Archive for the ‘législation’ Category

Entités de recouvrement – implémentation

Jeudi, décembre 8th, 2016

Dans le précédent article sur les Entités de recouvrement qui date de plus de 6 mois, il était question de l’implémentation du mécanisme dans le code. Jusque là la liste des entités de recouvrement était renvoyée vide.
Ce mécanisme peut être une contrainte légale dans certains pays mais ce peut être aussi un moyen d’assurer plus sereinement la disponibilité des données sans remettre en question significativement la confidentialité de celles-ci. Sa portée est strictement local et ne doit pas devenir un comportement global sous peine de rompre la confiance dans l’ensemble du code de nebule.

La prochaine version de la bibliothèque nebule en PHP intègre le code nécessaire à la détection des entités marquées localement comme entités de recouvrement et le code qui se charge de dupliquer la protection des objets pour ces entités.

La définition des entités de recouvrement est purement locale et est attachée à l’entité instance locale. La détection d’entité de recouvrement se fait sur un lien de type f entre chaque entité définie comme entité de recouvrement et l’entité instance locale. Le champ méta du lien est l’objet de référence contenant nebule/objet/entite/recouvrement. Seuls les liens des autorités strictement locales sont pris en compte, c’est à dire à l’exception du puppetmaster, du maître de la sécurité et du maître du code.

La duplication de la protection se fait au niveau de la fonction (unique) de protection d’un objet setProtected(). Afin d’éviter la suppression du partage de protection avec une entité de recouvrement, la fonction cancelShareProtectionTo() ne supprime pas ce partage si l’entité est dans la liste des entités de recouvrement.
Afin de ne pas perturber l’utilisateur, les applications affichent tous les partages de protection mais n’affichent pas le bouton correspondant pour ces entités de recouvrement.

Les applications option, sylabe et klicty permettaient déjà l’affichage des entités de recouvrement même si elle était vide. Ces affichages ont été améliorés afin d’afficher en plus l’entité autorité locale qui a activé l’entité comme entité de recouvrement. Le but est d’avoir un mécanisme qui peut être contraignant et indiscret mais dont le fonctionnement doit être ouvert et loyal pour maintenir la confiance de l’utilisateur.
L’application option est maintenant le centre de gestion des entités de recouvrement. Il est possible, lorsque l’on déverrouille l’entité instance de serveur, d’ajouter ou de retirer des entités à la liste. Les autres entités ne peuvent faire que de l’affichage. Si un lien est généré par une autre entité, il est ignoré.

Autorité temporaire

Jeudi, novembre 8th, 2012

Quels incidents peut-on rencontrer sur un système d’information reposant sur une cryptographie moderne ?
Et comment peut-on y répondre ?

La cryptographie est un formidable outil mathématique. Ses propriétés sont sans équivalents dans le monde réel et palpable du commun des mortels. A cause de cela, l’outil et ses usages restent abstraits et méconnus pour beaucoup de gens. Mais, loin d’être anecdotique, la cryptographie est présente partout autour de nous, dans tout ce qui est numérique. Et il ne suffit pas d’un bon discours commercial à grand renfort de sigles abstraits suivis de quelques chiffres pour que l’ensemble remplisse son rôle : sécuriser nos données.
On se connecte à un ordinateur, le mot de passe est transformé en hash. On se connecte au site web de la banque, la connexion est sécurisée. On envoie des emails chiffrés et signés. Notre ordinateur vérifie la signature des mises à jours qu’il doit appliquer, idem pour notre box internet. Notre téléphone cellulaire chiffre la conversation avec le réseau opérateur, mais pas avec notre correspondant. La puce de notre carte bancaire valide une transaction chez notre marchant de légumes. Notre réseau wifi est protégé par mot de passe. etc…

Mais au fait, n’y a-t-il vraiment que les données à sécuriser ?
L’utilisateur est au centre de ces données, celles-ci n’ont d’utilité que pour l’utilisateur légitime et pour celui qui pourrait trouver un bénéfice à les exploiter à la place de l’utilisateur légitime.

(suite…)