Nommage multiple et protéiforme

Dans nebule, les objets ont forcément un identifiant. Ils ont aussi parfois un nom. Typiquement, c’est le cas lorsque l’objet a pour source un fichier nébulisé.

shot-2014-07-18_20-07-59

Le nom est un texte de caractères compréhensible par les humains. Déjà, en fonction des langues, il se peux que ce texte ne soit pas compréhensible pas tout le monde. Mais on exclut déjà par principe les caractères non imprimables, même si en réalité ça n’a pas beaucoup d’importance. Il vaut mieux que le texte n’ai pas de retour à la ligne, mais ça peut être interprété, traduit et pris en compte à l’affichage.

Pour un fichier, le nom (qui inclus le chemin) a deux rôles :

  1. le classement sommaire par sujets en fonction du chemin et parfois du nom ;
  2. la description sommaire du contenu, un peu comme un titre.

Dans nebule, le nom que l’on peut donner à un objet a le même rôle que le nom pour un fichier. Il donne un titre à l’objet. Par contre, le classement des objets intervient peu avec le nom que ceux-ci pourraient avoir. Ce serait plutôt le rôle de groupes et de nœuds, concept encore en cours d’affinement. Pour un objet, lui donner un nom c’est le lier à un autre objet qui contient le nom avec un lien de type l.

Si un fichier ne peut avoir qu’un seul nom, un objet peut en avoir plus. Il est possible de créer plusieurs liens vers différents objets à utiliser comme noms. Les propriétés de liens multiples et concurrents sont valables aussi pour le nommage.
Lors de l’affichage, comme dans l’exemple ci-dessus, il faut faire un choix. Soit on affiche tous les noms, ce qui peut rapidement devenir problématique et difficilement compréhensible par l’utilisateur. Soit on affiche qu’un seul nom, celui affiché étant celui qui a le plus grand score dans le calcul des relations sociales. C’est cette dernière solution qui est adoptée aujourd’hui.

Mais on peut faire encore mieux. Rien n’interdit un lien pour un titre de renvoyer vers une image. D’ailleurs, ce peut être tout objet sans distinction. C’est l’interprétation du titre qui ici prend son importance. Si on n’interprète que du texte alphanumérique sur une seule ligne, les autres objets seront ignorés comme titre.
Si on décide de prendre en compte aussi les images, il ne sera peut-être pas opportun d’utiliser une image de grande résolution, lourde. On peut utiliser à la place les miniatures, des images dérivées, pour l’affichage comme titre. Les miniatures d’images seront d’ailleurs très régulièrement utilisées lors de l’affichage.
Pour un film, on va peut-être utiliser soit une image fixe soit une petite séquence animée, l’une comme l’autre extraite du film.

L’affichage final peut dans certains cas prendre en compte simultanément plusieurs objets titres mais de types différents. Par exemple accepter une image et un texte, ou un morceau de film, un son et un texte…
Protéiforme ne veut pas dire en forme de protéine mais bien de formes multiples.
Tout est question d’interprétation et de stratégie d’affichage. Tout est possible, aussi.

Dans sylabe, comme dans nebule, une entité a un nom constitué d’un petit texte, un prénom et même un préfixe sur le même principe. Mais elle peut aussi depuis peu avoir une image, typiquement une photo d’identité. Le nommage multiple et protéiforme existe donc déjà.

Comments are closed.