Archive for the ‘multi-entité’ Category

Entité multi-rôles – compromission et divergence

Samedi, mars 10th, 2018

Suite des articles Entité multi-rôles et suite, Nommage d’entité – préfix, Entités multiples, Changement d’identifiant d’entité et Entités multiples, gestion, relations et anonymat.

La segmentation d’une entité en plusieurs entités avec des rôles différents va nécessiter un peu de travail. La notification du rôle dans le préfixe de nommage des entités ne semble pas opportune.

Lors du changement de mot de passe d’une entité, la clé publique ne changeant pas, l’entité reste référencée par le même identifiant, c’est à dire l’empreinte de l’objet de la clé publique. Par contre l’objet de la clé privée va changer, il faut donc un lien pour retrouver cette nouvelle clé privée. Ce n’est pas encore implémenté mais ici rien de compliqué.
Ça va se compliquer avec le problème de diffusion de l’objet de la nouvelle clé privée afin que l’utilisateur puisse l’utilisé pour s’authentifier sur une autre instance serveur. Là on a l’utilité de permettre facilement la synchronisation d’une entité en préalable à une authentification.

Il y a cependant un problème majeure de sécurité des entités. en effet les anciennes clés privées restent toujours présentes et permettent toujours de déverrouille l’entité. Il ne suffit pas de faire une suppression de l’objet concerné, cela n’a que peu de chance de fonctionner face à un attaquant.
Il est possible de générer une nouvelle entité avec sa propre clé publique, ou de tout le cortège d’entités dans le cas du multi-entités. On peut même imaginer ne changer que l’entité d’authentification. Puis on fait des liens pour dire à tout le monde que l’entité a été mise à jour et marquer le lien de parenté. Cela veut malheureusement dire qu’il faut refaire tous les liens avec la nouvelle entité. Peut-être est-ce l’occasion de faire du ménage et oublier des choses…

Quelque soit le mécanisme, il ne protège pas de la compromission d’une entité par un attaquant. Celui-ci peut réaliser une mise à jours de l’entité qui sera vu comme légitime par les autres entités. La récupération de l’entité est possible puisqu’elle existe toujours mais comment vont se comporter les autres entités lorsque l’on va faire une deuxième mise à jours d’entité… en concurrence avec la première. Il y a peut-être un moyen de faire jouer le côté social des relations entre entités et de volontairement créer un challenge entre les deux mises à jours de l’entité et toutes les entités tierces.
Ou alors on accepte la survivance simultané de ces deux entités qui vont progressivement diverger avec le temps. Là aussi un tri social pourra se faire mais plus naturellement.

La solution à ce problème peut être l’usage d’une entité faisant autorité et capable d’imposer une mise à jour d’entité en particulier. Mais on essaie de se débarrasser des autorités encombrantes ce n’est pas pour les réintroduire au premier coup de froid.
Il existe une autre forme d’autorité, ce peut être une entité à soi mais que l’on n’utilise pas au jours le jour et stockée à la maison au chaud. Les cambriolages étant encore un risque contemporain cette entité de recouvrement peut être dupliquée en d’autres lieux. Évidement son vol ne doit pas permettre de prendre le contrôle de l’ensemble.

Il restera toujours le vol sous contrainte. Mais ça on ne peut rien y faire de toute façon.

L’hégémonie d’un mécanisme unique de gestion des identités est un problème puisque une fois ce mécanisme corrompu il n’existe plus de recours pour récupérer son identité.

Ce problème n’a pas vraiment de solution complète et pas encore d’orientation précise pour gérer les conflits. Il reste encore du travail de réflexion…

Cosignature

Samedi, mai 9th, 2015

Une réflexion depuis quelques temps porte sur la cosignature (cf Les entités et le code / Redéfinition de puppetmaster). Et elle est toujours d’actualité. Le but est de permettre d’avoir une entité unique mais dont la clé privée soit répartie en plusieurs morceaux, chaque morceau sous la responsabilité d’une personne différente. On doit avoir plusieurs entités qui peuvent communément, et non individuellement, signer pour l’entité unique.

Le problème peux être résolu en ayant un mécanisme qui valide la signature de l’entité unique par la présence d’un nombre pré-définit de signatures d’entités pré-validées. On n’a plus dans ce cas une entité mais un groupe d’entités dont la cosignature est reconnue comme signature du groupe. Dans ce cas, la notion d’entité s’étend et ne sous-entend plus seulement un objet avec une clé cryptographique mais un objet qui constitue un groupe d’entités avec des règles de fonctionnement.

Jusqu’ici, je n’ai trouvé que des solutions matériels avec un seul bi-clé cryptographique conservé dans une puce et dont l’usage est contraint par l’authentification de plusieurs personnes physiques. Ce n’est pas satisfaisant puisque toutes les personnes doivent être présentes au même endroit au même moment pour activer la clé privée. Les solutions de cosignatures que j’ai trouvé se contentent de gérer de multiples signatures d’un document mais sans gérer cette notion de communauté.

Authentification et mot de passe

Samedi, février 14th, 2015

Dans la version précédente, procédurale, de la librairie nebule en php, l’authentification était gérée via des variables de la session. On retrouvait l’ID de l’entité en cours ainsi que l’ID de la clé privée associée et le mot de passe (si déverrouillé) de cette clé privée.

Les anciennes variables :
$_SESSION['nebule_publ_entite']
$_SESSION['nebule_priv_entite']
$_SESSION['nebule_pass_entite']

Dans la nouvelle version de la librairie, en programmation orientée objet, la première variable qui référence l’entité en cours d’utilisation est toujours nécessaire.
Par contre, la variable qui référence la clé privée est encore utilisé mais n’est déjà plus vraiment indispensable puisque l’instance (l’objet au sens programmation) de l’entité contient la référence à l’ID de sa clé privée. Cet ID de clé privée est pré-calculée lors de l’initialisation de l’instance et est accessible par une fonction publique. Il est même possible que cette variable de session pour la clé privée disparaisse à terme faute d’usage.
Enfin, la variable contenant le mot de passe de la clé privée, elle, disparaît définitivement. Elle n’était renseignées que lorsque l’entité était déverrouillées. Désormès, le mot de passe, lorsque fourni, est stocké dans l’instance de l’entité en cours. Cette instance référence ainsi la clé privée et le mot de passe associé. Ce mot de passe est bien sûr vérifié lors de son enregistrement puisque c’est la seule et unique condition pour considérer l’entité comme déverrouillée, que le mot de passe soit valide sur la clé privée.

En terme de sécurité du code, c’est plus propre. Le mot de passe ne peut être consulté directement par un module malveillant comme avec une variable de session par essence globale et donc accessible partout. Cependant, le mécanisme n’est pas parfait puisqu’une lecture brute de l’instance permet d’en extraire le contenu… et donc le mot de passe. Il faudra trouver un mécanisme pour renforcer ça…
L’usage d’un sel pour le mot de passe est en cours de réflexion sachant qu’il faudra dans ce cas créer un lien pour le rendre publique. C’est un renforcement de la sécurité du mot de passe mais potentiellement une source de panne.

En terme de gestion des entités, c’est plus facile si on change vers une entité que l’on maîtrise puisque les mots de passe des entités esclaves sont accessibles et peuvent être pré-injectés dans les entités correspondantes. Et puis en cas de bascule vers une de ces entités esclaves, le retour à l’entité maîtresse est plus facile aussi puisque le mot de passe pourra rester dans celle-ci.

En terme d’évolution, il est déjà prévisible qu’une forme avancée d’un usage multi-entité verra le jour. CF Entités multiples. La pré-initialisation des mots de passes de toutes les entités sous contrôle (entités esclaves) rendra cet usage beaucoup plus facile. Pour rappel, cet usage multi-entité permettra au choix soit d’utiliser une et une seule entité à un instant donné mais de pouvoir immédiatement et facilement changer d’entité, soit d’utiliser simultanément tout ou partie des entités sous contrôle. Dans ce dernier cas, les actions seront par contre faites avec une seule entité pré-definie pour cela.

Voici la structure de la classe Entity :

class Entity extends Object
{
	const ENTITY_MAX_SIZE = 16000;
	const ENTITY_PASSWORD_SALT_SIZE = 128;
	const ENTITY_TYPE = 'application/x-pem-file';

	private $_publicKey = '';
	private $_privateKeyID;
	private $_privateKey = '';
	private $_privateKeyPassword;
	private $_privateKeyPasswordSalt;
	private $_issetPrivateKeyPassword = false;
	private $_faceCache = array();

	public function __construct(nebule $nebuleInstance, $id);
	public function __destruct();
	public function __toString();
	private function _loadEntity($id);
	private function _createNewEntity();
	private function _verifyEntity($entity);
	public function getType();
	public function getKeyType();
	public function getPublicKeyID();
	public function getPublicKey();
	private function _findPublicKey();
	public function getPrivateKeyID();
	private function _findPrivateKeyID();
	private function _findPrivateKey();
	public function setPrivateKeyPassword($passwd);
	public function unsetPrivateKeyPassword();
	public function checkPrivateKeyPassword();
	public function changePrivateKeyPassword($newpasswd);
	public function getFullName();
	public function getLocalisations();
	public function getLocalisation();
	public function getFaceID($size=400);
}

Entités multiples

Mardi, décembre 23rd, 2014

Dans la suite des réflexions sur Entités multiples, gestion, relations et anonymat, le développement de la librairie nebule en php continue en tenant compte de cette possibilité.

En gérant le mot de passe d’une entité dans l’objet (php) de cette entité, on peut avoir plusieurs entités déverrouillées à un instant donné. Et comme plusieurs entités sont potentiellement déverrouillées, lorsque l’on consulte un objet chiffré, il ne faut plus seulement regarder si l’entité courante est déverrouillée et donc peut le lire, mais il faut regarder dans tous les destinataires si une des entité n’est pas déverrouillée aussi. Une seule suffit pour déchiffrer l’objet et afficher son contenu.

Il faut cependant faire attention à ce que l’entité courante ait bien l’accès à l’objet chiffré avant de permettre son utilisation parce que cela dévoilerait immédiatement le lien de parenté entre les deux entités. Il est imaginable de basculer immédiatement d’entité courante sur une action de ce genre.

Si on souhaite une bascule complète sur une entité esclave sans interférence d’autres entités, il suffit de vider le mot de passe de tous les objets (php) des entités que l’on ne souhaite plus voir. Cela inclut aussi l’ancienne entité courante qui peut avoir été préalablement sauvegardée avec sont mot de passe pour une restauration ultérieure.

Une des applications de cette capacité multi-entité, c’est le cumule d’entité lors d’un Changement d’identifiant d’entité. Il est possible, le temps de migrer les liens, de pouvoir continuer à consulter les objets de l’ancienne entité tout en utilisant la nouvelle entité.