Archive for the ‘nommage’ Category

Échange ou téléchargement d’objet et lien de mise à jour

Mardi, juin 6th, 2017

Dans l’article Échange ou téléchargement d’objet, on a vu qu’il y avait deux façons de récupérer le contenu d’un objet. Il y a une deuxième différence qui peut apparaître dans certains cas, c’est la transmission du contenu d’origine ou de celui d’un autre objet si il a été créé un lien de mise à jour de l’objet demandé.

  1. Via un lien web avec comme argument /o/id on télécharge le contenu de l’objet avec comme nom son identifiant id. Les liens de mise à jour ne sont pas utilisés parce que l’empreinte de l’objet est vérifié après téléchargement et que si le serveur envoie un autre objet, fut-il une mise à jour, l’objet sera rejeté.
  2. Via un lien web avec comme argument ?o=id on télécharge le contenu de l’objet avec comme nom le nom déclaré par les liens nebule. Mais dans ce cas les liens de mise à jour sont exploités et le contenu renvoyé par le serveur peut ne pas avoir l’empreinte de l’objet demandé.

La prise en compte des liens de mise à jour est toujours délicate parce que cela peut permettre de substituer un objet par un autre. Cette manœuvre est complètement visible dans les liens et nécessite un bon échantillonnage des liens par rapport à leurs poids sociaux.

Échange ou téléchargement d’objet

Mardi, mars 28th, 2017

Un objet peut être récupéré de deux façons.

  1. Via un lien web avec comme argument /o/id on télécharge le contenu de l’objet avec comme nom son identifiant id. L’empreinte est ensuite vérifié pour voir si elle correspond à l’identifiant.
  2. Via un lien web avec comme argument ?o=id on télécharge le contenu de l’objet avec comme nom le nom déclaré par les liens nebule. cela permet de télécharger l’objet sous une forme de fichier classique. On fait ainsi une dé-nébulisation de l’objet. C’est aussi le seul moyen d’avoir accès au contenu protégé hors nebule.

Mais pour un utilisateur, ces deux méthodes ne se valent pas. La première méthode sert à la synchronisation et l’échange d’objets entre programmes et n’a pas pas d’intérêt direct pour l’utilisateur. La seconde lui permet au contraire de reprendre un objet sous une forme classique de fichier.

Actuellement un problème existe dans klicty puisque un objet non protégé peut être téléchargé, c’est le but de l’application, mais c’est fait avec la mauvaise méthode. Donc le fichier téléchargé n’a pas le bon nom. Alors que pour un objet protégé ce problème n’existe pas puisqu’il faut impérativement passer par la deuxième méthode pour avoir accès au contenu non protégé.

La première méthode doit être exclusivement réservée à la synchronisation d’objets.

CF : bootstrap – Arguments en ligne et accès directs

Nommage d’entité – préfix

Lundi, février 29th, 2016

Le nommage des objets permet d’inclure un préfixe et un suffixe.

Pour les fichiers nébulisés, le suffixe correspond à l’extension du nom de fichier. Cette extension ne fait pas partie du nom.

Pour une entité, le préfixe peut être utilisé pour contenir le titre d’une personne ou un grade. Mais le suffixe n’a pas d’utilité au premier abord. Mais une entité peut disposer de plusieurs entités qui lui sont rattachées. Afin de distinguer l’entité maîtresse des autres entités, le suffixe peut les différencier en leur donnant une distinction ou un rôle précis.

Arborescence virtuelle

Samedi, novembre 29th, 2014

Dans nos systèmes d’information actuels, le rangement des fichiers dans une arborescence est non seulement classique mais fondamentale et souvent incontournable. L’autre forme de rangement est d’utiliser une base de données.

Il est possible avec nebule de simuler une arborescence mais virtuelle et uniquement constituée d’objets et de liens.
CF Wiki – Réflexion – analyse des applications – Système de fichiers

Un arborescence commence par une racine, par exemple ‘/‘. Dans cette racine on va trouver des fichiers, des sous-dossiers et des fichiers dans les sous-dossiers.
Chaque fichier a nativement un nom ou au pire un identifiant unique. Les fichiers vont avoir en plus un ou des liens pour les positionner dans l’arborescence à un ou plusieurs endroits.
Chaque dossier est constitué de l’objet contenant son nom. Cet objet de nommage est lié au dossier parent par un lien, lui-même relié à son dossier parent… jusqu’à la racine.

Le nom des objets ne pose pas de problème, il risque juste de changer d’une entité à l’autre. Le nom d’un dossier peut par contre avoir deux formes, mais on ne doit en gérer qu’une seule.
Soit le nom d’un dossier ne contient que sont nom et pas l’ensemble de l’arborescence. Dans ce cason peut avoir n’importe quel nom, y compris des noms avec le caractère séparateur de dossiers ‘/’. Mais si on souhaite mettre deux dossiers avec le même nom dans deux branches différentes de l’arborescence, il y a conflit sur le nom et donc mélange des fichiers enfants.
Soit le nom d’un dossier contient l’ensemble de l’arborescence. On résoud les problèmes de conflit. Et on n’accepte pas des noms de dossiers avec le caractère séparateur de dossiers. C’est la meilleur solution.

Comme il est possible que plusieurs entités créent plusieurs arborescences différentes ou en reconnaîssent plusieurs, il faut un objet unique de référence de cette arborescence. L’objet contenant ‘/’ doit dans ce cas être lié à l’objet de référence, et il en est de même pour tous les objets de l’aborescence.
Ainsi, comme pour l’émulation de commentaires dans le blog, les objets on des liens entre eux avec comme contexte un objet de référence. Les mêmes liens peuvent tout à fait être reproduire intégralement ou partiellement avec un autre objet de référence et ne pas entrer en conflit.

On obtient, du fait même de la base nebulisée, des comportements spécifiques sur l’arborescence.
Par exemple dans une arborescence de fichiers d’une société, le chef pose un nouveau fichier dans un sous-dossier. Tout le monde dans la société va voir ce nouveau fichier. Un des employé ‘copie’ le fichier ailleurs dans l’arborescence, tout le monde voit le nouveau fichier. Si il le modifie, il crée un objet de mise à jour et les deux fichiers sont mis à jours. Cela est intéressant puisque tous les emplacements sont tenus à jours mais cela peut déjà poser problème puisque l’on ne voulait peut-être pas tout mettre à jour. Il faut donc bien distinguer la mise à jour et le dérivé.
Prenons un autre cas. Un des employé modifie le nom du fichier créé par le chef. tout le monde voit la modification. Le chef décide d’annuler le nouveau nom, de redonner le nom d’origine au fichier. Tout le monde va voir le fichier revenir à son nom d’origine… sauf peut-être celui qui avait renommé le fichier puisque la gestion sociale des liens va peut-être décider que personne ne peut annuler son opération, même si le chef est son supérieur hiérarchique dans la société.

Cette arborescence virtuelle sera ajoutée pour expérimentation à sylabe. Comme ce n’est pas quelque chose de vraiment natif dans la philosophie de nebule, l’implémentation se fera sous forme d’un module.

On peut ensuite, sur cette base, aller plus loin avec par exemple inotify. Pour un dossier spécifié et ses sous dossiers, tout changement sur un dossier ou un fichier serait immédiatement nébulisé et synchronisé vers un serveur local ou distant.

Nommage d’objets et d’entités

Dimanche, octobre 26th, 2014

Dans la vraie vie, le nommage des personnes a une forme conventionnelle. Il en est de même de fait pour les fichiers puisqu’ils sont tous gérés de la même façon.

Dans nebule, chacun des objets disposent d’un identifiant unique mais aussi d’un nom, même si ce dernier n’est pas obligatoire. Le nom est cependant nécessaire à l’être humain pour classer et retrouver ses données. Pour les entités, qui sont gérées comme des objets, elles ont aussi un nom mais la forme est un peu différente même si le but est similaire au nom de l’objet.

Dans nebule, tous les objets peuvent avoir ces propriétés :

  1. nom
  2. prénom
  3. surnom
  4. préfixe
  5. suffixe

Ces propriétés sont matérialisées par des liens de type l avec comme objets méta, respectivement :

  1. nebule/objet/nom
  2. nebule/objet/prenom
  3. nebule/objet/surnom
  4. nebule/objet/prefix
  5. nebule/objet/suffix

Par convention, voici le nommage des objets pour l’affichage :

prénom préfixe/nom.suffixe surnom

Le prénom et le surnom n’ont que peu d’intérêt.

Les entités disposent naturellement des mêmes propriétés, mais leur nommage pour l’affichage est un peu différent.
Par convention, voici le nommage des entités :

préfixe prénom "surnom" nom suffixe

Ici, c’est le suffixe qui a peu d’intérêt.

Une dernière remarque. Bien que certaines propriétés n’aient pas aujourd’hui de grand intérêt pour l’affichage, le fait de le proposer aux utilisateurs les rend automatiquement inamovibles. Il y aura toujours quelqu’un qui leur trouvera une utilité et les utilisera… d’où l’intérêt dès maintenant d’une convention d’affichage.

La documentation est mise à jour en conséquence : wiki.nebule.org – nebule_v1.2 – Objet

Nommage multiple et protéiforme

Vendredi, juillet 18th, 2014

Dans nebule, les objets ont forcément un identifiant. Ils ont aussi parfois un nom. Typiquement, c’est le cas lorsque l’objet a pour source un fichier nébulisé.

shot-2014-07-18_20-07-59

Le nom est un texte de caractères compréhensible par les humains. Déjà, en fonction des langues, il se peux que ce texte ne soit pas compréhensible pas tout le monde. Mais on exclut déjà par principe les caractères non imprimables, même si en réalité ça n’a pas beaucoup d’importance. Il vaut mieux que le texte n’ai pas de retour à la ligne, mais ça peut être interprété, traduit et pris en compte à l’affichage.

Pour un fichier, le nom (qui inclus le chemin) a deux rôles :

  1. le classement sommaire par sujets en fonction du chemin et parfois du nom ;
  2. la description sommaire du contenu, un peu comme un titre.

Dans nebule, le nom que l’on peut donner à un objet a le même rôle que le nom pour un fichier. Il donne un titre à l’objet. Par contre, le classement des objets intervient peu avec le nom que ceux-ci pourraient avoir. Ce serait plutôt le rôle de groupes et de nœuds, concept encore en cours d’affinement. Pour un objet, lui donner un nom c’est le lier à un autre objet qui contient le nom avec un lien de type l.

Si un fichier ne peut avoir qu’un seul nom, un objet peut en avoir plus. Il est possible de créer plusieurs liens vers différents objets à utiliser comme noms. Les propriétés de liens multiples et concurrents sont valables aussi pour le nommage.
Lors de l’affichage, comme dans l’exemple ci-dessus, il faut faire un choix. Soit on affiche tous les noms, ce qui peut rapidement devenir problématique et difficilement compréhensible par l’utilisateur. Soit on affiche qu’un seul nom, celui affiché étant celui qui a le plus grand score dans le calcul des relations sociales. C’est cette dernière solution qui est adoptée aujourd’hui.

Mais on peut faire encore mieux. Rien n’interdit un lien pour un titre de renvoyer vers une image. D’ailleurs, ce peut être tout objet sans distinction. C’est l’interprétation du titre qui ici prend son importance. Si on n’interprète que du texte alphanumérique sur une seule ligne, les autres objets seront ignorés comme titre.
Si on décide de prendre en compte aussi les images, il ne sera peut-être pas opportun d’utiliser une image de grande résolution, lourde. On peut utiliser à la place les miniatures, des images dérivées, pour l’affichage comme titre. Les miniatures d’images seront d’ailleurs très régulièrement utilisées lors de l’affichage.
Pour un film, on va peut-être utiliser soit une image fixe soit une petite séquence animée, l’une comme l’autre extraite du film.

L’affichage final peut dans certains cas prendre en compte simultanément plusieurs objets titres mais de types différents. Par exemple accepter une image et un texte, ou un morceau de film, un son et un texte…
Protéiforme ne veut pas dire en forme de protéine mais bien de formes multiples.
Tout est question d’interprétation et de stratégie d’affichage. Tout est possible, aussi.

Dans sylabe, comme dans nebule, une entité a un nom constitué d’un petit texte, un prénom et même un préfixe sur le même principe. Mais elle peut aussi depuis peu avoir une image, typiquement une photo d’identité. Le nommage multiple et protéiforme existe donc déjà.