi, pour l’entité bachue, maître du code, le serveur qui reçoit le nom de domaine, et donc les connexion, est un frontal qui n’a pas de lien réseau direct vers la source, c’est à dire l’entité bachue elle-même.

Le passage par support amovible (air gap) interdit toute attaque directe de l’entité source.

Référencement par défaut

Dimanche, mars 25th, 2018

Suite des articles Références d’images, Propriété d’un objet et référence par rapport à un objet et Objet de référence contre suivi du graphe des mises à jours.

La recherche par référence se fait par rapport à un contexte. Ce contexte est définit par le champ méta des liens.

Pour les images, le contexte est définit par un objet contenant ‘nebule/objet/image/reference‘, soit l’ID 1ca96e517fc6ccca45080244c594dd777dc5d3bde0f872f961c28a4e9749ba82.

Pour la bibliothèque nebule en php, le contexte est définit par un objet contenant ‘nebule/objet/interface/web/php/bibliotheque‘, soit l’ID 4297b53cfab1fc41f7820a47d1c21fbf7d0ab83a5ee4f94331c1e0ba1cbb99cf.

Pour les applications, le contexte est définit par un objet contenant ‘nebule/objet/interface/web/php/applications‘, soit l’ID e0150ff815bd5343034ff025624d20f723e2293842ab4eaedabda1ea5790e66b.

Etc…

Mais il n’y a pas que des usages dans des contextes techniques qui sont à prendre en compte. On peut permettre à l’utilisateur de gérer ses références. Pour cet usage un objet de référencement ‘nebule/reference‘ est dédié, soit l’objet 7339ea8fd26c67c3857ca94f9bac47d3841a3b75e799609720b8cc739732a161. La version publique actuelle de sylabe ne le reconnaît pas encore mais c’est le cas dans la version en cours de développement.

La reconnaissance des liens pour les références ne va pas être faite tout à fait de la même façon en fonction de l’usage. On doit être plus restrictif sur les références concernant les applications que pour celles de l’utilisateur. On va se base sur un calcul social de tri différent.

Et pour faciliter la gestion des références par l’utilisateur, un module dédié est en cours de développement. Il est dédié aux utilisateur donc il se base par défaut sur l’objet de référencement dédié aux utilisateurs mais peut très bien se baser sur d’autres objets de référencement.

Enfin, un lien de référence pourra être dissimulé.

Anonymisation/dissimulation des liens

Samedi, mars 10th, 2018

Il y a déjà une série d’articles en 2012 sur la Liaison secrète (et suite), puis en 2014 sur l’Anonymisation de lien (et correction du registre de lien), et enfin en 2015 sur la Dissimulation de liens, multi-entités et anonymat et l’Exploitation de liens dissimulés.

On trouve dès 2015 un schéma d’implémentation d’un lien dissimulé (offusqué) et le mécanisme cryptographique utilisé :

20150627-nebule-schema-crypto-lien-c

Mais la mise en pratique ne suit pas alors que la bibliothèque nebule en php orienté objet est prête à reconnaître les liens dissimulés.

Parce qu’en pratique, il ne suffit pas juste de générer ces liens et de les lire, il faut aussi les stocker de manière à pouvoir les retrouver tout en gardant des performances acceptables lors du passage à l’échelle.

Comme l’anonymisation attendue nécessite la mise en place d’un minimum de déception vis-à-vis d’un adversaire, il n’est pas possible de stocker les liens dissimulés dans les liens des objets concernés. Cela casserait presque immédiatement la confidentialité du lien dissimulé parce que les objets ont souvent chacun des rôles propres et donc des places privilégiées dans les liens qui servent aux usages de ces objets.

Les deux seules informations que l’on ne peut dissimuler sans bloquer le transfert et l’exploitation des liens dissimulés, c’est l’entité signataire et l’entité destinataire (si différente). Donc le stockage ne peut se faire que de façon connexe à des deux entités. Si ce n’est pas le cas les liens ne pourront pas être retrouvés et utilisés lorsque nécessaire.

Prenons le cas d’une entité qui décide de dissimuler la grande majorité de son activité, elle va donc dissimuler tous les liens qu’elle génère (ou presque). Là où habituellement le stockage des liens aurait été réparti entre tous les objets concernés, du fait de la dissimulation ils vont tous se retrouver attachés à un même objet, l’entité signataire. Cela veut dire que pour extraire un lien de cette entité il va falloir parcourir tous les liens. Cela peut fortement impacter les performances de l’ensemble.
Et c’est aussi sans compter le problème de distribution des liens parce que l’on les distribue aujourd’hui que vers les objets source, cible et méta… et non sur les entités signataires. L’entité destinataire est dans ce cas naturellement desservie directement, est-ce un problème si l’entité signataire ne l’est pas ?
Une autre méthode pourrait consister à créer un objet de référence rattaché à l’entité et spécifiquement dédié à recevoir les liens dissimulés. Mais les liens dissimulés ne contenant pas cette objet de référence, on doit créer un processus plus complexe pour la distribution des liens tenant compte des entités signataires et destinataires.
On peut aussi mettre tous les liens chiffrés dans les liens d’un objet c puisque c’est le type de lien après dissimulation. Mais cela veut dire que tous les liens dissimulés de toutes les entités se retrouvent au même endroit. On ne fait que déplacer le problème de la longue liste des liens à parcourir.
Enfin on peut rester sur une des premières idées qui consiste à stocker des liens dissimulés non plus dans la partie du stockage dédié au liens mais directement dans un objet. Le défaut de cette méthode est qu’à chaque nouveau lien dissimulé généré, il faut refaire un nouvel objet avec une novelle empreinte… et donc un nouveau lien pour le retrouver.

On rejoint le problème de la persistance des données dans le temps, de leurs objets et liens associés. Une solution déjà proposée, mais non implémentée, consiste à organiser un nettoyage par l’oubli des objets et des liens dans le temps en fonction d’une pondération.

Pour commencer à expérimenter, les liens dissimulés seront stockés uniquement avec l’entité destinataire. Cela ne remet pas en cause la distribution actuelle des liens. On verra à l’expérience comment gérer un flux massif de liens et son impact sur les performances.

Copier/coller et marquage

Samedi, mars 3rd, 2018

Dans les différentes applications sont hérités des classes de la bibliothèque nebule un équivalent du copier/coller. C’est un équivalent parce que cela ne fonctionne pas tout à fait pareil.

Copier un objet que l’on collerait ailleurs pourrait se rapprocher de copier un fichier mais cela ne veut rien dire dans nebule parce qu’un objet copié… ne donnerait que l’objet lui même. Seul une transformation (dérivation) donne un nouvel objet à part entière, aussi infime soit la transformation.

De même, un couper/coller n’a pas plus de sens parce que cela reviendrait à retirer un objet pour le remettre au même endroit.

Quand on parle d’endroit d’un objet, techniquement c’est son emplacement de stockage. Mais pour l’utilisateur d’une application cela peut vouloir dire que c’est l’usage de l’objet qui est copié. On copie donc un usage, c’est à dire plus ou moins un lien, d’un objet pour en faire autre chose. Par exemple on peut vouloir faire apparaître l’objet dans plusieurs endroits différents d’une arborescence.
Pour répondre à cette usage sans usurper la fonction de copier/coller, il a été introduit depuis quelques temps dans les applications la notion de marquage. Marquer un ou plusieurs objets permet ensuite d’y faire référence plus tard ailleurs dans l’application, ou dans une autre application. Ainsi, un objet dans une arborescence peut être marqué puis peut être utilisé dans la messagerie pour le transmettre à quelqu’un.

Le marquage peut contenir des objets, y compris sous forme d’entités de groupes ou de messages, et/ou des liens. L’application qui permet l’usage des objets et liens doit faire le tri de ce qui est utilisable pour elle entre les différents types d’objets et les liens.

Il peut être possible de parler d’un vrai copier/coller ou couper/coller d’un objet non pas localement mais entre plusieurs instance de nebule, c’est à dire entre plusieurs serveurs. Le copier/coller reviendrait à une duplication de l’objet sur une autre instance. Le couper/coller reviendrait à dupliquer un objet sur une autre instance puis à supprimer l’objet localement, par exemple pour faire de la place.

php, gd et mbstring

Lundi, février 26th, 2018

Pour une installation sous Linux, ne pas oublier les paquets php-gd et php-mbstring permettant d’avoir accès aux fonctions de modification graphique et à mbstring qui va notamment convertir les textes en utf-8.

C’est utilisé par la bibliothèque nebule procédurale incluse dans le bootstrap. Donc si pas de mbstring disponible, ça plante dès le début…

Les documentations sont déjà à jour :

Sous FreeBSD et OpenBSD, il faut compiler php avec gd et mdstring, ou l’installer via les portages avec ces dépendances. Bon… ça fait un moment que le code n’a pas été testé sur ces plateformes par manque de temps.

Debian 8 n’est pas concerné. C’est par défaut en dépendance de php.

L’idéal serait de pouvoir s’en passer pour simplifier l’installation… à voir…

Chargement de liens

Samedi, janvier 6th, 2018

Les applications génèrent par elles-même les liens dont elles ont besoin pour répondre aux usages des utilisateurs.

Il est possible de transmettre des liens qui ne peuvent être générés localement. C’est le cas des mises à jours d’applications.
Pour cela, il existe deux méthodes et deux moyens. Le code correspondant à été ré-écrit dans la bibliothèque nebule.

Pour qu’un lien soit traité, il faut que les trois soit validées :

  1. permitWrite : permet d’écrire des objets ou des liens.
  2. permitWriteLink : permet d’écrire des liens.
  3. permitUploadLink : permet de charger des liens.

Les deux méthodes sont :

  • le transfert d’un lien individuel ;
  • le transfert d’un fichier contenant (potentiellement) plusieurs liens.

Les deux moyens sont deux possibilités de transmettre les liens :

  • via l’application upload directement ;
  • via le module module_upload de l’application sylabe.

Lors du chargement d’un lien, quelque soit la méthode ou le moyen, le lien est d’abord vérifié structurellement.
Ensuite la vérification de la signature du lien et de son signataire répond à un processus plus complexe dépendant de deux options et de l’état de connexion d’une entité :

  1. permitPublicUploadLink : permet de charger des liens signés sans qu’une entité en cours ne soit déverrouillée, quelque soit le signataire.
  2. permitPublicUploadCodeMasterLink : permet de charger des liens signés par le maître du code (bachue) sans qu’une entité en cours ne soit déverrouillée.
  3. $this->_unlocked : variable qui donne l’état de déverrouillage de l’entité en cours d’utilisation, càd qu’une entité est connectée.

Si l’entité locale est déverrouillée, le transfert d’un lien devient une action légitime de l’entité. Tous les liens signés sont écrits si ils sont valides (structure et signature). Tous lien non signé est ré-écrit et signé par l’entité en cours; puis écrit.

Cette ré-écriture de lien est une ré-appropriation du lien. Est-ce que cette ré-appropriation peut poser problème ?

Bonne année 2018

Mardi, janvier 2nd, 2018

Une nouvelle année signifie la mise à jour de toutes les dates à côté des licences… que ce soit dans les différents code mais aussi des sites web statiques et des blogs.

Aucune publication de code n’a été faite depuis le 8 mai 2017. Les différentes applications sont toujours en cours de ré-écriture avec la nouvelle partie graphique intégrée à la bibliothèque nebule. Et elles rejoignent progressivement la mise en pratique de la Réflexion sur l’évolution de l’interface web pour nebule. Cependant une publication en cours de migration avec des modifications partielles serait catastrophique pour l’utilisabilité des applications.

Cette focalisation à temps plein sur l’évolution de l’interface est bénéfique à la qualité de l’affichage des applications et à leur utilisabilité. Mais elle est temporaire, pendant ce temps il n’y a de travail ni sur le fond ni sur la théorie et les problématiques spécifiques à nebule.

Références d’images

Samedi, décembre 23rd, 2017

Afin d’accélérer la recherche d’une image à afficher dans une application, en fait en général des icônes, la recherche bascule de la résolution des graphes de mise à jour à l’utilisation de références. Comme définit dans l’article Propriété d’un objet et référence par rapport à un objet, une icône est définit par une référence unique. Cette référence permet de retrouver rapidement un objet. Le gain de temps de traitement est du même ordre que ce qui est décrit dans l’article Objet de référence contre suivi du graphe des mises à jours pour chaque icône, c’est à dire plusieurs fois dans l’affichage d’une page là où le bootstrap n’intervient qu’une seule fois.

Cela peut être utilisé aussi pour rechercher l’image de fond de l’interface même si ce n’est pas une icône.

Chaque icône dispose d’une référence unique, un objet sans contenu, dont l’identifiant n’est visiblement pas une empreinte d’objet.

L’implémentation est fonctionnelle dans la partie graphique de la bibliothèque nebule, reste à convertir toutes les applications et leurs modules…

Modification du thème du bootstrap

Dimanche, octobre 22nd, 2017

Le thème graphique du bootstrap se transforme un peu pour mieux coller à la nouvelle vision développée dans la Réflexion sur l’évolution de l’interface web pour nebule.

L’application 0 voit maintenant ses icônes centrées dans la page et a une icône dédiée au bootstrap/break.

020171022-shot-2017-10-22_18-13-55

Réflexion sur l’évolution de l’interface web pour nebule – dans klicty

Dimanche, octobre 22nd, 2017

Suite des articles Réflexion sur l’évolution de l’interface web pour nebule, objets, entités et entités 2.

Voici l’évolution en cours de l’interface de klicty.

La vue des entités pour se connecter :

020171022-shot-2017-10-22_18-15-25 (suite…)

Réflexion sur l’évolution de l’interface web pour nebule – entités 2

Jeudi, septembre 7th, 2017

Suite de la réflexion sur l’évolution de l’interface web pour nebule, objets. et entité.

Il y a deux façons d’afficher des objets.

La première ressemble à ce qu’il y avait avant, mais en plus complet. Les boutons d’action sont affichés sous la barre de titre de l’objet :

20170907-shot-2017-09-07_22-19-28

(suite…)

Réflexion sur l’évolution de l’interface web pour nebule – entités

Samedi, septembre 2nd, 2017

Suite de la réflexion sur l’évolution de l’interface web pour nebule et objets.

Le code de génération graphique de l’affichage des objets progresse. La mise en place d’une fonction getDisplayList() permet de gérer beaucoup plus facilement une liste d’objets.

Voici un comparatif d’une liste d’entité avec l’ancienne méthode et la nouvelle :

 20170902-shot-2017-09-02_18-35-52

Et :

20170902-shot-2017-09-02_19-09-22

Réflexion sur l’évolution de l’interface web pour nebule – objets

Mardi, août 29th, 2017

Suite de la réflexion sur l’évolution de l’interface web pour nebule.

Au moyen d’une nouvelle fonction d’affichage dans la bibliothèque nebule, la fonction getDisplayObject(), il est maintenant possible de déléguer plus facilement l’affichage d’une liste d’objets ou d’entités.

Voici l’affichage inséré dans un textes :

20170829-inline

Les différents formats d’affichage en blocs avec une hauteur de 32px, 64px, 128px puis 256px :

20170829-bloc-1

20170829-bloc-2


20170829-bloc-3


20170829-bloc-4

Plusieurs blocs s’assemblent pour remplir toute la largeur disponible en rapport avec leur largeur propre. Les informations internes affichées des blocs sont complètement indépendantes les unes des autre. Cela donne :

20170829-assemblage-bloc

La fonction permet aussi un affichage en liste avec un objet par ligne :

20170829-lignes

Quelques possibilités :

  • Le carré de l’icône peut être remplacé par une image ou masqué.
  • Le carré de la couleur n’est pas modifiable est dépend uniquement de l’ID de l’objet, mais peut être masqué.
  • Le nom de l’objet peut être remplacé par un texte.
  • L’identifiant de l’objet peut être masqué.
  • Les entités ou objets de référence (au dessus du nom) peuvent être masqués et si la liste est trop longue il se réduisent aux carrés de couleur et d’icône, voir juste au carré de couleur.
  • Les icônes de protection, de dissimulation et de verrouillage sont activables (en fond vert) et peuvent être masqués.
  • Les émotions sont calculés automatiquement et peuvent être masquées.
  • Le compteur est personnalisable et peut être masqué.
  • Certains éléments ne peuvent pas être affichés ensemble, surtout quand la place est limitée.
  • Les blocs sont centrés par défaut, leurs assemblages aussi.

Il reste à faire la deuxième partie de ces affichages d’objets, c’est à dire de les rendre utilisables autrement que juste par des liens hypertextes. L’idée est de rendre les carrés de l’icône et de la couleur sensible au clic pour afficher un menu complet des actions sur l’objet. Les actions seront dépendantes des modules via la mise en place de nouveaux points d’accrochage (hooks).

Réflexion sur l’évolution de l’interface web pour nebule

Jeudi, juillet 27th, 2017

Au fil du temps l’interface graphique, communément appelée Interface Homme-Machine (IHM), implémentée dans les dérivés de nebule s’améliore et se structure autour de la bibliothèque commune. Cette bibliothèque incorpore de mieux en mieux la préparation de plus en plus d’éléments graphiques communs.

Cependant elle reste insatisfaisante.

Il n’est pas question de parler d’un interface d’application qui apporterait quelques solutions à certains problèmes mais entraînerait de fait bien des problèmes d’interopérabilité et le suivi des codes qui vont avec.

L’interface web semble la plus adaptée aujourd’hui mais traîne malgré sa bonne standardisation la question de la gestion des multiples supports d’affichages. La philosophie habituelle à la mode consiste à faire gérer par même page l’ensemble des affichages possibles dans tout le gradient entre les plus minuscules smartphones et les ordinateurs aux écrans très haute résolution. Sans parler du très faible écart en résolution des écrans à mettre en parallèle à leur l’écart de tailles.

C’est sans compter aussi le questionnement sur l’usage invasif et disproportionné du JavaScript (JS). De plus en plus de pages web sur Internet incorporent des parties de code/JS/images/etc venant de différents CDN. L’éclatement du moteur de la page en de multiples dépendances est tenable avec l’Internet actuel mais est profondément en opposition au fonctionnement de nebule et est par nature très sensible à la fragmentation possible de l’Internet dans le futur. Le JS trop pointu est clairement une source de dysfonctionnement ainsi qu’une source de problèmes de sécurité.

L’interface comporte deux parties:

  1. le contenu de la page contenant l’information principale attendue par l’utilisateur ;
  2. le cadre de la page avec des informations liées à l’environnement de l’information affichée ou à l’application.

Ces deux parties doivent être plus clairement décorrélées graphiquement. L’idée est d’essayer de rendre plus léger, aérien, le contenu et plus discret le cadre.

La vision d’avenir, sauf catastrophe, ce sont d’un côté des écrans toujours plus grands avec des résolutions toujours plus fines. Quand on dit grand c’est vraiment grand, au point que de vouloir mettre en plein écran une application n’ai plus vraiment de sens. Et d’un autre côté une scission des appareils nomades en de multiples composants plus ou moins autonomes parmi lesquels l’écran sera détaché au plus près des yeux de l’utilisateur, là encore avec des résolutions très fortes et avec de la transparence (canal alpha). Il faut aussi voir disparaître le clavier et la souris au profit du tactile, de la commande vocale et du pilotage par les yeux et même via une interface avec le cerveau. Il faut penser dès maintenant à préparer l’affichage des pages pour qu’il y ai une continuité entre la page web affichée aujourd’hui et celle affichée avec les évolutions prévisibles de demain.

La présence quasi systématique du double carré d’un objet peut permettre de le rendre actif en y cachant un menu des actions possibles simplement en cliquant dessus. Ainsi une liste d’objet ne sera plus polluée par de multiples boutons dans le cadre et sous chaque objets. Le menu lié à l’objet est bien sûr contextuel dans l’application et dépendant du type d’objet. Dans la page qui affiche les entités, cliquer sur une entité fera afficher le menu lui correspondant dans lequel on trouvera le bouton qui permet de se connecter avec cette entité.

Dans les menus du cadre ou des objets, l’activation d’un bouton ne sera plus immédiatement suivi d’une action, et d’un rechargement de page, mais fera apparaître des informations plus précises sur l’action du bouton et demandera un déplacement explicite sur un nouveau bouton pour valider l’action. Ainsi ce fonctionnement n’est pas trop pénalisant pour un usage à la souris et est très adapté à l’usage mobile tactile sur de petits écrans.

Les messages qui s’affichent en début de contenu, typiquement des alertes, seront systématiquement affichés à chaque rechargement d’une page mais devront pourvoir être cachés pour mieux accéder au contenu.

L’affichage du contenu doit être centré par défaut horizontalement et verticalement. Sur un écran de petite résolution on doit limiter l’affichage pour avoir juste ascenseur vertical. Sur un écran de haute résolution le cadre sera suffisamment loin pour que tout ce que l’on fait sur l’objet en cours d’affichage soit clairement une action sur l’objet. On peut à l’avenir imaginer que l’espace du contenu dispose de plusieurs zones qui affichent des objets différents simultanément, et donc potentiellement dans des contextes différents.

Le cadre doit contenir les informations sur l’entité connectée et le contenu doit faire référence au besoin à la vue restreinte à une entité si ce n’est pas l’entité connectée.

Réorganisation des entités spéciales – inventaire de départ

Dimanche, juin 25th, 2017

L’organisation actuelle des entités spéciales est assez limitée. On a d’un côté les autorités globales imposées par le code et de l’autre quelques autorités locales aux rôles limités.

Le bestiaire

Premier constat fait depuis un moment, l’entité maître unique puppetmaster est par définition un risque même si pour l’instant c’est la seule façon raisonnable d’avoir une cohérence de l’ensemble. Le but serait d’avoir une entité multi-tête à seuil dont le contrôle est réparti entre plusieurs porteurs. Cette entité n’a que pour mission de désigner les autres entités spéciales globales dont la plus utilisée aujourd’hui est l’entité maître du code bachue. L’entité puppetmaster a un rôle d’autorité et sa portée est globale.

L’entité spéciale cerberus permet de gérer les bannissement d’objets. C’est un peu le rôle de police. L’enfer n’ayant pas encore officiellement ouvert, cette entité n’est pas utilisée mais elle pourrait être très rapidement sollicitée fortement pour tout et n’importe quoi.

L’entité spéciale maître du code bachue est aussi désignée autorité mais est subordonnée au puppetmaster. Son rôle est uniquement de gérer le code sous toutes ses formes.

L’entité spéciale kronos n’a qu’un rôle théorique pour l’instant et n’a que brièvement été utilisée dans des expériences. Cette entité va générer des repères temporels fiables. Mais je pressens qu’elle va devenir incontournable à l’avenir, et peut-être critique pour certains usages.

Enfin, l’entité spéciale asabiyya va être utilisée pour relier les gens avec de la confiance. Elle n’est pas encore utilisée non plus.

Les rôles

On peut distinguer plusieurs catégories d’entités. Les autorités désignes des entités sur des rôles. Les administrateurs font des choix de configuration du code et des applications. Les gestionnaires gèrent des objets, des applications, des entités. Et chaque rôle peut avoir une portée locale ou exceptionnellement globale.

Il existe déjà des méthodes d’organisation qui avaient été retranscrites dans l’article Être relié ou ne pas être. Le modèle RBAC est implémentable par les liens de nebule, le modèle OrBAC semble être moins adapté à nebule parce qu’il sous-entend une une organisation, une structure, qui n’est pas portée par nebule.

La liste de grandes catégories de rôles à compléter peut déjà prévoir l’autorité (authority), la police, l’administrateur (administrator), le gestionnaire (manager), l’entité de recouvrement (recovery)…

L’attribution de rôle est additive, les rôles s’ajoutent à une entité mais il n’y a pas de négation de rôle. Pour les rôles locaux, il est possible de supprimer un rôle d’une entité. Il n’y a pas d’inhibiteur de rôle mais juste un une suppression de lien.

La réflexion continue…

Modification des sources d’aléa – implémentation

Jeudi, juin 8th, 2017

Suite à l’article Modification des sources d’aléa, la fonction getPseudoRandom a été modifiée dans la bibliothèque PHP orienté objet de nebule pour ne plus consommer du tout de ressource d’aléa mais en gardant une entropie forte.

La génération se fait depuis une graine qui est la concaténation de la date, de l’heure en micro-secondes, du nom de la bibliothèque, de la version de la bibliothèque et enfin de l’identifiant de l’instance locale du serveur. La graine dépendant donc surtout de l’heure avec une grande précision et est spécifique à chaque serveur.

La graine sert à générer via une fonction de hash l’état du compteur interne. Comme la taille du hash est fixe, une boucle permet d’alimenter la sortie en dérivant successivement l’état du compteur interne. À chaque tour de la boucle, l’état du compteur interne est dérivé en calculant le hash de lui-même. À chaque tour de la boucle, on concatène à la sortie le hash de l’état du compteur interne concaténé à une valeur fixe. L’état du compteur interne n’est jamais directement sorti et il est effacé en fin de génération de fonction.

Le bootstrap utilise aussi une génération pseudo aléatoire pour la création notamment d’identifiants temporaires. La bibliothèque PHP procédurale intégrée au bootstrap a aussi été modifiée. Elle fonctionne sur le même principe décrit ci-dessus. Une nouvelle fonction __pr est créée et les fonctions ne nécessitant par un aléa fiable ont été modifiées.

La fonction de hash actuellement utilisée pour la dérivation du compteur interne et la fonction sha256. Comme on attend pas de propriété cryptographique forte dans cette fonction, n’importe quelle fonction de hash peut faire l’affaire.

Ce sera disponible dans la prochaine version diffusée de la bibliothèque de nebule.