Renouveler son entité

Pour l’instant, les entités sont figées. Mais il faudra prévoir de changer leurs mots de passes et de les migrer vers de nouvelles entités au besoin.

Le changement de mot de passe nécessite de régénérer l’objet de clé privé qui change. Il faut évidemment préalablement déverrouiller l’entité, donc sa clé privée. Une fois le mot de passe changé, il faut lier la nouvelle clé privée à la clé publique puis supprimer le lien de l’ancienne clé privé. Il faut marquer à supprimer l’objet de l’ancienne clé privée.

Dans le cas d’une migration d’entité, c’est un peu plus complexe. Ce besoin répondra souvent suite à un problème de compromission ou de corruption d’entité.
Il faut générer une nouvelle entité autonome. Faire un lien de mise à jour de l’ancienne entité vers la nouvelle. Dans la mesure du possible, ce lien de mise à jour doit être signé à la fois par l’ancienne et la nouvelle entité. Puis l’objet de la clé privée de l’ancienne entité doit être marqué à supprimer à la fois par l’ancienne et la nouvelle entité.
Si l’entité avait été corrompue, c’est à dire qu’il était impossible de la déverrouiller, c’est un vrai problème. Dans ce cas, les liens de mise à jour d’entité et de suppression de clé privée ne pourront être signés par l’ancienne entité. rien ne permet de distinguer une opération légitime suite à un problème d’une tentative de détournement par une autre entité. Il peut tout au plus être possible de regarder si l’entité génère de l’activité, donc qu’elle n’est pas corrompue.
En cas de compromission de l’entité, on peut faire une mise à jour vers une nouvelle entité. Mais celui qui a volé la clé privée de l’entité peut le faire aussi de son côté. Il est difficile dans ce cas de déterminer qui est la véritable nouvelle identité et pas une usurpation… Peut-être le côté sociale, comportemental, d’une entité peut nous aider à posteriori?

Comments are closed.