Empreintes des références et lien d’équivalence

Les algorithmes cryptographiques utilisés aujourd’hui sont voués un jour ou l’autre, à longue échéance on préfère, a expirer et être remplacés.

C’est notamment le cas des algorithmes de prise d’empreinte, dites fonctions de hash. Aujourd’hui on utilise généralement sha256 ou sha512, c’est à dire des dérivés de sha2. Mais sha3 arrive et va inexorablement pousser sha2 vers la sortie.

L’évolution de ces algorithmes répond à un problème de sécurité. Mais il est des cas où ils ne sont pas utilisés pour leur sécurité. Par exemple le hash d’un objet définissant une référence se soucie peu de la sécurité de son hash. Ce qui est utilisé c’est la valeur du hash et non du texte à l’origine du hash. Et le hash d’une référence est toujours utilisé dans un lien, donc protégé par une signature.
Dans le cas des références nous allons donc utiliser un algorithme fixe, arbitrairement ce sera sha256, soit une fonction sha2 produisant 256 bits de hash.

Cela n’est pas anodin, ce n’est pas juste une simplification du code. C’est aussi une accélération potentielle pour l’avenir puisqu’il ne sera pas nécessaire de rechercher des objets par référence en se basant sur de multiples empreintes de la référence. Et cela veut dire qu’il faut éviter aussi de d’utiliser le lien d’équivalence pour gérer des équivalences de références.

Tags: ,

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.