Liaison secrète

Jusque là, je considère toujours les liens comme des informations si ce n’est publique, au moins sans grand besoin de protection rapprochée.

Les informations confidentielles, les données que l’on souhaite protéger, sont dans des objets chiffrés.

N’est-ce pas une erreur fondamentale?

Aujourd’hui, une tendance forte est en train de s’imposer, le big data.

Ce terme regroupe les données caractérisées par les 4 V :
– Volume
: les données saturent les espaces de stockage classiques et nécessitent (ou imposent) un stockage répartit sur le réseau.
– Variété
: les données sont de nature hétérogènes et de sources différentes.
– Vélocité
: les données doivent être traitables (capture/stockage/analyse/partage) avant de devenir obsolètes.
– Variabilité
: l’interprétation des données est variable en fonction du traitement demandé et en fonction du temps.

Par abus de langage (commercial), ce terme est souvent utilisé pour désigner l’exploitation des traces des utilisateurs (clients) de services web pour déterminer leur profil et leur proposer des produits ou des publicités ciblés. Ce n’est en fait qu’une utilisation des big data, mais loin d’être la seule. On peut considérer que nebule est une méthode de gestion de big data notamment.

Ce qu’il faut retenir ici, c’est que les données sont des cibles pour les commerciaux, mais aussi et surtout les liens entre ces données. Et ces mêmes liens et données peuvent intéresser de la même façon des états ou le grand banditisme, le terrorisme, le lobbing, etc…

D’un autre côté, il ne faut pas trop fantasmer non plus sur les gains générés. Une société ne doublera pas son chiffre d’affaire juste en se penchant sur ses bases clients.

Jusque où la non protection des liens peut être préjudiciable?
Je n’ai pas de réponse définitive aujourd’hui.

Il peut être apporté plusieurs réponses.

La première réponse est de décréter que les liens sont publics et à considérer comme tel. Et donc de prendre ses dispositions si cela peut poser problème. C’est un peu extrêmement laxiste.

L’autre extrême, c’est de considérer par défaut les liens comme confidentiels, et donc de les chiffrer. Cela entraîne directement une forte augmentation de la puissance de calcul nécessaire à la manipulation de ces liens. De plus, cela limite grandement les possibilités de diffusion ou rediffusion de ces liens, ce qui est le but à atteindre.

Cette deuxième réponse me paraît un peu schizophrène. Elle perturbe par défaut les échanges entre entités. Il me semble que toute communication vers l’extérieur d’une entité implique implicitement une prise de risque. Ce risque doit être mesuré et assumé.

Une troisième réponse est possible entre ces deux extrêmes. Il est possible de commencer par restreindre par défaut la consultation des objets et liens associés aux seules entités que l’on connaît, que l’on a validé. C’est faisable lors des requêtes en imposant une signature de l’entité demandeuse sur sa requête, et en implémentant un mécanisme anti-rejeux des requêtes. Ainsi les objets chiffrés ne sont déchiffrables que par les entités disposant de la clé, et les liens ne sont visibles que des entités que l’on connaît. Il faut accepter qu’une entité que l’on connaît diffuse nos liens à d’autres entités y compris des entités que l’on a pas validé.

Et pour les liens à cacher à tout prix, on peut les placer dans un objet dédié, objet que l’on chiffrera dans la foulé. Pour cela, un type d’objet est créé : nebule/objet/liens

Liens :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Big_data
Big data et concept des 4 V

One Response to “Liaison secrète”

  1. Nebule » Blog Archive » Liaison secrète – suite Says:

    […] Nebule (Re)Découvrir votre nébuleuse de l’information « Liaison secrète […]