Archive for the ‘synchronisation’ Category

Anonymisation/dissimulation des liens – transcodage

Samedi, juillet 20th, 2019

Suite à l’article Anonymisation/dissimulation des liens – ségrégation et temporalité et ségrégation partielle, la réflexion et l’implémentation sur le stockage et l’échange des liens dissimulés progresse.

La méthode de ségrégation des liens dissimulés développée est suffisante pour retrouver les liens dissimulés et les partager. Mais si le partage est efficace parce que l’on ne récupère que les liens dissimulés des entités connues, la lecture des liens n’est clairement pas efficace.

Lors de la consultation des liens d’une objet particulier, il faut lire tous les liens de l’objet, facile, et lire l’intégralité des liens dissimulés parce que l’on ne sait pas à l’avance quelle entité à dissimulé des liens pour cet objet. Il manque de pouvoir localement (indépendamment du partage) stocker les liens en fonction des objets source, cible et méta. Mais il faut aussi ne pas dévoiler cette association d’objets cités dans la partie dissimulée du lien, ce qui permet rapidement de lever la partie dissimulée.
Il est possible de transcoder les identifiants des objets cités par le lien dissimulé. On parle bien de travailler toujours sur des fichiers de stockage dédiés aux liens dissimulés, et donc indépendamment des liens non dissimulés. Ce transcodage doit permettre de ne pas révéler l’association entre les objets cités par le lien dissimulé. Ce transcodage peut être commun à tous les objets avec une clé de codage commune, ou chaque objet peut disposer de sa propre clé de codage. Et bien sûr, chaque entité dispose de sa/ses clés de transcodage, donc chiffrées avec la clé privée.
Un transcodage avec une clé unique est plus facile puisque l’on peut chiffrer cette clé et la stocker à un endroit unique, mais il est moins sûr que le transcodage à clés individuelles.
Pour commencer on va partir sur la base de la clé unique de transcodage.

Les liens dissimulés dans des fichiers transcodés sont lisibles publiquement et peuvent potentiellement être synchronisés mais ils n’ont pas vocation à remplacer les liens dissimulés dans les fichiers dédiés à la ségrégation et utilisés lors du partage des liens.

Le nettoyage des fichiers des liens dissimulés et transcodés devient un nouveau problème.
Plusieurs entités pouvant localement générer des liens dissimulés, et donc utiliser des clés de transcodage différentes, il n’y a pas de méthode de nettoyage générique des liens dissimulés dans les fichiers transcodés. Seule une entité peut faire le nettoyage de ses propres fichiers transcodés. Il faut donc que ces fichiers transcodés soient clairement associés à une entité.

Il est possible par contre de supprimer tous les fichiers transcodés d’une entité (ou plus). Il faut dans ce cas que l’entité, une fois déverrouillée, reconstitue ses fichiers transcodés.
Cela lève un nouveau problème, comment savoir que tous les fichiers transcodés sont présents et qu’ils sont à jour. Avec cette méthode, il ne faut pas que les fichiers dédiés à la ségrégation des liens dissimulés pour une entité soient manipulés par une autre entité parce que les fichiers transcodés ne seront pas synchrones. Et les transferts ne sont pas possibles.

Les entités ne doivent pas synchroniser les liens dissimulés des autres entités !

Il reste encore des réflexions à mener autour de cette méthode de transcodage.

Non vérification crypto et lecture seule

Dimanche, août 12th, 2018

Dans la réflexion de créer une application dédiée à la manipulation de photos et de vidéos se pose invariablement la question des vidéos HD, FHD et UHD. La taille de ce genre de vidéo, pour conserver une qualité de restitution optimale, est assez conséquente.

Le problème ici dans nebule c’est la vérification systématique de la validité du contenu d’un objet manipulé, c’est à dire le re-calcul de son empreinte cryptographique. Si la librairie nebule mémorise le temps d’une session un objet vérifié, dans un cache, ce qui peut déjà présenter un problème de sécurité, il faut cependant toujours faire cette prise d’empreinte au moins une fois.
Par exemple l’empreinte SHA256 d’un fichier de 1,6Go va nécessiter environ 30s sur un disque dur à plateaux normal. La consommation de temps vient principalement de la lecture du support et non du calcul cryptographique. Et la prise d’empreinte cryptographique est un calcul relativement simple…

Il peut en être de même avec les liens qui nécessitent une vérification de signature de type RSA ou équivalent. Ce calcul en cryptographie asymétrique est beaucoup plus long rapporté à la quantité de données. Si un lien ne faire que quelques kilo-octets tout au plus, le nombre de liens à vérifier pour un seul objet peut être potentiellement gigantesque. Au cours du développement des applications de nebule il n’est pas rare de devoir nettoyer à la main les liens de la bibliothèque parce qu’il y en a plus de 80.000 … soit systématiquement 80.000 lien à lire et à vérifier. Là aussi un cache des liens déjà validés dans la session est en place pour accélérer le travail mais ce n’est pas toujours suffisant.

Une possible résolution de ce problème peut être de changer de disque et de passer sur SSD, ou de nettoyer sévèrement les liens utilisés. Mais ces deux cas sont extrêmes et pas toujours réalisables.

Une autre solution peut être envisageable dans le cas de machines de relais ou de partage d’informations en particulier. Comme on l’a vu dans l’article Frontal et relai d’information verrouillé en écriture, il est possible d’avoir des serveurs en lecture seule en activant l’option de lecture seule ou en figeant le système de fichiers. Cela pose des contraintes particulières sur la synchronisation des objets et des liens et sur le fait qu’ils doivent être vérifiés à un moment ou à un autre. Dans ce cas on peut coupler une option de non vérification des objets et des liens avec une option de lecture seule.
Avec cet exemple une entité peut toujours d’authentifier afin d’accéder à du contenu protégé mais ne pourra réaliser aucune action.

On peut imaginer aussi que l’application de mise à jour (upload) peut être autorisée à mettre à jours des liens et des objets en les vérifiant et ainsi avoir un serveur partiellement en lecture seule.

Donc il serait possible d’avoir un serveur de relai d’information en lecture seule uniquement mais avec un fonctionnement accéléré.
Ceci n’est pas implémenté actuellement.