Archive for septembre, 2013

Le paradoxe du droit à l’oubli

Lundi, septembre 30th, 2013

La fonction d’oubli en cours de réflexion dans nebule prévoit bien quelque chose d’équivalent à ce qui est en cours de réflexion au niveau du gouvernement français. Mais le texte de loi qui en résultera sera sans doute contraignant dans la mise en application effective de l’oubli, c’est à dire la suppression de données. le projet nebule, de son côté propose une suppression volontaire.

Il est tout à faire compréhensible que certaines personnes puissent souhaiter supprimer des données les concernant sur internet, c’est à dire publiques. Mais cette suppression ne doit être faite que si elle porte atteinte à cette personne, sinon cela porte atteinte au droit de mémoire de tout le monde. De plus, la théorie nous montre qu’il est illusoire de vouloir espérer une suppression complète de données. On ne peut que demander la suppression. La loi ne peut que gérer les conflits sur la mauvaise utilisation des données par autrui.

C’est même un paradoxe que de vouloir définitivement oublier une information définie. Pour cela, il faut prévoir de transmettre l’information de suppression de l’information définie à ceux qui détiennent cette information définie.
Et si quelqu’un remet en ligne plus tard la même information définie comme ayant été supprimée. Que va-t-il se passer ?
On doit donc garder l’information de suppression… qui fait référence voir contient l’information définie à supprimer. Donc cette information définie ne peut être supprimée.

CF : www.pcinpact.com droit-a-oubli-acteurs-web-2-0-degomment-consultation-cnil

Nettoyage des liens – suite

Mercredi, septembre 25th, 2013

Ceci est la suite du post précédent sur le nettoyage des liens.

En cas de suppression d’un objet, quels liens doit-on garder ?

Il faut déjà évidemment garder le lien de type d, celui qui marque la suppression de l’objet. Sans ce lien, la propagation de la suppression ne sera pas assurée, et donc l’objet ne sera pas supprimé sur tous les emplacements. Si il est encore présent sur un emplacement connu, il risque d’être téléchargé de cet emplacement et donc en quelque sorte restauré. Ce lien doit être gardé « à vie ».

Il faut garder les liens de type u, c’est à dire voir quel(s) objet(s) est mise à jour l’objet supprimé. Il est préférable dans une chaîne de mises à jours de créer un nouveau lien qui court-circuite l’objet supprimé au milieu de la chaîne.

Il faut garder les liens de type e, les définitions d’équivalences.

Il faut supprimer tous les liens dont on est pas le signataire. Il n’y a pas de raison de garder les liens des autres entités. Les autres entités s’occuperont de leurs liens.

Il faut garder les liens de type k, correspondant au chiffrement. Lors du chiffrement d’un objet, on définit explicitement la suppression de l’objet originel pour ne garder que son dérivé chiffré.

Il faut supprimer les liens de type s, ce qui défini les subdivisions de l’objet. Cet objet n’est plus utilisable pour la récupération de morceaux. Et si il est recréé, les liens de type s le seront aussi naturellement, si besoin.

Jusque là, ça paraît suffisant. Mais que se passera-t-il le jour où, pour quelque raison que ce soit, l’objet venait à être réutilisé (volontairement) ?
Faut-il garder tous les liens de type l et f? Faut-il n’en garder qu’une partie?

Il faut aussi nettoyer les liens qui ont fait l’objet d’une suppression avec un lien de type x. Et il faut garder chaque derniers liens de type x. Ainsi, en cas de restauration de l’objet, les liens supprimés ne pourront être restaurés aussi.

Si c’est une suppression liée à un chiffrement, on doit garder tous les liens de type l et f. Ces liens sont nécessaires puisque l’objet à de bonnes chances d’être déchiffré un jour par le destinataire.

Dans les autres cs, c’est ambigu. Par défaut il vaut mieux garder tous les liens l et f.

Dans le cas d’un serveur que l’on ne maîtrise pas ou qui est mutualisé, la suppression d’un objet doit être marqué par toutes les entités. On ne peut pas supprimer un objet tant qu’une entité l’utilise encore. On entre là dans une forme de gestion en groupe.

Nettoyage des liens

Mardi, septembre 24th, 2013

Le nettoyage régulier des liens est quelque chose qui est connu depuis assez longtemps pour être indispensable. Si la quantité de lien que manipulent aujourd’hui les entités reste encore soutenable, nous ne sommes pas loin de gros problèmes de performances dans certains cas.
CF : Mémoire finie, Repérage chronologique.

Le nettoyage est la mise en pratique de l’oubli volontaire et maîtrisé des liens et objets.

Un premier nettoyage, assez facile à mettre en place par script notamment, est le nettoyage des liens. Suivre cette procédure :

  1. Copier tous les liens de tous les objets dans un emplacement temporaire unique. Chaque lien copié doit l’être une fois pour ne pas avoir de doublon. Il est préférable de faire une vérification des signatures des liens au moment de leur lecture. Chaque lien étant copié entre deux et trois fois en fonction du nombre d’objets concernés, la taille total de cet emplacement temporaire sera entre deux et trois fois moins volumineux que l’ensemble des liens des objets.
  2. Dans l’emplacement temporaire, trier les liens par date dans l’ordre chronologique. Ainsi, une fois remis en place, les liens seront déjà naturellement triés.
  3. Dans l’emplacement temporaire, supprimer les liens qui sont concernés par un lien de type x (suppression de lien). Garder le dernier lien de type x pour maintenir la propagation de la suppression du lien.
  4. Supprimer, ou mettre de côté, les liens de tous les objets. Ne garder que l’emplacement temporaire. Pendant ce lapse de temps, les objets restent disponibles mais sont inexploitables parce qu’ils ne seront pas accompagnés de leurs liens.
  5. Faire un import de chaque liens de l’emplacement temporaire, un par un et dans l’ordre. L’import va réattribuer les liens aux objets concernés, dans l’ordre.

Cette procédure ne tient pas compte des liens dans des objets, normalement chiffrés. Et ils ne doivent pas en tenir compte. Cela peut poser des problèmes résiduels de non suppression de liens parce que le lien de type x est non disponible au moment du nettoyage.

A noter qu’après le nettoyage, si des liens ont été marqués comme à supprimer, il doit rester le dernier lien de type x. Si ce n’était pas le cas, il pourrait y avoir des problèmes pour retransmettre la suppression de ces liens.

Tous les liens ne peuvent pas, et ne doivent pas disparaître en même temps que l’objet. Il faut en effet attendre que la suppression de l’objet, dictée par un lien de type d, soit effective partout. Sinon, cet objet va réapparaître et ses liens avec.

Pour nettoyer les objets, il manque la mise en place du système de pondération. Seule cette pondération associée à un seuil est capable de gérer l’oubli de certains objets parmi un grand volume d’objets.
La pondération sera pour plus tard.

Comment rester sécurisé face à la NSA

Dimanche, septembre 22nd, 2013

En visitant le blog de Bruce Schneier, je suis tombé sur un long et intéressant article : How to Remain Secure Against the NSA
Je vais me concentrer sur les 5 points, traduits ici :

  1. Caché dans le réseau. Implémentez des services cachés. Utilisez TOR pour protéger votre anonymat. Oui, la NSA cible les utilisateurs de TOR, mais cela est efficace sur eux. Moins vous serez à découvert, plus vous serez en sécurité.
  2. Chiffrez vous communications. Utilisez TLS. Utilisez IPsec. Encore une fois, bien qu’il soit vrai que la NSA cible les communications chiffrées (et ils connaissent peut-être des failles spécifiques contre ces protocoles), vous serez bien mieux protégés que si vous communiquez en clair.
  3. Prenez pour acquis que, bien que votre ordinateur puisse être compromis, cela nécessite du travail et représente un risque pour la NSA (donc il ne l’est probablement pas). Si vous avez quelque chose de vraiment important, utilisez un transfert par un moyen déconnecté. Depuis que j’ai commencé à travailler avec les documents de Mr Snowden, j’ai acheté un nouvel ordinateur qui n’a jamais été connecté à internet. Si je veux transférer un fichier, je chiffre le fichier sur l’ordinateur sécurisé puis l’emmène à pied jusqu’à mon ordinateur sur internet, sur une clé USB. Pour déchiffre quelque chose, j’inverse le processus. Cela ne doit pas être infaillible, mais suffisamment bon.
  4. Soyez méfiants envers les logiciels de chiffrement commerciaux, spécialement des grands éditeurs. Mon avis, c’est que la plupart des produits de chiffrement des grandes entreprises US ont des portes dérobées pour la NSA, et il est probable que les entreprises étrangères fassent de même. Il est prudent de considérer que les équipements étrangers aient aussi des portes dérobées pour une puissance étrangère. Il est plus facile pour la NSA de placer une porte dérobée dans un logiciel à sources fermées que dans un autre aux sources ouvertes. Les systèmes reposants sur un important secret sont vulnérables à la NSA, que ce soit pour leurs activités légales ou plus clandestines.
  5. Essayez d’utiliser des algorithmes de chiffrements dans le domaine public qui nécessitent d’être compatibles avec d’autres implémentations. Par exemple, il est plus difficile pour la NSA de placer une porte dérobée dans TLS que dans BitLocker. Parce que tous les implémentations de TLS doivent être compatibles entre elles alors que BitLocker ne doit être compatible qu’avec lui-même, donnant à la NSA plus de libertés pour apporter des changements. Et parce que BitLocker est propriétaire, il est beaucoup moins probable que ces changements soient découverts. Préférez la cryptographie symétrique plutôt que la cryptographie à clé publique. Préférez les systèmes conventionnels à logarithmes discrets plutôt que les systèmes à courbes elliptiques. Ces derniers ont des constantes que la NSA influence dès qu’elle le peut.

Petite remarque sur ce qui semble une incohérence. Il cite au point 4 d’essayer d’utiliser des logiciels à sources ouvertes. Et il dit utiliser plus bas un ordinateur sous M$ Windows : « And I’m still primarily on Windows, unfortunately. Linux would be safer. »
L’aveu est franc. Je pense que l’explication est simple, il se sent plus à même de sécuriser un système qu’il connaît bien plutôt qu’un système inconnu. Ça se défend.

Confrontons donc maintenant le projet nebule et ces cinq points :

  1. Le projet nebule, une fois diffusé, peut être hébergé partout sur le réseau. Par défaut, les entités ont des emplacements connus. Mais rien n’empêche une entité d’avoir un emplacement dont l’objet contenant est chiffré, et l’URL d’une forme difficile à deviner même si on connaît le serveur. Par contre, si les objets et liens d’une entité sont échangés avec une autre entité, elle se retrouve à découvert sur d’autres emplacements. Ceci ne devrait cependant arrivé que si des liens relient ces objets aux deux entités. Le chiffrement des objets la seule parade définitive, ce qui est logique. L’anonymisation tel que proposé par TOR n’a pas de sens dans nebule.
  2. Dans nebule, on a le choix. Rien n’empêche de chiffrer toutes les informations vitales et de placer les liens suspects dans des objets chiffrés. Ce dernier point n’est pas encore implémenté mais est prévu et est techniquement réalisable. Utiliser TLS est recommandé au risque de révéler les liens et objets échangés, et donc d’affaiblir l’anonymisation.
  3. Le risque de l’ordinateur compromis est assez actuel malheureusement. Tant qu’un système ne sera pas intégralement nébulisé, le projet nebule n’apportera pas grand chose à ce niveau. On peut cependant profiter de la signature native des objets contre la modification malveillante. Par contre, nebule permet assez facilement de faire des échanges à sens unique, via des relais d’isolation, et via des supports amovibles. Et le chiffrement peut être entièrement réalisé sur un ordinateur isolé, même à destination d’une autre entité.
  4. Pour résumer, il faut utiliser des logiciels open sources et qui ne sont pas restreints à un seul éditeur dans leur utilisation. Le projet nebule par dès le début avec un choix d’utilisation par défaut de logiciels libres (et open sources). Ceux retenus sont très utilisés, et donc très régulièrement vérifiés. L’inter-opérabilité avec d’autres systèmes et implémentations est aussi à ce prix.
  5. Le début a les mêmes réponses que pour le point 4. Il est impossible de gérer des entités avec la cryptographie symétrique. La cryptographie asymétrique est irremplaçable. Mais il ne faut pas utiliser ces algorithmes pour faire des choses pour lesquels ils ne sont pas prévus. Par contre, si l’algorithme à logarithmes discrets est principalement utilisé aujourd’hui, tout algorithme peut être utilisé en parallèle ou en remplacement. Cela n’a pas d’importance structurelle forte. Le projet nebule s’appuie sur la cryptographie asymétrique pour les signatures et chiffrements (pour les clés de sessions).

Liens :
https://www.schneier.com/blog/archives/2013/09/how_to_remain_s.html

Le SPAM, déficience d’identification

Dimanche, septembre 22nd, 2013

Qu’est ce que le SPAM?
« Le spam, pourriel ou polluriel est une communication électronique non sollicitée, en premier lieu via le courrier électronique. Il s’agit en général d’envois en grande quantité effectués à des fins publicitaires. »
CF Wikipedia

La définition est un peu floue. On note cependant plusieurs détails dans la première phrase. C’est d’abord une communication, donc un échange d’informations. Ensuite, cela prend une forme électronique, critère correspondant à une vision un peu réduite. Et enfin, c’est quelque chose de non sollicité, c’est à dire une communication initiée par l’autre partie, quelques chose que l’on a pas demandé.
Jusque là, une communication électronique sur deux rentre dans cette catégorie. Il y a un consensus général sur ce que cela désigne, mais la définition est trop imprécise. La précision concernant le courrier électronique est optionnelle, pas vraiment contraignante. C’est surtout un exemple qui aide le lecteur à raccrocher le SPAM à quelque chose qu’il connaît déjà. Cela veut aussi dire que le SPAM affecte potentiellement d’autres médias de communication. Le FAX par exemple…
La deuxième phrase reste aussi très générale, donc très imprécise. Ce serait donc des envois de grandes quantités de messages publicitaires. Ou est le problème ici? La grande quantité d’envois? Le caractère publicitaire? Il n’est fait aucune référence à un problème dans cette définition, mais on assimile automatiquement la combinaison quantité/commercial à un problème.
Le problème serait-il pas tout simplement de recevoir beaucoup de messages publicitaires que l’on n’aurait pas sollicité !? On notera la transformation entre l’envoie massif de messages et la réception massive de ces mêmes messages. Se soucierait-on du SPAM si un envoie massif aboutissait à un seul message par semaine dans notre boite aux lettres ? Assurément pas.

Un e-mail non sollicité ventant les propriétés d’une lessive est un SPAM.
Un prospectus papier dans notre boite aux lettres, non. Ce n’est pas une communication électronique. Pourtant, en pratique, c’est le même phénomène : on remplit nos boites aux lettres de messages publicitaires non sollicités. Messages dont il faut se débarrasser.
Allons encore plus loin. Un panneau publicitaire, diffusant d’autorité un message dans notre environnement, n’est pas non plus du SPAM. Ce n’est pas une communication électronique et cela ne vous est pas directement adressé. Pourtant nous sommes bien dans la diffusion massive d’un message publicitaire. Elle est massive parce que adressée à toutes les personnes qui passent devant. Finalement, le panneau publicitaire peut de la même façon être assimilé à du SPAM. Mais là on ne peut rien faire, il n’y a pas de bouton suppression. Bien que la dégradation de notre environnement visuel soit manifeste, cela ne rentre pas dans la catégorie SPAM. Je vous laisse en déduire la raison.
En terme informationnel, c’est l’insertion d’informations parasites en grand nombre qui provoques une gène. Tant que cela ne demande pas trop de temps pour être traitée, c’est toléré. Le traitement de ces informations parasites veut dire d’analyser chaque information afin de déterminer sa pertinence et la suite à donner, c’est à dire la supprimer ou l’ignorer dans le pire des cas.

Revenons au SPAM tel que communément accepté. Face au déluge de messages à trier (à supprimer), il est rapidement apparut nécessaire de traiter le problème. Ce traitement peut intervenir à plusieurs niveaux et de plusieurs manières. Évidemment, il est préférable de pouvoir fortement automatiser ce processus de traitement.
Il y a aujourd’hui un large panel de méthodes différentes pour traiter ce problème spécifique, des plus artisanales aux plus industrielles. Les résultats ne sont pas toujours à la hauteur des investissements en argent ou en temps. Mais comment mesurer l’efficacité de ces méthodes ?
On peut mesurer les performances de plusieurs façons. La première idée est de mesurer le pourcentage de SPAM réellement détectés. Oui, mais ce n’est pas suffisant, que fait-on du nombre de messages légitimes qui ont été supprimés en même temps? Une société commerciale doit pouvoir recevoir des messages de toute provenance et doit éviter un maximum de pertes de messages, sinon ce sont des clients en moins et donc des bénéfices en moins. Ces sociétés vont donc investir dans des solutions très sophistiquées qui maximisent la détection et minimise les dommages collatéraux.

Une des caractéristiques que l’on retrouve souvent dans les SPAM, c’est que l’adresse de l’expéditeur est fantaisiste bien que de forme correcte. Une des méthodes de lutte est de renvoyer un message à l’expéditeur pour demander une confirmation. Il n’est malheureusement pas infaisable pour un robot de pouvoir répondre positivement à cette confirmation, même avec un captcha.

Le particulier à potentiellement moins de problème qu’une société. Il peut facilement mettre de côté tous les messages dont les expéditeurs ne lui sont pas connus. Il suffit de temps en temps de regarder le dossier des SPAM (les inconnus) si on attend un message d’un nouveau destinataire. Mais même cette méthode a ses limites. Certaines sources de SPAM essayent de pirater des boîtes aux lettres d’utilisateurs légitimes (vos amis) pour leur faire envoyer à leur insu des SPAM. Un certain nombre de virus sont spécialisés, une fois qu’un nouvel ordinateur est contaminé, pour aller dépouiller le carnet d’adresse. Et pour rendre plus difficile la détection du poste contaminé, d’envoyer les SPAM en se faisant passé pour un des contacts du carnet d’adresse.
Si la méthode du filtrage est assez efficace tant en détection quand tant que rejet de messages légitimes, elle peut au besoin être complétée par une autre méthode comme un filtre bayesien par exemple.

Les filtres de type RBL sont un moyen de défense dynamique assez performant avec peu de dommages collatéraux. Mais d’un autre côté, si ils bloquent des plages entières d’adresses IP (plages IP des clients des ISP), ils deviennent catastrophiques par le nombre de messages légitimes bloqués.
Le filtre greylist est quand à lui basé sur le bon fonctionnement du serveur émetteur du SPAM. Ça marche encore très bien aujourd’hui avec aucun rejet de message légitime, mais cela ne tient qu’à la volonté des diffuseurs de SPAM d’améliorer (un peu) leurs outils.

On voit que la lutte contre le SPAM utilise des outils qui ont tous leurs limites. Ils sont tous par principe faibles parce que le protocole n’a pas été prévu pour lutter contre ce problème.
Dans la plupart des SPAM, on a clairement une carence dans l’identification de l’expéditeur.

Le moyen naturel d’y répondre est d’être capable d’identifier tous les acteurs générateurs d’information. Cela veut dire que, n’étant pas capable de pouvoir identifier toutes les sources possibles et légitimes dans le monde, on va devoir se fier à un système plus global qui se base sur des autorités de confiances. Un système sur le principe du DNS mais aussi des certificats x509.
Mais imposer une identification globale remet directement en cause l’anonymat. Et se reposer sur des autorités de confiance n’est pas sans conséquences. Les problèmes récurrents de piratage des autorités de certification nous montre que c’est loin d’être infaillible.

Que faire? Comment palier le manque d’identification sans remettre en question l’anonymat? Vu comme ça, cela semble impossible.
La réponse la plus simple serait de couper toute communication. Mais l’être humain a la nécessité (absolue) d’accepter des échanges, qu’ils soient de forme électronique ou pas d’ailleurs. Et l’être humain sait naturellement faire le tri des informations, de juger le risque de sélectionner une information plutôt qu’une autre. Il sait aussi se tromper et se faire manipuler.
L’humain doit revenir au centre de la décision lorsque le temps et la quantité d’informations ne sont pas saturantes. Il faut afficher l’information qui permet la prise de décision. Et si certaines actions sont fortement automatisées, il faut afficher le résultat de ces actions que l’automatisme a jugé nécessaires.

Comment se positionne nebule vis-à-vis de ce problème?
Il propose un système capable de gérer des utilisateurs localement mais qui peuvent être reconnus globalement. Ainsi, un utilisateur n’est valide que parce-qu’il est reconnu par ses paires, en gros ses voisins. Mais on est capable d’adresser un utilisateur à l’autre bout du monde, ce même si on ne le connaît pas. On peut éventuellement se fier à des autorités locales de confiance qui déterminent qui sont de vrais utilisateurs et qui ne le sont pas. On peut aussi dire que l’on accepte ou rejette certains utilisateurs en fonctions de critères comme la proximité sociale ou géographique.
Mais le risque, c’est la manipulation de ces règles de sélections à l’avantage du diffuseur de SPAM. Diffuseur qui peut être plus facilement bannis aussi.L’autre risque, c’est la compromission du poste de l’utilisateur, et donc l’envoie de SPAM à son insu. Mais ça c’est un problème d’une toute autre dimension…

Liens :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Spam
http://fr.wikipedia.org/wiki/Courrier_%C3%A9lectronique
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lutte_anti-spam
http://fr.wikipedia.org/wiki/CAPTCHA

Echanges via http

Jeudi, septembre 12th, 2013

L’avancement de sylabe met en avant un manque de standardisation des échanges nebule via le protocole http. Cela impacte notamment directement le téléchargement et le suivi de liens u.

Il faut compléter la documentation de référence nebule v1.1 concernant les moyens et supports d’échange.

Comme la définition des échanges dépend plus de nebule que de sylabe, c’est naturellement le programme index.php qui se chargera de gérer les translations de requêtes http (.htaccess pour Apache).

Il en sera de même pour tout nouveau protocole d’échange lorsque le besoin s’en fera ressentir. Cela pourra être le cas par exemple pour le xmpp et le smtp

RSE ou RSE ?

Mardi, septembre 10th, 2013

En recherchant la définition de l’acronyme RSE, je tombe sur deux définitions… Problème assez récurrent en fait avec les acronymes puisque n’importe qui peut en inventer et les utiliser sur la place publique à son bénéfice.

D’un côté j’ai une belle page bien fournie sur Wikipédia et une page gouvernementale officielle parlant de Responsabilité Sociétale des Entreprises :
Responsabilité Sociétale des Entreprises – Wikipédia
Qu’est-ce-que la responsabilité sociétale des entreprises – Ministère du développement durable
On y parle donc de responsabilité des entreprises, de développement durable, de gestion de risques, des impacts environnementaux et sociaux, enjeux, investissements, outils, normes, médiatisation, aspects juridiques, etc…

De l’autre un article sur 01net.com qui surfe sur la vague des révélations sur PRISM, ce qui n’est pas un mal en soi :
Le RSE : un lanceur d’alerte en entreprise – 01net
On retrouve bien en fin d’article un paragraphe sur le RSE, l’environnement et les risques. Mais RSE, répété à l’envie tout au long de l’article, désigne ici Réseau Social d’Entreprise. En gros un simili Facebook restreint au périmètre de l’entreprise.
Mais n’y a-t-il pas déjà un terme pour cette fonctionnalité? Oui, c’est le groupe de travail (groupware). Ah oui, c’est vrai, le créneau sur ce nom est déjà bien plein. D’un autre côté, la RSE ne doit pas plaire à beaucoup de chef d’entreprises. Bref, Voila typiquement un article à visée commerciale…

Mais ce post n’est pas là pour critiquer l’article. Les acronymes posent un problème de gestion de leurs définitions. Celles-ci ont rarement une portée globale, elles n’ont souvent qu’une définition de portée locale ou régionale. C’est cette absence de centralisation qui, à priori, serait la source des conflits.

Comment vont se comporter les acronymes dans nebule?
Reprenons le cas de la RSE. En pratique, c’est l’objet cec7b8a511f6d30def09266e7595f1dd9a301b3ba868444d2b14236dccc127b1. Aujourd’hui, cet objet n’existe sur aucune machine supportant nebule, mais si il était créé ce serait avec cette empreinte (sha256).

Premièrement, cet objet peut être marqué par des liens de type subdivision s. Il est en effet possible avec ce type de lien de savoir qu’un texte, un article de presse par exemple, contient cet acronyme. Cela facilite la recherche.
Cet exemple d’acronyme est trop petit mais le principe reste valable, le même article de presse peut être téléchargé morceaux par morceaux par ses abonnés. C’est un fonctionnement de type P2P. Chaque morceau connu peut être téléchargé à des endroits différents, puis l’article de presse peut être reconstitué. En pratique, on accélère donc les échanges d’objets.

Ensuite, L’objet de l’acronyme peut aussi être marqué par des liens de type dérivation f. Ces liens peuvent renvoyer vers d’autres objets contenant la ou les définitions de l’acronyme.
C’est un intérêt pour résoudre les conflits autour des définitions d’acronymes. En effet, chaque lien est signé par une entité, donc on sait qui en est l’initiateur. Et comme toute entité gère individuellement ses propres relations de confiances, la définition d’un acronyme sera donc dépendante des entités à qui on fait confiance, mais aussi en fonction de leur niveaux de confiance relatifs.
Donc, si on a une forte confiance en l’état, ce sera la RSE. Si on a une grande confiance en l’auteur de l’article de 01net, alors ce sera le RSE. Si on est chef d’entreprise, il y a de fortes chances que ce soit la RSE de toute façon…

Individu, sociabilité, universalité

Lundi, septembre 9th, 2013

L’affaire PRISM révélée par Edward Snowden n’en finit pas de provoquer des secousses numériques autour de la NSA, des grosses sociétés américaines et de la vie privée des citoyens/sociétés.

On entend parler régulièrement de la possibilité de créer de multiples chemins de communications entre individus. Ici multiple est à comprendre dans le sens où chaque connexion passe par un certain nombre de serveurs différents et ce de façon anonyme pour les serveurs. Ceci dans le but de garantir l’anonymat de l’internaute.

Il existe TOR pour la navigation. Ce pourrait être le cas avec la messagerie (Caliop ?). Mais est-ce une solutions suffisante?
Le journal Lemonde a publié un article sur un internet décentralisé pour des usages centralisés (cf lien). Rien que le titre suffit à exprimer tout le paradoxe de notre utilisation de l’internet…

Un autre problème s’ajoute, l’anonymisation est aussi utilisée par des criminels. Tout en sachant que les criminels d’un pays/communauté sont parfois les héros d’un autre. Comment distinguer l’utilisation légitime, ce qui est bien ou pas? Vaste débat.
Un outil ayant uniquement une structure globale mélange les usages légitimes et réprouvés, quel qu’en soit leur acceptation. Un outil qui respecte une structuration régionale ou locale est plus à même de coller à l’acceptation de certains usages, ou à leur régulation. Il est aussi capable de suivre l’évolution des mœurs et usages tout en permettant des échanges globaux.

Le projet nebule peut-il apporter quelque chose? Je pense que oui, quelque chose de nouveau surtout. Aujourd’hui, tous les efforts portent sur des tentatives de sécuriser les serveurs centraux, les relais intermédiaires, les chemins empruntés et les protocoles. Cette nouvelle chose que propose nebule est de penser directement au niveau de la donnée, de gérer sa confidentialité et ses échanges.

La structure locale de nebule est de taille variable. L’individu est la base. Il met en place naturellement des échanges dits sociaux proches jusqu’à une organisation de la taille d’un pays. Il est aussi capable d’exploiter de façon universelle des informations quelles qu’en soient leurs localisations.

Liens :
Lemonde – Bitcoin, BitTorrent, TOR : un internet décentralisé pour des usages centralisés
http://fr.wikipedia.org/wiki/PRISM_%28programme_de_surveillance%29
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tor_%28r%C3%A9seau%29
https://www.torproject.org/
http://www.caliop.net/