Archive for the ‘localisation’ Category

Sync flood

Mardi, juin 23rd, 2015

La possibilité de transmettre un objet à une entité de façon protégé ou non se fait via la possibilité pour une entité (destinataire) de se synchroniser sur les les autres serveurs. Elle récupère ce qu’on lui transmet. Et elle peut en même temps synchroniser tous les objets dont elle aura besoin.

Ici, la synchronisation signifie la récupération des informations (et du contenu) de sa propre entité mais aussi des autres objets sur des serveurs distants.

Une attaque possible est le débordement de la synchronisation (Sync Flood) par une grande quantité de liens qui font références à un des objets synchronisés.

Ce débordement peut être fait directement par une entité que l’on connaît ou indirectement par l’intermédiaire d’un relais, même si l’entité source des liens n’est pas reconnu par l’entité destinataire.

Il faudra donc prévoir dans les fonctions de synchronisation des mécanismes de limitation du nombre de liens synchronisés. Ces limitations peuvent être différentes en fonction du type de lien. Et en fonction du type de lien, on peut ne garder que les premiers ou que les derniers liens téléchargés. Par exemple, il vaut mieux ne garder que les premiers liens de type l alors que l’on privilégiera les derniers liens de type f, u ou x. Il faut aussi mettre un quota sur le nombre total de liens que l’on accepte de télécharger pour éviter un engorgement de la mémoire.

Un débordement réussi peut entraîner un fort ralentissement dans l’affichage et le traitement des objets concernés.

Gestion du temps et anonymisation

Mardi, février 10th, 2015

L’horodatage des liens est important pour leur interprétation. C’est particulièrement vrai pour démêler les suppressions. L’horodatage est placé dans les liens, ce qui veut dire que ce n’est pas l’objet qui est daté mais son usage.

On traite ici la suite des articles Horodatage, suite, Gestion temporelle partielle, Transfert de liens et de confiance, et cela entrera dans l’Etude du temps.

Vis-à-vis de l’anonymisation des entités, et surtout des personnes derrières, la gestion du temps nécessaire à l’horodatage peut poser problèmes.

Le problème c’est la synchronisation sur une source unique. Utiliser deux ou trois source réduit le problème mais uniquement de façon linéaire. Cette source unique sera régulièrement consultée et donc verra la source des demandes, notamment d’un point de vu adresses sur le réseau. Mais qui dit demande de synchronisation de temps ne veut pas dire présentation de l’entité qui le demande. La corrélation peut être faite après coup en comparant les marques de synchronisation de temps d’une entité avec les logs de connexion. Le risque ici est de récupérer la localisation d’une entité. Pour beaucoup de personnes, la connexion à son système d’information se résume à son ordinateur à la maison, son téléphone/tablette et à son travail. Avec la connexion depuis le domicile, on peut casser assez facilement l’anonymisation.

L’utilisation de plusieurs moyens informatiques pas forcément synchronisés entre eux en terme de temps introduit des problèmes pour calculer un décalage de temps et une dérive éventuelle. Dans ce cas, la relation entre entité et localisation ou entre entité et individu est plus dure à obtenir, mais pas impossible.

On peut utiliser la même entité source de synchronisation de temps mais en passant par des relais. Il faut dans se cas récupérer les dernières marques de l’entité de gestion du temps et le rejouer. En passant par une entité intermédiaire, on casse la corrélation possible entre les connexions et les marques de temps. C’est au prix d’une moins grand précision dans le calcul du décalage de temps.

Si on utilise un système de synchronisation des machines, tel que NTP, les machines se synchronisent sur des références de temps cohérentes. Noyé dans la masse des connexions, les synchronisations d’une entité ne permettent pas de lever son anonymat. Malheureusement, cela ne fonctionne que si les machines sont en réseau. Tout au plus peut-on se contenter d’une synchronisation irrégulière et espacée dans le temps. Dans ce cas, l’absence de marques de temps d’une entité ne permettra pas de calculer son décalage, et donc on en sera réduit à supposer qu’elle est à peu près à l’heure.

Dans tous les cas, il est possible d’utiliser en même temps une synchronisation précise par NTP et un calcul de décalage de temps. Des machines synchronisées devraient avoir un décalage proche de 0. Pour ne pas affaiblir l’anonymat des utilisateurs, il est préférable d’avoir une synchronisation NTP et d’utiliser les marques de temps mais horodatées sur son heure propre. Les marques de temps seront récupérées aléatoires chez les entités connues.

La gestion du temps va générer un trafic propre tant en réseau qu’en terme d’objets et de liens. Il faudra prévoir un nettoyage fréquent et à court terme de ces objets et liens avant qu’ils ne saturent les échanges entre entités.

Enfin, cela n’a peut-être pas trop d’importance à première vue mais c’est quand même une entorse à l’anonymisation, générer des marques de temps régulières pour permettre les synchronisations ne peut se faire que lorsque l’entité est déverrouillée. C’est à dire que l’on a des marques de temps que quand on est connecté, ce qui trahi les heures de présence effective mais aussi fait office de marqueur de présence. La parade est de ne faire des marques synchronisation de temps que… de temps en temps. Cette parade se fait au prix d’une perte de précision dans le calcul du différentiel de temps, surtout avec des machines multiples.

Localisation des objets

Samedi, novembre 15th, 2014

La possibilité de localiser un objet ou juste une entité me travaille depuis un moment. Même si cela n’a pas d’application aujourd’hui, il est plus logique de faire remonter la possibilité de localisation au niveau de l’objet. Ainsi, si il sera toujours possible de localiser une entité, on peut imaginer soit localiser un objet soit aussi s’en servir pour demander à un robot d’héberger cet objet.

Ainsi, l’objet méta contenant la propriété ‘nebule/objet/entite/localisation‘ est doublé de ‘nebule/objet/localisation‘ pour l’instant et disparaîtra à terme. CF wiki.nebule.org – Documentation – nebule v1.2 – Objets à usage réservé

Les propriétés ‘nebule/objet/entite/webaccess‘ et ‘nebule/objet/entite/webaccess/firstofall‘ sont périmées et dès maintenant supprimées.

Les différentes propriétés ‘nebule/objet/entite/suivi/...‘ sont en sursit.

Téléchargement et pondération – Protocols multiples

Mercredi, août 20th, 2014

Suite des articles Téléchargement et pondération et activation.

Jusque ici, on utilise que le protocole HTTP. C’est simple, pratique et instantané.

Mais il était prévu que les objets et liens nebule puissent transiter par d’autres protocoles, notamment la messagerie.

On va prendre pour commencer le cas de la messagerie instantanée, et plus précisément XMPP qui est à la fois fonctionnel, ouvert et universel.
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’utilisation de ce protocole est assez aisé. Il faut gérer une connexion TCP, transmettre des messages pré-formatés en XML et récupérer la réponse toujours en XML.
Ce qui est plus problématique par contre, c’est qu’une instance de nebule soit bidirectionnelle, c’est à dire qu’elle soit aussi serveur. Pour qu’elle puisse être serveur, elle doit fonctionner en permanence, or en HTTP, une fois la page chargée, tout s’arrête jusqu’à la prochaine page demandée.
Il faut utiliser un serveur XMPP sur lequel se connecte un autre programme. Ce programme agira comme tout client XMPP et fera la traduction vers les spécificités nebule, en gros répondre aux demandes d’objets et de liens.
Le serveur XMPP peut garder des messages pour les clients déconnectés. Pour le côté programme serveur de nebule, ça n’a pas d’intérêt, ils peuvent être supprimés lors de la connexion initiale au serveur XMPP. Par contre, côté client nebule, ce pourrait être des réponses à des requêtes précédentes. Mais si l’on respecte le sens des échanges, on ne doit accepter que les réponses correspondantes à des requêtes, et donc il faut suivre ces requêtes.

On continue avec le protocole de messagerie SMTP. Contrairement à XMPP vu précédemment, la messagerie SMTP n’est pas temps réel, c’est à dire instantanée. C’est même pire, elle a une contrainte de temps très large. Et ceci même si un message peut traverser le monde dans la seconde. Ce qui est à son avantage en temps normal est un problème dans notre cas.
On peut donc l’inclure dans les protocoles en espérant que les réponses seront rapides.
Un autre problème, c’est qu’il faut travailler avec un serveur de messagerie tiers avec deux voir trois protocoles différents. En effet, le SMTP ne sert qu’à l’envoi, la réponse doit être consultée avec POP ou IMAP.
Difficile donc d’implémenter facilement ce protocole. Il faudrait presque refaire un serveur dédié à nebule, ce qui serait plutôt improductif…

Il va falloir maintenant normaliser pour chaque protocole les requêtes/réponses.

Évidemment, la liste supportée n’est pas fermée. D’autres protocoles pourront être ajoutés par la suite…

Téléchargement et pondération – activation

Mardi, août 19th, 2014

Suite aux réflexions sommaires de Téléchargement et pondération, la mise en place commence dans le code de la librairie.

Cependant, le fait de créer par défaut un lien de pondération pour une localisation peut poser problème. Les liens générés peuvent être exploités comme des traces de l’activité d’une entité. C’est une façon de savoir quand une personne, à qui appartient l’entité, est connectée et de suivre les connexions dans le temps.

Il y a deux parades à ça. La première, interdire par défaut les synchronisations sauf si c’est explicitement demandé. La deuxième, c’est de ne pas ajouter automatiquement la pondération aux localisations lors des synchronisations.

La première solution est plutôt à gérer du côté d’une application de type sylabe.

La seconde solution est à intégrer dans la librairie php sous la forme d’une option.

Partage simplifié d’une entité

Jeudi, juillet 24th, 2014

Pour l’utilisateur d’un logiciel de communication, mémoriser un mot de passe complexe est une tâche ardue, voir sans intérêt.

Le problème est le même avec les pages web, leurs noms doivent être facile à retenir et à retaper sans faute. Et il en est ainsi pour les correspondants dont il faut se souvenir au pire de leurs adresses emails ou au mieux de leurs noms ou pseudonymes. Dans certains cas, il faut se souvenir du pseudonyme et du site web sur lequel on peut trouver un correspondant.
Le projet nebule vise notamment à fédérer des identités en même temps que les données. Mais cela entraîne inévitablement l’utilisation d’identifiants globalement uniques, donc longs.
Certains projets comme minilock visent à essayer de réduire ces identifiants avec des encodages comme le Base58.

On peut aussi utiliser uniquement une localisation, c’est à dire adresse de type http ou email. Ainsi, pour une adresse http, il faut héberger à une adresse précise une entité par défaut. Si un hébergeur veut gérer plusieurs entités, il ne pourra pas les garder facilement dans le même espace, le même nom de domaine, mais il devra au contraire les séparer dans des espaces différents. Mais est-ce vraiment la solution ?

Dans l’article sur le Détournement de liens de mise à jour (CF blog sylabe), on a vu qu’il était possible de créer une sorte de pseudonyme d’entité nebule. C’est un détournement du lien de mise à jour depuis un objet fictif vers, dans notre cas ici, une entité définie. Prenons comme exemple un prénom Fabio auquel correspondrait un objet fictif fab10. Ainsi, sur une instance de nebule, cet objet reverrait systématiquement vers l’entité de l’utilisateur. Ça résout le problème localement.

Cependant, on peut facilement imaginer que tous les utilisateurs qui ont se prénom vont avoir des prétentions sur cet objet fictif. Comment va se résoudre le conflit ?
Assez mal en fait. Si on a des amis en commun, on devrait rapidement retrouver le bon identifiant de l’entité. Mais ça se corse si on a deux entités avec des prétentions sur ce pseudo dans nos entité proches. Dans ce cas, c’est le calcul social qui va déterminer l’entité qui pourra hériter du pseudo, et cela fait une chance sur deux de ne pas tomber sur la bonne entité…
En plus, on peut imaginer aussi que dans une situation de harcèlement ou de dénigrement, des entités agressives essayent aussi de s’approprier le pseudo. Cela pourrait rendre le pseudonyme difficile à utiliser puisqu’il ne renverrait que rarement à la bonne entité.

Cette méthode est donc loin d’être parfaite. Elle peut être raisonnablement utilisée soit dans un petit groupe d’utilisateurs soit si elle est associée à une localisation http, email, etc…

Comment rester sécurisé face à la NSA

Dimanche, septembre 22nd, 2013

En visitant le blog de Bruce Schneier, je suis tombé sur un long et intéressant article : How to Remain Secure Against the NSA
Je vais me concentrer sur les 5 points, traduits ici :

  1. Caché dans le réseau. Implémentez des services cachés. Utilisez TOR pour protéger votre anonymat. Oui, la NSA cible les utilisateurs de TOR, mais cela est efficace sur eux. Moins vous serez à découvert, plus vous serez en sécurité.
  2. Chiffrez vous communications. Utilisez TLS. Utilisez IPsec. Encore une fois, bien qu’il soit vrai que la NSA cible les communications chiffrées (et ils connaissent peut-être des failles spécifiques contre ces protocoles), vous serez bien mieux protégés que si vous communiquez en clair.
  3. Prenez pour acquis que, bien que votre ordinateur puisse être compromis, cela nécessite du travail et représente un risque pour la NSA (donc il ne l’est probablement pas). Si vous avez quelque chose de vraiment important, utilisez un transfert par un moyen déconnecté. Depuis que j’ai commencé à travailler avec les documents de Mr Snowden, j’ai acheté un nouvel ordinateur qui n’a jamais été connecté à internet. Si je veux transférer un fichier, je chiffre le fichier sur l’ordinateur sécurisé puis l’emmène à pied jusqu’à mon ordinateur sur internet, sur une clé USB. Pour déchiffre quelque chose, j’inverse le processus. Cela ne doit pas être infaillible, mais suffisamment bon.
  4. Soyez méfiants envers les logiciels de chiffrement commerciaux, spécialement des grands éditeurs. Mon avis, c’est que la plupart des produits de chiffrement des grandes entreprises US ont des portes dérobées pour la NSA, et il est probable que les entreprises étrangères fassent de même. Il est prudent de considérer que les équipements étrangers aient aussi des portes dérobées pour une puissance étrangère. Il est plus facile pour la NSA de placer une porte dérobée dans un logiciel à sources fermées que dans un autre aux sources ouvertes. Les systèmes reposants sur un important secret sont vulnérables à la NSA, que ce soit pour leurs activités légales ou plus clandestines.
  5. Essayez d’utiliser des algorithmes de chiffrements dans le domaine public qui nécessitent d’être compatibles avec d’autres implémentations. Par exemple, il est plus difficile pour la NSA de placer une porte dérobée dans TLS que dans BitLocker. Parce que tous les implémentations de TLS doivent être compatibles entre elles alors que BitLocker ne doit être compatible qu’avec lui-même, donnant à la NSA plus de libertés pour apporter des changements. Et parce que BitLocker est propriétaire, il est beaucoup moins probable que ces changements soient découverts. Préférez la cryptographie symétrique plutôt que la cryptographie à clé publique. Préférez les systèmes conventionnels à logarithmes discrets plutôt que les systèmes à courbes elliptiques. Ces derniers ont des constantes que la NSA influence dès qu’elle le peut.

Petite remarque sur ce qui semble une incohérence. Il cite au point 4 d’essayer d’utiliser des logiciels à sources ouvertes. Et il dit utiliser plus bas un ordinateur sous M$ Windows : « And I’m still primarily on Windows, unfortunately. Linux would be safer. »
L’aveu est franc. Je pense que l’explication est simple, il se sent plus à même de sécuriser un système qu’il connaît bien plutôt qu’un système inconnu. Ça se défend.

Confrontons donc maintenant le projet nebule et ces cinq points :

  1. Le projet nebule, une fois diffusé, peut être hébergé partout sur le réseau. Par défaut, les entités ont des emplacements connus. Mais rien n’empêche une entité d’avoir un emplacement dont l’objet contenant est chiffré, et l’URL d’une forme difficile à deviner même si on connaît le serveur. Par contre, si les objets et liens d’une entité sont échangés avec une autre entité, elle se retrouve à découvert sur d’autres emplacements. Ceci ne devrait cependant arrivé que si des liens relient ces objets aux deux entités. Le chiffrement des objets la seule parade définitive, ce qui est logique. L’anonymisation tel que proposé par TOR n’a pas de sens dans nebule.
  2. Dans nebule, on a le choix. Rien n’empêche de chiffrer toutes les informations vitales et de placer les liens suspects dans des objets chiffrés. Ce dernier point n’est pas encore implémenté mais est prévu et est techniquement réalisable. Utiliser TLS est recommandé au risque de révéler les liens et objets échangés, et donc d’affaiblir l’anonymisation.
  3. Le risque de l’ordinateur compromis est assez actuel malheureusement. Tant qu’un système ne sera pas intégralement nébulisé, le projet nebule n’apportera pas grand chose à ce niveau. On peut cependant profiter de la signature native des objets contre la modification malveillante. Par contre, nebule permet assez facilement de faire des échanges à sens unique, via des relais d’isolation, et via des supports amovibles. Et le chiffrement peut être entièrement réalisé sur un ordinateur isolé, même à destination d’une autre entité.
  4. Pour résumer, il faut utiliser des logiciels open sources et qui ne sont pas restreints à un seul éditeur dans leur utilisation. Le projet nebule par dès le début avec un choix d’utilisation par défaut de logiciels libres (et open sources). Ceux retenus sont très utilisés, et donc très régulièrement vérifiés. L’inter-opérabilité avec d’autres systèmes et implémentations est aussi à ce prix.
  5. Le début a les mêmes réponses que pour le point 4. Il est impossible de gérer des entités avec la cryptographie symétrique. La cryptographie asymétrique est irremplaçable. Mais il ne faut pas utiliser ces algorithmes pour faire des choses pour lesquels ils ne sont pas prévus. Par contre, si l’algorithme à logarithmes discrets est principalement utilisé aujourd’hui, tout algorithme peut être utilisé en parallèle ou en remplacement. Cela n’a pas d’importance structurelle forte. Le projet nebule s’appuie sur la cryptographie asymétrique pour les signatures et chiffrements (pour les clés de sessions).

Liens :
https://www.schneier.com/blog/archives/2013/09/how_to_remain_s.html

Localisation de fichiers

Samedi, mars 30th, 2013

Une étape importante dans l’utilisation de nebule, c’est d’importer des données. Ces données sont typiquement des fichiers existants. Cette opération d’importation de fichiers, c’est la nébulisation de fichiers.

La nébulisation de fichiers ne présente pas à priori de difficultés. On calcule son empreinte et on lui associe tout un tas d’informations telles que son type mime, sa taille, etc…

Il y a cependant une propriété des fichiers qui pose un problème.
Un fichier est classiquement reconnu par son nom. ce nom est une propriété du fichier au même titre que sa taille par exemple. L’extension de fichier n’est qu’un indicateur, peu fiable, de son type. L’extension de fichier est repris comme suffixe du nom.
Il peut y avoir plusieurs fichiers qui portent le même nom (et même suffixe) et qui ont ou non le même contenu. Ils doivent dans ce cas être disposés dans des emplacements différents. Cet emplacement peut être repris comme préfixe. L’emplacement est la traduction textuelle de l’arborescence de répertoires dans lequel se trouve un fichier. Et l’emplacement peut être soit relatif (à un autre emplacement), soit absolu. Dans tous les cas, il fait implicitement ou explicitement référence au disque, la distinction entre les deux dépendant de la notation faite par les différents systèmes d’exploitations. Nous ne prendrons ici que l’emplacement absolu, seul à pouvoir discriminer de façon certaine deux fichiers au même nom.
On peut aussi avoir deux fichiers de même nom/suffixe dans le même répertoire, mais sur deux machines différentes. Dans les différentes notations, il est donc préférable de se restreindre à l’utilisation de notations impliquant le nom de machine. Sinon on risque de pouvoir restaurer correctement un fichier en cas de besoin (si c’est le but).

Le problème de la notation des noms de fichiers peut se poser aussi dans le cas de deux fichiers identiques au même emplacement sur deux machines différentes. Si un des fichiers est modifié, cela va entraîner la création d’un lien u pour l’objet correspondant. Si rien ne distingue les deux fichiers, cela implique que l’autre fichier non modifié sera marqué comme lui aussi modifié…

Références :
Nebule blog – Empreinte d’objets et URI
Nebule blog – Fiches perforées
- Nebule blog – Fichiers et chemins
Nebule blog – Système de fichiers
Nebule wiki – Réflexion – analyse des applications – Système de fichiers

Grandes migrations

Mercredi, février 20th, 2013

Toutes les entités étaient accessibles via des liens en nebule.org .

Depuis une semaine, certaines entités ont changé de domaine. Les nouvelles localisations des entités concernées :

Les entités à usage publique restent dans le domaine nebule.org, c’est le cas de :

Ces localisations sont des domaines DNS, et de fait des serveurs http derrière. Cependant, la localisation est certes obligatoire pour retrouver une entité, mais elle n’est pas par nature strictement liée aux noms de domaines. Ni liée au réseau d’ailleurs. Certaines machines ne répondent pas à leur localisation (alpha.nebule.fr), et le type de localisation évoluera plus tard vers d’autres formes (ftp, smtp, xmpp, etc…).

Le lien et la subdivision d’objet

Mercredi, janvier 30th, 2013

Un lien particulier avec pour action ‘s‘ permet de faire de la subdivision d’objet. A quoi cela sert-il ?

Il y a deux usages possibles de cette action.

Le premier usage est de permettre de scinder un objet volumineux en une multitude de morceaux, une multitude d’objet plus petits. Ces objets dérivés peuvent avoir des tailles identiques ou non. Ils doivent impérativement être non recouvrants et parcourir l’intégralité de l’objet parent.
En scindant un objet volumineux, il peut être transféré par morceaux vers différents emplacement (d’autres entités). Et donc une autre entité peut simultanément télécharger les multiples morceaux à des emplacements différents. Une fois tous les morceaux rassemblés, l’objet parent, l’original, peut être reconstitué.
C’est une des techniques nécessaires au fonctionnement du P2P par exemple.

Le deuxième usage, c’est de ne faire qu’un seul objet dérivé d’un objet parent plus grand. Cet objet dérivé fonctionne alors comme un extrait de l’objet parent. On ne peut pas reconstituer l’intégralité de l’objet parent à partir de l’objet dérivé.
Bien sûr, plusieurs extraits d’un objet peuvent être faits. Et un extrait plus petit encore peut être retiré d’un autre extrait. Rien ne limite le nombre d’objets dérivés. Rien ne garanti leur non-recouvrement ni qu’ils parcourent l’intégralité de l’objet parent.
L’usage peut par exemple être l’extrait d’une citation dans un livre, un extrait d’une musique, etc…

Actuellement, une subdivision est référencée par un objet contenant une et une seule ligne de type x-y. Mais peut-être serait-il intéressant de permettre plusieurs lignes de type x-y, cela créant un extrait contenant directement la concaténation des différents extraits d’un objet. Quel usage ?

Protocole d’échange HTTP

Mercredi, décembre 12th, 2012

Tous les objets et liens sont échangeables via différents protocoles sous-jacent connus, en attendant un protocole en propre. Ces échanges peuvent utiliser par exemple la messagerie SMTP, XMPP, mais aussi le HTTP. C’est sur ce dernier que l’on va commencer.

Celui-ci nécessite un serveur web classique et un peu de programmation côté serveur.

Nous devons pouvoir permettre le téléchargement d’objets et de liens par n’importe quel utilisateur partout dans le monde. Les objets sont référencés naturellement par leurs empreintes. Il en est de même pour les liens d’un objets, c’est juste la façon de les traiter qui différera côté client.

Une première difficulté, c’est de restreindre simplement le téléchargement libre de la plupart des objets et des liens. Sauf si c’est une entité volontairement publique, seule une partie des objets et des liens sont relayés à tout le monde alors que la plupart ne le seront qu’avec les entités connues. Contrairement au chiffrement, ce verrouillage ne doit pas être considéré comme une sécurité pour gérer la confidentialité des données. Cela doit être vu comme une façon de réguler les échanges entre entités.

Le tag d’objet nebule/objet/public est créé pour désigner les objets accessibles sans identification. Pour les autres objets, cette identification préalable est obligatoire. La seule exception, c’est si c’est une entité volontairement publique comme un annuaire.

Comme l’échange d’objet peut potentiellement se faire sans échange (par exemple en SMTP), elle doit pouvoir être envoyée lors de la requête HTTP. Elle doit prouver l’identité du demandeur de façon forte et interdire le rejeu. Elle ne doit pas solliciter l’utilisation de la clé privé de l’entité serveur. Un relais d’objet ainsi tenir compte du tag pour gérer les objets qu’il héberge sans en être la source.

Les requêtes doivent pouvoir passer par un flux en clair, c’est à dire non encapsulé dans du TLS.

Une requête doit contenir :
– entité destination
– type demandé, objet ou liens
– empreinte objet
– entité demandeuse
– signature

Par exemple : http://localisation.net/?o=HashObjet&s=HashEntitéDemandeuse-HashEntitéDestination-Signature

C’est un début de réflexion…
A compléter…

Empilement de liens

Mercredi, décembre 5th, 2012

Dans les expériences nebule menées jusque là, les liens ont toujours été attachés aux objets concernés. Et dans une arborescence n’était pris en compte que les liens générés par l’entité maître de cette arborescence. Ainsi les liens générés par une autre entité se sont retrouvés dans une sous arborescence rattachée à cette autre entité. Une arborescence globale découle de l’entité maître et de toutes les entités qu’elle connaît.

De cette façon de procéder résulte une organisation très propre des entités, objets et liens. Cependant, celle-ci n’est pas optimale.

Ainsi, les objets peuvent se retrouver stocké à plusieurs endroits différents de l’arborescence globale. Les liens symboliques sous UNIX/Linux résolvent en pratique ce problème et permettent de ne garder qu’un seul point de stockage par objet, mais ce n’est pas très sexy intellectuellement parlant.

De même, des liens concernant mon entité propre par exemple sont stockés dans l’arborescence de mon entité. Mais il en existe aussi dans une sous arborescence d’une autre entité qui dispose d’une copie de mon entité et a fait ses propres liens sur moi…

Comme le stockage des objets le suggère, il paraît plus opportun de ne créer qu’une seule arborescence très limitée en profondeur. Tout se retrouve au même niveau. Cela résout la dispersion des objets et rassemble près de l’objet tous les liens de toutes les entités que l’on connaît.

Si je souhaite voir tous les liens d’un objet, et donc aussi tout ce que les autres entités en ont fait, la lecture est plus rapide.

Si je souhaite ne voir que mes liens, je filtre sur le champs signataire des liens. Ça ne pose pas de problème.

A quelle entité appartient l’arborescence? Le problème existait déjà, il faut maintenir une valeur particulière désignant sans ambiguïté l’entité maître. Ce peut être un fichier ou une réponse type à une requête standardisée. Cette valeur doit être consultable par tout le monde, elle permet l’initialisation d’un échange plus sécurisé, plus intime, entre serveurs.

Cela introduit cependant une petite différence pour les entités non-maîtres. Elles apparaissaient avant avec une URL pointant dans une sous arborescence de l’URL de l’entité maître. Elles apparaissent maintenant au même niveau. Ainsi, toute entité que l’entité maître connaît peuvent utiliser l’URL de l’entité maître comme nouvelle localisation et améliorer la diffusion de ses propres liens sur le mode P2P.

L’internet des objets et les objets de l’internet

Jeudi, novembre 29th, 2012

Les objets physiques qui peuplent notre environnement habituel ont une caractéristique particulière, ils sont uniques. On peut certes faire une copie, voire reproduire un objet en plusieurs millions d’exemplaires, chaque objet restera unique avec sa matière propre et ses défauts propres. Chaque objet peut être ainsi assemblé, remodelé ou refondu dans un autre objet, cela n’a aucun impact sur ses congénères.

Et les objets du monde numérique?
Ceux-ci ont l’équivalent d’une forme propre comme un objet physique. On peut distinguer un objet numérique d’un autre par cette forme que l’on appellera plutôt empreinte, mais aussi par sa localisation. La localisation est souvent représenté par un identifiant dans une arborescence ou sur un réseau, c’est un classement humanisé et peu fiable. Ainsi cette dualité de l’objet dans l’espace numérique a une conséquence importante immédiate, le même objet exactement peut exister simultanément en plusieurs endroits. Il faut donc considérer que chaque emplacement de l’objet reçoit une copie exacte de l’objet, c’est à dire sans altération, sinon cela devient un autre objet.

(suite…)

Localisation web

Mardi, septembre 4th, 2012

Chaque entité dispose par nature d’un identifiant unique, invariant et non cessible. C’est une clé cryptographique publique.

Cependant cet identifiant ne précise pas la place de l’entité, ou plutôt la place où on peut la joindre.
Les entités, pour pouvoir échanger, doivent avoir une place publique, c’est la localisation.

Cette place est-elle unique d’ailleurs?
En fait non, l’entité peut être présente en de multiples places, soit par le biais de relais, soit parce que la clé privé aura été volé et exploité.

Ce qui différencie fortement l’entité d’une ressource web classique, c’est que l’entité est unique quelque soit sa localisation, et n’existe pas uniquement du fait de l’existence du serveur web qui l’héberge. Cette entité survira à la disparition d’un serveur web, sa résilience est grandement amélioré et ne dépend que faiblement de sont environnement.

(suite…)