Archive for the ‘lien f’ Category

Entités de recouvrement – configuration

Samedi, décembre 10th, 2016

Suite des articles Entités de recouvrement et implémentation.

L’objet de référence de définition des entités de recouvrement est l’objet contenant :

nebule/objet/entite/recouvrement

De nouvelles options permettent de gérer la prise en compte des entités de recouvrement par la bibliothèque nebule en PHP :

  1. permitRecoveryEntities (boolean, critical) : commutateur global d’activation des entités de recouvrement via les liens des autorités strictement locales. Par défaut à false.
  2. permitRecoveryRemoveEntity (boolean, careful) : commutateur qui permet à une entité de supprimer le partage de la protection d’un objet avec une entité de recouvrement. Par défaut à false.
  3. permitInstanceEntityAsRecovery (boolean, critical) : commutateur de définition de l’entité instance locale comme entité de recouvrement. Outrepasse les liens. Par défaut à false.
  4. permitDefaultEntityAsRecovery (boolean, critical) :commutateur de définition de l’entité par défaut comme entité de recouvrement. Outrepasse les liens. Par défaut à false.

Toutes les options sont en lecture seule, c’est à dire que les liens d’options ne sont pas pris en compte. Au besoin, ces options doivent être modifiées dans le fichier d’environnement.

A false, par défaut, la première option désactive complètement la détection des entités de recouvrement et le mécanisme de partage de protection des objets pour les entités de recouvrement.

La deuxième option, si à true, permet à une entité de supprimer le partage de protection à une entité de recouvrement particulière. Cette action doit être faite après la protection, réalisée systématiquement, et sur tous les objets protégés un par un. Cette option va faire disparaître le bouton de suppression de partage de protection dans les affichages, mais elle est aussi vérifiée lors de la suppression effective du partage de protection d’un objet si l’utilisateur tente la suppression de force.

Le lien de déclaration d’une entité de recouvrement a la forme :

  • action : f
  • source : entité instance locale, par exemple = 3af39596818c1229d7a3d08b9f768622903951305df728609a68a2957f7f3882
  • cible : entité de recouvrement, par exemple = 19762515dd804577f9fd8c005a7803ddee413f264319748e30aa2aedf318ca57
  • méta : objet de référence de recouvrement

La désactivation est un lien de type x.

Les liens doivent être signés de l’entité instance locale ou de l’entité par défaut en fonction des options de permission.

Entités de recouvrement – implémentation

Jeudi, décembre 8th, 2016

Dans le précédent article sur les Entités de recouvrement qui date de plus de 6 mois, il était question de l’implémentation du mécanisme dans le code. Jusque là la liste des entités de recouvrement était renvoyée vide.
Ce mécanisme peut être une contrainte légale dans certains pays mais ce peut être aussi un moyen d’assurer plus sereinement la disponibilité des données sans remettre en question significativement la confidentialité de celles-ci. Sa portée est strictement local et ne doit pas devenir un comportement global sous peine de rompre la confiance dans l’ensemble du code de nebule.

La prochaine version de la bibliothèque nebule en PHP intègre le code nécessaire à la détection des entités marquées localement comme entités de recouvrement et le code qui se charge de dupliquer la protection des objets pour ces entités.

La définition des entités de recouvrement est purement locale et est attachée à l’entité instance locale. La détection d’entité de recouvrement se fait sur un lien de type f entre chaque entité définie comme entité de recouvrement et l’entité instance locale. Le champ méta du lien est l’objet de référence contenant nebule/objet/entite/recouvrement. Seuls les liens des autorités strictement locales sont pris en compte, c’est à dire à l’exception du puppetmaster, du maître de la sécurité et du maître du code.

La duplication de la protection se fait au niveau de la fonction (unique) de protection d’un objet setProtected(). Afin d’éviter la suppression du partage de protection avec une entité de recouvrement, la fonction cancelShareProtectionTo() ne supprime pas ce partage si l’entité est dans la liste des entités de recouvrement.
Afin de ne pas perturber l’utilisateur, les applications affichent tous les partages de protection mais n’affichent pas le bouton correspondant pour ces entités de recouvrement.

Les applications option, sylabe et klicty permettaient déjà l’affichage des entités de recouvrement même si elle était vide. Ces affichages ont été améliorés afin d’afficher en plus l’entité autorité locale qui a activé l’entité comme entité de recouvrement. Le but est d’avoir un mécanisme qui peut être contraignant et indiscret mais dont le fonctionnement doit être ouvert et loyal pour maintenir la confiance de l’utilisateur.
L’application option est maintenant le centre de gestion des entités de recouvrement. Il est possible, lorsque l’on déverrouille l’entité instance de serveur, d’ajouter ou de retirer des entités à la liste. Les autres entités ne peuvent faire que de l’affichage. Si un lien est généré par une autre entité, il est ignoré.

Propriété d’un objet et référence par rapport à un objet

Lundi, octobre 31st, 2016

Il y a deux liens très proches dans leurs formes. Le lien qui attribut une propriété à un objet et le lien qui désigne un objet par rapport à un objet de référence.

Le lien d’affectation d’une propriété à un objet :

  • type : l
  • source : un objet.
  • cible : l’objet de l’attribut.
  • méta : objet de référence du type d’attribut.

Le lien de désignation d’un objet par rapport à un objet de référence :

  • type : f
  • source : l’objet de départ.
  • cible : l’objet recherché.
  • méta : objet de référence

Leur forme est assez proche. Mais plus encore la recherche du résultat tourne autour de l’objet cible dans le contexte de l’objet méta, elle est strictement identique au type de lien près.

Et pourtant ce ne sont pas les mêmes liens parce que ce n’est pas le même usage.

Le lien d’affectation d’attribut définit une propriété de l’objet source alors que le lien de désignation par référence n’est pas une propriété mais un usage de l’objet source. Il y a donc bien une raison de séparer le type de ces deux formes de liens, et d’avoir deux fonctions distinctes de recherche.

Objet de référence contre suivi du graphe des mises à jours

Vendredi, octobre 21st, 2016

Le bootstrap retrouve l’application et la librairie nebule à utiliser en suivant des liens. Actuellement, il suit le graphe des mises à jours de l’application sélectionnée et celui de la librairie nebule.

Mais il est possible dans ce cas d’utiliser une autre méthode de suivi des liens pour retrouver la dernière version des applications et de la librairie.

La recherche par les graphes permet de suivre les liens de type u d’objets en objets jusqu’à arriver en bout de branche de l’arborescence des mises à jours. Évidement, il faut tenir compte des liens de type x de suppression de liens. Et il faut aussi que l’objet en bout de branche soit disponible sinon on remonte la branche en sens inverse…
La méthode est efficace mais elle est très longue a jouer.

Il est possible de faire plus simple pour un résultat identique dans notre cas.

La structure de recherche de la dernière version d’un objet a dans notre cas un cheminement complètement sous contrôle. Il n’est pas nécessaire de gérer une profondeur de recherche de plus de un niveau, même avec des liens de mise à jour. En ne fonctionnant plus que sur un seul niveau il est tout à fait possible de n’utiliser que des liens de type f depuis un objet de référence.
Et en plus il est possible de ne plus à devoir gérer les liens de suppression de liens. Un nouveau lien remplace automatiquement le précédent lien. Si il faut supprimer le lien de la dernière mise à jour, il suffit de rejouer à une date plus récente le lien de la version précédente.

Et ainsi il y a gain du nombre d’objets parcourus et gain de temps de traitement sur les quelques liens qui restent.

Cette méthode va être mis en place dès que possible dans le bootstrap.

Objet virtuel avec rôle

Vendredi, septembre 16th, 2016

Jusque là, la très grande majorité des objets créés ont ou ont eu un contenu et donc une empreinte numérique unique leur correspondant. Cela a été le cas pour les images utilisées comme icônes dans sylabe par exemple.

Le problème par exemple avec l’usage direct de l’objet d’une icône fait que si on veut la mettre à jour ou tout simplement en utiliser une autre à la place il faut faire un lien de mise à jour. Or ce lien de mise à jour n’a pas de contexte, c’est à dire de champs méta dans le lien. Ainsi la mise à jour s’applique partout alors que ce n’était pas forcément le but recherché.

La solution est de ne pas faire référence directement à une image que l’on veut utiliser dans une application mais à un objet intermédiaire. Cet objet n’a même pas besoin d’avoir un contenu, il est virtuel puisque son empreinte est créé de toute pièce sans contenu. Et du fait du fonctionnement de nebule, il n’aura probablement jamais (dans un temps raisonnable) de contenu correspondant à son empreinte.

Ainsi, on ne référence plus dans une application des icônes mais des objets intermédiaires. Et les icônes à utiliser n’ont plus à être des liens de mise à jour u mais deviennent naturellement des liens de dérivation f avec comme champs méta l’objet intermédiaire ou l’objet de l’application. Je pense que l’objet intermédiaire est le mieux comme champs méta.

Comme l’empreinte de cet objet virtuel est purement indicative, on peut lui mettre n’importe quelle valeur de n’importe quelle taille. Il est cependant raisonnable de choisir une taille assez conséquente et différente des tailles usuelles des empreintes, c’est à dire différent de 64, 128, 224, 256, 384, 512, 768, 1024, 2048, 4096, etc…
Chaque application peut utiliser les mêmes valeurs pour ces objets intermédiaires ou choisir par exemple une valeur préfixe identique suivi de valeurs aléatoires jusqu’à avoir une taille raisonnable.

Sondages et votes

Vendredi, septembre 11th, 2015

Dans un article La Suisse pourrait imposer l’open-source pour le vote électronique de Numerama, il est de nouveau question de la mise à disposition du code source du programme sous forme de logiciel libre.

L’avenir du vote électronique ne fait aucun doute, seule sa réalisation pose problème aujourd’hui. Beaucoup de débats comparatifs et contradictoires ont lieux vis-à-vis de la pertinence du vote électronique et de la confiance que l’on peut apporter aux machines de vote et au processus dans son ensemble. Ces débats peuvent paraître très conservateurs mais ils sont néanmoins nécessaires puisque le vote est un acte fondamental de nos démocraties, c’est le moyen d’expression de chacun d’entre nous.

La confiance en ce genre de machine de vote et du code qui l’anime ne peut être assurée sans l’ouverture du code à minima en lecture. Il faut aussi connaître précisément l’environnement de compilation et d’exécution pour le code soit parfaitement reproductible. Et bien sûr, il faut être sûr ce c’est bien ce code qui a été utilisé et pas un autre.
Invoquer le secret industriel sur du code pour un processus parfaitement connu et un enjeu majeur de démocratie, c’est particulièrement malhonnête. Tout au plus une société éditrice peut-elle demander un droit de paternité et une restriction de commercialisation à son seul bénéfice. Mais il suffit à l’état qui fait la commande du code de demander, et payer, explicitement la libre diffusion ou la libéralisation complète du code.

Le code doit être capable dans son ensemble de permettre la centralisation des votes, l’anonymisation des électeurs ainsi que la vérification en temps réel et à postériori du décompte des votes. L’authentification de l’utilisateur devrait être le principal problème mais il apparaît que c’est en fait le décompte et sa vérification qui interpellent le plus souvent les détracteurs du vote électronique.

Un vote a un point de départ dans le temps et une fin à partir de laquelle le décompte des votes est considéré comme définitif.

L’anonymisation est aussi un problème pour la vérification de conformité du vote à postériori puisqu’elle casse le lien sûr entre le votant et le vote unitaire. On peut ainsi affirmer que le votant à voté (il a posé un papier et signé le paraphore) mais on ne peut pas le prouver à postériori (était-ce vraiment lui).
La capacité de multi-entité et la dissimulation de liens dans nebule permettent de résoudre ce problème.

Voici un scénario possible de vote avec les objets et liens de nebule :

  1. Pour un vote, une entité maîtresse du vote est générée. Elle est explicitement reconnue par les autorités comme telle. Son seul rôle est de générer les jetons de vote et de les attribuer aux électeurs.
  2. L’entité maîtresse du vote va générer autant d’objets jetons qu’il y a de votants. Ces jetons sont aléatoires et n’ont pas de relation directes avec les électeurs. Chaque jeton est en fait la partie publique d’un bi-clé cryptographique (RSA par exemple). La clé privée de chaque jetons est protégé par un mot de passe stocké dans un objet protégé par et pour l’entité maîtresse (dans un premier temps).
  3. Le jeton est en fait l’entité qui réalisera le vote via la clé privée. Chaque vote peut être vérifié par rapport au jeton, c’est à dire la clé publique.
  4. Pour chaque objets de clés privées de chaque jetons, l’entité maîtresse va partager le secret de chiffrement de l’objet contenant le mot de passe. Le lien entre objet chiffré et objet non chiffré est dissimulé, c’est à dire que c’est un lien de type c masquant le vrai lien.
  5. La clé privée de l’entité maîtresse est détruite. Il n’est ainsi plus possible de retrouver l’intégralité des relations en les jetons et les électeurs mais il est possible de vérifier que tous les électeurs ont reçus un lien dissimulé et de vérifier tous les jetons réalisant le vote.
  6. Pour un vote, une entité de décompte du vote est générée. Elle est explicitement reconnue par l’entité maîtresse Son seul rôle est de recueillir et de valider les votes. La période de vote démarre.
  7. L’électeur, c’est à dire l’entités votantes, va récupérer auprès de l’entité maîtresse du vote l’intégralité des jetons et des clés privées associées (et pas juste son jeton). Il va ainsi obtenir tous les liens dont le lien dissimulé le concernant. Via le lien dissimulé, il va savoir quel est la clé privée du jeton que l’entité maîtresse lui a attribué. Disposant de cette information il peut déprotéger à son profit l’objet contenant le mot de passe de la clé privée du jeton.
  8. L’électeur, mettant à profit la clé privée du jeton, peut réaliser un ou plusieurs votes, seul le dernier est pris en compte. Le vote consiste en un lien entre le jeton et le choix de vote dans le contexte de l’entité de décompte du vote (champs méta).
  9. L’entité de décompte du vote vérifie régulièrement auprès de tous les électeurs la présence de liens dont elle est le contexte. au fur et à mesure de la récupération des liens, elle se les approprie (signature du lien de vote).
  10. A la fin de la période de vote, la clé privé de l’entité de décompte du vote est détruite. Plus aucun vote ne peut être ajouté, modifié ou supprimé. Les votes comptabilisés sont ceux qui ont été signés par l’entité de décompte du vote.
  11. L’électeur qui souhaite rendre publique son vote a juste à prouver qu’il dispose du jeton en utilisant sa clé privée pour autre chose que le vote en relation avec sa véritable entité. Il peut aussi révéler le lien dissimulé que lui avait généré l’entité maîtresse du vote.

Un des aspects des liens dissimulés est qu’il est possible de les dissimuler pour plusieurs entités. Ainsi il est possible de générer une entité d’audit du vote à qui l’entité maîtresse partagera les liens dissimulés, de façon également dissimulé.L’entité d’audit devient capable à postériori de vérifier la bonne association entre jetons de vote et électeurs sans être elle-même capable d’émettre de nouveaux jetons.

Le sondage est moins contraignant et surtout peut être à choix multiples.

Messagerie et transfert fondamental d’information

Mercredi, juillet 8th, 2015

Comme cité dans l’article sylabe – Emulation de messagerie, l’implémentation de certaines fonctionnalités de la messagerie pose problème.

Tout lien f est potentiellement un message. Cette façon de voir est plus fondamentale, plus propre et plus proche de la gestion de l’information. Malheureusement, elle pose quelques problèmes pour certaines fonctionnalités classiques de la messagerie telle que nous l’utilisons tous aujourd’hui. Les problèmes de fonctionnalités ne sont pas graves mais peuvent être perturbants.

Pour commencer, comment marquer un message comme lu puisque cela revient à faire un lien d’un lien, ce que ne permet pas nebule.
Nous sommes ici dans un fonctionnement attendu de la messagerie dans laquelle chaque message est important et doit donc être lu. Ce comportement est différent du message de réseau social qui n’a pas forcément d’importance et n’est pas destiné à être lu impérativement. On distingue le message destiné à la masse des gens, même si elle peut être très limitée, du message destiné spécifiquement à un individu. La notion d’importance dans l’attente de lecture du message dépend surtout du nombre de destinataires.
Il ne faut pas non plus penser que le spammer s’attend à ce que tout le monde lise ses messages. C’est du rêve mais ce genre de message est très peu lu et est donc envoyé en masse pour compenser ce manque d’importance ou d’intérêt.

Ensuite, lorsque l’on marque comme supprimé un message, c’est que l’on supprime explicitement le lien f qui fait que c’est un message. Si on souhaite annuler cette suppression, la théorie dans nebule veut que l’on recrée un lien mais avec une date plus récente. Or si la date est plus récente, cela altère l’information de la date du message. Ensuite, c’est l’entité qui à reçu le message qui génère le nouveau lien à une date plus récente, et non l’entité d’origine. On perd donc la provenance du message. Ce n’est pas acceptable dans ces conditions de permettre la restauration d’un message.

Il est probable que l’on revienne plus tard à une implémentation plus universelle et fondamentale dans la façon de reconnaître ce qu’est un transfert d’information, un message.

Lien de type f, précisions

Mercredi, juillet 9th, 2014

La documentation a été complétée pour le lien de type f :

Le nouvel objet est considéré comme enfant ou parent suivant le sens du lien.

Le champs HashMeta doit être vu comme le contexte du lien. Par exemple, deux objets contenants du texte peuvent être reliés simplement sans contexte, c’est à dire reliés de façon simplement hiérarchique. Ces deux mêmes textes peuvent être plutôt (ou en plus) reliés avec un contexte comme celui d’une discussion dans un blog. Dans ce deuxième cas, la relation entre les deux textes n’a pas de sens en dehors de cette discussion sur ce blog. Il est même probable que le blog n’affichera pas les autres textes en relations si ils n’ont pas un contexte appartenant à ce blog.

CF : Documentation_-_nebule_v1.2 – Action_f_-_Dérivé_d’objet

Ajout d’émotions sur des objets – suite 4

Mardi, avril 22nd, 2014

L’ajout des émotions sur les objets n’en finit pas d’arriver… Le code est un peu délicat à manipuler. Certaines choses doivent s’afficher dans certaines conditions et à certains endroits en fonction de l’objet que l’on regarde. C’est la suite de l’article Ajout d’émotions sur des objets – suite 3.

Les émotions supportées sont encore sujet à discussion, mais leur fonctionnement est maintenant stable.
Les émotions doivent être considérées comme des groupes, donc les objets que l’on marque avec ces émotions appartiennent en quelque sorte aux groupes d’émotions en question.
On parle ici des émotions, mais la mécanique est exactement la même pour les avis. Seul l’affichage peut varier un peu.

Quelques règles de fonctionnement :

  1. Une émotion est représentée sur un objet par un lien de type ‘f‘ de l’émotion vers l’objet, méta à ‘0‘.
  2. Une émotion sur un objet dérivé lié à l’objet en cours est un lien de type ‘f‘ de l’émotion vers l’objet dérivé avec comme méta l’objet en cours.
  3. Une émotion sur un objet dérivé, donc avec un contexte, n’apparaît pas dans le mode affichage de l’objet, même si on est sur l’objet dérivé en question.

Cela donne par exemple ce genre de vue en mode navigation :

shot-2014-04-22_20-44-57

On remarque que toutes les lignes qui disent que l’objet est de type image/jpeg ont l’émotion ‘J'approuve‘. C’est fait en une seule fois. C’est le même lien derrière qui dit que l’on approuve que l’objet soit de ce type, indépendamment de qui le dit.

Si on se place sur l’objet du milieu dans la petite conversation en cascade, on peut observer ça :

shot-2014-04-22_20-50-34

On voit que les autres commentaires sont fait dans le contexte d’un objet spécifique, un autre objet surtout. On voit aussi qu’une émotion est placée sur l’un des commentaire, cette émotion est cependant dans le contexte de l’objet en cours, ce commentaire, et non dans le contexte de l’objet dans lequel à lieu la discussion. Si on regarde l’affichage précédent, cette émotion n’apparaît pas.

Ajout d’émotions sur des objets – suite 3

Samedi, avril 12th, 2014

Toujours pas de modification dans les émotions de base assumées. On reste sur la roue de Plutchik.

Par contre, la mise en place de la gestion des émotions et avis dans sylabe montre que l’utilisation des liens ‘l‘ n’est pas optimale et qu’il vaudrait mieux utiliser des liens ‘f‘ à la place. Si on change de type de liens, cela rendra caduc les objets ‘nebule/objet/emotion‘ et ‘nebule/objet/avis‘. A la place pourra être utilisé un objet méta comme une sorte de contexte du lien.
CF avancement du 11/04/2014.

Appartenance et/ou propriété – suite

Samedi, novembre 2nd, 2013

Suite de Appartenance et/ou propriété.

En regardant le code de sylabe et notamment la façon dont on traduit les liens, on voit une énorme instruction switch pour trier les liens de type l. Ce tri est fait par rapport à l’objet méta. Les liens sans objet méta (càd égale à 0) apparaissent donc comme des exceptions qu’il faut gérer dans un autre sous switch.

D’un autre côté, les liens de type f sont triés plus naturellement par l’objet source. Cela n’a donc pas d’importance si l’objet méta est nul.

Donc, c’est un lien de type f qui sera maintenant à utiliser pour désigner un nœud. Cela devient un groupe à part entière.

Tous les liens de type l avec un objet méta nul sont marqués comme périmés. Il n’y a plus de moyen de désigner explicitement un objet comme ‘objet‘, ‘entité‘ ou ‘objet de suivi spécifique‘. Et il n’y a pas vraiment besoin.
Il est ajouté dans la documentation nebule v1.1 que les liens de type l ne devraient avoir ni un objet méta nul ni un objet destination nul.

Appartenance et/ou propriété

Samedi, novembre 2nd, 2013

Il se pose un dilemme aujourd’hui dans la définition de ce qu’est un nœud. Non sur la nature de celui-ci mais plutôt sur la façon dont le nœud est désigné comme tel.

Le même genre de problème se pose aussi pour une entité mais de façon un peu plus simple.
Une entité est capable de signer, c’est donc avant tout une clé cryptographique asymétrique (RSA uniquement aujourd’hui dans nebule). C’est aussi plus spécifiquement la clé publique, celle que l’on diffuse, donc celle par laquelle on est connu et reconnu. Au delà de ses propriétés mathématiques internes, elle est reconnu par la forme de son contenu et plus généralement par son type mime : ‘application/x-pem-file‘. Malheureusement, le fichier PEM, qu’il contienne la clé publique ou la privée ou les deux, a toujours le même type mime. Il est impossible de distinguer l’une ou l’autre naturellement par le type mime, il faut regarder le contenu pour pouvoir prendre une décision sur la nature de la clé.
Cela paraît compliqué comme ça, mais le problème est finalement facile à résoudre. Pour savoir si c’est une entité, il suffit de regarder si l’objet a le bon type mime puis de lire la première ligne du fichier (moins de 30 caractères). On peut vouloir ajouter un lien pour dire explicitement que cet objet est une entité. Mais quel doit être ce lien? Un lien de type l pour attribuer un attribut à l’objet? Ou un lien de type f pour dire que l’objet fait parti (dérivé) du groupe des entités?

Il y a le même problème avec le nœud. Celui-ci n’a pas de type mime à proprement parler, ce peut être du texte comme une image. Il peut être tentant d’ajouter un lien pour définir explicitement un objet comme étant un nœud. Dans ce cas, la recherche des nœuds est facilité puisqu’il suffit de regarder les liens vers l’objet ‘nebule/objet/noeud‘. On en revient cependant aux mêmes questions. Quel doit être ce lien? Un lien de type l pour attribuer un attribut à l’objet? Ou un lien de type f pour dire que l’objet fait parti (dérivé) du groupe des entités?
Il s’ajoute un autre problème. Nous n’avons pas besoin en théorie de ce lien pour caractériser un nœud. Il suffit que le nœud ai au moins un liens de type f pour lequel il est à la fois l’objet source et l’objet méta. Mais pour retrouver les nœuds, cela oblige à parcourir tous les objets. Bref, ce n’est pas réalisable en pratique pour un usage commun. Nous devons donc ajouter un lien qui explicite la nature de nœud de l’objet.

Les deux type de liens sont équivalents pour résoudre ce problème. Le type l est plus simple. Le type f permet quand à lui de voir la notion de nœud comme un groupe. Est-ce qu’il y a un intérêt à gérer les nœuds dans un groupe?
L’usage seul nous permettra de déterminer quel est le meilleur type de lien…

Nettoyage des liens – suite

Mercredi, septembre 25th, 2013

Ceci est la suite du post précédent sur le nettoyage des liens.

En cas de suppression d’un objet, quels liens doit-on garder ?

Il faut déjà évidemment garder le lien de type d, celui qui marque la suppression de l’objet. Sans ce lien, la propagation de la suppression ne sera pas assurée, et donc l’objet ne sera pas supprimé sur tous les emplacements. Si il est encore présent sur un emplacement connu, il risque d’être téléchargé de cet emplacement et donc en quelque sorte restauré. Ce lien doit être gardé « à vie ».

Il faut garder les liens de type u, c’est à dire voir quel(s) objet(s) est mise à jour l’objet supprimé. Il est préférable dans une chaîne de mises à jours de créer un nouveau lien qui court-circuite l’objet supprimé au milieu de la chaîne.

Il faut garder les liens de type e, les définitions d’équivalences.

Il faut supprimer tous les liens dont on est pas le signataire. Il n’y a pas de raison de garder les liens des autres entités. Les autres entités s’occuperont de leurs liens.

Il faut garder les liens de type k, correspondant au chiffrement. Lors du chiffrement d’un objet, on définit explicitement la suppression de l’objet originel pour ne garder que son dérivé chiffré.

Il faut supprimer les liens de type s, ce qui défini les subdivisions de l’objet. Cet objet n’est plus utilisable pour la récupération de morceaux. Et si il est recréé, les liens de type s le seront aussi naturellement, si besoin.

Jusque là, ça paraît suffisant. Mais que se passera-t-il le jour où, pour quelque raison que ce soit, l’objet venait à être réutilisé (volontairement) ?
Faut-il garder tous les liens de type l et f? Faut-il n’en garder qu’une partie?

Il faut aussi nettoyer les liens qui ont fait l’objet d’une suppression avec un lien de type x. Et il faut garder chaque derniers liens de type x. Ainsi, en cas de restauration de l’objet, les liens supprimés ne pourront être restaurés aussi.

Si c’est une suppression liée à un chiffrement, on doit garder tous les liens de type l et f. Ces liens sont nécessaires puisque l’objet à de bonnes chances d’être déchiffré un jour par le destinataire.

Dans les autres cs, c’est ambigu. Par défaut il vaut mieux garder tous les liens l et f.

Dans le cas d’un serveur que l’on ne maîtrise pas ou qui est mutualisé, la suppression d’un objet doit être marqué par toutes les entités. On ne peut pas supprimer un objet tant qu’une entité l’utilise encore. On entre là dans une forme de gestion en groupe.

RSE ou RSE ?

Mardi, septembre 10th, 2013

En recherchant la définition de l’acronyme RSE, je tombe sur deux définitions… Problème assez récurrent en fait avec les acronymes puisque n’importe qui peut en inventer et les utiliser sur la place publique à son bénéfice.

D’un côté j’ai une belle page bien fournie sur Wikipédia et une page gouvernementale officielle parlant de Responsabilité Sociétale des Entreprises :
Responsabilité Sociétale des Entreprises – Wikipédia
Qu’est-ce-que la responsabilité sociétale des entreprises – Ministère du développement durable
On y parle donc de responsabilité des entreprises, de développement durable, de gestion de risques, des impacts environnementaux et sociaux, enjeux, investissements, outils, normes, médiatisation, aspects juridiques, etc…

De l’autre un article sur 01net.com qui surfe sur la vague des révélations sur PRISM, ce qui n’est pas un mal en soi :
Le RSE : un lanceur d’alerte en entreprise – 01net
On retrouve bien en fin d’article un paragraphe sur le RSE, l’environnement et les risques. Mais RSE, répété à l’envie tout au long de l’article, désigne ici Réseau Social d’Entreprise. En gros un simili Facebook restreint au périmètre de l’entreprise.
Mais n’y a-t-il pas déjà un terme pour cette fonctionnalité? Oui, c’est le groupe de travail (groupware). Ah oui, c’est vrai, le créneau sur ce nom est déjà bien plein. D’un autre côté, la RSE ne doit pas plaire à beaucoup de chef d’entreprises. Bref, Voila typiquement un article à visée commerciale…

Mais ce post n’est pas là pour critiquer l’article. Les acronymes posent un problème de gestion de leurs définitions. Celles-ci ont rarement une portée globale, elles n’ont souvent qu’une définition de portée locale ou régionale. C’est cette absence de centralisation qui, à priori, serait la source des conflits.

Comment vont se comporter les acronymes dans nebule?
Reprenons le cas de la RSE. En pratique, c’est l’objet cec7b8a511f6d30def09266e7595f1dd9a301b3ba868444d2b14236dccc127b1. Aujourd’hui, cet objet n’existe sur aucune machine supportant nebule, mais si il était créé ce serait avec cette empreinte (sha256).

Premièrement, cet objet peut être marqué par des liens de type subdivision s. Il est en effet possible avec ce type de lien de savoir qu’un texte, un article de presse par exemple, contient cet acronyme. Cela facilite la recherche.
Cet exemple d’acronyme est trop petit mais le principe reste valable, le même article de presse peut être téléchargé morceaux par morceaux par ses abonnés. C’est un fonctionnement de type P2P. Chaque morceau connu peut être téléchargé à des endroits différents, puis l’article de presse peut être reconstitué. En pratique, on accélère donc les échanges d’objets.

Ensuite, L’objet de l’acronyme peut aussi être marqué par des liens de type dérivation f. Ces liens peuvent renvoyer vers d’autres objets contenant la ou les définitions de l’acronyme.
C’est un intérêt pour résoudre les conflits autour des définitions d’acronymes. En effet, chaque lien est signé par une entité, donc on sait qui en est l’initiateur. Et comme toute entité gère individuellement ses propres relations de confiances, la définition d’un acronyme sera donc dépendante des entités à qui on fait confiance, mais aussi en fonction de leur niveaux de confiance relatifs.
Donc, si on a une forte confiance en l’état, ce sera la RSE. Si on a une grande confiance en l’auteur de l’article de 01net, alors ce sera le RSE. Si on est chef d’entreprise, il y a de fortes chances que ce soit la RSE de toute façon…

Le weblog et la relation d’objets – 2

Jeudi, juillet 11th, 2013

Suite de la réflexion sur le weblog et la relation d’objets.

La première expérience avec sylabe sur une arborescence d’objets liés montre qu’il faut privilégier les liens de type dérivation f dans cet usage. Le lien de type l permet avec un objet méta de déterminer la relation entre deux objets dans l’arborescence. Mais c’est déjà ce que fait le lien de type dérivation f sans objet méta. Et si l’emplacement de l’objet méta est utilisé, il n’est du coup pas possible de définir ce que l’on peut appeler un contexte. C’est à dire de définir que les deux objets sont dans une arborescence bien délimitée et non tout le temps liés.

Ensuite, des liens de type dérivation f peuvent être utilisés sans objet méta afin de définir un objet dérivé d’un autre de façon générale. La différence, c’est que sans objet méta, le lien n’est pas utilisé dans l’affichage d’une arborescence d’objets. Mais cela n’empêche pas qu’ils soient utilisés pour améliorer l’affichage de certains objets spécifiques dans la représentation de l’arborescence. Ainsi, une arborescence d’images de grandes tailles gagnera à voir chaque image remplacée une à une par une versions réduite. C’est plus adaptée à l’affichage d’un navigateur web par exemple. La version réduite de chaque image étant liée à l’image originale par un lien de dérivation f.

Cette façon de faire résout les cas de gestion d’un article dans plusieurs nœuds et de gestion d’un article à plusieurs endroits dans le même nœud.

Reste à définir le cas de la gestion d’un nœud sous un autre nœud.

Le weblog et la relation d’objets

Jeudi, juillet 4th, 2013

La mise en application des objets et liens nebule dans sylabe montre qu’un aspect important de la relation entre les objets a été sous-estimé.

Prenons l’exemple d’un blog ou d’un fil de discussion sur FB (en autres). Un utilisateur publie un article, un texte en fait. A cet article, tous les utilisateurs (ou presque) peuvent répondre, c’est à dire attacher à l’article un nouvel article. Ce nouvel article est aussi un texte, mais il est subordonné à l’article initial.
On peut ainsi ajouter une infinité d’articles subordonnés à l’article initial ou subordonnés les uns aux autres.

Première remarque à priori. L’article initial, celui de plus haut niveau, a tout intérêt à être déclaré comme étant un nœud. Mais ça n’est pas obligatoire en fait.

Ensuite, le lien entre l’article initial et les articles qui lui répondent est un lien créant une hiérarchie. Les liens nebule de type l ou f peuvent répondre à ce besoin.

La réflexion est cependant incomplète. Il faut tenir compte de :
– la gestion d’un article dans plusieurs nœuds ;
– la gestion d’un article à plusieurs endroits dans le même nœud ;
– la gestion d’un nœud sous un autre nœud.

A suivre…