Archive for the ‘entité’ Category

Exploitation de liens dissimulés

Mardi, août 11th, 2015

Dans l’article sur la Dissimulation de liens, multi-entités et anonymat, on a vu comment implémenter des liens dissimulés dans d’autres liens.

Ici, on va apporter quelques précisions pratiques.

Déjà, un lien dissimulé va apparaître avec une entité signataire et une entité destinataire du lien. On a vu que c’était le minimum vital pour que cela fonctionne et que l’on puisse partager les liens même si cela implique de travailler sur les entités pour parfaire l’anonymisation. Il y a le cas particulier du lien dissimulé pour soi-même, dans ce cas l’entité signataire est aussi l’entité destinataire.

Lorsque l’on regarde les liens d’un objet, on va voir tous les liens non dissimulés. Si une entité est déverrouillée, il faut en plus parcourir tous les liens de type c de l’objet de l’entité pour en extraire les liens dissimulés relatifs à l’objet que l’on regardait. Dans le cas de multiples entités esclaves d’une entité maîtresse, il faut faire de même pour extraire tous les liens dissimulés pour toutes les entités accessibles. Il faut veiller dans ce cas à ce que l’interface montre clairement qui est l’entité concernée pour éviter toute confusion de l’utilisateur.

Dissimulation de liens, multi-entités et anonymat

Samedi, juin 27th, 2015

La dissimulation de lien tel que prévu dans nebule n’est que la première partie permettant l’anonymisation des échanges entre entités.

Voir les articles précédents :
Liaison secrète et suite ;
Nouvelle version v1.2, Anonymisation de lien et correction du registre ;
Lien de type c, précisions ;
Entités multiples, gestion, relations et anonymat et Entité multiples ;
Nébuleuse sociétale et confiance – Chiffrement par défaut

Cette dissimulation d’un lien se fait avec un lien de type c. On a bien sûr dans le registre du lien visible l’entité qui génère ce lien, l’entité signataire. Et on a l’entité destinataire qui peut déchiffrer ce lien dissimulé et en extraire le vrai lien. Et comme dans la version publique de ce lien on a à la fois l’entité source et l’entité destinataire qui sont visibles, il n’y a pas d’anonymat. Ce type de lien permet juste de dissimuler l’usage d’un objet.

2015.06.27 lien c

Un lien dissimulé ne peut pas contenir un autre lien dissimulé. On interdit donc les multi-niveaux de liens dissimulés qui seraient un véritable calvaire à traiter.

Un lien peut être dissimulé pour soi-même. C’est à dire que l’entité signataire est aussi l’entité destinataire.

Si un lien doit être dissimulé pour plusieurs destinataires, il faut générer un lien pour chaque destinataire. La seule façon de réduire le nombre de liens pour un grand nombre de destinataires est d’utiliser la notion de groupe disposant de son propre bi-clé. Ce type de groupe est pour l’instant purement théorique.

Ce maintien comme public des entités sources et destinataires est une nécessité au niveau du lien, c’est une des bases de la confiance dans les liens. Pour que le lien puisse être validé et accepté par une entité ou retransmit par un relais, l’identification des entités est incontournable. Et donc avec l’identification nous avons aussi l’imputabilité et la non répudiation.

Si on veut assurer de l’anonymat pour les entités, puisque l’on ne peut pas travailler au niveau du lien, il faut travailler au niveau de l’entitié. On va dans ce cas travailler sur la notion de déception, c’est à dire faire apparaître des entités pour ce qu’elles ne sont pas ou tromper sur la nature des entités.
L’idée retenu consiste, pour chaque entité qui souhaite anonymiser ses échanges avec une autre entité, à générer une entité esclave avec laquelle elle n’a aucun lien. Ou plutôt, le lien d’entité maîtresse à entité esclave est un lien dissimulé pour l’entité maîtresse uniquement. Ici, personne à par l’entité maîtresse ne peut affirmer juste sur les liens que l’entité esclave lui est reliée.
Lorsque l’on veut échanger de façon anonyme, on transmet à l’entité destinataire l’identifiant de l’entité esclave, et vice versa. Cette transmission doit bien sûr être faîte par un autre moyen de communication ou au pire par un seul lien dissimulé.

L’anonymisation complète est donc la combinaison des liens de dissimulation de liens et d’une capacité multi-entités des programmes.

La dissimulation est en cours d’implémentation dans sylabe en programmation php orienté objet. Mais le plus gros du travail sera à faire dans la librairie nebule puisque c’est elle qui manipulera les liens et présentera ceux-ci à l’application, c’est à dire sylabe, dans une forme exploitable. L’application n’a pas à se soucier de savoir si le lien est dissimulé, elle peut le lire ou elle ne peut pas. Tout au plus peut-elle afficher qu’un lien est dissimulé pour information de l’utilisateur.
La capacité multi-entités de sylabe est maintenant beaucoup plus facile à gérer en programmation php orienté objet. Mais il reste à implémenter la génération des entités esclaves avec dissimulation de leur entité maîtresse.

Une autre dimension n’est pas prise en compte ici, c’est le trafic entre les serveurs pour les échanges d’informations. Il faudra faire attention à la remontée possible aux entités maîtresses par leurs échanges.

Enfin, pour terminer, aujourd’hui c’est la course au chiffrement par défaut de tous les échanges pour tout un tas de programmes et services sur Internet. Ce chiffrement par défaut est bon pour l’utilisateur en général. Et il masque dans la masse les échanges pour qui la confidentialité est critique. Ainsi il ne suffit plus d’écouter le trafic chiffré pour retrouver ses ennemis.
Mais cette logique est perverse. Le chiffrement par défaut est une aberration, un remède de cheval posé en urgence faut de mieux. Nous avons besoin d’échanger aussi des choses publiquement, comme sur un forum ou dans la presse. Nous ne devrions pas avoir des outils de communication tout chiffré et d’autres tout public, chaque outil devrait permettre les deux et clairement indiqué ce qui est protégé de ce qui ne l’est pas…

Cosignature – orientation

Mardi, juin 23rd, 2015

Dans la continuité de la réflexion sur la cosignature et suite.

Une des possibilités que doit permettre la cosignature, c’est que l’on puisse créer une signature (ou assimilé) valide alors que les différentes personnes (et leurs entités) ne sont pas réunies en même temps au même endroit pour réaliser cette signature commune.

Le système classique pour résoudre la cosignature consiste en la répartition du secret suivant le schéma de seuil de Shamir.

Cette solution de partage du secret n’est pas suffisante pour deux raisons.

Pour commencer, cela veut dire que l’on n’a toujours qu’un seul secret mais qu’il est répartit, dilué, entre plusieurs entités. Lorsque l’on veut faire une signature, il faut réunir un minimum de ces entités au même endroit pour accéder au secret qui permettra la signature. A ce moment, le secret est extrêmement vulnérable.
Il faut réaliser une sorte de cérémonie des clés pour cela.

Enfin, la génération du secret est réalisé par un seul équipement et ensuite répartit. Il faut ici aussi une cérémonie des clés avec tous les porteurs d’une partie du secret. Si il n’est pas possible de réunir tout le monde, une partie du secret doit être transmis de façon sûr vers le porteur concerné. Mais il ne peut pas dans ce cas garantir par lui-même que personne n’a copié sa partie du secret. Et surtout il ne peut garantir que personne n’a volé le secret complet lors de la cérémonie des clés.

Donc, il faut que chaque porteur génère sa partie de clé, on génère un bi-clé qu’il garde, et dont il peut garantir la confidentialité. Ensuite, il reste à réaliser le mécanisme intermédiaire qui permet, en ne connaissant que les clés publiques des porteurs, de valider une pseudo signature réalisée par chacun des porteurs. Une pseudo signature qui n’impose une présence ni spatial ni temporelle des porteurs.

Liens :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Partage_de_cl%C3%A9_secr%C3%A8te_de_Shamir
http://www.kilomaths.com/2010/07/partage-de-secret/

Sync flood

Mardi, juin 23rd, 2015

La possibilité de transmettre un objet à une entité de façon protégé ou non se fait via la possibilité pour une entité (destinataire) de se synchroniser sur les les autres serveurs. Elle récupère ce qu’on lui transmet. Et elle peut en même temps synchroniser tous les objets dont elle aura besoin.

Ici, la synchronisation signifie la récupération des informations (et du contenu) de sa propre entité mais aussi des autres objets sur des serveurs distants.

Une attaque possible est le débordement de la synchronisation (Sync Flood) par une grande quantité de liens qui font références à un des objets synchronisés.

Ce débordement peut être fait directement par une entité que l’on connaît ou indirectement par l’intermédiaire d’un relais, même si l’entité source des liens n’est pas reconnu par l’entité destinataire.

Il faudra donc prévoir dans les fonctions de synchronisation des mécanismes de limitation du nombre de liens synchronisés. Ces limitations peuvent être différentes en fonction du type de lien. Et en fonction du type de lien, on peut ne garder que les premiers ou que les derniers liens téléchargés. Par exemple, il vaut mieux ne garder que les premiers liens de type l alors que l’on privilégiera les derniers liens de type f, u ou x. Il faut aussi mettre un quota sur le nombre total de liens que l’on accepte de télécharger pour éviter un engorgement de la mémoire.

Un débordement réussi peut entraîner un fort ralentissement dans l’affichage et le traitement des objets concernés.

Cosignature – suite

Jeudi, mai 28th, 2015

Suite de l’article sur la Cosignature.

La notion de groupe est intéressante puisque pour l’instant, si le groupe a été définit dans sa ou ses formes, il n’a pas été définit dans son implémentation.

Cette implémentation peut rejoindre la notion de cosignature. En étendant la notion d’entité à autre chose que des bi-clés cryptographiques, notamment à un fichier de description du groupe et de la validité de sa signature (équivalente), on crée implicitement un groupe. Ce groupe hérite de par ses propriétés internes d’une capacité de signature et de vérification. Comme ce n’est pas un bi-clé cryptographique, il n’y a pas d’objet de clé privée. L’objet définissant le groupe n’est pas suffisant en lui-même pour signer des liens, il doit se reposer sur les ‘vraies’ entités qui composent le groupe.

Par exemple, la forme du fichier définissant un groupe de 3 entités peut être un objet contenant :

[Members]
88848d09edc416e443ce1491753c75d75d7d8790c1253becf9a2191ac369f4ea
01351dd781453092d99377d94990da9bf220c85c43737674a257b525f6566fb4
19762515dd804577f9fd8c005a7803ddee413f264319748e30aa2aedf318ca57
[Signe]
(88848d09edc416e443ce1491753c75d75d7d8790c1253becf9a2191ac369f4ea . 01351dd781453092d99377d94990da9bf220c85c43737674a257b525f6566fb4)
+
(19762515dd804577f9fd8c005a7803ddee413f264319748e30aa2aedf318ca57 . 88848d09edc416e443ce1491753c75d75d7d8790c1253becf9a2191ac369f4ea)
+
(01351dd781453092d99377d94990da9bf220c85c43737674a257b525f6566fb4 . 19762515dd804577f9fd8c005a7803ddee413f264319748e30aa2aedf318ca57)
[Timestamp]
2015-05-28T22:20:13+0200

La signification du groupe, c’est que les membres sont 3 et que la signature d’un lien par deux des trois entités est valide comme étant celle du groupe ( (1 et 2) ou (2 et 3) ou (3 et 1) ).

Ce n’est qu’un exemple…

Cosignature

Samedi, mai 9th, 2015

Une réflexion depuis quelques temps porte sur la cosignature (cf Les entités et le code / Redéfinition de puppetmaster). Et elle est toujours d’actualité. Le but est de permettre d’avoir une entité unique mais dont la clé privée soit répartie en plusieurs morceaux, chaque morceau sous la responsabilité d’une personne différente. On doit avoir plusieurs entités qui peuvent communément, et non individuellement, signer pour l’entité unique.

Le problème peux être résolu en ayant un mécanisme qui valide la signature de l’entité unique par la présence d’un nombre pré-définit de signatures d’entités pré-validées. On n’a plus dans ce cas une entité mais un groupe d’entités dont la cosignature est reconnue comme signature du groupe. Dans ce cas, la notion d’entité s’étend et ne sous-entend plus seulement un objet avec une clé cryptographique mais un objet qui constitue un groupe d’entités avec des règles de fonctionnement.

Jusqu’ici, je n’ai trouvé que des solutions matériels avec un seul bi-clé cryptographique conservé dans une puce et dont l’usage est contraint par l’authentification de plusieurs personnes physiques. Ce n’est pas satisfaisant puisque toutes les personnes doivent être présentes au même endroit au même moment pour activer la clé privée. Les solutions de cosignatures que j’ai trouvé se contentent de gérer de multiples signatures d’un document mais sans gérer cette notion de communauté.

Authentification et mot de passe

Samedi, février 14th, 2015

Dans la version précédente, procédurale, de la librairie nebule en php, l’authentification était gérée via des variables de la session. On retrouvait l’ID de l’entité en cours ainsi que l’ID de la clé privée associée et le mot de passe (si déverrouillé) de cette clé privée.

Les anciennes variables :
$_SESSION['nebule_publ_entite']
$_SESSION['nebule_priv_entite']
$_SESSION['nebule_pass_entite']

Dans la nouvelle version de la librairie, en programmation orientée objet, la première variable qui référence l’entité en cours d’utilisation est toujours nécessaire.
Par contre, la variable qui référence la clé privée est encore utilisé mais n’est déjà plus vraiment indispensable puisque l’instance (l’objet au sens programmation) de l’entité contient la référence à l’ID de sa clé privée. Cet ID de clé privée est pré-calculée lors de l’initialisation de l’instance et est accessible par une fonction publique. Il est même possible que cette variable de session pour la clé privée disparaisse à terme faute d’usage.
Enfin, la variable contenant le mot de passe de la clé privée, elle, disparaît définitivement. Elle n’était renseignées que lorsque l’entité était déverrouillées. Désormès, le mot de passe, lorsque fourni, est stocké dans l’instance de l’entité en cours. Cette instance référence ainsi la clé privée et le mot de passe associé. Ce mot de passe est bien sûr vérifié lors de son enregistrement puisque c’est la seule et unique condition pour considérer l’entité comme déverrouillée, que le mot de passe soit valide sur la clé privée.

En terme de sécurité du code, c’est plus propre. Le mot de passe ne peut être consulté directement par un module malveillant comme avec une variable de session par essence globale et donc accessible partout. Cependant, le mécanisme n’est pas parfait puisqu’une lecture brute de l’instance permet d’en extraire le contenu… et donc le mot de passe. Il faudra trouver un mécanisme pour renforcer ça…
L’usage d’un sel pour le mot de passe est en cours de réflexion sachant qu’il faudra dans ce cas créer un lien pour le rendre publique. C’est un renforcement de la sécurité du mot de passe mais potentiellement une source de panne.

En terme de gestion des entités, c’est plus facile si on change vers une entité que l’on maîtrise puisque les mots de passe des entités esclaves sont accessibles et peuvent être pré-injectés dans les entités correspondantes. Et puis en cas de bascule vers une de ces entités esclaves, le retour à l’entité maîtresse est plus facile aussi puisque le mot de passe pourra rester dans celle-ci.

En terme d’évolution, il est déjà prévisible qu’une forme avancée d’un usage multi-entité verra le jour. CF Entités multiples. La pré-initialisation des mots de passes de toutes les entités sous contrôle (entités esclaves) rendra cet usage beaucoup plus facile. Pour rappel, cet usage multi-entité permettra au choix soit d’utiliser une et une seule entité à un instant donné mais de pouvoir immédiatement et facilement changer d’entité, soit d’utiliser simultanément tout ou partie des entités sous contrôle. Dans ce dernier cas, les actions seront par contre faites avec une seule entité pré-definie pour cela.

Voici la structure de la classe Entity :

class Entity extends Object
{
	const ENTITY_MAX_SIZE = 16000;
	const ENTITY_PASSWORD_SALT_SIZE = 128;
	const ENTITY_TYPE = 'application/x-pem-file';

	private $_publicKey = '';
	private $_privateKeyID;
	private $_privateKey = '';
	private $_privateKeyPassword;
	private $_privateKeyPasswordSalt;
	private $_issetPrivateKeyPassword = false;
	private $_faceCache = array();

	public function __construct(nebule $nebuleInstance, $id);
	public function __destruct();
	public function __toString();
	private function _loadEntity($id);
	private function _createNewEntity();
	private function _verifyEntity($entity);
	public function getType();
	public function getKeyType();
	public function getPublicKeyID();
	public function getPublicKey();
	private function _findPublicKey();
	public function getPrivateKeyID();
	private function _findPrivateKeyID();
	private function _findPrivateKey();
	public function setPrivateKeyPassword($passwd);
	public function unsetPrivateKeyPassword();
	public function checkPrivateKeyPassword();
	public function changePrivateKeyPassword($newpasswd);
	public function getFullName();
	public function getLocalisations();
	public function getLocalisation();
	public function getFaceID($size=400);
}

Entités multiples

Mardi, décembre 23rd, 2014

Dans la suite des réflexions sur Entités multiples, gestion, relations et anonymat, le développement de la librairie nebule en php continue en tenant compte de cette possibilité.

En gérant le mot de passe d’une entité dans l’objet (php) de cette entité, on peut avoir plusieurs entités déverrouillées à un instant donné. Et comme plusieurs entités sont potentiellement déverrouillées, lorsque l’on consulte un objet chiffré, il ne faut plus seulement regarder si l’entité courante est déverrouillée et donc peut le lire, mais il faut regarder dans tous les destinataires si une des entité n’est pas déverrouillée aussi. Une seule suffit pour déchiffrer l’objet et afficher son contenu.

Il faut cependant faire attention à ce que l’entité courante ait bien l’accès à l’objet chiffré avant de permettre son utilisation parce que cela dévoilerait immédiatement le lien de parenté entre les deux entités. Il est imaginable de basculer immédiatement d’entité courante sur une action de ce genre.

Si on souhaite une bascule complète sur une entité esclave sans interférence d’autres entités, il suffit de vider le mot de passe de tous les objets (php) des entités que l’on ne souhaite plus voir. Cela inclut aussi l’ancienne entité courante qui peut avoir été préalablement sauvegardée avec sont mot de passe pour une restauration ultérieure.

Une des applications de cette capacité multi-entité, c’est le cumule d’entité lors d’un Changement d’identifiant d’entité. Il est possible, le temps de migrer les liens, de pouvoir continuer à consulter les objets de l’ancienne entité tout en utilisant la nouvelle entité.

Localisation des objets

Samedi, novembre 15th, 2014

La possibilité de localiser un objet ou juste une entité me travaille depuis un moment. Même si cela n’a pas d’application aujourd’hui, il est plus logique de faire remonter la possibilité de localisation au niveau de l’objet. Ainsi, si il sera toujours possible de localiser une entité, on peut imaginer soit localiser un objet soit aussi s’en servir pour demander à un robot d’héberger cet objet.

Ainsi, l’objet méta contenant la propriété ‘nebule/objet/entite/localisation‘ est doublé de ‘nebule/objet/localisation‘ pour l’instant et disparaîtra à terme. CF wiki.nebule.org – Documentation – nebule v1.2 – Objets à usage réservé

Les propriétés ‘nebule/objet/entite/webaccess‘ et ‘nebule/objet/entite/webaccess/firstofall‘ sont périmées et dès maintenant supprimées.

Les différentes propriétés ‘nebule/objet/entite/suivi/...‘ sont en sursit.

Changement d’identifiant d’entité

Jeudi, novembre 13th, 2014

On avait déjà vu qu’une entité pouvait être amenée à changer d’identifiant, donc en fait de clé publique et de clé privée. On avait vu que renouveler son entité n’est pas un problème facile à résoudre de façon satisfaisante, c’est à dire vraiment sécurisée et facile pour l’utilisateur.

Du point de vue interface, la nouvelle entité change aussi de couleur propre. Donc on ne peut pas demander à l’utilisateur par ailleurs de se fier à cette couleur propre des objets puisqu’elle va changer complètement à chaque mise à jour de ceux-ci. C’est ici que se fait sentir le besoin d’une référence d’objet stable dans le temps quelque soit les mises à jours, mais cette référence est par nature source de conflit d’une entité à l’autre et surtout elle est impossible à sécuriser.

Le problème est plus simple si l’entité est dépendante d’une autre entité, d’une entité maitresse. A condition que cette entité maitresse soit publiquement déclarée, comme le puppetmaster, il est possible de vérifier de façon sûr qu’une entité à changé de clé privée. CF Entités multiples, gestion, relations et anonymat

Par contre, une entité autonome ou assimilée ne peut pas se reposer sur une entité supérieure. Il faut prévoir un mécanisme qui permette à l’utilisateur d’une entité lambda de valider automatiquement ou manuellement la mise à jour d’une autre entité. Cela ne veut pas dire que l’autre entité ne changera pas d’identifiant, mais que cet identifiant ne sera pas reconnu tant que l’entité lambda n’aura pas validé (pour elle) son changement.

Pour le changement d’une entité qui potentiellement remet gravement en question la sureté de fonctionnement, une acceptation inconditionnelle de la mise à jour serait catastrophique. Il peut être utile dans ce cas particulier de générer un lien d’annulation de l’opération, mais un lien qui n’est pas actif, c’est à dire qui n’est pas diffusé. Ce lien de type x, serait affiché à l’utilisateur et serait donc valide mais pas pris en compte parce que non diffusé avec les autre liens.

Si on prend le cas spécifique de puppetmaster, cette entité valide des entités esclaves ayant des rôles près-définis. On retrouve notamment l’entité bachue qui diffuse les mises à jours logiciels liées au projet nebule. La compromission d’une telle entité poserait de graves problèmes de sécurité pour toutes les entités. Sa mise à jour vers une nouvelle entité serait dans ce cas obligatoire.
Mais ce problème pourrait être plus restreint dans la mesure où une fausse entité bachue serait générée et diffusée à des entités tierces. Si, par un autre moyen, on arrive à convaincre les entités tierces à l’utiliser en place de la vraie entité bachue, ces entités seront à considérer comme compromises. Le lien d’annulation serait alors le seul moyen pour ces entités de pouvoir revenir en arrière, faisant immédiatement un bond en arrière en terme de versions de logiciels, revenant à une version validée par l’entité bachue légitime.
Sauf que cela ne marche que si l’on peut enregistrer le lien de suppression hors du système nébulisé ou hors d’atteinte. Ce qui sera une vraie difficulté sur des systèmes entièrement nébulisés. Aujourd’hui, avec les systèmes d’informations actuels, on s’en sort en régénérant une nouvelle identité à l’utilisateur ou en nettoyant son compte. Peut-être faudra-t-il dans un premier temps garder ce fonctionnement avant d’aller vers quelque chose de plus ouvert…

Affichage de la couleur d’un objet

Samedi, novembre 8th, 2014

Une des orientations actuelles dans les interfaces graphiques centrées sur nebule, c’est de représenter les objets par leurs identifiants et pour chacun par des carrés de couleur spécifiques. Chaque objet a sa couleur propre calculée par rapport aux 6 premiers digits de son identifiant.

2014.11.11 21h03 ecran

Mais du point de vue de l’interface visuelle, si la représentation de l’identifiant équivoque d’un objet est indispensable, sa place encombrante n’est ni ergonomique ni pratique ni vraiment sécurisante à elle seule. Garder systématiquement la place pour un nombre hexadécimal de 128 caractères au minimum, fut-il l’objet en cours de consultation, c’est encombrant. L’ergonomie en prend un coups puisque l’on doit grader un grand espace variable pour une information certes importante mais peu pertinante pour l’utilisateur la plupart du temps. Enfin, puisqu’il est illusoire de penser pouvoir mémoriser l’intégralité des identifiants que l’on utilise pour les vérifier, à part quelques cas spécifiques l’affichage des identifiants des objets n’amène pas directement de sécurité pour l’utilisateur. Le problème de mémorisation est le même que pour les mots de passes multiples, passé un certain nombre, très restreint, cela affaiblie la sécurité de l’ensemble.

Il est tentant de remplacer purement et simplement l’affichage de l’identifiant d’un objet juste par son carré de couleur propre. Cela entraînerait l’impossibilité de vérifier immédiatement si l’objet que l’on visualise est le bon. On peut savoir avec la couleur si l’objet est celui que l’on attend. Mais la représentation des couleurs ne dépasse pas 24 bits d’information. C’est à dire qu’en ajouter plus que les 24 bits n’est pas perceptible par l’oeil humain. Ainsi, la couleur est un moyen de tri rapide mais pas un moyen de sécurité.

Le problème de ne pas pouvoir vérifier immédiatement et de façon sûr un objet est déjà un problème en soit mais peut être comblé par l’usage des liens. Par contre, la gestion des entités et notamment la reconnaissances de nouvelles entités uniquement sur leurs couleurs propres est un vrai problème de sécurité. Il est facile de générer une nouvelle entité ayant la même couleur propre. Avec 24 bits à respecter, cela ne présente pas une grande difficulté. L’identification d’une nouvelle entité doit dans tout les cas être parfaitement sécurisée, donc elle doit être basée sur l’intégralité des identifiants.

Il faut donc soit conserver l’affichage de l’identifiant des objets, même partiel(tant qu’il est suffisamment grand). Soit il faut trouver une méthode alternative de représentation simple des objets tout en conservant un espace de valeur correct.

Au moins deux méthodes peuvent être envisagées, liste non exhaustive.

On peut utiliser un petit pictograme de plusieurs couleurs successives calculées à partir de l’identifiant d’un objet. Le prictograme peut disposer d’un espace de valeurs suffisamment grand tout en étant facilement mémorisable.

On peut imaginer qu’une entité spécifique utiliser certaines valeurs choisies au hasard parmi tous les digits des identifiants pour calculer les couleurs propres des objets. Comme il faut 6 digits hexadécimaux pour constituer une couleur, ceux-ci sont choisis non pas au début des identifiants mais à l’intérieur. ce choix doit être aléatoire, secret pour l’entité et non recalculable par une entité tierce. Dans ce cas, la couleur affichée pour un même objet serait différente pour chaque entité qui consulte cet objet.

Nommage d’objets et d’entités

Dimanche, octobre 26th, 2014

Dans la vraie vie, le nommage des personnes a une forme conventionnelle. Il en est de même de fait pour les fichiers puisqu’ils sont tous gérés de la même façon.

Dans nebule, chacun des objets disposent d’un identifiant unique mais aussi d’un nom, même si ce dernier n’est pas obligatoire. Le nom est cependant nécessaire à l’être humain pour classer et retrouver ses données. Pour les entités, qui sont gérées comme des objets, elles ont aussi un nom mais la forme est un peu différente même si le but est similaire au nom de l’objet.

Dans nebule, tous les objets peuvent avoir ces propriétés :

  1. nom
  2. prénom
  3. surnom
  4. préfixe
  5. suffixe

Ces propriétés sont matérialisées par des liens de type l avec comme objets méta, respectivement :

  1. nebule/objet/nom
  2. nebule/objet/prenom
  3. nebule/objet/surnom
  4. nebule/objet/prefix
  5. nebule/objet/suffix

Par convention, voici le nommage des objets pour l’affichage :

prénom préfixe/nom.suffixe surnom

Le prénom et le surnom n’ont que peu d’intérêt.

Les entités disposent naturellement des mêmes propriétés, mais leur nommage pour l’affichage est un peu différent.
Par convention, voici le nommage des entités :

préfixe prénom "surnom" nom suffixe

Ici, c’est le suffixe qui a peu d’intérêt.

Une dernière remarque. Bien que certaines propriétés n’aient pas aujourd’hui de grand intérêt pour l’affichage, le fait de le proposer aux utilisateurs les rend automatiquement inamovibles. Il y aura toujours quelqu’un qui leur trouvera une utilité et les utilisera… d’où l’intérêt dès maintenant d’une convention d’affichage.

La documentation est mise à jour en conséquence : wiki.nebule.org – nebule_v1.2 – Objet

Entités multiples, gestion, relations et anonymat

Mercredi, octobre 8th, 2014

On peut raisonnablement penser que chaque personne, sauf problème, a une personnalité unique. Et donc qu’une personne a un comportement unique et un réseau sociale unique.

Mais la réalité n’est malheureusement pas aussi simple.
Ne prenons que l’exemple de l’individu employé dans une société. Cet environnement est à considéré comme différent de l’environnement de vie normal, c’est à dire chez soi, dans la vie privée. Au travail, nous avons des « amis imposés par l’employeur » qui forment un réseau social souvent fortement découplé du réseau social privé. Nous avons aussi des attitudes différentes, en phase avec les attitudes que l’entreprise attend de nous. Nous sommes en short à la maison, avachi devant la télévision alors que l’on est en costume 3 pièces au travail, bien assit devant son ordinateur. Les réseaux sociaux ainsi que les échanges avec les autres individus évoluent avec l’environnement dans lequel on se situe. Chacun de nous est unique mais chacun de nous adopte une pseudo-identité variable dans l’espace et le temps. Enfin, on mélange rarement les informations de ces différentes pseudo-identités. On parle rarement en détail de sa journée de travail avec des amis le weekend autour du barbecue.
Sur un réseau social numérique, comme Facebook ou Google+, imposer une identité unique est donc une vision réductrice de l’individu humain. En cherchant à n’avoir que des identités réelles des individus, on se coupe de toutes leurs identités annexes. Et une relation de travail fait typiquement d’une identité annexe.

On ne s’attardera pas ici plus longtemps sur la justification des entités multiples mais plutôt sur la technique et les possibilités que cela ouvre.

Les premières expériences avec les identités dans nebule montrent qu’un individu peut, bien évidemment, avoir plusieurs entités différentes. Chaque entité peut avoir une « vie » propre, c’est à dire un réseau social à part. Une entité peut mettre en place des entités esclaves, elles sont dans ce cas parfaitement autonomes. Elles restent autonomes même si elles sont tenues par une entité maitresse.
L’entité puppetmaster est le premier exemple d’entité maitresse. Il y a dans ce cas une idée de validation forte. On peut avoir d’autres types de relations entre entité maitresse et entités esclaves. On peut avoir des cas où la validation serait au contraire réduite voir dissimulée, dans les cas où l’anonymat est recherché.

Vis-à-vis de l’interface homme-machine, la notion même d’entités multiples n’est pas triviale. Sur nos systèmes d’information actuels, sur nos ordinateurs, téléphones, tablettes, etc… il est courant de disposer de plusieurs comptes utilisateurs. Mais on ne peut utiliser simultanément qu’un seul compte à la fois. Tout au plus peut-on changer temporairement d’identité (élévation de privilèges par exemple). Chaque action se fait sous une et une seule identité.
Si on utilise plusieurs comptes de messagerie ou comptes de réseaux sociaux numériques, il faut quitter un compte pour pouvoir accéder à un autre.

Dans une interface exploitant nebule, il est cependant possible de travailler de la même façon ou différemment.
On peut disposer de plusieurs entités et se connecter à une et une seule entité à un instant donné.
On peut aussi se connecter à une entité maitresse et basculer, immédiatement après, vers une des entités esclaves. C’est déjà fonctionnel dans sylabe. Il est même possible de revenir facilement vers l’entité maitresse pour éventuellement repartir sur une autre entité esclave. Ainsi on évolue dans des environnements isolés via des entités autonomes. De plus, la relation entre l’entité maitresse et les entités esclaves peut être masqué (offusqué).
Mais il est possible d’aller plus loin. On peut tout à fait imaginer exploiter simultanément plusieurs entités. Cela permet d’avoir une vue synthétique de plusieurs réseaux sociaux ainsi que des échanges associés. Le cloisonnement dans ce cas est invisible pour la consultation tout en restant potentiellement très fort entre chaque entités. En pratique, on pourrait voir les activités de tous les « amis » de toutes les entités esclaves que l’on contrôle même si chaque entité esclave n’a strictement aucun rapport ou aucun lien avec les autres entités esclaves. Il faut par contre définir une entité avec laquelle on agit par défaut, au risque de casser le cloisonnement des entités par des liens inappropriés. On peut même imaginer que des interactions avec un réseau social particulier se fassent avec l’entité esclave attaché au réseau en question, on conserve ainsi le cloisonnement des entités mais pas celui de l’information. En somme, c’est un peu ce que l’on fait déjà avec un logiciel client messagerie et plusieurs comptes de messagerie…

Transfert de liens et de confiance

Dimanche, septembre 14th, 2014

Les réseaux fragmentés posent des problèmes plus importants que le maintient de la cohérence du système d’horodatage. CF Gestion temporelle partielle.

Certains protocoles de sécurisation des échanges deviennent bancales sans synchronisation de temps. Mais il y a plus grave. La cohérence du temps entre plusieurs machines peut être négligé sur une courte période, les horloges ne vont pas dériver exagérément et il y a peu de change que des certificats expirent. Par contre, il devient difficile de transmettre de nouveaux contacts avec un grand niveau de confiance. les relations de confiance sont souvent dépendantes de services centralisés, services qui ne sont plus forcément joignables. Ces services ont le rôle d’annuaires globaux. Il faut dans ce cas faire confiance aux seuls intermédiaires que l’on a sous la main, et que l’on connaît (au moins dans nebule). On doit utiliser des entités comme des annuaires locaux.

Dans ce cas, il est peut-être utile de voir si la définition d’un nouveau type de lien ne pourrait pas répondre à ce besoin. Ce serait un lien signé par une entité que l’on connaît et qui transmettrait un lien d’une autre entité, inconnue. Un lien serait encapsulé dans un autre de la même façon que pour un lien offusqué. La validité et la pondération du lien de l’entité inconnue seraient les mêmes que si le lien venait de l’entité connue. Ce serait une forme de relais de liens.

Ce type de lien aura peut-être aussi une utilisé pour les annuaires d’entités. Cela pourrait faciliter la mise en relation entre deux entités qui ne se connaissent pas.

Mais, c’est aussi un risque qui faut analyser. On commence dans ce cas à prendre en compte des liens d’une entité que l’on ne connaît pas et que l’on ne peut directement vérifier. Il faut voir ça comme si l’entité qui fait le relais des liens s’appropriait elle-même le lien. Cette entité peut diffuse des liens invalides, c’est à dire dont la signature est invalide, sans que l’on puisse le vérifier. L’affiche de ces liens ou leur interprétation doit être peut-être adapté pour montrer cette particularité…

Les entités et le code

Samedi, juillet 26th, 2014

La remise en forme du code de nebule en php orienté objet amène son lot de questions.

Les entités de nebule

Les entités principales de nebule ont actuellement des noms mais ne sont reliées à leurs fonctions respectives que par leur usage dans le code.

Pour que ce soit plus clair dans le code, le nom est un peu trop hermétique. Je le remplace donc par un nom contenant directement le rôle. Ainsi, kronos par exemple s’appellera toujours kronos mais sera mémorisé dans une variable nommée time master. Et il en est ainsi pour toutes les entités qui ont un rôle dans nebule :

  • puppetmaster, ne change pas de nom, c’est l’entité qui chapeaute toutes les autres, le maître ;
  • cerberus, hérite du rôle et du nom security master, le maître de la sécurité ;
  • bachue, hérite du rôle et du nom code master, le maître du code ;
  • asabiyya, hérite du rôle et du nom directory master, le maître de l’annuaire ;
  • kronos, hérite du rôle et du nom time master, le maître du temps.

Les possibilités de gestion pour l’utilisateur

La sécurisation du code amène aussi des questions sur l’organisation de la gestion de certaines parties de la sécurité. Notamment, jusqu’où peut-on permettre l’ajout de droits à une entité normale ?

Cette entité peut vouloir utiliser des extensions externes au code d’origine tel que diffusé par bachue. Cela peux se faire en relation avec la définition d’autorités locales. L’ajout d’une traduction de l’interface en est un bon exemple. L’entité bachue peut aussi diffuser ou permettre la diffusion de plusieurs codes utilisables par une entité.

Plus on donne de droits à un utilisateur, plus il risque de se faire corrompre par un code malveillant. Il faut trouver un juste milieu. Le code et la gestion du bootstrap doit rester la plus saine possible dans tous les cas.

Redéfinition de puppetmaster

L’entité puppetmaster est celle qui contrôle toutes les autres, donc qui contrôle tout. C’est le point fort de la hiérarchie des entités, et aujourd’hui la moins vulnérable. Mais c’est aussi l’entité qui présente le plus grand risque pour l’ensemble puisqu’elle est unique et que sa compromission serait fatale à tout l’ensemble.

C’est le même problème que le système de certificats présente aujourd’hui. Quoique, c’est pire encore pour le système de certificats puisqu’il existe beaucoup d’autorités de certifications racines et que la compromission d’un seule casse la confiance de tout le système. Dans l’ensemble, ce système de certificats est bien fait à part cette horreur de monstre à têtes multiples. Un vrai trou conceptuel dans la sécurité. Les gouvernements et le grand banditisme l’ont déjà corrompu depuis quelque temps à leur avantage.

Pour l’entité puppetmaster, l’idée est de partir en sens inverse. Au lieu de divulguer cette entité à de multiples personnes et organismes dont l’intégrité et l’honnêteté sont loin d’être garanties, on ne diffuse qu’une partie du pouvoir de l’entité puppetmaster. Une personne seule ne doit pas pouvoir utiliser l’entité. Chaque lien doit être validé, et donc signé, par un corpus de plusieurs clés représentant l’entité. Par exemple, on peut partir sur dix sous-clés de l’entité, associées deux à deux.

On peut implémenter la vérification du quotas de sous-clés ayant signées un même lien. Mais cette façon de faire est un droit faible puisqu’il ne repose que sur du code. On peut, j’espère, trouver une implémentation mathématique permettant de mettre en place une signature unique combinaison de plusieurs clés.

Il faut aussi résoudre un problème organisationnel et non technique. En combien de parties découpe-t-on l’entité ?
Dans notre exemple dix sous-clés associées deux à deux, on a un pouvoir de la clé maître répartie en cinq couples de clés. Chaque clé d’un couple a le pouvoir du couple. Le couple ici fait référence au couple humain. Et le cinq peut faire référence à tout un tas de choses…
Est-ce la meilleur répartition ? Celle-ci doit-elle répondre à une organisation physique ? Philosophique ? Spirituelle ? Mystique ? etc…

Partage simplifié d’une entité

Jeudi, juillet 24th, 2014

Pour l’utilisateur d’un logiciel de communication, mémoriser un mot de passe complexe est une tâche ardue, voir sans intérêt.

Le problème est le même avec les pages web, leurs noms doivent être facile à retenir et à retaper sans faute. Et il en est ainsi pour les correspondants dont il faut se souvenir au pire de leurs adresses emails ou au mieux de leurs noms ou pseudonymes. Dans certains cas, il faut se souvenir du pseudonyme et du site web sur lequel on peut trouver un correspondant.
Le projet nebule vise notamment à fédérer des identités en même temps que les données. Mais cela entraîne inévitablement l’utilisation d’identifiants globalement uniques, donc longs.
Certains projets comme minilock visent à essayer de réduire ces identifiants avec des encodages comme le Base58.

On peut aussi utiliser uniquement une localisation, c’est à dire adresse de type http ou email. Ainsi, pour une adresse http, il faut héberger à une adresse précise une entité par défaut. Si un hébergeur veut gérer plusieurs entités, il ne pourra pas les garder facilement dans le même espace, le même nom de domaine, mais il devra au contraire les séparer dans des espaces différents. Mais est-ce vraiment la solution ?

Dans l’article sur le Détournement de liens de mise à jour (CF blog sylabe), on a vu qu’il était possible de créer une sorte de pseudonyme d’entité nebule. C’est un détournement du lien de mise à jour depuis un objet fictif vers, dans notre cas ici, une entité définie. Prenons comme exemple un prénom Fabio auquel correspondrait un objet fictif fab10. Ainsi, sur une instance de nebule, cet objet reverrait systématiquement vers l’entité de l’utilisateur. Ça résout le problème localement.

Cependant, on peut facilement imaginer que tous les utilisateurs qui ont se prénom vont avoir des prétentions sur cet objet fictif. Comment va se résoudre le conflit ?
Assez mal en fait. Si on a des amis en commun, on devrait rapidement retrouver le bon identifiant de l’entité. Mais ça se corse si on a deux entités avec des prétentions sur ce pseudo dans nos entité proches. Dans ce cas, c’est le calcul social qui va déterminer l’entité qui pourra hériter du pseudo, et cela fait une chance sur deux de ne pas tomber sur la bonne entité…
En plus, on peut imaginer aussi que dans une situation de harcèlement ou de dénigrement, des entités agressives essayent aussi de s’approprier le pseudo. Cela pourrait rendre le pseudonyme difficile à utiliser puisqu’il ne renverrait que rarement à la bonne entité.

Cette méthode est donc loin d’être parfaite. Elle peut être raisonnablement utilisée soit dans un petit groupe d’utilisateurs soit si elle est associée à une localisation http, email, etc…

Nébuleuse sociétale et confiance – Chiffrement par défaut

Mercredi, juillet 16th, 2014

La relation entre les êtres humains est resté assez stable dans son contenu mais à beaucoup évolué dans sa forme avec la technique. Le la taille d’un village, d’une tribu, la dimension du réseau social d’un individu a fortement grandi et a cessé de coller à sa zone géographique proche. Mais il n’a pas forcément grossi pour autant, il ne s’est que dilaté. Il garde d’ailleurs une forme nébuleuse dense au centre et distendu en périphérie.
Le téléphone a accéléré la vitesse de transmission des informations et de fait a permis d’étendre encore plus la portée des échanges, et donc l’influence des individus. Cette extension a fini par atteindre sa taille limite, celle du monde.
Mais les échanges d’informations ne se limitent pas à l’influence, politique, des autres. On y retrouve des choses qui n’ont pas grand intérêt à première vue comme la correspondance familiale ou la propagation de la culture. Cependant, ces deux exemple ont une importance profonde dans l’identité de l’individu d’une part et de la société d’autre part.
Le réseau social individuel n’est plus depuis longtemps calqué sur son influence physique directe. Si il n’est pas évident de parler de réseau social d’un groupe d’individus, ou société, on peut quand même se raccrocher à son influence directe. Et l’influence des sociétés ne sont que rarement exactement calquées sur leurs influences physique directe, c’est à dire sur les frontières d’un pays.
Une société ne doit pas être vue comme une forme nébuleuse unique de relations sociales mais comme une forme nébuleuse sociétale composée d’une multitudes de formes nébuleuses entremêlées. Une société est composée d’une multitude de formes nébuleuses individuelles avec quelques structures communes, mais surtout, pour les individus, avec une majorité de liens au sein de la nébuleuse sociétale. Le nationalisme ou communautarisme, du point de vue du réseau social, sont des tentatives pour imposer des structures uniques fortes et donc de forcer la nébuleuse sociétale à se scinder en de multiples formes sous-sociétales. Il existe une multitude de formes sous-sociétales susceptibles de développer une forme de communautarisme puisqu’il est en pratique impossible d’avoir une nébuleuse individuelle approchant la forme nébuleuse sociétale dans son ensemble. Le nationalisme use de sa forme de nébuleuse sociétale pour revendiquer une influence physique y compris hors des frontières de l’état qui le définit à l’origine.
Le réseau Internet est un support d’information, il permet de diffuser la connaissance à tout un chacun. Mais ce n’est pas sont seul rôle, il permet aussi de relier les individus. C’est à dire qu’il sert de support universel à la forme nébuleuse des relations sociales d’un individu. Nous avons encore des échanges sociaux directs entre individus, instantanés, mais ils ne sont plus ni exclusifs ni même nécessaires ou systématiques.
Le projet nebule se doit donc de faciliter le partage de l’information, de la connaissance, mais il se doit aussi de faciliter les échanges sociaux entre individus. Le projet nebule doit être capable de coller au plus prêt de la nébuleuse de l’information d’un individu, mais aussi de la nébuleuse de son réseau social.

La messagerie telle qu’elle a commencée était un message manuscrit sur un support papier ou équivalent et pouvait mettre plusieurs mois pour arriver à destination… quand ça arrivait…
Aujourd’hui, un message traverse le monde en quelques secondes avec une très grande probabilité d’arriver à destination. Le plus long, c’est maintenant d’attendre que le destinataire ouvre son message. Tout le monde fait confiance à la messagerie électronique et à une bonne confiance dans les échanges postaux nationaux et internationaux.

Et puis il y eu Edward SNOWDEN.

La confiance, c’est la capacité du système à fonctionner tel que l’on s’attend à ce qu’il fonctionne et à être résistant aux tentatives de détourner son fonctionnement.
Là, subitement, on a une grosse crise de confiance. On se dit qu’on ne va peut-être pas laisser tous ses œufs dans le même panier. Le projet nebule peut sous cet éclairage paraître un peu trop intrusif et exclusif (des autres).

Cette crainte vis-à-vis du projet nebule est à la fois recevable, et non recevable.
Le projet sylabe, annexe de nebule, est une implémentation suivant les paradigmes actuels en terme d’échange de l’information, et surtout en terme de concentration de l’information. Il est conçu volontairement dès le début pour centraliser les données sur un serveur de l’Internet. C’est cette concentration sur une machine que l’on ne maîtrise pas qui pose de gros problèmes aujourd’hui. C’est cette concentration sur des machines chez des grosses sociétés au USA qui permet à la NSA (entre autres) de violer l’intimité numérique des individus sans raison valable. Et c’est fait de telle façon que les individus gardent confiance dans cette concentration de leurs données.

Mr SNOWDEN a cassé la confiance que nous avions dans la concentration de nos données, la confiance pour ces grosses sociétés américaines, et la confiance dans l’Internet même. Il a montré que quelque chose ne fonctionnait pas bien. Mais il l’a fait pour que ça s’améliore, pour que nous fassions les efforts nécessaires pour reconstruire l’Internet et la confiance que l’on attend de lui.

Le projet sylabe est donc un reliquat de ce passé. Mais il apporte quand même quelque chose pour le futur. Il centralise les données mais contient les graines de leur décentralisation complète.
Si tout le monde n’est pas prêt aujourd’hui à installer un serveur pour héberger ses données, on y arrive quand même de façon détournée. Certains installent des boîtiers NAS, c’est déjà une forme de réappropriation de ses données. Toutes les maisons ont une box qui fait office de centre multimédia, de NAS. La domotique arrive tout doucement (depuis 20 ans). Ainsi, une instance sylabe pourra être un jour implémentée facilement dans un boîtier pour non seulement héberger nos donnés mais aussi pour nous permettre d’échanger avec nos amis.
Le projet sylabe, une fois implanté ailleurs que sur des serveurs centralisés permettra la mise en place complète de la vision de la nébuleuse de nos informations, complètement décentralisée mais centrée sur nous.

Il reste à traiter le problème de l’anonymat. C’est en cours de définition et d’implémentation.
Cet objectif à part entière, dans le contexte actuel, nécessite qu’une entité puisse nativement et par défaut chiffrer tous ses objets et offusquer tous ses liens, ou presque tous. Cette possibilité sera intégrée rapidement dans le projet sylabe.

Google+ et l’anonymat

Mercredi, juillet 16th, 2014

Dans un article, le réseau social Google+ revient sur les restrictions de nommage de ses utilisateurs. Il va maintenant être possible de choisir des pseudonymes de façon à profiter du réseau social en ligne tout en permettant un certain anonymat.

Il était temps…

L’étape suivant serait de permettre à tout utilisateur de pouvoir nativement créer des pseudonymes partiellement autonomes. L’idée est en cours de mise en place sur le projet sylabe. La condition du succès est bien sûr que qu’un pseudonyme puisse avoir une vie propre, ses propres relations et groupes (cercles sur G+) et que l’on bascule de façon équivoque de l’entité principale vers un pseudonyme. C’est un bon moyen de répondre à des besoins d’anonymisation tout en facilitant la gestion de l’anonymisation par les vrais utilisateurs.
Il faudra aussi déterminé si un pseudonyme apparait clairement comme tel dans les utilisateurs ou si sa vraie nature reste cachée pour préserver son efficacité.
Bien sûr, il faudra garder à l’esprit que monsieur Google aura accès à toutes les entités, que ce soit les vrais utilisateurs ou leurs pseudonymes. Cela répond dans ce cas aux problèmes légaux pour pouvoir remonter, sur décision d’un juge, à la personne physique derrière un pseudonyme.

Modes de traitement

Jeudi, juin 19th, 2014

Le projet nebule en lui-même donne un cadre stricte dans la forme des objets et des liens. Mais il ne donne que des orientations sur le traitement, c’est à dire l’interprétation, de ces objets et surtout de leurs liens.

Il existe aujourd’hui trois stratégies dans le traitement des objets et des liens.

Le mode ouvert

C’est la façon la plus simple d’utiliser les objets et les liens puis qu’aucune vérification n’est réalisée.

Cela implique pour commencer que les empreintes des objets ne sont pas vérifiées. Ces empreintes sont donc de pures URI avec un faible attachement au contenu des objets qu’elles référencent. Cette considération entre en conflit avec l’un des fondements du projet nebule puisque l’empreinte est strictement attaché à un objet, son contenu en fait, et que toute modification de cet objet entraîne implicitement la création d’un nouvel objet avec une empreinte propre.

Les liens ne sont pas vérifiés, ce qui veut dire que leur provenance, n’étant pas assurée, ne peut pas être non plus utilisée. Ainsi, les liens sont vus sont leur forme la plus réduite, c’est à dire la forme équivalente RDF avec la date et l’action.

Le traitement s’en trouve extrêmement accéléré. Il est pas contre impossible d’établir un échange digne de ce nom ne serait-ce qu’entre deux entités. Les notions de propriétés public et privée n’ont pas de fondement dans ce cas. On ne peut envisager ce fonctionnement que sur un périmètre restreint d’un centre de calcul et dédié à une tâche unique. On peut tout au plus envisager une passerelle vers le monde extérieur qui vérifierait scrupuleusement les entrées et signerait les sorties.

Ce mode de traitement n’est pas recommandé dans le cadre du projet nebule.

Le mode social

La prise en compte du côté social implique que l’on tienne compte de l’émetteur des liens, et donc de la validité de ceux-ci. A l’opposé du mode ouvert, cette façon de procéder est la plus complexe et la plus lente. Mais c’est aussi la plus intéressante.

Chaque objet et chaque lien utilisé est scrupuleusement vérifié. Comme nous sommes dans un environnement social, c’est à dire avec de multiples entités, nous devons procéder à un tri des liens en fonction de leur provenance. Les objets sont vérifiés mais leur usage dépend exclusivement de leurs liens, et donc notamment des émetteurs de ces liens.

Lorsque deux actions sont contradictoires, il faut tenir compte de l’environnement sociale et plus seulement du facteur temporel. Il y a des différences dans la confiance que l’on accorde aux autres entités, et donc dans les liens quelles génèrent. Le tri des liens est réalisé suivant une pondération qui reflète la relation avec les entités émettrices. C’est une pondération en tout point sociale et est attachée aux entités.

L’offuscation de liens permet de cacher ou de tromper une entité sur la vraie pondération qu’on lui accorde. Mais il fait garder à l’esprit que plus elle est discordante plus elle a de chance d’être découverte ou au minimum de provoquer de la confusion.

Une pondération peut aussi être envisageable sur les objets. Cela permet en augmentant la pondération de réduire proportionnellement l’influence des autres entités sur un objet précis.

Enfin, une pondération peut être réalisée sur le type de lien et éventuellement en fonction d’un des objets référencés par un lien.

Ici, pour le projet nebule, clairement tout est quasiment à faire. La pondération des entités n’est pas encore formalisée. La pondération des objets et théorique. Et la pondération sur le type de lien n’est qu’une prévision par rapport aux modèles actuels.

Le traitement des objets et des liens, déjà ralentis par les vérifications de base, est encore plus complexe du faire des calculs de pondérations, et donc plus lent encore.

Ce mode de traitement est celui adopté par la librairie nebule de référence en php. Par extension, c’est aussi le mode de traitement utilisé dans le projet sylabe.

Le mode strict

La prise en compte du côté social est partielle, elle a même une forme exclusive. On se situe à mi chemin entre le mode ouvert et le mode social en terme de complexité.

Chaque objet et chaque lien utilisé est scrupuleusement vérifié. Contrairement au mode social, la prise en compte des entités n’est pas globale mais au contraire exclusive. On ne reconnaît que les liens de certaines entités précises. Afin de simplifier encore plus le traitement, il n’y a pas de priorisation ou de pondération dans l’exploitation des liens. Si plus d’une entité est reconnu, toutes ont le même poids et donc le même pouvoir de décision dans l’utilisation des objets. On attend ici des décisions rapides, fiables et reproductibles dans un environnement large mais avec un groupe très restreint d’objets et de liens à prendre en compte. Tout le reste est ignoré.

C’est un fonctionnement de type paranoïaque. Les notions de propriétés publique et privé sont assurées mais les échanges avec d’autres entités sont très limités et potentiellement conflictuels parce que non pondérés, non régulés. Ce fonctionnement est tout indiqué pour gérer la sécurisation de certains outils informatiques comme le déploiement de code.

Le cas le plus représentatif est par exemple la reconnaissance des entités puppetmaster, bachue et cerberus dans la validation de la librairie nebule de référence en php mais aussi du code du projet sylabe.

Ce mode de traitement est utilisé par le bootstrap en php et la librairie nebule de référence en bash. Le bootstrap ne reconnaît que les objets de bachue ou de l’autorité locale moyennant un bannissement de cerberus et sous la supervision de puppetmaster.

Anonymisation de lien – correction du registre

Mercredi, juin 11th, 2014

Voici une petite correction suite à l’article sur l’Anonymisation de lien.

Tant que l’on en est encore dans la mise en place du code pour gérer le lien de type c, une petite modification est réalisée sur le registre de ce type de lien.

Si on regarde la philosophie dans l’ordre des champs du registre des liens, l’objet méta est souvent une sorte d’opérateur entre deux objets. Cet objet méta peut souvent être vu comme annexe ou de valeur nulle dans certains cas. Le lien de type k contient notamment une entité destinataire qui peut consulter l’objet, et une clé de session chiffrée. On a ici le choix pour l’objet méta entre l’entité et la clé de session. J’opte pour la clé de session.

Voici donc le nouveau registre de lien de type c :

Signature_Signataire_TimeStamp_c_EntitéCible_LienChiffré_CléSession