Archive for février, 2012

Horodatage

Mercredi, février 22nd, 2012

Le marquage du temps est un élément primordial dans l’échange d’informations.

Un lien créé vers un objet doit contenir une marque de temps de cette création. Cet horodatage ne semble pas utile au première abord, mais il est nécessaire si l’on veut ensuite pouvoir casser ce lien.

Une information, et donc un lien, doit être considéré comme non effaçable une fois créé. Cette information ayant été à priori diffusée, on en perd le contrôle, et donc la capacité de suppression. A défaut d’être effacé, cette information doit être désactivable. Dans le cas du lien, on le désactive aussi. Cette désactivation sera à son tour diffusée, et de la même façon on en perdra le contrôle.

La création d’un lien doit être vue comme la création de l’objet lien doublé d’une opération de signature cryptographique de ce même objet lien. L’entité validant ainsi le lien de façon forte, sa désactivation doit aussi être faite par une méthode forte, c’est à dire doublée d’une opération de signature cryptographique (par le même signataire en fait).

La désactivation doit aussi être horodaté, pour deux raisons. La première pour simplement savoir quand elle a été faite. La deuxième pour que l’on puisse sans ambiguïté savoir si cette désactivation intervient bien après la création. Et ainsi de suite, le lien ou toute information peut être validé et invalidé plusieurs fois de suite dans le temps.

Le marqueur de temps doit être couvert par la signature. Il doit être systématiquement présent avec la signature.

Référence de temps

Nous avons besoin aujourd’hui de tous avoir le même espace de temps pour pouvoir communiquer et travailler ensemble. Cette état de fait pose déjà le problème de la référence de temps, nous devons avoir la même heure.

Mais cette nécessité de tous travailler avec la même heure se heurte aux grandes distances et les décalages horaires que cela implique bien que les communications n’en soient que peu affectées.

Et comment fait-on si, indépendamment du décalage horaire, deux entités décident volontairement de ne pas travailler avec la même référence de temps? Et si en plus l’unité de temps est différente?

Une première approximation de ce que à quoi on peut s’attendre se pose sous la forme d’une équation du premier degré :

Tv = a Ti + b

Le temps vu Tv est calculé par rapport au temps interne Ti affecté d’un coefficient a et corrigé par un décalage b.

Dans la vraie vie, il faut beaucoup d’efforts pour approcher une synchronisation parfaite entre deux entités. A l’échelle d’un pays, c’est impossible, on se contente de quelques secondes voir quelques minutes de décalage horaire entre toutes les entités. Et chaque horloge interne souffrant d’une dérive plus ou moins grande, il faut régulièrement calculer et compenser cette dérive. Même tous d’accord, nous avons bien notre coefficient a et notre décalage b.

Et encore, on considère là que l’horloge interne de chaque entité est stable dans le temps…

Marqueur de temps

On peut continuer à essayer d’être tous calés sur la même référence de temps. Ou on peut prendre le problème en sens inverse, prendre en compte que chacun a son heure de fonctionnement propre, et calculer quand nécessaire la correction du datage des objets.

Il faut cependant dans ce cas qu’un ou plusieurs liens existent entre les différentes entités, liens qui permettent de calculer de décalage de temps. C’est le rôle du marqueur de temps qui date et signe un objet généré par une entité, objet qui contient sa date de création. Ou du marqueur de temps qui génère régulièrement des objets horodatés que toutes entité peut dater/signer.

Cette méthode nécessite cependant une certaine coopération entre les deux entités. Il y a peut-être moyen de disposer d’une méthode proche par signatures d’objets communs et qui marcherait même en mode non coopératif.

La suite au prochain épisode…

Liens et méta-données

Mardi, février 7th, 2012

Quand dans un objet A il est fait référence à un autre objet B au moyen d’une URL, cela correspond à la mise en place d’un lien entre ces deux objets A et B. Ce lien est par défaut à sens unique, il désigne un autre objet.

Mais un lien n’existe jamais seul dans le monde réel, il est souvent accompagné d’informations complémentaires. Ces informations complémentaires permettent de préciser la façon dont on accède et/ou on utilise l’objet désigné. Cela s’appelle une méta-donnée, une donnée sur la donnée (raccourci en méta).

Cette méta s’applique-t-elle à l’objet désigné? Ou au lien?

(suite…)