Entités de recouvrement

Le mécanisme de recouvrement des objets protégés et des liens dissimulés est en train d’être doucement mis en place.

D’un point de vue théorique, cela répond à deux problèmes similaires.
En entreprise, et pas que, il est recommandé d’utiliser une ou plusieurs autorités de recouvrement lorsque l’on utilise de la cryptographie pour protéger ses données. Les décideurs le prennent souvent comme une contraite et oublient de mettre en place ce mécanisme de restauration des données chiffrées. Et ce mécanisme est différent de celui de restauration classique alors qu’il est perçu comme étant le même. Résultat, lorsqu’un employé critique vient à manquer, ses données, critiques aussi, deviennent subitement inaccessibles. La disponibilité c’est aussi de la sécurité.
Pour différentes raisons, des états plus ou moins démocratiques peuvent imposer la mise en place d’un mécanisme de déchiffrement des données de leurs concitoyens.

Mais, afin de ne pas rompre la confiance, ce mécanisme doit être loyale, c’est à dire public, transparent et vérifiable.

D’un point de vue pratique, la mise en place comprend deux parties.
Il faut commencer par recenser les entités éligibles comme autorités de recouvrement. Pour l’instant dans le code de la librairie en php, la liste de ces entités est renvoyée vide. Les applications peuvent donc commencer à prendre en compte ces entités pour l’affichage public. C’est le cas dans klicty mais pas encore dans sylabe.
Il faut ensuite, lors de la protection d’un objet ou de la dissimulation d’un lien, dupliquer la protection ou le lien pour chacune des entités de recouvrement. Cela revient simplement à faire un partage de la protection pour un objet protégé en duplicant le lien de type k de chiffrement de la clé de session.

Pour terminer, la librairie n’intégrera pas par défaut d’entité de recouvrement. Si des entités sont définies comme tel, ce sera uniquement par choix (ou obligation) de l’entité responsable du serveur.

Comments are closed.