Objets privés et fonctionnement interne

Il existe des informations que l’on ne peut gérer par les liens nebule sous peine de fortement complexifier son fonctionnement, et donc la compréhension que l’on en a dans son ensemble.

Par exemple, c’est le cas pour mettre un poids à un objet. C’est à dire lui attribuer une méta information qui décrit son importance relative aux autres objets. C’est une notation en quelque sorte.
Un poids peut être fixé arbitrairement. Ce n’est pas le meilleur cas même si c’est réalisable en pratique. Le poids d’un objet a surtout de forte chance de refléter l’importance que l’on donne à cet objet. A cet objet pondéré sont liés d’autres objets. Ces autres objets, si leurs poids ne sont peut-être pas explicitement définis, vont hériter d’une moyenne des poids des objets autour. Ainsi, un objet va gagner de l’importance si il est lié à un objet jugé (donc pondéré) très important.
De ce poids peut en découler des conséquences concrètes. Par exemple si l’on permet l’oublie et l’effacement d’objets anciens de façon calculé et contrôlé, la pondération permet de conserver très longtemps un objet important.

Cette pondération des objets qu’une entité va réaliser est un travail ‘personnel’. Le fruit de ce travail peut avoir un intérêt public. Et une autre entité ayant fait le même travail ne donnera pas les mêmes pondérations.
Cependant, une partie de ce travail de pondération peut être jugé privé. Si le partage d’une pondération d’objets peut être réalisée simplement par des liens, comment protéger les pondérations privées ?

Une des possibilités est d’exploiter les objets stockants des liens.

Comments are closed.