Archive for the ‘transfert’ Category

Le message et le messager

Samedi, juin 30th, 2018

Dans sylabe, il y a une implémentation de la messagerie.

Mais la messagerie tel que l’on a l’habitude de l’utiliser est un peu réductrice dans sa forme. L’article d’un blog comme le commentaire sur un réseau social sont aussi des formes de messages. Dans nebule, il est fort probable que ce soit la même information mais avec une présentation différente.

Dans un système de gestion de l’information dans lequel chaque information est intégrée dans un fichier avec ses usages, c’est à dire ses méta-données, une information transmise pour un nouvel usage devient un nouveau fichier. C’est le cas par exemple de la messagerie dans lequel un message retransmit à une nouvelle adresse devient un nouveau message alors qu’il contient la même information à la base. La différence, c’est que les destinataires du premier message ne sont pas forcément au courant du nouveau message et donc du partage de l’information. Ce non partage de certaines informations de diffusions (méta-données) est géré dans nebule par la mise en place de l’offuscation des liens.

La transmission d’un message c’est simplement la transmission d’une information. Ce qui permet au destinataire de savoir qu’une information lui est destiné c’est le fait de l’inclure dans un lien entre cette information et un objet dédié qu’il scrute. L’objet dédié est de fait un groupe d’objets lui étant destinés, ce qui s’apparente à un salon de discussion d’une messagerie. Ce salon de discussion est désigné par le terme de conversation contenant des messages.

Le mécanisme des conversations mis en place étant un retour à la sources des informations et de leurs usages, cela offre beaucoup de possibilités et de nouvelles perspectives. Une conversation peut être fermée et publique, elle est ainsi visible de tout le monde mais seules certaines personnes vont pouvoir légitimement et publiquement dialoguer dans cette conversation. Toute entité qui ne fait pas partie de la conversation fermée peut émettre des messages dans cette conversation mais ceux-ci ne seront pas vus pas les autres entités à part peut-être ses amis. Un groupe d’amis peut donc commenter en directe une conversation fermée sans perturber le déroulement de celle-ci pour les autres écouteurs de la conversation. Le statut d’une conversation peut être changé par un participant, cela n’impacte pas les autres participants, ce dernier peut ainsi décider de passer la conversation en ouverte et voir maintenant la contribution de tout le monde et non plus seulement les participants… sans plus gêner pour autant les participants.

Un nouveau problème arrive, comment présenter dans une interface ces fonctionnements à l’utilisateur, et de façon intuitive ?…

Frontal et relai d’information verrouillé en écriture

Vendredi, avril 20th, 2018

Le mécanisme de transmission d’objets et de liens dans nebule permet de distribuer de façon sûr l’information.

Mais le serveur qui héberge des informations et l’application qui manipule ces informations peuvent tous deux être attaqués afin de corrompre ou supprimer ces informations.

Cette capacité de relais fiable de l’information peut être exploité pour maintenir ‘au chaud’ la source de certaines information et n’exposer publiquement que des relais. On peut même avoir plusieurs couches concentriques de relais, ce qui se rapproche beaucoup du chaînage de proxys web. Mais si le cheminement de l’information s’apparente à des sauts entre relais, chaque relai peut être vu individuellement comme un serveur frontal de partage de l’information. Le rôle de frontal l’empêche de relayer automatiquement une attaque, celle-ci doit d’abord compromettre le serveur frontal avant de pouvoir espérer continuer vers la source de l’information.

Enfin, il est possible de faire transiter de 3 façons différents l’information entre source et relais :

  1. le serveur relai va chercher régulièrement de l’information à synchroniser sur la source (ou un autre relai) ;
  2. le serveur source va synchroniser via une connexion montante, et l’application upload, l’information ;
  3. le serveur source va synchroniser l’information en synchronisant le système de fichier, c’est à dire l’intégralité de l’instance nebule.

Afin de renforcer la robustesse d’une instance de serveur nebule, il est possible d’utiliser l’option de verrouillage globale en écriture. Si cette option est forcée dans le fichier de configuration de l’instance, elle ne peut être modifiée via nebule. Mais si cette option interdit au moteur de la bibliothèque nebule d’écrire quoi que ce soit, cela n’empêche pas le serveur web lui même, une application ou un module compromis, d’écrire. Il est aussi possible de rendre impossible l’écriture des objets et liens en changeant les droits sur le système de fichier contenant la page web. Dans ce cas, seule la synchronisation complète via le système de fichier permet de transmettre l’information.

Ainsi, pour l’entité bachue, maître du code, le serveur qui reçoit le nom de domaine, et donc les connexion, est un frontal qui n’a pas de lien réseau direct vers la source, c’est à dire l’entité bachue elle-même.

Le passage par support amovible (air gap) interdit toute attaque directe de l’entité source.

Anonymisation/dissimulation des liens

Samedi, mars 10th, 2018

Il y a déjà une série d’articles en 2012 sur la Liaison secrète (et suite), puis en 2014 sur l’Anonymisation de lien (et correction du registre de lien), et enfin en 2015 sur la Dissimulation de liens, multi-entités et anonymat et l’Exploitation de liens dissimulés.

On trouve dès 2015 un schéma d’implémentation d’un lien dissimulé (offusqué) et le mécanisme cryptographique utilisé :

20150627-nebule-schema-crypto-lien-c

Mais la mise en pratique ne suit pas alors que la bibliothèque nebule en php orienté objet est prête à reconnaître les liens dissimulés.

Parce qu’en pratique, il ne suffit pas juste de générer ces liens et de les lire, il faut aussi les stocker de manière à pouvoir les retrouver tout en gardant des performances acceptables lors du passage à l’échelle.

Comme l’anonymisation attendue nécessite la mise en place d’un minimum de déception vis-à-vis d’un adversaire, il n’est pas possible de stocker les liens dissimulés dans les liens des objets concernés. Cela casserait presque immédiatement la confidentialité du lien dissimulé parce que les objets ont souvent chacun des rôles propres et donc des places privilégiées dans les liens qui servent aux usages de ces objets.

Les deux seules informations que l’on ne peut dissimuler sans bloquer le transfert et l’exploitation des liens dissimulés, c’est l’entité signataire et l’entité destinataire (si différente). Donc le stockage ne peut se faire que de façon connexe à des deux entités. Si ce n’est pas le cas les liens ne pourront pas être retrouvés et utilisés lorsque nécessaire.

Prenons le cas d’une entité qui décide de dissimuler la grande majorité de son activité, elle va donc dissimuler tous les liens qu’elle génère (ou presque). Là où habituellement le stockage des liens aurait été réparti entre tous les objets concernés, du fait de la dissimulation ils vont tous se retrouver attachés à un même objet, l’entité signataire. Cela veut dire que pour extraire un lien de cette entité il va falloir parcourir tous les liens. Cela peut fortement impacter les performances de l’ensemble.
Et c’est aussi sans compter le problème de distribution des liens parce que l’on les distribue aujourd’hui que vers les objets source, cible et méta… et non sur les entités signataires. L’entité destinataire est dans ce cas naturellement desservie directement, est-ce un problème si l’entité signataire ne l’est pas ?
Une autre méthode pourrait consister à créer un objet de référence rattaché à l’entité et spécifiquement dédié à recevoir les liens dissimulés. Mais les liens dissimulés ne contenant pas cette objet de référence, on doit créer un processus plus complexe pour la distribution des liens tenant compte des entités signataires et destinataires.
On peut aussi mettre tous les liens chiffrés dans les liens d’un objet c puisque c’est le type de lien après dissimulation. Mais cela veut dire que tous les liens dissimulés de toutes les entités se retrouvent au même endroit. On ne fait que déplacer le problème de la longue liste des liens à parcourir.
Enfin on peut rester sur une des premières idées qui consiste à stocker des liens dissimulés non plus dans la partie du stockage dédié au liens mais directement dans un objet. Le défaut de cette méthode est qu’à chaque nouveau lien dissimulé généré, il faut refaire un nouvel objet avec une novelle empreinte… et donc un nouveau lien pour le retrouver.

On rejoint le problème de la persistance des données dans le temps, de leurs objets et liens associés. Une solution déjà proposée, mais non implémentée, consiste à organiser un nettoyage par l’oubli des objets et des liens dans le temps en fonction d’une pondération.

Pour commencer à expérimenter, les liens dissimulés seront stockés uniquement avec l’entité destinataire. Cela ne remet pas en cause la distribution actuelle des liens. On verra à l’expérience comment gérer un flux massif de liens et son impact sur les performances.

Messagerie et transfert fondamental d’information

Mercredi, juillet 8th, 2015

Comme cité dans l’article sylabe – Emulation de messagerie, l’implémentation de certaines fonctionnalités de la messagerie pose problème.

Tout lien f est potentiellement un message. Cette façon de voir est plus fondamentale, plus propre et plus proche de la gestion de l’information. Malheureusement, elle pose quelques problèmes pour certaines fonctionnalités classiques de la messagerie telle que nous l’utilisons tous aujourd’hui. Les problèmes de fonctionnalités ne sont pas graves mais peuvent être perturbants.

Pour commencer, comment marquer un message comme lu puisque cela revient à faire un lien d’un lien, ce que ne permet pas nebule.
Nous sommes ici dans un fonctionnement attendu de la messagerie dans laquelle chaque message est important et doit donc être lu. Ce comportement est différent du message de réseau social qui n’a pas forcément d’importance et n’est pas destiné à être lu impérativement. On distingue le message destiné à la masse des gens, même si elle peut être très limitée, du message destiné spécifiquement à un individu. La notion d’importance dans l’attente de lecture du message dépend surtout du nombre de destinataires.
Il ne faut pas non plus penser que le spammer s’attend à ce que tout le monde lise ses messages. C’est du rêve mais ce genre de message est très peu lu et est donc envoyé en masse pour compenser ce manque d’importance ou d’intérêt.

Ensuite, lorsque l’on marque comme supprimé un message, c’est que l’on supprime explicitement le lien f qui fait que c’est un message. Si on souhaite annuler cette suppression, la théorie dans nebule veut que l’on recrée un lien mais avec une date plus récente. Or si la date est plus récente, cela altère l’information de la date du message. Ensuite, c’est l’entité qui à reçu le message qui génère le nouveau lien à une date plus récente, et non l’entité d’origine. On perd donc la provenance du message. Ce n’est pas acceptable dans ces conditions de permettre la restauration d’un message.

Il est probable que l’on revienne plus tard à une implémentation plus universelle et fondamentale dans la façon de reconnaître ce qu’est un transfert d’information, un message.