Modes de traitement

Le projet nebule en lui-même donne un cadre stricte dans la forme des objets et des liens. Mais il ne donne que des orientations sur le traitement, c’est à dire l’interprétation, de ces objets et surtout de leurs liens.

Il existe aujourd’hui trois stratégies dans le traitement des objets et des liens.

Le mode ouvert

C’est la façon la plus simple d’utiliser les objets et les liens puis qu’aucune vérification n’est réalisée.

Cela implique pour commencer que les empreintes des objets ne sont pas vérifiées. Ces empreintes sont donc de pures URI avec un faible attachement au contenu des objets qu’elles référencent. Cette considération entre en conflit avec l’un des fondements du projet nebule puisque l’empreinte est strictement attaché à un objet, son contenu en fait, et que toute modification de cet objet entraîne implicitement la création d’un nouvel objet avec une empreinte propre.

Les liens ne sont pas vérifiés, ce qui veut dire que leur provenance, n’étant pas assurée, ne peut pas être non plus utilisée. Ainsi, les liens sont vus sont leur forme la plus réduite, c’est à dire la forme équivalente RDF avec la date et l’action.

Le traitement s’en trouve extrêmement accéléré. Il est pas contre impossible d’établir un échange digne de ce nom ne serait-ce qu’entre deux entités. Les notions de propriétés public et privée n’ont pas de fondement dans ce cas. On ne peut envisager ce fonctionnement que sur un périmètre restreint d’un centre de calcul et dédié à une tâche unique. On peut tout au plus envisager une passerelle vers le monde extérieur qui vérifierait scrupuleusement les entrées et signerait les sorties.

Ce mode de traitement n’est pas recommandé dans le cadre du projet nebule.

Le mode social

La prise en compte du côté social implique que l’on tienne compte de l’émetteur des liens, et donc de la validité de ceux-ci. A l’opposé du mode ouvert, cette façon de procéder est la plus complexe et la plus lente. Mais c’est aussi la plus intéressante.

Chaque objet et chaque lien utilisé est scrupuleusement vérifié. Comme nous sommes dans un environnement social, c’est à dire avec de multiples entités, nous devons procéder à un tri des liens en fonction de leur provenance. Les objets sont vérifiés mais leur usage dépend exclusivement de leurs liens, et donc notamment des émetteurs de ces liens.

Lorsque deux actions sont contradictoires, il faut tenir compte de l’environnement sociale et plus seulement du facteur temporel. Il y a des différences dans la confiance que l’on accorde aux autres entités, et donc dans les liens quelles génèrent. Le tri des liens est réalisé suivant une pondération qui reflète la relation avec les entités émettrices. C’est une pondération en tout point sociale et est attachée aux entités.

L’offuscation de liens permet de cacher ou de tromper une entité sur la vraie pondération qu’on lui accorde. Mais il fait garder à l’esprit que plus elle est discordante plus elle a de chance d’être découverte ou au minimum de provoquer de la confusion.

Une pondération peut aussi être envisageable sur les objets. Cela permet en augmentant la pondération de réduire proportionnellement l’influence des autres entités sur un objet précis.

Enfin, une pondération peut être réalisée sur le type de lien et éventuellement en fonction d’un des objets référencés par un lien.

Ici, pour le projet nebule, clairement tout est quasiment à faire. La pondération des entités n’est pas encore formalisée. La pondération des objets et théorique. Et la pondération sur le type de lien n’est qu’une prévision par rapport aux modèles actuels.

Le traitement des objets et des liens, déjà ralentis par les vérifications de base, est encore plus complexe du faire des calculs de pondérations, et donc plus lent encore.

Ce mode de traitement est celui adopté par la librairie nebule de référence en php. Par extension, c’est aussi le mode de traitement utilisé dans le projet sylabe.

Le mode strict

La prise en compte du côté social est partielle, elle a même une forme exclusive. On se situe à mi chemin entre le mode ouvert et le mode social en terme de complexité.

Chaque objet et chaque lien utilisé est scrupuleusement vérifié. Contrairement au mode social, la prise en compte des entités n’est pas globale mais au contraire exclusive. On ne reconnaît que les liens de certaines entités précises. Afin de simplifier encore plus le traitement, il n’y a pas de priorisation ou de pondération dans l’exploitation des liens. Si plus d’une entité est reconnu, toutes ont le même poids et donc le même pouvoir de décision dans l’utilisation des objets. On attend ici des décisions rapides, fiables et reproductibles dans un environnement large mais avec un groupe très restreint d’objets et de liens à prendre en compte. Tout le reste est ignoré.

C’est un fonctionnement de type paranoïaque. Les notions de propriétés publique et privé sont assurées mais les échanges avec d’autres entités sont très limités et potentiellement conflictuels parce que non pondérés, non régulés. Ce fonctionnement est tout indiqué pour gérer la sécurisation de certains outils informatiques comme le déploiement de code.

Le cas le plus représentatif est par exemple la reconnaissance des entités puppetmaster, bachue et cerberus dans la validation de la librairie nebule de référence en php mais aussi du code du projet sylabe.

Ce mode de traitement est utilisé par le bootstrap en php et la librairie nebule de référence en bash. Le bootstrap ne reconnaît que les objets de bachue ou de l’autorité locale moyennant un bannissement de cerberus et sous la supervision de puppetmaster.

Comments are closed.