Cosignature – méthode de surcharge des signatures

Dans la continuité de la réflexion sur la cosignature, suite et orientation, voici une première réflexion sur un méthode alternative.

Une autre méthode est possible afin de remplir de rôle de co-signataires multiples à seuil sans répartition d’un unique secret saucissonné entre plusieurs entités ni nécessité de colocalisation spatial et temporel des entités signataires.

Le point de départ est un objet contenant la liste des combinaisons possibles de cosignatures, c’est à dire les différentes associations de signatures d’entités reconnues valides. La syntaxe de définition de ces associations peut prendre différentes formes. Soit on écrit toutes les associations des entités signataires possibles, soit on écrit les identifiants des entités signataires et la règle de quota attendu.

La signature d’un lien nécessite de s’accorder sur le champ de la valeur de la signature et sur le champ de l’entité signataire.

Le cœur de la méthode est de réaliser une surcharge progressive des signatures des différentes entités co-signataires jusqu’à obtenir le quota d’une combinaison valide. Cette surcharge est une sur-signature progressive du lien par les entités. Une première entité signe le lien, une seconde entité signe la valeur de la signature de la première, une troisième signe la valeur de la signature de la seconde, etc…
La signature n’étant pas une opération commutative, la vérification de la signature finale doit être vérifiée en réalisant les opérations successives de vérification de signatures avec les clés publiques des entités, mais en sens inverse des signatures. Le cas de tailles de clés différentes n’est ici pas traité.

Comme on réalise une sur-signature progressive et que l’ordre est important, il faut que cet ordre des entités signataires apparaisse quelque part. Il faut aussi que l’on fasse apparaître l’identifiant (ID ou hash) de la pseudo entité co-signataire. Pour cela on va utiliser le champ signataire. On place pour commencer l’ID de la pseudo entité co-signataire puis on concatène successivement et dans l’ordre de signature les ID des entités signataires.

Ce mécanisme nécessite à priori la réunion des différents signataires, ou d’une partie suffisante, afin de réaliser la signature du lien. Il est cependant possible de constituer progressivement la cosignature en sur-signant la signature commune et en s’ajoutant à l’entité signataire finale. Nous répondons bien dans ce cas à une cosignature sans colocalisation spatial ni temporel.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.