Archive for the ‘intégrité’ Category

Renforcement de la lecture des objets – type hash invalide

Vendredi, novembre 18th, 2016

Dans l’article sur le Renforcement de la lecture des objets, il était question notamment de la possibilité de supprimer ou pas un objet dont on ne peut pas vérifier l’empreinte parce que le type de hash est soit inconnu soit non reconnu.

Lors de l’échec de la récupération du type de hash de l’objet, on essaye tout de suite, si l’option permitSynchronizeLinks est à true, de synchroniser rapidement les liens de l’objet. Puis on essaie de relire le type de hash de l’objet.

Une nouvelle option permitDeleteObjectOnUnknowHash vient d’être ajoutée. Elle a true comme valeur par défaut. Elle n’est pas modifiable par lien, pour changer sa valeur par défaut il faut modifier le fichier des options.
Cette option est critique, elle doit toujours rester par défaut à true !

La nouvelle option est utilisée par la bibliothèque nebule en PHP en programmation orienté objet (library POO) par les fonctions checkConsistency() et _getUnprotectedContent() de la classe Object. La fonction _getProtectedContent() ne prend pas en compte cette option, elle se base uniquement sur _getUnprotectedContent() pour la lecture de l’objet protégé et de la clé de déchiffrement associée.

L’implémentation de l’option est un tout petit peu différent ce que l’on peut attendre. Lorsque l’on recherche le lien du type d’empreinte d’un objet (avec la pondération sociale), si aucun lien n’est trouvé ou si le nom de l’algorithme de prise d’empreinte n’est pas reconnu, alors il y a deux possibilités.
L’option permitDeleteObjectOnUnknowHash est à :

  1. false. Dans ce cas les deux fonctions retournent tout de suite un résultat booléen négatif ou un contenu vide.
  2. true. Comme aucun algorithme n’est trouvé, on utilise l’algorithme définit par défaut et on continue le processus de vérification dans les deux fonctions. Si l’empreinte ne correspond pas avec cet algorithme, l’objet est supprimé. C’est une façon de donner une chance à un objet pour lequel les liens auraient été partiellement synchronisés.

Dans la bibliothèque nebule en PHP en programmation procédurale (library PP), la lecture des objets se fait via les fonctions _o_ls1 et _o_lsx. La deuxième repose en fait sur la première. Et en début de fonction _o_ls1, un appel à la fonction _o_vr permet de vérifier le contenu de l’objet.
La fonction _o_vr ne prend en compte que les objets avec un hash fait avec l’algorithme par défaut, aujourd’hui sha256. L’option permitDeleteObjectOnUnknowHash n’est pas utilisée.

Dans les deux bibliothèques, si c’est l’objet avec d’identifiant 0, alors il est systématiquement supprimé.

Enfin, dans tous les cas, il ne faut surtout pas tenter de vérifier l’empreinte avec tous les algorithmes disponibles, cela reviendrait à permettre une attaque sur le plus faible de ceux-ci…

Renforcement de la lecture des objets

Jeudi, novembre 17th, 2016

Dans la bibliothèque nebule en PHP orienté objet et dans certaines applications, un certain nombre de fonctions lisent le contenu des objets soit directement soit via la fonction getContent() de l’instance Object des objets. Toutes les lectures de contenus d’objets et de liens se font via la classe io de la bibliothèque et non directement par des fonctions de PHP de lecture de flux, de lecture directe. Les fonctions de la classe io ne font pas d’opérations cryptographiques, donc aucune vérification n’est possible à ce niveau.

Dans la bibliothèque se trouve aussi la fonction checkConsistency() pour vérifier le contenu d’un objet. Deux différences existent entre les deux fonction :

  1. La fonction getContent() lit des données et vérifie si l’empreinte est bonne sauf si l’objet est trop grand. Si l’objet est trop grand, un argument $permitTruncate permet de ne pas rejeter le contenu de l’objet si il est trop grand. Pour les petits objets la vérification se fait dans tous les cas. La limite d’un objet petit ou grand est définie par l’option ioReadMaxData. Si l’empreinte ne correspond pas, le contenu n’est pas conservé et un contenu vide est renvoyé à la fonction appelante. La fonction checkConsistency() ne renvoie pas de données mais vérifie juste l’empreinte, le résultat booléen renvoyé et négatif ou positif.
  2. La fonction getContent() ne supprime pas un objet si l’empreinte n’est pas bonne. La fonction checkConsistency() vérifie l’empreinte et, si l’empreinte n’est pas bonne, supprime l’objet via une fonction de la classe io.

Il est difficile de prendre une décision de suppression d’un objet parce que peut-être que l’algorithme de prise d’empreinte n’est pas reconnu par la machine sur laquelle tourne l’instance serveur. En cas d’absence de possibilité de vérification comme un type d’empreinte inconnu ou un objet trop grand, il faut renvoyer un contenu vide ou résultat négatif mais il ne faut pas supprimer l’objet. Quoique dans un mode paranoïaque, il faut peut-être prévoir de supprimer tout objet non vérifiable, à voir.

Pour commencer l’argument $permitTruncate n’a pas de raison d’être, il est contre productif parce qu’il affaibli l’ensemble du système. Il va être supprimé et les applications qui affichaient un objet avec un message comme quoi l’objet est trop gros vont afficher un message d’erreur sans le contenu.

Ensuite, la fonction getContent() fait appel à une fonction privée _getProtectedContent() pour lire le contenu d’un objet protégé. Elle va maintenant sous-traiter aussi la lecture des objets non protégés à une fonction privée _getUnprotectedContent(). Cette nouvelle fonction sera très similaire à la fonction checkConsistency() mais renverra un contenu complet ou vide au lieu d’un résultat booléen. Et bien sûr l’objet sera supprimé en cas d’empreinte invalide. Et la fonction _getProtectedContent() utilisera la fonction _getUnprotectedContent() pour la lecture de tous les objets accessibles non protégés.

La suppression de l’argument $permitTruncate va poser un gros problème pour l’affichage des gros objets. Ceux-ci via le navigateur peuvent être affiché dans certains cas parce que le navigateur les télécharge sur le serveur web pour les afficher au fur et à mesure. C’est le cas des vidéos non protégées. Une des options pour résoudre ce problème est peut-être d’utiliser le lien de type s jusque là inexploité par la bibliothèque…

La sécurité des suppressions de données

Lundi, février 9th, 2015

Le piratage de Sony Pictures a provoqué une véritable onde de choc dont les ramifications sont parfois inattendues. L’article The Security of Data Deletion de Bruce Schneier fait l’apologie d’une stratégie ‘agressive’ de suppression des données obsolètes dans les entreprises. Puisqu’il n’est pas possible de garantir la confidentialité des données d’une entreprise, même une parmi les plus grosses, il est préférable de supprimer ces données lorsqu’elles sont obsolètes.

On peut aussi parler de l’intégrité puisque si un pirate a réussi à récupérer quelques téraoctets de données sans se faire prendre, il a tout aussi bien pu en altérer au passage. Si la cryptographie peut nous aider à ce niveau pour signer les données et messages, elle ne pourra pas grand chose si les postes utilisateurs, leurs programmes et donc leurs clés sont compromises…

Mais revenons à la politique de suppression des données. Parler de politique agressive est un peu exagéré. La notion d’agressivité sous-entend de supprimer dès que possible une donnée lorsqu’elle n’est plus utilisé. Il est fait référence dans l’article à ce que l’on transmettait par téléphone avant l’informatique, les informations annexes que l’on ne notaient pas finissaient par être rapidement oubliées, au pire déformées… ou au mieux sujettes à confirmation.

Si la messagerie instantanée est assez informelle, la messagerie classique est beaucoup plus formelle, surtout en entreprise. On est dans ce dernier cas assez loin de la conversation libre par téléphone.

Une entreprise ne peut pas non plus supprimer sans discernement ses données sous prétexte qu’à un instant donné elles n’ont plus d’utilité. Ces données, c’est la mémoire de l’entreprise. Les supprimer c’est supprimer la mémoire de l’entreprise, une des choses les plus importantes puisque c’est l’accumulation de son savoir faire, de son savoir sur ses clients et ses racines. Supprimer les données anciennes d’une entreprise, c’est comme supprimer la mémoire à long terme des individus, c’est catastrophique pour eux et pour la société dans son ensemble.

Ce parallèle avec l’individu n’est pas anodin. La capacité d’une entreprise c’est la somme des individus qui la composent démultiplié par le patrimoine technique.
Et le parallèle peut aller plus loin. L’individu ne retiendra pas tout d’une conversation téléphonique. Des informations annexes seront perdus parce que non mémorisées par l’un ou l’autre des interlocuteurs. Ensuite, avec le temps, chaque interlocuteur va oublier certaines informations pas très importantes, progressivement. Au final, après un grand laps de temps, il ne subsistera de la conversation téléphonique que l’essentiel de l’information. Il faut donc bien de la même façon supprimer les données éphémères d’une entreprise mais il ne faut pas tout supprimer. Avec le temps, seul doit subsister l’essentiel des informations du passé. Les idées doivent être résumées et les informations techniques doivent être épurées de leurs pré-calcul et des données annexes.
Comme fil conducteur, on peut essayer d’avoir la vision d’un historien sur le passé de l’entreprise pour savoir ce qui a de l’intérêt ou pas. Et ainsi, naturellement, toutes les conversations hors champs vont disparaitre.

Tel que déjà définit précédemment pour le projet nebule, les données doivent pouvoir être supprimer automatiquement après un certain délai ou conservées explicitement. Une pondération appliqué aux objets déterminera le délai de conservation, ou plutôt de non-suppression. Et un seuil déterminera à partir de quelle pondération un objet sera à garder définitivement. Ce seuil peut évoluer avec le temps et faire disparaitre après coup des objets qui initialement étaient au dessus du seuil de suppression. La pondération reflète l’importance des objets, positivement ou négativement.

Pour finir, n’est-il pas plus simple d’être respectueux dans ses messages même à usage interne ? A défaut d’empêcher le vol d’information, au moins on évite déjà les propos embarrassants, une charge de moins dans la réparation des dégâts. Mais quelque part, cela reflète un état d’esprit dans l’entreprise, une certaine culture des individus qui la composent… bref, pas très sain…

Prise d’empreinte homomorphique

Vendredi, juillet 11th, 2014

Les objets manipulés par nebule sont identifiés, et donc référencés, par leurs empreintes respectives. Ces empreintes sont cryptographiques afin de pouvoir s’assurer que c’est bien le bon objet, afin de pouvoir avoir confiance dans l’intégrité de son contenu. Il est possible dans un seul cas d’avoir plus d’une empreinte par objet, c’est si celles-ci sont calculées avec des algorithmes différents (cf Collisions d’empreintes multi-algorithmique).

Cependant, si la propriété cryptographique des empreintes est indispensable à la confiance, elle entraîne un manque de souplesse dans le référencement des objets. Rien dans la valeur de l’empreinte ne trahis une partie de son contenu. L’empreinte cryptographique reflète uniquement l’intégralité de l’objet. On ne peux pas s’en servir pour retrouver des objets proches dans leur contenu. Tout au plus peut-on vérifier si deux objets sont identiques… ce qui n’a pas d’intérêt puisque dans ce cas c’est tout simplement le même objet.

Sub-division d’objet

La première solution pour résoudre ce problème est d’utiliser des sous-parties d’un objet comme des objets propres, et de les identifier comme tels. Le lien de type s permet justement de lié l’objet principal à ses morceaux.

C’est notamment ce qui est fait dans les logiciels de Paire-à-Paire (P2P – Peer to Peer). Pour qu’un fichier puisse être téléchargé depuis de multiples sources, celui-ci est pré-découpé en morceaux de taille identique pré-définit. Chaque morceau à une empreinte propre et peut être vérifié à la réception. Chaque morceau est téléchargé sur une et une seule source, mais plusieurs morceaux sont téléchargés simultanément depuis plusieurs sources. On augmente ainsi le débit réel de réception du fichier voulu même si les sources ont individuellement un faible débit d’émission. Évidemment, si chaque morceau est valide, le fichier dans son ensemble ne peut qu’être valide.

Une recherche sur mot clé peut avantageusement tirer partie de ce système puisqu’une recherche se fera uniquement sur l’empreinte du morceau correspondant à la recherche. Toute la difficulté est de bien choisir ces morceaux.

Pour du texte, c’est facile. Pour une recherche sur des images ou des vidéos, c’est déjà beaucoup moins évident. Mais quoique l’on trouve, c’est toujours une liste d’objets qui contiennent cette petite sous-partie même si le reste n’a absolument aucun rapport.

Empreinte homomorphique

Une autre solution consiste à essayer de trouver des objets qui ont le plus de contenu en commun. Ce serait une sorte de représentation miniature du contenu de l’objet. On veut quelque chose qui se rapproche plus de l’empreinte des doigts de pieds. On regarde d’abord que cela à bien la forme d’un pied, puis on regarde plus en détail certaines parties morphologiques pour déterminer si les deux pieds sont proches.

On pourrait partir sur le système de sous-découpage utilisé par le P2P. Chaque objet est découpé en petits morceaux de taille identique. Ainsi, si deux objets ont un ou des morceaux en commun, on pourra en déduire que ceux-ci sont proches.
Mais cette méthode pose un problème. Si on prend un objet et que l’on en fait une copie avec pour seule différence un caractère supplémentaire dans le premier bloc de données, alors tous les blocs seront vus comme différents alors que les objets ont clairement des parties communes.
On pourrait imaginer essayer d’optimiser la méthode en travaillant sur des blocs de tailles variables. Mais quels critères adopter pour ajuster les tailles de blocs en fonction des données ?

Je propose une méthode comme base de réflexion à défaut pour l’instant d’être adoptée.
Si on regarde le travail d’un logiciel de compression de données, on constate qu’il recherche les occurrences multiples de données dans l’ensemble d’un document. Il le fait sans tenir compte de la sémantique de ce qu’il trouve. Ainsi des mots très proches sémantiquement ne seront pas agrégés parce que différents. Ensuite, le logiciel de compression fait un classement statistique pour déterminer les occurrences multiples qu’il serait avantageux de réduire. Une phrase qui apparaît quelques fois permet une bonne optimisation. Un mot qui apparaît plusieurs permet aussi un gain de place facile.
Si on reprend le même principe d’analyse, même sans tenir compte de la sémantique des mots, on peut s’attendre à ce que les plus grandes occurrences de mots ou de phrases représentent le ou les sujets du document. C’est ce que fontnotamment les moteurs de recherches (Google, Bing, Yahoo…) lorsqu’ils moulinent les pages web, mais avec l’analyse sémantique en plus.
L’empreinte homomorphique est constituée des 20 premières occurrences redondantes avec leur poids respectifs. L’occurrence peut être représentée par une petite empreinte (CRC) de façon à avoir une taille fixe, mettons 16 caractères hexadécimaux. Le poids peut être représenté en pourcentage sur 4 caractères hexadécimaux (entre 0000 et ffff).
Vue comme ça, l’empreinte générée n’est plus tout à fait homomorphique et n’a pas de propriétés cryptographique.On obtient une empreinte homomorphique de 400 caractères hexadécimaux.

Ainsi, plusieurs documents parlants d’un même sujet ont de fortes chances d’avoir une même empreinte parque bien que différents ils auront les mêmes occurrences redondantes.

Un certain nombre de données annexes vont figurer dans les données utilisées pour la comparaison. Par exemple on peut retrouver les en-têtes internes des documents bureautique. Il faut peut-être pré-filtrer les documents en fonction de leur type pur. Par exemple, un simple fichier texte et un fichier complexe de traitement de texte se verront expurgés de tout ce qui est en-tête et données internes, puis on en gardera que les caractères imprimables convertis en minuscule, sans ponctuation…

Conclusion

Une empreinte homomorphique peut être utilisée avantageusement en complément de l’empreinte cryptographique. Elle n’a d’intérêt que pour des objets ayant suffisamment de contenu. Il faut prévoir un seuil minimum en dessous duquel elle n’est pas calculée. Cette empreinte homomorphique est liée à l’objet par un lien de type l avec comme objet méta « nebule/objet/homomorphe ». Cet objet à usage réservé est ajouté à la documentation.

Mais dans tous les cas, en l’absence de propriétés cryptographique, une empreinte homomorphique ne doit pas être utilisée dans les liens. L’usage n’est pas le même, on fait soit de l’intégrité, soit du référencement.

Parcours restreint de graph de mise à jour

Lundi, mai 19th, 2014

Dans sylabe, la mise en place de la traduction sous forme de modules a apporté son lot de problèmes de sécurité. Les modules peuvent contenir tout un tas de code qui ne sont pas en rapport avec la traduction. Il faut interdire par tous les moyens l’ajout de code malveillant inconnu. Il est très difficile de filtrer finement ces codes pour ne garder au mieux que ce qui concerne les traduction ou au pire rejeter l’objet qui le contient. La solution retenu est de ne reconnaître que les modules signés soit par bachue, soit par l’entité locale.

Les fonctions _l_grx et _l_gr1 de la librairie en php prennent maintenant en compte un paramètre pour restreindre la recherche des liens de mise à jours (résolution du graphe des mises à jours) aux deux entités citées ci-dessus.

Mais, si fonctionnellement c’est suffisant, on va maintenant plus loin. Au lieu de ne reconnaître que deux entités, il est maintenant possible d’en ajouter plus de façon statique. On crée en quelque sorte une liste d’autorités locales. Cette liste n’est valable que sur un serveur et pour une seule instance de sylabe ou tout autre programme similaire.

Ainsi, la variable $nebule_local_authority contient une liste des entités faisant office d’autorité locale. Elle est pré-remplie par défaut avec l’entité bachue. Elle peut être complétée.

Une autre variable $nebule_curentnotauthority permet d’interdire à l’entité courante d’être elle aussi autorité locale. A false par défaut, l’entité locale peut ajouter des modules. C’est notamment pratique pour le développement puisque l’on peut faire soi-même des évolutions de ces modules. A true, l’entité locale ne peut qu’utiliser les modules par défaut présents localement.

Il est bien sûr possible de positionner ces deux variables dans les fichiers de configuration env_nebule.php et env_sylabe.php. Cependant, leur comportement est un tout petit peu différent dans le bootstrap et dans la librairie (via une application comme sylabe).

Quelques explications s’imposent pour comprendre les différences. Schéma de fonctionnement global d’une instance :

1 – Appel du bootstrap (index.php) par le serveur web.
V
2 – Exécution du script php.
3 – Lecture du fichier de configuration env_nebule.php.
4 – Recherche de la librairie nebule valide à charger.
5 – Chargement de la librairie nebule (fonctions et variables).
6 – Recherche de l’application par défaut et valide.
(actuellement, c’est sylabe)
7 – Le bootstrap charge l’application et passe la main.
V
8 – Exécution du script php de l’application.
9 – Lecture du fichier de configuration env_sylabe.php.
10 – Déroulement du script de l’application…

Lors de l’exécution du bootstrap, celui-ci n’utilise pas la session utilisateur gérée par php. Il va cherche si le fichier e existe et si c’est une entité. Il prend cette entité comme étant l’entité propriétaire de l’instance. Si avec la variable $nebule_curentnotauthority on empêche de reconnaître cette entité comme autorité, seule bachue sera autorité et donc seuls ses mises à jours seront prises en compte. Ainsi, il n’est pas possible pour l’entité locale de modifier la librairie ou le programme (sylabe) sauf si ils sont signés par bachue. Une mise à jour régulière est possible.

Lors de l’exécution de l’application, ici sylabe, l’entité locale n’est pas forcément l’entité courante. Et l’entité courante n’est donc pas forcément propriétaire de l’instance mais juste utilisatrice. Si avec la variable $nebule_curentnotauthority on empêche de reconnaître cette entité comme autorité, seule bachue sera autorité et donc seuls ses modules seront pris en compte. Ainsi, il n’est pas possible pour l’entité courante de modifier les modules. Une mise à jour régulière est possible.

En clair, l’entité locale choisit la librairie nebule et le programme à charger, l’entité courante dans le programme choisit les modules. Si cela ne leur est pas interdit.

Pour ajouter d’autres autorités, il suffit de les ajouter à la variable $nebule_local_authority dans les fichiers de configuration :
$nebule_local_authority[]='88848d09edc416e443ce1491753c75d75d7d8790c1253becf9a2191ac369f4ea';

shot-2014-05-19_12-24-40

Mise en cache de validité de liens

Dimanche, mai 18th, 2014

Il faut faire attention à la mise en cache du résultat de certaines opérations. Il est très peu probable qu’un lien ou un objet soit modifié au cours du chargement d’une page. Mais la sûreté de fonctionnement de ce mécanisme de cache ne repose que sur ce principe.

Actuellement, dans la librairie en php, la fonction de vérification des liens _l_vr n’intègre pas de cache. C’est à dire que à chaque lecture de liens, ils sont revérifiés.
Si un cache devait être implémenté sur cette fonction, pour un lien définit il devrait prendre en cache l’intégralité du lien et non juste le premier champs de registre. Éventuellement, il pourrait n’intégrer que tous les champs de registre à l’exception de la signature puisqu’elle aura déjà été vérifiée.

La mise en cache de la vérification des objets utilisés _o_vr vient d’être implémentée. Le cache n’est gardé que le temps du chargement d’une page. Il ne vérifie que les objets directement intégrés à la page mais pas les objets externes comme les images. Les objets externes sont vérifiés lors de leur consultation, ce qui correspond en quelque sorte à une nouvelle page.

Auto-vérification automatique périodique – 2

Mardi, avril 16th, 2013

Suite à la mise en application automatique de la vérification des objets et liens, il y avait eu des pertes.

Je n’ai pas essayé de restaurer les objets qui n’ont pas d’importance ici. Mais j’ai restauré les liens depuis une autre entité. La restauration répare en grande partie les liens.

Le résultat est visible :

Auto-vérification automatique périodique

Dimanche, avril 14th, 2013

Une des expériences en cours est la vérification automatisée et à intervalle régulier de tous les objets et de tous les liens des objets.

Les objets sont faciles à vérifier, on calcule leur empreinte et on vérifie qu’elle correspond à leur nom. Si elle diffère, on le supprime. Si l’objet n’a pas de liens, il est jugé comme une pièce rapportée, on le supprime aussi.

Les liens sont assez faciles à vérifier aussi. Il faut procéder objet par objet, prendre les liens un par un et vérifier que la signature est valide pour l’entité qui l’a générée. Si la signature diffère, on supprime le lien. Si l’entité est inconnue, la signature ne pourra être vérifiée, le lien est donc supprimé aussi.

Ce petit bout de script reste assez simple et doit être testé soigneusement pour éviter des dommages collatéraux. Il m’avait semblé l’avoir testé suffisamment… mais visiblement il y a eu des dégâts pour certaines entités.

Voici notamment le résultat sur les sauvegardes de la machine zulu (à comparer à ce graphe ci) :

On peut encore allez plus loin. Non dans les dégâts collatéraux mais dans une forme plus poussée d’immunisation. L’entité peut entretenir une liste d’objets jugés dangereux, et donc à supprimer. Elle peut et surtout doit aussi se référencer à une entité dédiée au marquage d’objets dangereux, c’est le rôle justement de cerberus

(suite…)

Corruption d’objet

Mercredi, novembre 21st, 2012

On peut imaginer que les objets que l’on télécharge sont corrompus sur le serveur distant ou qu’ils sont corrompus lors du transfert.

Il faut systématiquement vérifier en fin de téléchargement que l’empreinte correspond bien à l’objet téléchargé, ça tombe bien c’est justement la façon dont il est référencé dans nebule.

Si l’objet est corrompu, on le supprime. Il sera re-téléchargé une prochaine fois.

On peut imaginer faire lier l’objet corrompu à un nœud dédié pour ces objets invalides. Ainsi un robot refait régulièrement les téléchargements de ces objets jusqu’à la réussite… ou l’échec définitif. Une fois correctement téléchargé et vérifié, le lien de cet objet peut être simplement marqué comme supprimé. Et tout rentre dans l’ordre :-)

Implémentation de liens sécurisés

Vendredi, septembre 14th, 2012

Une première implémentation en shell bash a été réalisée pour la lecture et l’écriture de lien sécurisés.

Ces liens sont dits sécurisés parce qu’ils sont signés par une entité, et donc leur intégrité et leur provenance peuvent être vérifiés. Si la signature est invalide, ils sont simplement ignorés.

Voir l’implémentation de référence en bash.

Exemple de résultats (empreintes tronquées à 16 caractères) :
sha256:03e7785a6-975571a8a470a6d9-20120914182239-L-975571a8a470a6d9-970bdb5df1e79592-93d4a5f3ef1fc5c8
sha256:2ec7df2b9
-975571a8a470a6d9-20120914182239-L-975571a8a470a6d9-7c512aaa1c5e3837-a6b4edb371e864e4
sha256:86d8d0f2f
-975571a8a470a6d9-20120914182240-F-6a4b7f1100b87044-975571a8a470a6d9
sha256:2c7911d50
-975571a8a470a6d9-20120914182240-L-975571a8a470a6d9-37d22e047bd0173f-703c4a9a2573f76a
sha256:90952b31d
-975571a8a470a6d9-20120914182241-L-975571a8a470a6d9-69eb5187e4469dfd-93d4a5f3ef1fc5c8
sha256:3ed5b8f4c
-975571a8a470a6d9-20120914182242-L-975571a8a470a6d9-6bf6ae23819cd0d1-0e87632cd46bd490
sha256:0626480c2
-975571a8a470a6d9-20120914182243-L-975571a8a470a6d9-4b9a7f50c0bb198c-911f9ec89c20f340
sha256:51b955e0b
-975571a8a470a6d9-20120914182243-L-975571a8a470a6d9-3514acf61732f662-5ef523ac47dae4aa
sha256:01bcc6d09
-975571a8a470a6d9-20120914182243-L-975571a8a470a6d9-8527a891e2241369-b5977b836b445eaf
sha256:58a62c5ab
-975571a8a470a6d9-20120914182243-L-975571a8a470a6d9-4ec9599fc203d176-dc80905e9df6dac2
sha256:bf51f9067
-975571a8a470a6d9-20120914182244-L-975571a8a470a6d9-785f3ec7eb32f30b-28cdd20eaf134a05
sha256:553af0cc7
-975571a8a470a6d9-20120914182244-L-975571a8a470a6d9-aea92132c4cbeb26-9d64d711a2a1123e
sha256:162bfc0c5
-975571a8a470a6d9-20120914182244-L-975571a8a470a6d9-caa1aedb2a6ce96b-c0f059214d078968

Première ceinture

Jeudi, décembre 29th, 2011

La gestion de l’information peut, sur un premier niveau, se baser sur trois axes :

  1. objets
  2. liens
  3. confiance

(suite…)

Compromission de certificats SSL

Mercredi, avril 6th, 2011

Le 15 mars, un pirate Iranien (si on s’en tient à son adresse IP) a réussi à compromettre un partenaire d’un important éditeur de certificats SSL, Comodo Group.
Il ne semble pas lié au régime politique, il semble avoir agit seul. Ça fait déjà beaucoup d’incertitudes…
Si c’est le cas, il a réussi, tout seul et dans un pays qui ne favorise pas la connexion internet, à inquiéter la sécurité de certains sites internet majeurs. Et il frappe sur un élément important qui assure, justement, la sécurité des connexions des utilisateurs.

(suite…)

Réflexion – Et l’anti-virus alors?

Jeudi, décembre 9th, 2010

Si on part du principe que les objets sont référencés par leurs empreintes (MD5 par exemple) et les entités par leurs bi-clés, comment évolue un virus dans un tel environnement? Comment s’en protéger? (suite…)

Partager !…

Dimanche, novembre 7th, 2010

Démonstration d’une petite fuite d’information, jolie à voir quand même ;-)

Imaginez quelques photographies d’un studio prestigieux disponibles sur internet en haute définition. De quoi en faire des agrandissements de qualités. Le tout retrouvé sur le moteur de recherche Google avec juste un mot : Harcourt

(suite…)