Archive for the ‘lien k’ Category

Protection des objets – les origines

Mercredi, mars 20th, 2019

Le problème de protection des objets de faible taille, tel que décrit dans l’article Protection et faible entropie, n’a pas de solution simple ou élégante. Peut-être qu’il est temps de se questionner sur la pertinence de la façon dont est assurée la protection des objets, de revoir les réflexions à l’origine de la protection des objets.

D’ailleurs, dans le même ordre d’idée, il faudra peut-être aussi se poser des questions par rapport à la dissimulation des liens qui crée un problème différent mais sans solution simple, performante et élégante.

A l’origine, l’usage de la protection des objets n’avait pas été vu avec autant de cas d’usages. L’idée était de pouvoir dissimuler le contenu d’une objet tout en continuant de le tracer, c’est à dire de l’identifier par son empreinte. Il semblait peu utile de dissimuler des choses aussi simple que « oui » ou « non ».
La capacité de pouvoir tracer devait aussi permettre de pouvoir bannir un objet en se basant sur son empreinte en claire. Une fois protégé un objet a une infinité d’empreintes possibles, donc il devient non traçable en pratique.
L’idée était aussi de pouvoir vérifier que le contenu protégé que l’on recevait d’une autre entité correspondait bien au contenu en clair attendu. Ceci avait pour but de ne pas ce retrouver avec un code offensif une fois déprotégé en lieu et place d’un objet anodin. Dans ce cas un contenu offensif peut être écarté rapidement par un simple lien de mise en liste d’exclusion.

Le problème vient du fait que le lien de protection de type k, en particulier le lien de chiffrement symétrique, fait l’association entre la valeur claire et la valeur chiffrée de l’information. En disposant de l’empreinte de l’information en claire on peut, si la valeur totale de son entropie est faible (ou si, déduit des parties prévisibles, la valeur totale résiduelle de l’entropie de l’information est faible), on peut dans ce cas recalculer l’information.
Il est théoriquement possible que le recalcule de l’information en claire donne une autre information ayant la même empreinte. Mais l’espace des valeurs calculables étant inférieur à la taille de l’empreinte des objets, càd la valeur totale de l’entropie de l’information recalculée en rapport avec la valeur totale de l’entropie d’une empreinte, et en considérant l’algorithme de prise d’empreinte cryptographique suffisamment robuste, il est très peu probable (de l’ordre de l’inverse de la taille des empreintes) de trouver une autre information de même empreinte. Ce serait même très inquiétant pour l’algorithme de prise d’empreinte cryptographique.

En parcourant le code et les cas d’usages actuels, il apparaît que l’on fait déjà indistinctement référence à un objet en clair ou protégé en utilisant son empreinte pour son contenu en clair ou protégé. Le code se charge de remettre dans le bon sens les deux identifiants.
Ne faire référence que à la partie protégée ne pose pas plus de problème que ça dans les usages actuels puisque l’on a juste besoin d’un identifiant.
Il est alors possible de recalculer l’empreinte, donc l’identifiant, du contenu en clair, et donc de pouvoir potentiellement le confronter à lien de mise en liste d’exclusion.

Le temps est encore à la réflexion mais la solution est peut-être là…

Protection des objets – faible entropie

Mardi, mars 19th, 2019

Les messages que l’on protège peuvent être courts ou peuvent être dans certains cas facilement recalculés lorsque la seule partie variable du contenu a une faible entropie. C’est un problème général qui prend tout son sens dans la messagerie.
Le lien de chiffrement relie le hash de l’objet en clair avec le hash de l’objet chiffré. c’est indispensable si on veut pouvoir retrouver le contenu d’un objet en clair sans avoir à parcourir l’intégralité des hashs des objets protégés. C’est pour éviter le problème que l’on a avec l’implémentation des liens dissimulés.

Nous sommes dans le cas d’un modèle MAC-then-encrypt-then-MAC. Il faut trouver un moyen de renforcer l’entropie des objets protégés. Jouer sur le salage ou l’IV du chiffrement ne résout pas le problème puisque le problème vient du MAC avant chiffrement.
Et ce problème ne concerne pas des objets dont le contenu a une entropie supérieure à 128 bits et qui ne sont pas prédictibles. Il n’est pas utile, voire contre productif, de systématiser une solution de renforcement de l’entropie des objets protégés.

Il y a peut-être deux solutions. La première serait d’ajouter au contenu un aléa que l’on serait capable de retirer lors de l’exploitation de l’objet, comme du bourrage (padding). La seconde serait d’opérer sur l’objet une valeur d’un autre objet et de ne pas lié l’objet initial mais uniquement l’objet opéré. Cependant cette seconde méthode parait assez fragile en l’état.

La suite au prochain épisode…

Options de désactivation de protection et de dissimulation

Mardi, février 19th, 2019

La protection des objets est fonctionnelle. La dissimulation des liens des objets pas encore. Les deux sont implémentés dans la bibliothèque nebule.

Mais il y a désormais des options pour les désactiver, elles sont activées par défaut :

  • permitProtectedObject : Cette option active la possibilité de gérer la protection des objets et la possibilité de prendre en compte les liens de type k.
  • permitObfuscatedLink : Cette option active la possibilité de gérer la dissimulation (offuscation) des liens des objets et la possibilité de prendre en compte les liens de type c.

Lorsque une option est désactivée, le type de lien correspondant n’est plus géré, il est explicitement refusé. C’est à dire que les liens existants sont ignorés et les nouveaux liens sont rejetés comme invalides.

Ces options sont encore en cours d’ajout dans le code mais sont déjà fonctionnels pour les liens.

Messages et protection

Jeudi, novembre 30th, 2017

Une protection des messages basés les objets et liens de nebule peut être mise en place. Cette protection ne vise pas à dissimiler la présence d’un message mais à dissimuler son contenu. La dissimulation de la présence d’un message, plutôt nommée offuscation, est un autre sujet à part entière.

Mais cette protection peut ne pas être efficiente et elle peut se retrouver mise à mal du fait du fonctionnement même des liens de chiffrement (type k). Le lien de chiffrement va associer l’empreinte du message en clair avec l’empreinte du message chiffré. Hors un message de petite taille va avoir une forte probabilité avec le temps d’être (re-)créé par ailleurs et donc de dévoiler le contenu d’un message protégé. Et même pour un message plus conséquent, si il est partiellement ou complètement redécoupé en sous-objets via des liens de subdivision (type s), peut voir une partie de son contenu protégé dévoilé. La subdivision peut être par ailleurs légitime dans le cas d’un pré-découpage par mots pour la recherche sur mots clés.
La protection doit donc être adaptée dans le cas de la messagerie.

L’ajout d’un sel avant chiffrement ne résout pas le problème puisqu’il ne masque pas le lien entre le texte clair et chiffré. Par contre il est peut-être possible de pré-saler l’objet à chiffre et ne le reconnaître que sur son empreinte pré-salée.
A travailler…

Entités de recouvrement

Dimanche, février 28th, 2016

Le mécanisme de recouvrement des objets protégés et des liens dissimulés est en train d’être doucement mis en place.

D’un point de vue théorique, cela répond à deux problèmes similaires.
En entreprise, et pas que, il est recommandé d’utiliser une ou plusieurs autorités de recouvrement lorsque l’on utilise de la cryptographie pour protéger ses données. Les décideurs le prennent souvent comme une contraite et oublient de mettre en place ce mécanisme de restauration des données chiffrées. Et ce mécanisme est différent de celui de restauration classique alors qu’il est perçu comme étant le même. Résultat, lorsqu’un employé critique vient à manquer, ses données, critiques aussi, deviennent subitement inaccessibles. La disponibilité c’est aussi de la sécurité.
Pour différentes raisons, des états plus ou moins démocratiques peuvent imposer la mise en place d’un mécanisme de déchiffrement des données de leurs concitoyens.

Mais, afin de ne pas rompre la confiance, ce mécanisme doit être loyale, c’est à dire public, transparent et vérifiable.

D’un point de vue pratique, la mise en place comprend deux parties.
Il faut commencer par recenser les entités éligibles comme autorités de recouvrement. Pour l’instant dans le code de la librairie en php, la liste de ces entités est renvoyée vide. Les applications peuvent donc commencer à prendre en compte ces entités pour l’affichage public. C’est le cas dans klicty mais pas encore dans sylabe.
Il faut ensuite, lors de la protection d’un objet ou de la dissimulation d’un lien, dupliquer la protection ou le lien pour chacune des entités de recouvrement. Cela revient simplement à faire un partage de la protection pour un objet protégé en duplicant le lien de type k de chiffrement de la clé de session.

Pour terminer, la librairie n’intégrera pas par défaut d’entité de recouvrement. Si des entités sont définies comme tel, ce sera uniquement par choix (ou obligation) de l’entité responsable du serveur.

Anonymisation de lien – correction du registre

Mercredi, juin 11th, 2014

Voici une petite correction suite à l’article sur l’Anonymisation de lien.

Tant que l’on en est encore dans la mise en place du code pour gérer le lien de type c, une petite modification est réalisée sur le registre de ce type de lien.

Si on regarde la philosophie dans l’ordre des champs du registre des liens, l’objet méta est souvent une sorte d’opérateur entre deux objets. Cet objet méta peut souvent être vu comme annexe ou de valeur nulle dans certains cas. Le lien de type k contient notamment une entité destinataire qui peut consulter l’objet, et une clé de session chiffrée. On a ici le choix pour l’objet méta entre l’entité et la clé de session. J’opte pour la clé de session.

Voici donc le nouveau registre de lien de type c :

Signature_Signataire_TimeStamp_c_EntitéCible_LienChiffré_CléSession

 

Nettoyage des liens – suite

Mercredi, septembre 25th, 2013

Ceci est la suite du post précédent sur le nettoyage des liens.

En cas de suppression d’un objet, quels liens doit-on garder ?

Il faut déjà évidemment garder le lien de type d, celui qui marque la suppression de l’objet. Sans ce lien, la propagation de la suppression ne sera pas assurée, et donc l’objet ne sera pas supprimé sur tous les emplacements. Si il est encore présent sur un emplacement connu, il risque d’être téléchargé de cet emplacement et donc en quelque sorte restauré. Ce lien doit être gardé « à vie ».

Il faut garder les liens de type u, c’est à dire voir quel(s) objet(s) est mise à jour l’objet supprimé. Il est préférable dans une chaîne de mises à jours de créer un nouveau lien qui court-circuite l’objet supprimé au milieu de la chaîne.

Il faut garder les liens de type e, les définitions d’équivalences.

Il faut supprimer tous les liens dont on est pas le signataire. Il n’y a pas de raison de garder les liens des autres entités. Les autres entités s’occuperont de leurs liens.

Il faut garder les liens de type k, correspondant au chiffrement. Lors du chiffrement d’un objet, on définit explicitement la suppression de l’objet originel pour ne garder que son dérivé chiffré.

Il faut supprimer les liens de type s, ce qui défini les subdivisions de l’objet. Cet objet n’est plus utilisable pour la récupération de morceaux. Et si il est recréé, les liens de type s le seront aussi naturellement, si besoin.

Jusque là, ça paraît suffisant. Mais que se passera-t-il le jour où, pour quelque raison que ce soit, l’objet venait à être réutilisé (volontairement) ?
Faut-il garder tous les liens de type l et f? Faut-il n’en garder qu’une partie?

Il faut aussi nettoyer les liens qui ont fait l’objet d’une suppression avec un lien de type x. Et il faut garder chaque derniers liens de type x. Ainsi, en cas de restauration de l’objet, les liens supprimés ne pourront être restaurés aussi.

Si c’est une suppression liée à un chiffrement, on doit garder tous les liens de type l et f. Ces liens sont nécessaires puisque l’objet à de bonnes chances d’être déchiffré un jour par le destinataire.

Dans les autres cs, c’est ambigu. Par défaut il vaut mieux garder tous les liens l et f.

Dans le cas d’un serveur que l’on ne maîtrise pas ou qui est mutualisé, la suppression d’un objet doit être marqué par toutes les entités. On ne peut pas supprimer un objet tant qu’une entité l’utilise encore. On entre là dans une forme de gestion en groupe.