Archive for the ‘partage’ Category

Echanges via http

Jeudi, septembre 12th, 2013

L’avancement de sylabe met en avant un manque de standardisation des échanges nebule via le protocole http. Cela impacte notamment directement le téléchargement et le suivi de liens u.

Il faut compléter la documentation de référence nebule v1.1 concernant les moyens et supports d’échange.

Comme la définition des échanges dépend plus de nebule que de sylabe, c’est naturellement le programme index.php qui se chargera de gérer les translations de requêtes http (.htaccess pour Apache).

Il en sera de même pour tout nouveau protocole d’échange lorsque le besoin s’en fera ressentir. Cela pourra être le cas par exemple pour le xmpp et le smtp

RSE ou RSE ?

Mardi, septembre 10th, 2013

En recherchant la définition de l’acronyme RSE, je tombe sur deux définitions… Problème assez récurrent en fait avec les acronymes puisque n’importe qui peut en inventer et les utiliser sur la place publique à son bénéfice.

D’un côté j’ai une belle page bien fournie sur Wikipédia et une page gouvernementale officielle parlant de Responsabilité Sociétale des Entreprises :
Responsabilité Sociétale des Entreprises – Wikipédia
Qu’est-ce-que la responsabilité sociétale des entreprises – Ministère du développement durable
On y parle donc de responsabilité des entreprises, de développement durable, de gestion de risques, des impacts environnementaux et sociaux, enjeux, investissements, outils, normes, médiatisation, aspects juridiques, etc…

De l’autre un article sur 01net.com qui surfe sur la vague des révélations sur PRISM, ce qui n’est pas un mal en soi :
Le RSE : un lanceur d’alerte en entreprise – 01net
On retrouve bien en fin d’article un paragraphe sur le RSE, l’environnement et les risques. Mais RSE, répété à l’envie tout au long de l’article, désigne ici Réseau Social d’Entreprise. En gros un simili Facebook restreint au périmètre de l’entreprise.
Mais n’y a-t-il pas déjà un terme pour cette fonctionnalité? Oui, c’est le groupe de travail (groupware). Ah oui, c’est vrai, le créneau sur ce nom est déjà bien plein. D’un autre côté, la RSE ne doit pas plaire à beaucoup de chef d’entreprises. Bref, Voila typiquement un article à visée commerciale…

Mais ce post n’est pas là pour critiquer l’article. Les acronymes posent un problème de gestion de leurs définitions. Celles-ci ont rarement une portée globale, elles n’ont souvent qu’une définition de portée locale ou régionale. C’est cette absence de centralisation qui, à priori, serait la source des conflits.

Comment vont se comporter les acronymes dans nebule?
Reprenons le cas de la RSE. En pratique, c’est l’objet cec7b8a511f6d30def09266e7595f1dd9a301b3ba868444d2b14236dccc127b1. Aujourd’hui, cet objet n’existe sur aucune machine supportant nebule, mais si il était créé ce serait avec cette empreinte (sha256).

Premièrement, cet objet peut être marqué par des liens de type subdivision s. Il est en effet possible avec ce type de lien de savoir qu’un texte, un article de presse par exemple, contient cet acronyme. Cela facilite la recherche.
Cet exemple d’acronyme est trop petit mais le principe reste valable, le même article de presse peut être téléchargé morceaux par morceaux par ses abonnés. C’est un fonctionnement de type P2P. Chaque morceau connu peut être téléchargé à des endroits différents, puis l’article de presse peut être reconstitué. En pratique, on accélère donc les échanges d’objets.

Ensuite, L’objet de l’acronyme peut aussi être marqué par des liens de type dérivation f. Ces liens peuvent renvoyer vers d’autres objets contenant la ou les définitions de l’acronyme.
C’est un intérêt pour résoudre les conflits autour des définitions d’acronymes. En effet, chaque lien est signé par une entité, donc on sait qui en est l’initiateur. Et comme toute entité gère individuellement ses propres relations de confiances, la définition d’un acronyme sera donc dépendante des entités à qui on fait confiance, mais aussi en fonction de leur niveaux de confiance relatifs.
Donc, si on a une forte confiance en l’état, ce sera la RSE. Si on a une grande confiance en l’auteur de l’article de 01net, alors ce sera le RSE. Si on est chef d’entreprise, il y a de fortes chances que ce soit la RSE de toute façon…

Individu, sociabilité, universalité

Lundi, septembre 9th, 2013

L’affaire PRISM révélée par Edward Snowden n’en finit pas de provoquer des secousses numériques autour de la NSA, des grosses sociétés américaines et de la vie privée des citoyens/sociétés.

On entend parler régulièrement de la possibilité de créer de multiples chemins de communications entre individus. Ici multiple est à comprendre dans le sens où chaque connexion passe par un certain nombre de serveurs différents et ce de façon anonyme pour les serveurs. Ceci dans le but de garantir l’anonymat de l’internaute.

Il existe TOR pour la navigation. Ce pourrait être le cas avec la messagerie (Caliop ?). Mais est-ce une solutions suffisante?
Le journal Lemonde a publié un article sur un internet décentralisé pour des usages centralisés (cf lien). Rien que le titre suffit à exprimer tout le paradoxe de notre utilisation de l’internet…

Un autre problème s’ajoute, l’anonymisation est aussi utilisée par des criminels. Tout en sachant que les criminels d’un pays/communauté sont parfois les héros d’un autre. Comment distinguer l’utilisation légitime, ce qui est bien ou pas? Vaste débat.
Un outil ayant uniquement une structure globale mélange les usages légitimes et réprouvés, quel qu’en soit leur acceptation. Un outil qui respecte une structuration régionale ou locale est plus à même de coller à l’acceptation de certains usages, ou à leur régulation. Il est aussi capable de suivre l’évolution des mœurs et usages tout en permettant des échanges globaux.

Le projet nebule peut-il apporter quelque chose? Je pense que oui, quelque chose de nouveau surtout. Aujourd’hui, tous les efforts portent sur des tentatives de sécuriser les serveurs centraux, les relais intermédiaires, les chemins empruntés et les protocoles. Cette nouvelle chose que propose nebule est de penser directement au niveau de la donnée, de gérer sa confidentialité et ses échanges.

La structure locale de nebule est de taille variable. L’individu est la base. Il met en place naturellement des échanges dits sociaux proches jusqu’à une organisation de la taille d’un pays. Il est aussi capable d’exploiter de façon universelle des informations quelles qu’en soient leurs localisations.

Liens :
Lemonde – Bitcoin, BitTorrent, TOR : un internet décentralisé pour des usages centralisés
http://fr.wikipedia.org/wiki/PRISM_%28programme_de_surveillance%29
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tor_%28r%C3%A9seau%29
https://www.torproject.org/
http://www.caliop.net/

Quantification commune de la disponibilités des relais – suite 2

Samedi, août 24th, 2013

Suite à l’affaire PRISM et grâce à Edward Snowden, on redécouvre les joies du Time Pattern sur les paquets réseaux.

Cela à potentiellement une implication dans la façon dont on peut synchroniser des objets et liens depuis d’autres entités. C’était le sujet abordé dans les posts Quantification commune de la disponibilités des relais et suite.

La conclusion est qu’il faut deux modes. Un pour optimiser les temps de téléchargement, et un autre plus aléatoire pour améliorer l’anonymisation des téléchargement et casser le Time Pattern

Le weblog et la relation d’objets – 2

Jeudi, juillet 11th, 2013

Suite de la réflexion sur le weblog et la relation d’objets.

La première expérience avec sylabe sur une arborescence d’objets liés montre qu’il faut privilégier les liens de type dérivation f dans cet usage. Le lien de type l permet avec un objet méta de déterminer la relation entre deux objets dans l’arborescence. Mais c’est déjà ce que fait le lien de type dérivation f sans objet méta. Et si l’emplacement de l’objet méta est utilisé, il n’est du coup pas possible de définir ce que l’on peut appeler un contexte. C’est à dire de définir que les deux objets sont dans une arborescence bien délimitée et non tout le temps liés.

Ensuite, des liens de type dérivation f peuvent être utilisés sans objet méta afin de définir un objet dérivé d’un autre de façon générale. La différence, c’est que sans objet méta, le lien n’est pas utilisé dans l’affichage d’une arborescence d’objets. Mais cela n’empêche pas qu’ils soient utilisés pour améliorer l’affichage de certains objets spécifiques dans la représentation de l’arborescence. Ainsi, une arborescence d’images de grandes tailles gagnera à voir chaque image remplacée une à une par une versions réduite. C’est plus adaptée à l’affichage d’un navigateur web par exemple. La version réduite de chaque image étant liée à l’image originale par un lien de dérivation f.

Cette façon de faire résout les cas de gestion d’un article dans plusieurs nœuds et de gestion d’un article à plusieurs endroits dans le même nœud.

Reste à définir le cas de la gestion d’un nœud sous un autre nœud.

Le weblog et la relation d’objets

Jeudi, juillet 4th, 2013

La mise en application des objets et liens nebule dans sylabe montre qu’un aspect important de la relation entre les objets a été sous-estimé.

Prenons l’exemple d’un blog ou d’un fil de discussion sur FB (en autres). Un utilisateur publie un article, un texte en fait. A cet article, tous les utilisateurs (ou presque) peuvent répondre, c’est à dire attacher à l’article un nouvel article. Ce nouvel article est aussi un texte, mais il est subordonné à l’article initial.
On peut ainsi ajouter une infinité d’articles subordonnés à l’article initial ou subordonnés les uns aux autres.

Première remarque à priori. L’article initial, celui de plus haut niveau, a tout intérêt à être déclaré comme étant un nœud. Mais ça n’est pas obligatoire en fait.

Ensuite, le lien entre l’article initial et les articles qui lui répondent est un lien créant une hiérarchie. Les liens nebule de type l ou f peuvent répondre à ce besoin.

La réflexion est cependant incomplète. Il faut tenir compte de :
– la gestion d’un article dans plusieurs nœuds ;
– la gestion d’un article à plusieurs endroits dans le même nœud ;
– la gestion d’un nœud sous un autre nœud.

A suivre…

Quantification commune de la disponibilités des relais – suite

Dimanche, mai 5th, 2013

Suite au post sur la Quantification commune de la disponibilités des relais, je vais essayer de mettre en place une solution dans l’implémentation bash de référence.

Cette solution consistera, lors du téléchargement d’un objet, de vérifier quelle localisation contient l’objet (options spécifiques de wget) et de mesurer le temps de réponse instantané à cette requête.

Pour accélérer le téléchargement des liens sans remettre en question la vérification systématique de ceux-ci, je pense déjà à une solution. Mais elle implique des changements en profondeur du code dans ses parties téléchargement, génération et enregistrement des liens. Il faut aussi prévoir le cas où une entité ne serait pas capable de gérer cette amélioration…

En attendant de pouvoir travailler sur ces améliorations, je dois terminer l’implémentation complète du chiffrement.

Quantification commune de la disponibilités des relais

Dimanche, avril 28th, 2013

Les quelques entités robot que je teste sont maintenant tout à fait capable de synchroniser des liens et objets divers. Le problème est souvent de savoir ce que l’on veut synchroniser en fait.

Chaque robot essaye de télécharger un objet sur toutes les autres entités qu’il connaît. Ou plus exactement sur toutes les localisations qu’il connaît, même si ce n’est pas une entité connue. Le téléchargement est actuellement unitaire. L’objet téléchargé doit être complet, on ne prend pas un bout à un endroit et le reste ailleurs comme avec le P2P habituellement. Ce raffinement sera pour plus tard. Et l’ordre des localisations est toujours parcouru de la même façon, c’est à dire dans l’ordre des liens de ces localisations avec l’objet qui les référence.
Évidement, la vérification de l’intégrité des objets et la vérification des signatures des liens associés permet de ne pas se soucier de savoir sur quel entité relais l’objet est téléchargé.

Ce système est assez primaire mais il remplit parfaitement son rôle. Cependant, en terme de performance, on peut faire mieux…

Une des solutions peut être d’enregistrer systématiquement le débit moyen de téléchargement d’un objet sur une localisation particulière. Des statistiques vont commencer à s’accumuler avec le temps et le robot pourra ensuite privilégier certaines localisations en fonctions de leurs statistiques.
Si chaque mesure de débit moyen est lié à la localisation comme étant une statistique, l’ensemble des statistiques des entités peuvent se propager d’une entité à l’autre. Ainsi c’est l’ensemble des robots qui peuvent profiter des statistiques pour affiner le classement des localisations.
Il faut quand même ne pas tout prendre brute quoiqu’il arrive. Des statistiques anciennes n’ont que peu de valeur. De même, comment interpréter les statistiques d’une entité à l’autre bout du monde, et donc qui a des temps de latence différents ? Une moyenne non pondérée entre les statistiques de toutes les entités est-elle suffisante pour gommer des valeurs anormales de débit moyen ?

Gestion de programmes – création

Samedi, mars 23rd, 2013

Suite à la précédente réflexion sur la gestion des programmes, l’entité correspondante a été créée.

Cette entité s’appelle bachue, dérivé de Bachué. Son empreinte :

19762515dd804577f9fd8c005a7803ddee413f264319748e30aa2aedf318ca57
http://bachue.nebule.org

bachue

Le lien et la subdivision d’objet

Mercredi, janvier 30th, 2013

Un lien particulier avec pour action ‘s‘ permet de faire de la subdivision d’objet. A quoi cela sert-il ?

Il y a deux usages possibles de cette action.

Le premier usage est de permettre de scinder un objet volumineux en une multitude de morceaux, une multitude d’objet plus petits. Ces objets dérivés peuvent avoir des tailles identiques ou non. Ils doivent impérativement être non recouvrants et parcourir l’intégralité de l’objet parent.
En scindant un objet volumineux, il peut être transféré par morceaux vers différents emplacement (d’autres entités). Et donc une autre entité peut simultanément télécharger les multiples morceaux à des emplacements différents. Une fois tous les morceaux rassemblés, l’objet parent, l’original, peut être reconstitué.
C’est une des techniques nécessaires au fonctionnement du P2P par exemple.

Le deuxième usage, c’est de ne faire qu’un seul objet dérivé d’un objet parent plus grand. Cet objet dérivé fonctionne alors comme un extrait de l’objet parent. On ne peut pas reconstituer l’intégralité de l’objet parent à partir de l’objet dérivé.
Bien sûr, plusieurs extraits d’un objet peuvent être faits. Et un extrait plus petit encore peut être retiré d’un autre extrait. Rien ne limite le nombre d’objets dérivés. Rien ne garanti leur non-recouvrement ni qu’ils parcourent l’intégralité de l’objet parent.
L’usage peut par exemple être l’extrait d’une citation dans un livre, un extrait d’une musique, etc…

Actuellement, une subdivision est référencée par un objet contenant une et une seule ligne de type x-y. Mais peut-être serait-il intéressant de permettre plusieurs lignes de type x-y, cela créant un extrait contenant directement la concaténation des différents extraits d’un objet. Quel usage ?

Protocole d’échange HTTP

Mercredi, décembre 12th, 2012

Tous les objets et liens sont échangeables via différents protocoles sous-jacent connus, en attendant un protocole en propre. Ces échanges peuvent utiliser par exemple la messagerie SMTP, XMPP, mais aussi le HTTP. C’est sur ce dernier que l’on va commencer.

Celui-ci nécessite un serveur web classique et un peu de programmation côté serveur.

Nous devons pouvoir permettre le téléchargement d’objets et de liens par n’importe quel utilisateur partout dans le monde. Les objets sont référencés naturellement par leurs empreintes. Il en est de même pour les liens d’un objets, c’est juste la façon de les traiter qui différera côté client.

Une première difficulté, c’est de restreindre simplement le téléchargement libre de la plupart des objets et des liens. Sauf si c’est une entité volontairement publique, seule une partie des objets et des liens sont relayés à tout le monde alors que la plupart ne le seront qu’avec les entités connues. Contrairement au chiffrement, ce verrouillage ne doit pas être considéré comme une sécurité pour gérer la confidentialité des données. Cela doit être vu comme une façon de réguler les échanges entre entités.

Le tag d’objet nebule/objet/public est créé pour désigner les objets accessibles sans identification. Pour les autres objets, cette identification préalable est obligatoire. La seule exception, c’est si c’est une entité volontairement publique comme un annuaire.

Comme l’échange d’objet peut potentiellement se faire sans échange (par exemple en SMTP), elle doit pouvoir être envoyée lors de la requête HTTP. Elle doit prouver l’identité du demandeur de façon forte et interdire le rejeu. Elle ne doit pas solliciter l’utilisation de la clé privé de l’entité serveur. Un relais d’objet ainsi tenir compte du tag pour gérer les objets qu’il héberge sans en être la source.

Les requêtes doivent pouvoir passer par un flux en clair, c’est à dire non encapsulé dans du TLS.

Une requête doit contenir :
– entité destination
– type demandé, objet ou liens
– empreinte objet
– entité demandeuse
– signature

Par exemple : http://localisation.net/?o=HashObjet&s=HashEntitéDemandeuse-HashEntitéDestination-Signature

C’est un début de réflexion…
A compléter…

Fragmentation d’objets

Dimanche, décembre 9th, 2012

Un des processus pas forcément nécessaire mais assez important avec le P2P, c’est le sous-découpage des fichiers.

Un serveur diffuse des petits morceaux de fichiers bien référencés mais sans nécessairement avoir tous les fragments. Un client télécharge des fragments différents. Chaque fragments en cours de téléchargement le sont à partir d’autant de serveurs différents. Cela permet d’accumuler progressivement tous les fragments d’un fichier pour le reconstituer à la fin. Et cela permet aussi de télécharger un fichier plus rapidement que si il était téléchargé sur un seul serveur dont la bande passant en upload est bridée.

La fragmentation est déjà possible avec le système de liens actuels de nebule. Mais la gestion de cette fragmentation pourrait être améliorée si on créait un lien spécifique pour désigner les fragments d’un objet. Ce serait le septième type de liens. L’échange des objets dans nebule s’en trouverait amélioré.

L’idée est intéressante, à voir…

nous = toi + moi

Samedi, novembre 17th, 2012

Ce matin, en me connectant à Facebook sur l’ordinateur commun à nous, je me suis fait la réflexion que certaines choses étaient faites bizarrement. Je suis sur ma session Linux à moi mais dans Firefox, c’est toi Diana qui est connectée à FB…
L’ordinateur est multi-session, mais on ne voit simultanément qu’une seule session, soit moi soit toi. Si tu veux ouvrir ton Firefox avec ta connexion FB, tu dois ouvrir une autre session de l’ordinateur. Le problème est que l’on ne peut pas ouvrir facilement deux navigateur pour deux utilisateurs différents dans la même session, une session à nous.

(suite…)

Compressibilité des liens

Vendredi, novembre 9th, 2012

Les expériences autour de nebule se font aujourd’hui via des échanges en html. Il pourront se faire plus tard via tout protocole d’échange. indépendamment du stockage des liens, il sera utile de les compresser lors de leur transmission pour gagner de la bande passante réseau. (suite…)

Gestion de programmes

Vendredi, octobre 19th, 2012

Lors des expériences, il est apparut qu’il était assez facile de diffuser des programmes, dans notre cas des pages web en php, comme des objets à part entière.

Il faut deux choses.

La première c’est qu’il faut une page web de bootstrap (marche pied). C’est cette page qui va déterminer si il existe une page à afficher dans les objets, et la lancer. La page en question doit être un dérivé (lien F) de l’objet « nebule/objet/entite/webaccess/firstofall », et être de mime-type « application/x-php ».

Et il faut que le programme en question puisse se mettre à jour. Ce peut être fait en suivant les liens de mise à jour d’objet (lien U) du programme en question. On peut aussi suivre les nouveaux liens de l’objet « nebule/objet/entite/webaccess/firstofall » d’une autre entité. Ne reste plus qu’à téléchager le nouvel objet et mettre à jour sont propre objet « nebule/objet/entite/webaccess/firstofall ».

(suite…)

Messagerie social

Mardi, juin 26th, 2012

Les objets que l’on échange, y compris les textes, sont perdus dans l’océan des objets dont nous disposons.

Que devient un message ou un objet transmit comme message?

Il est naturellement ajouté aux autres objets. Mais en plus, il a un lien signé par une autre entité, donc on peut considérer que cet objet est aussi lié à cette entité.

Ce lien implicite à une entité fait que cet objet a une visibilité par cette entité, en l’analysant on verra cet objet.

Poussons encore plus loin, et si on analyse tous les liens vers des objets que publie cette entité, que voit-on ?
On va voir dans l’ordre chronologique tout ce qu’elle a jugé intéressant à garder, les objets qu’elle a créé, tous les objets sur lesquelles elle est intervenu, les messages que l’on a échangé avec elle, etc…
Les messages (objets échangés) ne sont visibles que si ils sont publics, ou si ils sont chiffrés et que l’on est destinataire.

Cette vue, ce comportement, c’est presque celui des réseaux sociaux!

Relais et liens

Mercredi, juin 20th, 2012

Comment mettre à jour le contenu d’un relais?

Par principe, le relais (ou proxy) se contente de copier des objets. Mais aussi, de fait en tant qu’entité, en les copiant, il propose ces objets en diffusion (au téléchargement).

Quel est l’intérêt?
Cela permet à une entité source, par exemple un humain, de générer des objets et de les faire diffuser par des entités relais qu’il contrôle. Ainsi, il peut ne pas être en permanence accessible (volontairement ou pas). Ses objets restent accessibles si les relais le sont. Plusieurs relais peuvent diffuser les mêmes objets, on ajoute de la redondance et on cumule la bande passante de téléchargement pour quelqu’un qui télécharge un de ces objets, à la manière du P2P (peer to peer).

(suite…)

Annuaire et messagerie

Vendredi, juin 15th, 2012

La messagerie est un comportement assez difficile à reproduire, ou à remplacer dans un monde de liens dans lequel il n’existe pas de « connexion » autre que le téléchargement.

L’annuaire peut peut-être remplir ce rôle.

(suite…)

Big data et concept des 4 V

Jeudi, mars 15th, 2012

L’approche Big data est intéressante en plusieurs points, dont notamment le concept des 4 V.

L’expression Big data désigne des ensembles de données qui deviennent tellement gros qu’ils en deviennent difficiles à travailler avec des outils classiques de gestion de base de données. (suite…)

Horodatage

Mercredi, février 22nd, 2012

Le marquage du temps est un élément primordial dans l’échange d’informations.

Un lien créé vers un objet doit contenir une marque de temps de cette création. Cet horodatage ne semble pas utile au première abord, mais il est nécessaire si l’on veut ensuite pouvoir casser ce lien.

Une information, et donc un lien, doit être considéré comme non effaçable une fois créé. Cette information ayant été à priori diffusée, on en perd le contrôle, et donc la capacité de suppression. A défaut d’être effacé, cette information doit être désactivable. Dans le cas du lien, on le désactive aussi. Cette désactivation sera à son tour diffusée, et de la même façon on en perdra le contrôle.

La création d’un lien doit être vue comme la création de l’objet lien doublé d’une opération de signature cryptographique de ce même objet lien. L’entité validant ainsi le lien de façon forte, sa désactivation doit aussi être faite par une méthode forte, c’est à dire doublée d’une opération de signature cryptographique (par le même signataire en fait).

La désactivation doit aussi être horodaté, pour deux raisons. La première pour simplement savoir quand elle a été faite. La deuxième pour que l’on puisse sans ambiguïté savoir si cette désactivation intervient bien après la création. Et ainsi de suite, le lien ou toute information peut être validé et invalidé plusieurs fois de suite dans le temps.

Le marqueur de temps doit être couvert par la signature. Il doit être systématiquement présent avec la signature.

Référence de temps

Nous avons besoin aujourd’hui de tous avoir le même espace de temps pour pouvoir communiquer et travailler ensemble. Cette état de fait pose déjà le problème de la référence de temps, nous devons avoir la même heure.

Mais cette nécessité de tous travailler avec la même heure se heurte aux grandes distances et les décalages horaires que cela implique bien que les communications n’en soient que peu affectées.

Et comment fait-on si, indépendamment du décalage horaire, deux entités décident volontairement de ne pas travailler avec la même référence de temps? Et si en plus l’unité de temps est différente?

Une première approximation de ce que à quoi on peut s’attendre se pose sous la forme d’une équation du premier degré :

Tv = a Ti + b

Le temps vu Tv est calculé par rapport au temps interne Ti affecté d’un coefficient a et corrigé par un décalage b.

Dans la vraie vie, il faut beaucoup d’efforts pour approcher une synchronisation parfaite entre deux entités. A l’échelle d’un pays, c’est impossible, on se contente de quelques secondes voir quelques minutes de décalage horaire entre toutes les entités. Et chaque horloge interne souffrant d’une dérive plus ou moins grande, il faut régulièrement calculer et compenser cette dérive. Même tous d’accord, nous avons bien notre coefficient a et notre décalage b.

Et encore, on considère là que l’horloge interne de chaque entité est stable dans le temps…

Marqueur de temps

On peut continuer à essayer d’être tous calés sur la même référence de temps. Ou on peut prendre le problème en sens inverse, prendre en compte que chacun a son heure de fonctionnement propre, et calculer quand nécessaire la correction du datage des objets.

Il faut cependant dans ce cas qu’un ou plusieurs liens existent entre les différentes entités, liens qui permettent de calculer de décalage de temps. C’est le rôle du marqueur de temps qui date et signe un objet généré par une entité, objet qui contient sa date de création. Ou du marqueur de temps qui génère régulièrement des objets horodatés que toutes entité peut dater/signer.

Cette méthode nécessite cependant une certaine coopération entre les deux entités. Il y a peut-être moyen de disposer d’une méthode proche par signatures d’objets communs et qui marcherait même en mode non coopératif.

La suite au prochain épisode…