Signature du bootstrap

Jusque là, le bootstrap était le seul code à ne pas être vérifié. Il est le premier code à charger et si il lui est possible de calculer sa propre empreinte, il n’est pas possible de pouvoir vérifier et certifier celle-ci comme c’est le cas pour la bibliothèque. Et c’est logique, le bootstrap peut avoir été modifié pour ne plus se vérifier et dire que tout va bien.

On contournait le problème jusque là via les applications. Il fallait tenir à jour une liste des bootstrap supportés par l’application (ou vice versa en fait). Ça n’était pas pratique en fait.

Et puis les objets de références sont arrivés pour la bibliothèque et les applications.

Rien n’empêche de créer un objet de référence pour le bootstrap aussi, sur le même modèle que celui de la bibliothèque. Et c’est plus simple à mettre en place en fait. Il faudra juste ajouter le lien de référence pour toute nouvelle version du bootstrap et presque automatiquement toutes les applications le reconnaîtront juste en cherchant si il y a un lien de référence.

Dans le même temps, cette méthode à le mérite de permettre au bootstrap aussi de lui-même tester sa propre empreinte en regardant si il a bien le lien de référence. ce n’est pas infaillible, comme dit au début, mais c’est mieux que rien et c’est facile à implémenter.

Et ça marche bien. Une nouvelle version du bootstrap est diffusée avec cet ajout et quelques corrections mineures :

3a16374dc6ea7610c6ad464b3d627ae9409a78698fa18258d22946d2fd48d8f4

Comments are closed.