Archive for août, 2015

Attribuer des propriétés aux autres entités

Samedi, août 22nd, 2015

Je viens de voir que dans Google Plus on peut ajouter des coordonnées à une autre personnes. Celles-ci restent confidentielles, c’est à dire juste connues de soi-même… et de Google. C’est un peu intrusif quand même puisque Google peut connaître les coordonnées d’une personne alors qu’elle ne les a pas volontairement publiées.

Dans nebule, on peut faire la même chose puisque l’on dérive d’une entité une propriété. Mais on en reste maître et, si les liens sont masqués, cela reste complètement privé. Même l’entité qui en fait l’objet ne le sait pas. La différence, c’est que on est le seul ‘strictement’ à connaître cet ajout de propriété et cela n’apparaît pas dans une base de donnée d’une grande société que l’on ne maîtrise pas.

Caliopen

Mardi, août 11th, 2015

Depuis le début de Caliop ou pas loin, je regarde ce qui s’y passe. Aujourd’hui ce projet de messagerie sécurisée continue sous Caliopen.

Ce n’est pas un service tout à fait comparable à ce que propose nebule. C’est un service qui se veut compatible avec la messagerie smtp. Cela implique la présence et l’utilisation de serveurs centraux de messagerie. Ensuite, si l’interface mélange les différentes sources de messages comme SMS, emails et tchats, il ne semble pas y avoir d’autres moyens d’échange ou de gestion de l’information.

Dans l’interface proposée, il y a une chose intéressante. Dans la vue de boite d’entrée, on a deux curseurs permettant de montrer les messages.

Le premier curseur gère le niveau de sécurité des messages affichés. Lors des échanges de messages, on doit s’attendre à ce que la confiance dans le contenu des messages soit forte ou à défaut qu’un indicateur de cette confiance pondère son contenu. Il est un peu étonnant qu’il y ai un seuil haut et bas. Quel sera l’usage du seuil haut que l’on abaisserait ? Le niveau de confiance d’un message est calculé sur la façon dont il est transmis, le réseau proche utilisé, et la cryptographie employée.
Dans nebule, cette confiance n’est pas vraiment calculée. Les réseaux utilisés et les serveurs parcourus ne sont pas source de calcul d’une confiance. Ils ont par défaut une confiance nulle. C’est la façon de parcourir de multiples serveurs de façon aléatoire qui va palier au manque de confiance dans les réseaux et les serveurs. Par contre, un curseur social sera définit et les liens seront triés en fonction de seuils. Et ce curseur dépendra surtout de l’entité avec qui on correspond. Une pondération automatique sera possible pour les entités inconnues en fonction des entités connues qui la reconnaissent. Pour la cryptographie, chacun peut librement choisir ce qu’il utilise et ce qu’il protège, c’est comme pour Caliopen.

Le second curseur gère l’importance des messages avec un seuil haut et bas. là aussi il y a un seuil haut dont l’usage est à voir en pratique. L’importance est donnée par l’émetteur du message.
Dans nebule, l’importance n’est pas fixée par l’émetteur mais est calculée en fonction de l’émetteur et des liens vers des objets pondérés. Il est même possible de simuler en public une importance forte à une entité en particulier mais en réalité de dissimuler que cette entité n’en a pas.

La découverte de nouvelles personnes avec qui converser se fait par divers moyens. Mais il faut bien vérifier la clé publique. Caliopen propose d’utiliser le DNS. Tout le monde peut contrôler un nom de domaine ou appartenir à un nom géré par quelqu’un d’autre. Il est possible de transmettre par ce biais une clé publique pour une adresse (email) correspondante. On rend difficile l’usurpation d’une identité.
Avec nebule, en l’absence de vérification directe d’une entité et donc d’une pondération forte, on fait confiance à des entités proches pour pondérer cette entité que l’on ne connais pas. C’est un peu le système utilisé dans PGP.

Je continue à regarder l’évolution du projet en espérant qu’il ne capotera pas comme tant d’autres…

Exploitation de liens dissimulés

Mardi, août 11th, 2015

Dans l’article sur la Dissimulation de liens, multi-entités et anonymat, on a vu comment implémenter des liens dissimulés dans d’autres liens.

Ici, on va apporter quelques précisions pratiques.

Déjà, un lien dissimulé va apparaître avec une entité signataire et une entité destinataire du lien. On a vu que c’était le minimum vital pour que cela fonctionne et que l’on puisse partager les liens même si cela implique de travailler sur les entités pour parfaire l’anonymisation. Il y a le cas particulier du lien dissimulé pour soi-même, dans ce cas l’entité signataire est aussi l’entité destinataire.

Lorsque l’on regarde les liens d’un objet, on va voir tous les liens non dissimulés. Si une entité est déverrouillée, il faut en plus parcourir tous les liens de type c de l’objet de l’entité pour en extraire les liens dissimulés relatifs à l’objet que l’on regardait. Dans le cas de multiples entités esclaves d’une entité maîtresse, il faut faire de même pour extraire tous les liens dissimulés pour toutes les entités accessibles. Il faut veiller dans ce cas à ce que l’interface montre clairement qui est l’entité concernée pour éviter toute confusion de l’utilisateur.