Archive for the ‘non répudiation’ Category

Sondages et votes

Vendredi, septembre 11th, 2015

Dans un article La Suisse pourrait imposer l’open-source pour le vote électronique de Numerama, il est de nouveau question de la mise à disposition du code source du programme sous forme de logiciel libre.

L’avenir du vote électronique ne fait aucun doute, seule sa réalisation pose problème aujourd’hui. Beaucoup de débats comparatifs et contradictoires ont lieux vis-à-vis de la pertinence du vote électronique et de la confiance que l’on peut apporter aux machines de vote et au processus dans son ensemble. Ces débats peuvent paraître très conservateurs mais ils sont néanmoins nécessaires puisque le vote est un acte fondamental de nos démocraties, c’est le moyen d’expression de chacun d’entre nous.

La confiance en ce genre de machine de vote et du code qui l’anime ne peut être assurée sans l’ouverture du code à minima en lecture. Il faut aussi connaître précisément l’environnement de compilation et d’exécution pour le code soit parfaitement reproductible. Et bien sûr, il faut être sûr ce c’est bien ce code qui a été utilisé et pas un autre.
Invoquer le secret industriel sur du code pour un processus parfaitement connu et un enjeu majeur de démocratie, c’est particulièrement malhonnête. Tout au plus une société éditrice peut-elle demander un droit de paternité et une restriction de commercialisation à son seul bénéfice. Mais il suffit à l’état qui fait la commande du code de demander, et payer, explicitement la libre diffusion ou la libéralisation complète du code.

Le code doit être capable dans son ensemble de permettre la centralisation des votes, l’anonymisation des électeurs ainsi que la vérification en temps réel et à postériori du décompte des votes. L’authentification de l’utilisateur devrait être le principal problème mais il apparaît que c’est en fait le décompte et sa vérification qui interpellent le plus souvent les détracteurs du vote électronique.

Un vote a un point de départ dans le temps et une fin à partir de laquelle le décompte des votes est considéré comme définitif.

L’anonymisation est aussi un problème pour la vérification de conformité du vote à postériori puisqu’elle casse le lien sûr entre le votant et le vote unitaire. On peut ainsi affirmer que le votant à voté (il a posé un papier et signé le paraphore) mais on ne peut pas le prouver à postériori (était-ce vraiment lui).
La capacité de multi-entité et la dissimulation de liens dans nebule permettent de résoudre ce problème.

Voici un scénario possible de vote avec les objets et liens de nebule :

  1. Pour un vote, une entité maîtresse du vote est générée. Elle est explicitement reconnue par les autorités comme telle. Son seul rôle est de générer les jetons de vote et de les attribuer aux électeurs.
  2. L’entité maîtresse du vote va générer autant d’objets jetons qu’il y a de votants. Ces jetons sont aléatoires et n’ont pas de relation directes avec les électeurs. Chaque jeton est en fait la partie publique d’un bi-clé cryptographique (RSA par exemple). La clé privée de chaque jetons est protégé par un mot de passe stocké dans un objet protégé par et pour l’entité maîtresse (dans un premier temps).
  3. Le jeton est en fait l’entité qui réalisera le vote via la clé privée. Chaque vote peut être vérifié par rapport au jeton, c’est à dire la clé publique.
  4. Pour chaque objets de clés privées de chaque jetons, l’entité maîtresse va partager le secret de chiffrement de l’objet contenant le mot de passe. Le lien entre objet chiffré et objet non chiffré est dissimulé, c’est à dire que c’est un lien de type c masquant le vrai lien.
  5. La clé privée de l’entité maîtresse est détruite. Il n’est ainsi plus possible de retrouver l’intégralité des relations en les jetons et les électeurs mais il est possible de vérifier que tous les électeurs ont reçus un lien dissimulé et de vérifier tous les jetons réalisant le vote.
  6. Pour un vote, une entité de décompte du vote est générée. Elle est explicitement reconnue par l’entité maîtresse Son seul rôle est de recueillir et de valider les votes. La période de vote démarre.
  7. L’électeur, c’est à dire l’entités votantes, va récupérer auprès de l’entité maîtresse du vote l’intégralité des jetons et des clés privées associées (et pas juste son jeton). Il va ainsi obtenir tous les liens dont le lien dissimulé le concernant. Via le lien dissimulé, il va savoir quel est la clé privée du jeton que l’entité maîtresse lui a attribué. Disposant de cette information il peut déprotéger à son profit l’objet contenant le mot de passe de la clé privée du jeton.
  8. L’électeur, mettant à profit la clé privée du jeton, peut réaliser un ou plusieurs votes, seul le dernier est pris en compte. Le vote consiste en un lien entre le jeton et le choix de vote dans le contexte de l’entité de décompte du vote (champs méta).
  9. L’entité de décompte du vote vérifie régulièrement auprès de tous les électeurs la présence de liens dont elle est le contexte. au fur et à mesure de la récupération des liens, elle se les approprie (signature du lien de vote).
  10. A la fin de la période de vote, la clé privé de l’entité de décompte du vote est détruite. Plus aucun vote ne peut être ajouté, modifié ou supprimé. Les votes comptabilisés sont ceux qui ont été signés par l’entité de décompte du vote.
  11. L’électeur qui souhaite rendre publique son vote a juste à prouver qu’il dispose du jeton en utilisant sa clé privée pour autre chose que le vote en relation avec sa véritable entité. Il peut aussi révéler le lien dissimulé que lui avait généré l’entité maîtresse du vote.

Un des aspects des liens dissimulés est qu’il est possible de les dissimuler pour plusieurs entités. Ainsi il est possible de générer une entité d’audit du vote à qui l’entité maîtresse partagera les liens dissimulés, de façon également dissimulé.L’entité d’audit devient capable à postériori de vérifier la bonne association entre jetons de vote et électeurs sans être elle-même capable d’émettre de nouveaux jetons.

Le sondage est moins contraignant et surtout peut être à choix multiples.

Dissimulation de liens, multi-entités et anonymat

Samedi, juin 27th, 2015

La dissimulation de lien tel que prévu dans nebule n’est que la première partie permettant l’anonymisation des échanges entre entités.

Voir les articles précédents :
Liaison secrète et suite ;
Nouvelle version v1.2, Anonymisation de lien et correction du registre ;
Lien de type c, précisions ;
Entités multiples, gestion, relations et anonymat et Entité multiples ;
Nébuleuse sociétale et confiance – Chiffrement par défaut

Cette dissimulation d’un lien se fait avec un lien de type c. On a bien sûr dans le registre du lien visible l’entité qui génère ce lien, l’entité signataire. Et on a l’entité destinataire qui peut déchiffrer ce lien dissimulé et en extraire le vrai lien. Et comme dans la version publique de ce lien on a à la fois l’entité source et l’entité destinataire qui sont visibles, il n’y a pas d’anonymat. Ce type de lien permet juste de dissimuler l’usage d’un objet.

2015.06.27 lien c

Un lien dissimulé ne peut pas contenir un autre lien dissimulé. On interdit donc les multi-niveaux de liens dissimulés qui seraient un véritable calvaire à traiter.

Un lien peut être dissimulé pour soi-même. C’est à dire que l’entité signataire est aussi l’entité destinataire.

Si un lien doit être dissimulé pour plusieurs destinataires, il faut générer un lien pour chaque destinataire. La seule façon de réduire le nombre de liens pour un grand nombre de destinataires est d’utiliser la notion de groupe disposant de son propre bi-clé. Ce type de groupe est pour l’instant purement théorique.

Ce maintien comme public des entités sources et destinataires est une nécessité au niveau du lien, c’est une des bases de la confiance dans les liens. Pour que le lien puisse être validé et accepté par une entité ou retransmit par un relais, l’identification des entités est incontournable. Et donc avec l’identification nous avons aussi l’imputabilité et la non répudiation.

Si on veut assurer de l’anonymat pour les entités, puisque l’on ne peut pas travailler au niveau du lien, il faut travailler au niveau de l’entitié. On va dans ce cas travailler sur la notion de déception, c’est à dire faire apparaître des entités pour ce qu’elles ne sont pas ou tromper sur la nature des entités.
L’idée retenu consiste, pour chaque entité qui souhaite anonymiser ses échanges avec une autre entité, à générer une entité esclave avec laquelle elle n’a aucun lien. Ou plutôt, le lien d’entité maîtresse à entité esclave est un lien dissimulé pour l’entité maîtresse uniquement. Ici, personne à par l’entité maîtresse ne peut affirmer juste sur les liens que l’entité esclave lui est reliée.
Lorsque l’on veut échanger de façon anonyme, on transmet à l’entité destinataire l’identifiant de l’entité esclave, et vice versa. Cette transmission doit bien sûr être faîte par un autre moyen de communication ou au pire par un seul lien dissimulé.

L’anonymisation complète est donc la combinaison des liens de dissimulation de liens et d’une capacité multi-entités des programmes.

La dissimulation est en cours d’implémentation dans sylabe en programmation php orienté objet. Mais le plus gros du travail sera à faire dans la librairie nebule puisque c’est elle qui manipulera les liens et présentera ceux-ci à l’application, c’est à dire sylabe, dans une forme exploitable. L’application n’a pas à se soucier de savoir si le lien est dissimulé, elle peut le lire ou elle ne peut pas. Tout au plus peut-elle afficher qu’un lien est dissimulé pour information de l’utilisateur.
La capacité multi-entités de sylabe est maintenant beaucoup plus facile à gérer en programmation php orienté objet. Mais il reste à implémenter la génération des entités esclaves avec dissimulation de leur entité maîtresse.

Une autre dimension n’est pas prise en compte ici, c’est le trafic entre les serveurs pour les échanges d’informations. Il faudra faire attention à la remontée possible aux entités maîtresses par leurs échanges.

Enfin, pour terminer, aujourd’hui c’est la course au chiffrement par défaut de tous les échanges pour tout un tas de programmes et services sur Internet. Ce chiffrement par défaut est bon pour l’utilisateur en général. Et il masque dans la masse les échanges pour qui la confidentialité est critique. Ainsi il ne suffit plus d’écouter le trafic chiffré pour retrouver ses ennemis.
Mais cette logique est perverse. Le chiffrement par défaut est une aberration, un remède de cheval posé en urgence faut de mieux. Nous avons besoin d’échanger aussi des choses publiquement, comme sur un forum ou dans la presse. Nous ne devrions pas avoir des outils de communication tout chiffré et d’autres tout public, chaque outil devrait permettre les deux et clairement indiqué ce qui est protégé de ce qui ne l’est pas…

La sécurité des suppressions de données

Lundi, février 9th, 2015

Le piratage de Sony Pictures a provoqué une véritable onde de choc dont les ramifications sont parfois inattendues. L’article The Security of Data Deletion de Bruce Schneier fait l’apologie d’une stratégie ‘agressive’ de suppression des données obsolètes dans les entreprises. Puisqu’il n’est pas possible de garantir la confidentialité des données d’une entreprise, même une parmi les plus grosses, il est préférable de supprimer ces données lorsqu’elles sont obsolètes.

On peut aussi parler de l’intégrité puisque si un pirate a réussi à récupérer quelques téraoctets de données sans se faire prendre, il a tout aussi bien pu en altérer au passage. Si la cryptographie peut nous aider à ce niveau pour signer les données et messages, elle ne pourra pas grand chose si les postes utilisateurs, leurs programmes et donc leurs clés sont compromises…

Mais revenons à la politique de suppression des données. Parler de politique agressive est un peu exagéré. La notion d’agressivité sous-entend de supprimer dès que possible une donnée lorsqu’elle n’est plus utilisé. Il est fait référence dans l’article à ce que l’on transmettait par téléphone avant l’informatique, les informations annexes que l’on ne notaient pas finissaient par être rapidement oubliées, au pire déformées… ou au mieux sujettes à confirmation.

Si la messagerie instantanée est assez informelle, la messagerie classique est beaucoup plus formelle, surtout en entreprise. On est dans ce dernier cas assez loin de la conversation libre par téléphone.

Une entreprise ne peut pas non plus supprimer sans discernement ses données sous prétexte qu’à un instant donné elles n’ont plus d’utilité. Ces données, c’est la mémoire de l’entreprise. Les supprimer c’est supprimer la mémoire de l’entreprise, une des choses les plus importantes puisque c’est l’accumulation de son savoir faire, de son savoir sur ses clients et ses racines. Supprimer les données anciennes d’une entreprise, c’est comme supprimer la mémoire à long terme des individus, c’est catastrophique pour eux et pour la société dans son ensemble.

Ce parallèle avec l’individu n’est pas anodin. La capacité d’une entreprise c’est la somme des individus qui la composent démultiplié par le patrimoine technique.
Et le parallèle peut aller plus loin. L’individu ne retiendra pas tout d’une conversation téléphonique. Des informations annexes seront perdus parce que non mémorisées par l’un ou l’autre des interlocuteurs. Ensuite, avec le temps, chaque interlocuteur va oublier certaines informations pas très importantes, progressivement. Au final, après un grand laps de temps, il ne subsistera de la conversation téléphonique que l’essentiel de l’information. Il faut donc bien de la même façon supprimer les données éphémères d’une entreprise mais il ne faut pas tout supprimer. Avec le temps, seul doit subsister l’essentiel des informations du passé. Les idées doivent être résumées et les informations techniques doivent être épurées de leurs pré-calcul et des données annexes.
Comme fil conducteur, on peut essayer d’avoir la vision d’un historien sur le passé de l’entreprise pour savoir ce qui a de l’intérêt ou pas. Et ainsi, naturellement, toutes les conversations hors champs vont disparaitre.

Tel que déjà définit précédemment pour le projet nebule, les données doivent pouvoir être supprimer automatiquement après un certain délai ou conservées explicitement. Une pondération appliqué aux objets déterminera le délai de conservation, ou plutôt de non-suppression. Et un seuil déterminera à partir de quelle pondération un objet sera à garder définitivement. Ce seuil peut évoluer avec le temps et faire disparaitre après coup des objets qui initialement étaient au dessus du seuil de suppression. La pondération reflète l’importance des objets, positivement ou négativement.

Pour finir, n’est-il pas plus simple d’être respectueux dans ses messages même à usage interne ? A défaut d’empêcher le vol d’information, au moins on évite déjà les propos embarrassants, une charge de moins dans la réparation des dégâts. Mais quelque part, cela reflète un état d’esprit dans l’entreprise, une certaine culture des individus qui la composent… bref, pas très sain…

Vote électronique

Samedi, mai 21st, 2011

Je ne suis pas très familiarisé avec les problèmes légaux liés au vote électronique, donc sans le petit bout de papier. Mais il semble que les polémiques actuelles sur les équipements testés tiennent surtout à la façon dont ceux-ci sont conçus.
Et surtout, les critiques tournent autour de l’utilisation de logiciels fermés, donc dont le fonctionnement ne peut être vérifié par tout citoyen. Comment peut-on être sûr que la machine de plante pas, comptabilise bien les votes, et surtout les comptabilise bien à la bonne personne? Voir, comment vérifier que personne n’a faussé le score (nécessite un re-décomptage)?

(suite…)