Archive for the ‘liens’ Category

Schéma lien dissimulé – timestamp

Samedi, mai 11th, 2019

Suite à l’article sur le nouveau schéma des liens dissimulés, une précision s’impose concernant les champs Timestamp, les marques de temps.

Le lien à dissimuler contient une marque de temps qui est très souvent nécessaire à l’interprétation du lien, et notamment lors de sa suppression. De l’autre côté nous avons aussi une marque de temps sur le lien dissimulé cette fois. Mais nous ne devons pas avoir une copie directe de la marque de temps du lien à dissimuler vers le lien dissimulé parce que cette marque de temps va se retrouver potentiellement dans d’autres liens générés au même moment… et pourrait donner des indications sur le lien à dissimuler.

Il faut donc que la marque de temps du lien dissimulé soit clairement non reliée à la marque de temps du lien à dissimuler.

Du coup, un autre problème émerge, comment fait-on pour supprimer un lien à dissimuler, et donc en même temps le lien dissimulé ?

Le lien de suppression du lien à dissimuler doit être le même avec comme champs action x. Mais comme il contient toutes les informations, à part le champs action, du lien à dissimuler, il faut aussi dissimuler le lien de suppression. Jusque là, c’est facile il a une marque de temps différente et en lisant les liens dissimulés on peut voir la suppression.

Mais faut-il aussi un lien de suppression du lien dissimulé de suppression ? Et où celui-ci doit-il être stocké ?

La notion de lien dissimulé et à dissimuler est assez pénible à écrire, et donc à lire. Il faut peut-être aussi revoir le vocabulaire à ce niveau pour que ce soit plus fluide…

Schéma lien dissimulé

Lundi, avril 29th, 2019

Nouveau schéma du lien dissimulé :

20190429_lien_c

Liens hypertexte et insertions

Lundi, avril 29th, 2019

Liens hypertexte

Le lien hypertexte a fait le succès de l’Internet en permettant depuis un document HTML de pointer vers d’autres documents HTML, ou d’autres ressources, et sur d’autres serveurs à travers tout l’Internet. C’est tellement pratique que d’autres programmes reprennent le même principe, par exemple les outils de bureautique qui permettent de pointer vers des fichiers externes sur le réseau ou localement sur la machine.

Le lien hypertexte ou ses équivalents utilisent une balise dans le texte du document. Cette balise est interprétée par le programme exploitant le document pour l’utilisateur. Et à la place de la balise on montre à l’utilisateur un contenu descriptif sur la destination comme un texte ou une image.

Dans les objets manipulés par nebule, il est possible d’ajouter une balise propre à nebule. Cette balise ne peut pas être la même que pour un document HTML parce que les objets peuvent ne pas être exploités via une page web. La balise doit se déclarer comme balise nebule et faire référence à un objet avec un élément de remplacement. Dans le cas de l’application sylabe, la balise sera remplacée par un lien HTML pointant vers l’objet mais sur le même serveur web.

Ici pas de nécessité de localisation dans la balise parce que la cible, un objet, est une URI et non une URL. Et le protocole n’est pas précisé parce que c’est le programme qui génère l’affichage qui va se charger de choisir le moyen de renvoie, HTTP, FTP, SMTP, XMPP, etc…

Insertions

Mais de la même façon, une balise peut être utilisée pour non plus renvoyer l’utilisateur vers une ressource externe mais plutôt pour inclure une ressource dans l’affichage présenté à l’utilisateur d’un objet. On obtient ainsi plusieurs contenus affichés en même temps par l’intermédiaire d’un seul objet maître.

C’est ce qui est fait par exemple dans l’inclusion de parties dans une page d’un Wiki.

Cela veut dire que les objets contenus doivent être présents sur le serveur pour permettre un affichage complet. Dans le cas contraire il devra être montré clairement à l’utilisateur qu’une partie du contenu manque.

Chaque objet peut avoir une mise à jour. Il est judicieux pour un même objet maître de ne pas suivre les liens de mise à jour des objets contenus. Mais il est possible de générer et de suivre les mises à jour de l’objet maître intégrant celles des objets contenus.

Anonymisation/dissimulation des liens – ségrégation et temporalité

Vendredi, mars 22nd, 2019

Dans l’article sur l’Anonymisation/dissimulation des liens, on a vu que le stockage et le partage des liens dissimulés, de type c, était difficile si on voulait respecter le fonctionnement nominal des liens tels que définis depuis longtemps dans nebule.

Les seuls identifiants objets réels en clair dans le lien sont l’entité signataire et l’entité destinataire. Ce peut être d’ailleurs la même entité qui dissimule ses propres liens. Il n’est donc pas possible de diffuser les liens dissimulés autre part que sur l’entité destinataire.

Cependant les liens dissimulés ne jouent pas le même jeux que les liens en clair. Il faut peut-être les sortir du circuit normal des liens et mettre en place un circuit dédié.

Par exemple on peut dédier un nouveau dossier pour leur stockage, un dossier nommé c par exemple.
On peut aussi imaginer que ce dossier dédié ne serait pas structuré de la même façon. Il doit être fait référence aux entités qui dissimulent des liens, mais il est possible de segmenter encore un tout petit peu. On peut avoir des noms de fichiers de stockage des liens dissimulés faisant référence à l’entité signataire et l’entité destinataire. Ainsi il serait possible de retrouver les liens qui nous concerne et uniquement ceux-là sans avoir besoin d’un tri coûteux.

Il faut penser aussi que les liens dissimulés ne seront pas forcément horodatés correctement. Seul le champ temporel dissimulé sera exploitable pour l’entité destinataire. Les liens ne peuvent donc pas raisonnablement être pré-classés par ancienneté.

Le problème résiduel de performance tien dans le fait que lorsque l’on ouvre une session avec une entité, il faut relire et déchiffrer tous les liens même si l’on en cherche qu’un seul. Il est peut-être possible de stocker les liens dissimulés lus, et donc déjà vérifiés, dans un objet protégé. La vérification pourrait ne plus être faite systématiquement. Cet objet particulier pourrait être lui aussi dans le dossier dédié c, et donc ne pas respecter les contraintes de vérification de son empreinte, et donc de pouvoir être agrandi régulièrement. Dans ce cas la lecture des liens dissimulés se ferait beaucoup plus rapidement.
Reste à savoir quand et comment on alimente ce gros fichier tampon des liens dissimulés…

Protection des objets – les origines

Mercredi, mars 20th, 2019

Le problème de protection des objets de faible taille, tel que décrit dans l’article Protection et faible entropie, n’a pas de solution simple ou élégante. Peut-être qu’il est temps de se questionner sur la pertinence de la façon dont est assurée la protection des objets, de revoir les réflexions à l’origine de la protection des objets.

D’ailleurs, dans le même ordre d’idée, il faudra peut-être aussi se poser des questions par rapport à la dissimulation des liens qui crée un problème différent mais sans solution simple, performante et élégante.

A l’origine, l’usage de la protection des objets n’avait pas été vu avec autant de cas d’usages. L’idée était de pouvoir dissimuler le contenu d’une objet tout en continuant de le tracer, c’est à dire de l’identifier par son empreinte. Il semblait peut utile de dissimuler des choses aussi simple que « oui » ou « non ».
La capacité de pouvoir tracer devait aussi permettre de pouvoir bannir un objet en se basant sur son empreinte en claire. Une fois protégé un objet a une infinité d’empreintes possibles, donc il devient non traçable en pratique.
L’idée était aussi de pouvoir vérifier que le contenu protégé que l’on recevait d’une autre entité correspondait bien au contenu en clair attendu. Ceci avait pour but de ne pas ce retrouver avec un code offensif une fois déprotégé en lieu et place d’un objet anodin. Dans ce cas un contenu offensif peut être écarté rapidement par un simple lien de mise en liste d’exclusion.

Le problème vient du fait que le lien de protection de type k, en particulier le lien de chiffrement symétrique, fait l’association entre la valeur claire et la valeur chiffrée de l’information. En disposant de l’empreinte de l’information en claire on peut, si la valeur totale de son entropie est faible (ou si, déduit des parties prévisibles, la valeur totale résiduelle de l’entropie de l’information est faible), on peut dans ce cas recalculer l’information.
Il est théoriquement possible que le recalcule de l’information en claire donne une autre information ayant la même empreinte. Mais l’espace des valeurs calculables étant inférieur à la taille de l’empreinte des objets, càd la valeur totale de l’entropie de l’information recalculée en rapport avec la valeur totale de l’entropie d’une empreinte, et en considérant l’algorithme de prise d’empreinte cryptographique suffisamment robuste, il est très peu probable (de l’ordre de l’inverse de la taille des empreintes) de trouver une autre information de même empreinte. Ce serait même très inquiétant pour l’algorithme de prise d’empreinte cryptographique.

En parcourant le code et les cas d’usages actuels, il apparaît que l’on fait déjà indistinctement référence à un objet en clair ou protégé en utilisant son empreinte pour son contenu en clair ou protégé. Le code se charge de remettre dans le bon sens les deux identifiants.
Ne faire référence que à la partie protégée ne pose pas plus de problème que ça dans les usages actuels puisque l’on a juste besoin d’un identifiant.
Il est alors possible de recalculer l’empreinte, donc l’identifiant, du contenu en clair, et donc de pouvoir potentiellement le confronter à lien de mise en liste d’exclusion.

Le temps est encore à la réflexion mais la solution est peut-être là…

Protection des objets – faible entropie

Mardi, mars 19th, 2019

Les messages que l’on protège peuvent être courts ou peuvent être dans certains cas facilement recalculés lorsque la seule partie variable du contenu a une faible entropie. C’est un problème général qui prend tout son sens dans la messagerie.
Le lien de chiffrement relie le hash de l’objet en clair avec le hash de l’objet chiffré. c’est indispensable si on veut pouvoir retrouver le contenu d’un objet en clair sans avoir à parcourir l’intégralité des hashs des objets protégés. C’est pour éviter le problème que l’on a avec l’implémentation des liens dissimulés.

Nous sommes dans le cas d’un modèle MAC-then-encrypt-then-MAC. Il faut trouver un moyen de renforcer l’entropie des objets protégés. Jouer sur le salage ou l’IV du chiffrement ne résout pas le problème puisque le problème vient du MAC avant chiffrement.
Et ce problème ne concerne pas des objets dont le contenu a une entropie supérieure à 128 bits et qui ne sont pas prédictibles. Il n’est pas utile, voire contre productif, de systématiser une solution de renforcement de l’entropie des objets protégés.

Il y a peut-être deux solutions. La première serait d’ajouter au contenu un aléa que l’on serait capable de retirer lors de l’exploitation de l’objet, comme du bourrage (padding). La seconde serait d’opérer sur l’objet une valeur d’un autre objet et de ne pas lié l’objet initial mais uniquement l’objet opéré. Cependant cette seconde méthode parait assez fragile en l’état.

La suite au prochain épisode…

Liens de classification des objets

Mardi, mars 19th, 2019

Les objets que l’on affiche dans les applications sont déjà affublés de certains marquages, même si ils ne sont pas encore tous fonctionnels.

Par exemple, un objet peut être marqué comme dangereux et donc son contenu masqué par défaut. Cependant, les enfers n’ayant toujours pas ouverts, ce marquage n’est pas utilisé.

D’un autre côté, un objet protégé se verra affublé d’un message d’avertissement pour prévenir que son contenu ne doit pas être affiché en public. Ou dans certains cas comme sur les messages, c’est un indicateur qui donne l’état de protection d’un message.

Mais il est un autre type de message qu’il peut être utile de délivrer à un utilisateur. Au delà du fait qu’un objet est protégé, cette protection se justifie sûrement par rapport à la sensibilité du contenu de l’objet. Il est alors légitime de préciser une classification du contenu de l’objet dans certaines circonstances.

Cela permet d’avoir aussi une liste des informations importantes et de les tracer plus facilement.

C’est ce que font les militaires pour marquer les documents sensibles et classifiés. C’est ce que font les industriels pour marquer leurs secrets industriels.

La difficulté ici c’est qu’il n’y a pas de marquage type. Chacun emploie ses propres références de marquages. Il faut donc permettre cette souplesse. De plus, les marques doivent s’additionner et non se remplacer.

On peut imaginer un nouvel objet réservé destiné à gérer les marquages et qui servirait comme champ méta dans les liens de marquage. Les liens de marquages, type l, feront le lien entre l’objet à marquer et un objet de marquage via l’objet de référence.
Peut-être que l’objet de marquage sera lui-même aussi un objet de référence de ce marquage en particulier. Ceci permet de gérer des attributs liés au marquage comme un nom long, un nom court, une couleur, etc…

L’étape suivante sera ensuite de faire apparaître les marquages autours des objets. Est-ce géré comme les messages d’information actuels ? Est-ce géré différemment pour être clairement différencié ? Comme sera géré le multi-marquage ?

Enfin, comme ce système de marquage aura un impact sur les performances, il sera activable au besoin mais pas par défaut.

Pour l’instant c’est une idée non encore implémentée…

Relais d’authentification sans partage de secret

Lundi, mars 4th, 2019

Dans l’article sur les relais d’authentification, on a vu qu’il était possible très simplement de déverrouiller une entité sur un serveur distant en rejouant l’authentification. Mais cela implique de transmettre le mot de passe de cette entité. Et cela veut dire aussi que la clé privée est déverrouillée sur le serveur distant.

Il est théoriquement possible de réaliser un mécanisme d’authentification sans partage de secret. Dans ce cas une instance déverrouillée sur un serveur distant ne disposerait ni du mot de passe ni de la clé privée de l’entité. Il faut donc implémenter un mécanisme qui permette au serveur distant de venir interroger le serveur local avec la session de l’entité en cours. Le mot de passe de l’entité étant stocké dans le cache de la session PHP, il serait impossible au serveur distant de l’obtenir. Mais il peut dans ce cas accéder aux objets protégés et notamment aux secrets de chiffrement des objets. Pour les liens dissimulés c’est par contre plus complexe.

Avec un tel relai il est possible de se connecter sur un serveur distant sans divulguer son mot de passe tout en disposant de l’accès aux objets protégés et à la possibilité de signer des liens.

Un serveur distant compromis pourrait le temps de la session accéder aux objets protégés. Mais une fois la session fermée, dans la fenêtre du navigateur sur le serveur local, aucun autre objet protégé ne pourrait plus être ouvert. Au minimum, tous les nouveaux objets protégés ne seraient pas accessibles. Pour les plus anciens… ça dépend du temps d’ouverture de la session…

Liens des options

Mardi, février 26th, 2019

Le lien permettant de définir une option, si elle est autorisée à être modifiée, est constitué d’un type l, du nom de l’option, de sa valeur et d’un objet méta de référence nebule/option.

Cette forme de lien est bonne pour un usage locale et personnel des options. Mais il se prête mal à la gestion des options d’entités sous contrôle. Par exemple si on a un serveur de diffusion de contenu, on peut être amené à changer son comportement. Cette forme de lien impose dans ce cas de générer un lien avec l’entité instance du serveur… et donc de connaître obligatoirement son mot de passe.

Peut-être serait-il judicieux de changer maintenant la forme du lien pour inclure une entité. L’objet méta n’a pas grande utilité ici comme référence fixe. La référence pourrait devenir le nom de l’option… et les noms des options deviendraient des objets réservés.

Suite au prochain épisode…

Options de désactivation de protection et de dissimulation

Mardi, février 19th, 2019

La protection des objets est fonctionnelle. La dissimulation des liens des objets pas encore. Les deux sont implémentés dans la bibliothèque nebule.

Mais il y a désormais des options pour les désactiver, elles sont activées par défaut :

  • permitProtectedObject : Cette option active la possibilité de gérer la protection des objets et la possibilité de prendre en compte les liens de type k.
  • permitObfuscatedLink : Cette option active la possibilité de gérer la dissimulation (offuscation) des liens des objets et la possibilité de prendre en compte les liens de type c.

Lorsque une option est désactivée, le type de lien correspondant n’est plus géré, il est explicitement refusé. C’est à dire que les liens existants sont ignorés et les nouveaux liens sont rejetés comme invalides.

Ces options sont encore en cours d’ajout dans le code mais sont déjà fonctionnels pour les liens.

Filtre social de liens sur réputation du signataire

Vendredi, février 15th, 2019

Dans les filtres sociaux des liens, deux nouveaux types sont ajoutés : reputation et unreputation

Cela permettra à terme le tri par rapport à la réputation d’une entité. Cependant, la pondération des entités n’étant pas implémentée, ces deux filtres sont pour l’instant équivalents au filtre social none.

Traitement social des liens sur liste

Jeudi, février 14th, 2019

Typiquement, dans une conversation, on peut n’afficher les messages que de certaines entités. C’est le cas si on a marqué la conversation comme fermée.

Jusque là on listait les liens de tous les messages de la conversation puis le module filtrait les liens par rapport aux entités de la conversation.

Maintenant, la bibliothèque nebule intègre dans la partie calcul social deux nouvelles façons de filtrer les liens : onlist et offlist
Il faut préalablement envoyer au module de filtre social la liste des ID des entités que l’on veut garder ou filtrer puis appeler le filtre.

Cela centralise le processus et simplifie les applications et modules.

Contenu de lien dissimulé

Jeudi, janvier 17th, 2019

Le lien dissimulé contient, tel que défini par l’article Anonymisation/dissimulation des liens, un lien complet signé. La vérification d’un lien chiffré nécessite de vérifier la signature du lien chiffré et du lien déchiffré.

Il est peut-être plus intéressant de ne mettre dans la partie dissimulée que le contenu du lien sans la partie signature, et donc sans la partie signataire. Ainsi, un lien dissimulé ne pourait pas être réutilisé hors du lien dissimulé puisque seul le lien dissimulé et signé.

Si on le rapport par exemple à un système d’élection (cf Sondages et votes), le lien d’attribution d’un ticket n’est ainsi plus partageable pour prouver un vote. Dans ce cas cela pourrait aussi être couplé à la méthode…. ah zut… l’article sur la méthode de PFS sans connexion n’a pas encore été écrit :'(

La suite au prochain épisode…

Création d’objet et dissimulation des liens

Dimanche, septembre 23rd, 2018

Lors de la création d’un objet, quel qu’il soit, génère au minimum un lien de définition du hash de l’empreinte. Sauf que la création par défaut de liens peut perturber voir anéantir la dissimulation de la création de l’objet.

Certains liens peuvent être dissimulés au moment de la création ou à posteriori, mais le lien de l’empreinte doit rester visible sous peine de perturber la vérification des objets. Il est possible cependant d’anti-dater le champ date de ce lien pour lui retirer toute référence à une plage temporelle de création. Mais il restera et sera un marque d’association du créateur de l’objet si par ailleurs l’objet a un lien d’usage non dissimulé, y compris d’une autre entité.

Le lien d’annulation de suppression d’un objet est moins critique, si dissimulé il fonctionnera toujours.

Les autres liens définissants des propriétés de l’objet peuvent être aussi dissimulés sans problème.

Le code de la bibliothèque nebule en php intègre ces modifications pour les objets, les groupes et les conversations. Seules les entités ne sont pas concernées, leurs contenus ne pouvant être protégés, dissimuler les liens n’a pas de sens.

Penser à supprimer le lien de l’empreinte reviendrait à faire apparaître l’algorithme dans le lien… et donc à changer significativement la forme des liens et le fonctionnement de nebule.

Non vérification crypto et lecture seule

Dimanche, août 12th, 2018

Dans la réflexion de créer une application dédiée à la manipulation de photos et de vidéos se pose invariablement la question des vidéos HD, FHD et UHD. La taille de ce genre de vidéo, pour conserver une qualité de restitution optimale, est assez conséquente.

Le problème ici dans nebule c’est la vérification systématique de la validité du contenu d’un objet manipulé, c’est à dire le re-calcul de son empreinte cryptographique. Si la librairie nebule mémorise le temps d’une session un objet vérifié, dans un cache, ce qui peut déjà présenter un problème de sécurité, il faut cependant toujours faire cette prise d’empreinte au moins une fois.
Par exemple l’empreinte SHA256 d’un fichier de 1,6Go va nécessiter environ 30s sur un disque dur à plateaux normal. La consommation de temps vient principalement de la lecture du support et non du calcul cryptographique. Et la prise d’empreinte cryptographique est un calcul relativement simple…

Il peut en être de même avec les liens qui nécessitent une vérification de signature de type RSA ou équivalent. Ce calcul en cryptographie asymétrique est beaucoup plus long rapporté à la quantité de données. Si un lien ne faire que quelques kilo-octets tout au plus, le nombre de liens à vérifier pour un seul objet peut être potentiellement gigantesque. Au cours du développement des applications de nebule il n’est pas rare de devoir nettoyer à la main les liens de la bibliothèque parce qu’il y en a plus de 80.000 … soit systématiquement 80.000 lien à lire et à vérifier. Là aussi un cache des liens déjà validés dans la session est en place pour accélérer le travail mais ce n’est pas toujours suffisant.

Une possible résolution de ce problème peut être de changer de disque et de passer sur SSD, ou de nettoyer sévèrement les liens utilisés. Mais ces deux cas sont extrêmes et pas toujours réalisables.

Une autre solution peut être envisageable dans le cas de machines de relais ou de partage d’informations en particulier. Comme on l’a vu dans l’article Frontal et relai d’information verrouillé en écriture, il est possible d’avoir des serveurs en lecture seule en activant l’option de lecture seule ou en figeant le système de fichiers. Cela pose des contraintes particulières sur la synchronisation des objets et des liens et sur le fait qu’ils doivent être vérifiés à un moment ou à un autre. Dans ce cas on peut coupler une option de non vérification des objets et des liens avec une option de lecture seule.
Avec cet exemple une entité peut toujours d’authentifier afin d’accéder à du contenu protégé mais ne pourra réaliser aucune action.

On peut imaginer aussi que l’application de mise à jour (upload) peut être autorisée à mettre à jours des liens et des objets en les vérifiant et ainsi avoir un serveur partiellement en lecture seule.

Donc il serait possible d’avoir un serveur de relai d’information en lecture seule uniquement mais avec un fonctionnement accéléré.
Ceci n’est pas implémenté actuellement.

Blockchain et nouveau lien

Samedi, août 11th, 2018

Suite des articles sur la Blockchain et nebule, Le cas de la messagerie et la Réputation d’entité et chaînage.

Le problème de n’avoir que des liens annulables dans nebule, rapporté à une émulation du fonctionnement d’un équivalent de la blockchain, c’est que l’entité initiatrice d’une transaction peut invalider la transaction ou au contraire elle peut se voir contraindre la transaction par un groupe coalisé.

Une solution serait de créer un nouveau type de lien spécifiquement non annulable, c’est à dire non soumis à l’action du lien de type x. Mais ce cas particulier va ralentir le traitement de la lecture et de la vérification des liens là où elle doit être la plus optimale. Mais bon la force de l’usage fait peut-être loi.

Une autre solution pourrait être de se baser sur un objet de transaction. Dans ce cas nous n’avons plus un objet servant de jeton de valeur avec la résolution des liens pour suivre ses évolutions mais un objet de transaction faisant en interne référence à un autre objet jeton de valeur. Dans ce cas, la suppression d’un objet répliqué étant beaucoup plus illusoire, si d’autres entités signent cet objet comme une transaction il est possible de la retrouver même si l’initiateur de la transaction le supprime. Cette méthode pose cependant un problème, quel lien doit être utilisé afin de propager l’objet de la transaction, et donc la transaction elle même, tout en permettant la création de confiance ?

Le message et le messager

Samedi, juin 30th, 2018

Dans sylabe, il y a une implémentation de la messagerie.

Mais la messagerie tel que l’on a l’habitude de l’utiliser est un peu réductrice dans sa forme. L’article d’un blog comme le commentaire sur un réseau social sont aussi des formes de messages. Dans nebule, il est fort probable que ce soit la même information mais avec une présentation différente.

Dans un système de gestion de l’information dans lequel chaque information est intégrée dans un fichier avec ses usages, c’est à dire ses méta-données, une information transmise pour un nouvel usage devient un nouveau fichier. C’est le cas par exemple de la messagerie dans lequel un message retransmit à une nouvelle adresse devient un nouveau message alors qu’il contient la même information à la base. La différence, c’est que les destinataires du premier message ne sont pas forcément au courant du nouveau message et donc du partage de l’information. Ce non partage de certaines informations de diffusions (méta-données) est géré dans nebule par la mise en place de l’offuscation des liens.

La transmission d’un message c’est simplement la transmission d’une information. Ce qui permet au destinataire de savoir qu’une information lui est destiné c’est le fait de l’inclure dans un lien entre cette information et un objet dédié qu’il scrute. L’objet dédié est de fait un groupe d’objets lui étant destinés, ce qui s’apparente à un salon de discussion d’une messagerie. Ce salon de discussion est désigné par le terme de conversation contenant des messages.

Le mécanisme des conversations mis en place étant un retour à la sources des informations et de leurs usages, cela offre beaucoup de possibilités et de nouvelles perspectives. Une conversation peut être fermée et publique, elle est ainsi visible de tout le monde mais seules certaines personnes vont pouvoir légitimement et publiquement dialoguer dans cette conversation. Toute entité qui ne fait pas partie de la conversation fermée peut émettre des messages dans cette conversation mais ceux-ci ne seront pas vus pas les autres entités à part peut-être ses amis. Un groupe d’amis peut donc commenter en directe une conversation fermée sans perturber le déroulement de celle-ci pour les autres écouteurs de la conversation. Le statut d’une conversation peut être changé par un participant, cela n’impacte pas les autres participants, ce dernier peut ainsi décider de passer la conversation en ouverte et voir maintenant la contribution de tout le monde et non plus seulement les participants… sans plus gêner pour autant les participants.

Un nouveau problème arrive, comment présenter dans une interface ces fonctionnements à l’utilisateur, et de façon intuitive ?…

Définition des groupes

Dimanche, mai 20th, 2018

La gestion des groupes est entièrement revue et corrigée dans la bibliothèque nebule en PHP orienté objet et dans les applications (sylabe, klicty, messae).
Une fois les applications mises à jour, les groupes existants disparaîtront.

Cet article invalide la définition de groupe telle que définit dans l’article Définition des groupes du 14/01/2016.

Cette implémentation des groupes sera aussi utilisée pour les conversations contenant des messages.

OG / Groupe

Le groupe est un objet définit comme tel, c’est à dire qu’il doit avoir un type mime nebule/objet/groupe.

Fondamentalement, le groupe est un ensemble de plusieurs objets. C’est à dire, c’est le regroupement d’au moins deux objets. Le lien peut donc à ce titre être vu comme la matérialisation d’un groupe. Mais la définition du groupe doit être plus restrictive afin que celui-ci soit utilisable. Pour cela, dans nebule, le groupe n’est reconnu comme tel uniquement si il est marqué de son type mime. Il est cependant possible d’instancier explicitement un objet comme groupe et de l’utiliser comme tel en cas de besoin.

Le groupe va permettre de regrouper, et donc d’associer et de retrouver, des objets. L’objet du groupe va avoir des liens vers d’autres objets afin de les définir comme membres du groupe.

Un groupe peut avoir des liens de membres vers des objets définis aussi comme groupes. Ces objets peuvent être vus comme des sous-groupes. La bibliothèque nebule ne prend en compte qu’un seul niveau de groupe, c’est à dire que les sous-groupes sont gérés simplement comme des objets.

(suite…)

Réputation d’entité et chaînage

Mardi, mai 15th, 2018

Le système de chaîne de blocs tel que abordé dans les articles Blockchain et nebule et Le cas de la messagerie ne peut être implémenté dans nebule.

Cependant la réflexion sur un mécanisme proche en terme de fonctionnalité ouvre tout un champs de possibles. Cela permet notamment d’introduire de la confiance là où à priori il n’y en a pas.

Il est ainsi envisageable de gérer la réputation des entités non pas dans des blocs mais par de multiples signatures de liens de réputations (positifs ou négatifs) par diverses entités. C’est le même mécanisme que la pondération. Le problème dans ce cas est la non prise en compte de liens d’entités que l’on ne connaît pas. L’annuaire est peut-être un facilitateur à ce niveau pour le cas d’entités inconnues.
Une nouvelle entité devrait commencer par se déclarer auprès d’un annuaire. Depuis l’annuaire cette nouvelle entité aurait accès aux autres entités, mais pas immédiatement puisque n’étant connue d’aucune entité, tout dialogue serait impossible. Le mécanisme dans l’annuaire peut prévoir une sorte de mise en relation entre entités qui ne se connaissent pas. Les premières entités rencontrées pourraient être des modérateurs. Ensuite, en fonction de la réputation acquise auprès des premières entités il serait possible pour la nouvelle entité de commencer à solliciter, toujours via l’annuaire, de nouvelles entités plus ‘timides’. Un mauvais comportement de la nouvelle entité dès le début entraînera rapidement un bannissement.
Pour éviter les bannissement abusifs par coalition, parce qu’il faut considérer qu’on ne peut pas plaire à tout le monde, il faut comprendre que le bannissement ne sera effectif que pour les entités ayant émis une réputation négative et toutes autres entité qui leurs font confiance. Mais la nouvelle entité sera toujours reconnue par les entités ayant émis une réputation favorable.

Nous devons dès maintenant considérer que, à moyen terme, l’intelligence artificielle sera à même de tromper, mieux que les humains, les barrières de filtrage anti-robots. Les techniques actuelles fonctionnent encore mais leurs méthodes sont déjà vouées à l’échec. Et puis l’important n’est pas de filtrer des robot qui peuvent être légitimes, mais plutôt d’isoler les sources d’actes malveillants. Et là nous ne sommes plus dans la détection du qui suis-je mais dans la détection comportementale. On peut imaginer aussi que des entités (humains ou robots) se comportent correctement un certain temps afin de monter en estime et traverser des barrières comportementales mais dans le but de s’attaquer à une cible de haute valeur, dans ce cas le prix en temps de création est élevé.

Empreintes des références et lien d’équivalence

Jeudi, mai 10th, 2018

Les algorithmes cryptographiques utilisés aujourd’hui sont voués un jour ou l’autre, à longue échéance on préfère, a expirer et être remplacés.

C’est notamment le cas des algorithmes de prise d’empreinte, dites fonctions de hash. Aujourd’hui on utilise généralement sha256 ou sha512, c’est à dire des dérivés de sha2. Mais sha3 arrive et va inexorablement pousser sha2 vers la sortie.

L’évolution de ces algorithmes répond à un problème de sécurité. Mais il est des cas où ils ne sont pas utilisés pour leur sécurité. Par exemple le hash d’un objet définissant une référence se soucie peu de la sécurité de son hash. Ce qui est utilisé c’est la valeur du hash et non du texte à l’origine du hash. Et le hash d’une référence est toujours utilisé dans un lien, donc protégé par une signature.
Dans le cas des références nous allons donc utiliser un algorithme fixe, arbitrairement ce sera sha256, soit une fonction sha2 produisant 256 bits de hash.

Cela n’est pas anodin, ce n’est pas juste une simplification du code. C’est aussi une accélération potentielle pour l’avenir puisqu’il ne sera pas nécessaire de rechercher des objets par référence en se basant sur de multiples empreintes de la référence. Et cela veut dire qu’il faut éviter aussi de d’utiliser le lien d’équivalence pour gérer des équivalences de références.