Protection des objets – les origines

Le problème de protection des objets de faible taille, tel que décrit dans l’article Protection et faible entropie, n’a pas de solution simple ou élégante. Peut-être qu’il est temps de se questionner sur la pertinence de la façon dont est assurée la protection des objets, de revoir les réflexions à l’origine de la protection des objets.

D’ailleurs, dans le même ordre d’idée, il faudra peut-être aussi se poser des questions par rapport à la dissimulation des liens qui crée un problème différent mais sans solution simple, performante et élégante.

A l’origine, l’usage de la protection des objets n’avait pas été vu avec autant de cas d’usages. L’idée était de pouvoir dissimuler le contenu d’une objet tout en continuant de le tracer, c’est à dire de l’identifier par son empreinte. Il semblait peut utile de dissimuler des choses aussi simple que « oui » ou « non ».
La capacité de pouvoir tracer devait aussi permettre de pouvoir bannir un objet en se basant sur son empreinte en claire. Une fois protégé un objet a une infinité d’empreintes possibles, donc il devient non traçable en pratique.
L’idée était aussi de pouvoir vérifier que le contenu protégé que l’on recevait d’une autre entité correspondait bien au contenu en clair attendu. Ceci avait pour but de ne pas ce retrouver avec un code offensif une fois déprotégé en lieu et place d’un objet anodin. Dans ce cas un contenu offensif peut être écarté rapidement par un simple lien de mise en liste d’exclusion.

Le problème vient du fait que le lien de protection de type k, en particulier le lien de chiffrement symétrique, fait l’association entre la valeur claire et la valeur chiffrée de l’information. En disposant de l’empreinte de l’information en claire on peut, si la valeur totale de son entropie est faible (ou si, déduit des parties prévisibles, la valeur totale résiduelle de l’entropie de l’information est faible), on peut dans ce cas recalculer l’information.
Il est théoriquement possible que le recalcule de l’information en claire donne une autre information ayant la même empreinte. Mais l’espace des valeurs calculables étant inférieur à la taille de l’empreinte des objets, càd la valeur totale de l’entropie de l’information recalculée en rapport avec la valeur totale de l’entropie d’une empreinte, et en considérant l’algorithme de prise d’empreinte cryptographique suffisamment robuste, il est très peu probable (de l’ordre de l’inverse de la taille des empreintes) de trouver une autre information de même empreinte. Ce serait même très inquiétant pour l’algorithme de prise d’empreinte cryptographique.

En parcourant le code et les cas d’usages actuels, il apparaît que l’on fait déjà indistinctement référence à un objet en clair ou protégé en utilisant son empreinte pour son contenu en clair ou protégé. Le code se charge de remettre dans le bon sens les deux identifiants.
Ne faire référence que à la partie protégée ne pose pas plus de problème que ça dans les usages actuels puisque l’on a juste besoin d’un identifiant.
Il est alors possible de recalculer l’empreinte, donc l’identifiant, du contenu en clair, et donc de pouvoir potentiellement le confronter à lien de mise en liste d’exclusion.

Le temps est encore à la réflexion mais la solution est peut-être là…

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.